CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de France Roche
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Lucia Bosè



Date et Lieu de naissance : 28 janvier 1931 (Milan, Italie)
Date et Lieu de décès : 23 mars 2020 (Ségovie, Espagne)
Nom Réel : Lucia Borloni

ACTRICE
Image
1949 Pâques sanglantes (non c’è pace tra gli ulivi) de Giuseppe De Santis avec Raf Vallone & Folco Lulli
Image
1955 Mort d’un cycliste (muerte di un ciclista) de Juan Antonio Bardem avec Alberto Closas & Matilde Muñoz Sampedro
Image
1970 Ciao Gulliver – de Carlo Tuzii avec Antonello Campodifiori, Sydne Rome & Enrico Maria Salerno
Image
1975 Lumière – de Jeanne Moreau avec Bruno Ganz, Niels Arestrup, Francis Huster & Keith Carradine

Fille de Domenico Borloni et de Francesca (née Bosè), des paysans, Lucia Borloni voit le jour le 28 janvier 1931, à Milan. Elle connaît une jeunesse misérable dans la ferme de ses parents, dans une Italie fasciste qui finira détruite à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Adolescente, elle travaille comme vendeuse dans la célèbre pâtisserie milanaise Galli, réputée pour ses Panettones, quand sa beauté et son regard triste sont remarqués par Luchino Visconti qui lui prédit une carrière au cinéma. Un an après cette rencontre, elle se présente au concours de Miss Italie 1947, sponsorisé par la société de cosmétiques des Visconti. Elle remporte la victoire devant Gianna Maria Canale et Gina Lollobrigida, respectivement deuxième et troisième dauphines. Cette même année, participent à l’événement Eleonora Rossi Drago, exclue car elle est mariée, et Silvana Mangano.

Après un projet de film avorté de Luciano Emmer, Lucia Bosè est évincée à l’audition de «Riz amer» (1948) de Giuseppe De Santis au profit de Silvana Mangano. Mais De Santis ne l’a pas oubliée et il lui offre le rôle principal féminin dans «Pâques sanglantes» (1949), aux côtés de Raf Vallone et Folco Lulli. Elle acquiert une popularité internationale avec le personnage de jeune femme mystérieuse dans «Chronique d’un amour» (1950), chef-d’œuvre du néo-réalisme italien dirigé par Michelangelo Antonioni. C’est alors qu’affluent les propositions cinématographiques et en cinq ans, elle tourne dans 16 films. Elle retrouve Luciano Emmer pour deux films, Giuseppe de Santis pour «Onze heures sonnaient» (1952) et Michelangelo Antonioni «La dame sans camélia» (1952). Elle tourne, entre autres, pour Antonio Leonviola, Mario Bonnard, Juan Antonio Bardem et Giorgio Simonelli, donne la réplique à Robert Lamoureux dans «Le village magique» (1954) de Jean-Paul Le Chanois, et partage l’affiche avec Georges Marchal dans «Cela s’appelle l’aurore» (1955) de Luis Buñuel.

Mais, après une longue liaison avec l’acteur italien Walter Chiari, qui est aussi son partenaire à l’écran à plusieurs reprises, Lucia Bosè rencontre le matador espagnol Luis Miguel Dominguín, qu’elle épouse en 1955 et avec qui elle a trois enfants: Miguel, Lucia et Paola. Les noces civiles sont célébrées à Las Vegas, les religieuses en Espagne. Elle s’éloigne alors des plateaux de cinéma pour s’occuper à temps complet de sa famille. Le mariage prend fin en 1968, en raison de l’infidélité constante de son mari. Après douze ans d’absence, elle revient à l’écran dans deux productions espagnoles. Lucia Bosè entame ainsi une nouvelle carrière, principalement dans des seconds rôles, partagée entre son pays d’adoption et l’Italie, et travaille avec Federico Fellini, Mauro Bolognini, les frères Taviani, Antonio Mercero, Jorge Grau ou Agustí Villaronga. En France, on la voit dans «Nathalie Granger» (1972) de Marguerite Duras et «Lumière» (1975) de Jeanne Moreau. Elle apparaît aussi beaucoup à la télévision, dans des émissions de variétés, des téléfilms ou des séries.

À la fin des années 1990, Lucia Bosè s’installe dans la petite ville de Brieva où elle passe le reste de sa vie. En 2000, elle réalise son rêve de jeunesse en créant, dans la ville de Turégano, le premier Musée des Anges consacré à la représentation d’anges du monde entier. Elle décède le 23 mars 2020, des suites d’une pneumonie compliquée par le COVID-19, après avoir été hospitalisée à Ségovie, en Espagne.

© Pascal DONALD

copyright
1948La madre – de Luciano Emmer avec Marcello Mastroianni
    Inachevé
1949Pâques sanglantes / Pas de paix sous les oliviers ( non c’è pace tra gli ulivi ) de Giuseppe De Santis avec Raf Vallone
1950Chronique d’un amour ( cronaca di un amore ) de Michelangelo Antonioni avec Massimo Girotti
1951È l’amore che mi rovina – de Mario Soldati avec Walter Chiari
Paris est toujours Paris ( Parigi è sempre Parigi ) de Luciano Emmer avec Aldo Fabrizi
Les fiancées de Rome / Les jeunes filles devant l’amour / Les fiancés de Rome ( le ragazze di Piazza di Spagna ) de Luciano Emmer avec Renato Salvatori
Onze heures sonnaient ( Roma ore uncidi ) de Giuseppe De Santis avec Paolo Stoppa
Les deux vérités ( le due verità ) de Antonio Leonviola avec Michel Auclair
1952La dame sans camélia ( la signora senzo camelie ) de Michelangelo Antonioni avec Ivan Desny
Era lei che lo volera – de Marino Girolami & Giorgio Simonelli avec Carlo Campanini
1953C’est la vie ( questa è la vita ) de Luigi Zampa, Mario Soldati, Giorgio Pastina & Aldo Fabrizi avec Luigi Pavese
    Segment « Marsina stretta » de Aldo Fabrizi
1954Haine, amour et trahison ( tradita ) de Mario Bonnard avec Pierre Cressoy
Accadde al commissariato – de Giorgio Simonelli avec Alberto Sordi
Le village magique / Le village imaginaire – de Jean-Paul Le Chanois avec Robert Lamoureux
Symphonie inachevée ( sinfonia d’amore / Schubert ) de Glauco Pellegrini avec Claude Laydu
1955Mort d’un cycliste ( muerte di un ciclista ) de Juan Antonio Bardem avec Alberto Closas
Les égarés ( gli sbandati ) de Francesco Maselli avec Jean-Pierre Mocky
Cela s’appelle l’aurore ( asi es la aurora ) de Luis Buñuel avec Georges Marchal
1959Le testament d’Orphée / Le testament d’Orphée, ou ne me demandez pas pourquoi ! – de Jean Cocteau avec Yul Brynner
1964 DO Albergues y paradores / Conozca usted España : Albergues y paradores – de José Luis Borau avec Gemma Cuervo
    Seulement apparition
1967No somos de piedra – de Manuel Summers avec Alfredo Landa
Nocturne 29 ( noturno 29 ) de Pedro Portabella avec Mario Cabré
1968De l’amour et d’autres sentiments ( del amor y otras soledades ) de Basilio Martín Patino avec Rafael Bardem
Picasso summer ( the Picasso summer ) de Serge Bourguignon & Robert Sallin avec Yvette Mimieux
    Seulement apparition
Jurtzenka ( Jutrzenka, un invierno en Mallorca ) de Jaime Camino avec Christopher Sandford
1969Sous le signe du scorpion ( sotto il segno dello scorpione ) de Paolo Taviani & Vittorio Taviani avec Gian Maria Volonté
Satyricon ( Fellini Satyricon ) de Federico Fellini avec Alain Cuny
Metello – de Mauro Bolognini avec Massimo Ranieri
1970Ciao Gulliver – de Carlo Tuzii avec Enrico Maria Salerno
Qualcosa striscia nel buio – de Mario Colucci avec Farley Granger
La controfigura – de Romolo Guerrieri avec Jean Sorel
1971L’ospite – de Liliana Cavani avec Glauco Mauri
La casa de las palomas / Un solo grande amore – de Claudio Geurin avec Ornella Muti
Arcana – de Guilio Questi avec Maurizio Degli Esposti
La colonna infame – de Nello Risi avec Helmut Berger
1972Nathalie Granger – de Marguerite Duras avec Jeanne Moreau
Les héros / Les enfants de cœur ( gli eroi / the heroes / los héroes millonarios ) de Duccio Tessari avec Rod Taylor
    Seulement apparition
1973Cérémonie sanglante ( ceremonia sangriente / le vergini cavalcano la morte ) de Jorge Grau avec Espartaco Santoni
1974Manchas de sangue en un coche nuevo – de Antonio Mercero avec José Luis López Vásquez
La messe dorée – de Beni Montrésor avec Maurice Ronet
Los viajes escolares / School trip – de Jaime Chávarri avec Bruce Robinson
1975Vertiges / En descendant les marches d’antan ( per le antiche scale ) de Mauro Bolognini avec Marcello Mastroianni
Lumière – de Jeanne Moreau avec Keith Carradine
1977Violenta – de Daniel Schmid avec Lou Castel
1980 CM Perdrix ( la perdiz ) de Silvia Z. Routier avec Juanjo Menéndez
1986Chronique d’une mort annoncée ( cronaca di una morte annunciata / crónica de una muerte anunciada ) de Francesco Rosi avec Rupert Everett
1987L’enfant de la lune ( el niño de la luna ) de Agustí Villaronga avec Maribel Martín
1988Brumal – de Cristina Andreu avec Manuel de Blas
1989Volero i pantaloni – de Maurizio Ponzi avec Angela Molina
L’avare ( l’avaro ) de Tonino Cervi avec Christopher Lee
1998Le dernier harem ( harem suaré / harem suare ) de Ferzan Ozpetek avec Alex Descas
    Globe d’Or de la meilleure actrice par l’association de la presse étrangère, Rome, Italie
1999 DO À propos de Buñuel ( a propósito de Buñuel ) de José Luis López-Linares & Javier Rioyo avec Jean-Claude Carrière
    Seulement apparition
2006 DO Sartoria Tirelli : Vestire il cinema – de Gianfranco Giagni avec Franco Zeffirelli
    Seulement apparition
2007I Viceré – de Roberto Faenza avec Lando Buzzanca
DO Le ragazze di Milano – de Tonino Curagi & Anna Gorio avec Valentina Cortese
    Seulement apparition
2009 DO La noche que no acaba – de Isaki Lacuesta avec Jack Cardiff
    Seulement apparition
2012One more time – de Pablo Benedetti & David Sordella avec Magaly Solier
2018 DO La última toma – de Jesús Ponce avec Juan Diego
    Seulement apparition
AUTRES PRIX :
      
    Prix pour l’ensemble de sa carrière au festival du cinéma de L’Alfàs del Pi, Espagne ( 1998 )

    Prix Capri Legend aux prix Capri Hollywood de Capri, Italie ( 2004 )
Fiche créée le 23 mars 2020 | Modifiée le 26 mars 2020 | Cette fiche a été vue 206 fois
PREVIOUSPhilip Bosco || Lucia Bosè || Giulio BosettiNEXT