CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Roger Hanin
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Lucie Höflich



Date et Lieu de naissance : 20 février 1883 (Hanovre, Empire Allemand)
Date et Lieu de décès : 9 octobre 1956 (Berlin, Allemagne)
Nom Réel : Helene Lucie von Holvede

ACTRICE

Fille d’un comédien hanovrien, Helene Lucie von Holvede voit le jour le 20 février 1883 à Hanovre, capitale de la province du même nom de l’Empire Allemand. Le mystère est total quant à son enfance et son adolescence. En 1899, sous le nom de Lucie Höflich, elle débute sur les planches du théâtre de Bromberg. Deux ans plus tard, elle est engagée à l’Intime Theater de Nuremberg, puis elle se produit sur toutes les grandes scènes germaniques en jouant les plus beaux rôles du répertoire classique.

Au début du vingtième siècle, Lucie Höflich, artiste exigeante et talentueuse, est déjà une vedette incontestée de la scène allemande. De 1903 à 1932, elle joue et professe au Deutsches Nationaltheater de Berlin où ses cours sont très prisés par la nouvelle génération de comédiens. Après une brève apparition devant les caméras en 1913, elle ne reprend le chemin des studios qu’en 1919 pour deux films réalisés successivement par Max Mack et Reinhold Schünzel.

Au cours des années vingt, Lucie Höflich s’investit plus intensément dans sa carrière cinématographie et plus particulièrement sous la direction de Ludwig Berger qui lui offre des rôles dramatiques remarquables, notamment dans «Le verre d’eau» (1922) et dans «Cendrillon» (1922). En 1925, mariée au grand acteur Emil Jannings, elle joue à ses côtés dans «Tartuffe» de F.W. Murnau. Le film sera à la fois un grand succès public et critique. L’arrivée du cinéma sonore offre à Lucie le moyen d’exprimer totalement son art. Le public découvre une artiste au talent exceptionnel. La qualité de son jeu et la clarté de sa voix font d’elle une actrice très demandée. Elle apparaît successivement dans «Stupéfiants» (1931) de Kurt Gerron, «Fin de saison» (1933) de Willi Forst, «Peer Gynt» (1934) avec Hans Albers et «Michel Strogoff» (1936).

En 1937, Lucie Höflich est déclarée actrice nationale, mais refuse d’apparaître sur les scènes germaniques pendant toute la durée du régime nazi. Elle ne fera que quelques apparitions au cinéma dans des rôles secondaires. Elle incarne, entre autres, la femme de Ohm Krüger, interprété par Emil Jannings, dans «Le président Kruger» (1940) de Hans Steinhoff. En 1943, elle décide de faire ses adieux au cinéma.

À la fin des événements tragiques de la guerre, en 1945, elle se consacre uniquement au théâtre, sa véritable passion. Elle fonde alors la première école d’art dramatique de l’après guerre et devient membre honoraire du Théâtre Germanique à Berlin. De 1946 à 1950, elle dirige d’une main de fer le théâtre de Schwerin. Puis, elle écrit quelques articles artistiques pour différents magazines. Elle poursuit aussi, avec succès, ses interprétations sur les scènes allemandes. En 1953, elle reçoit le prestigieux prix «Bundesverdienstkreuz» pour l’ensemble de sa carrière artistique.

En 1955, à la demande de Helmut Käutner elle revient au cinéma avec «Ciel sans étoile». Elle compose un rôle délicieux qui laisse présager un nouveau départ cinématographique. L’année suivante, elle interprète le rôle de madame Bäumle dans «Anastasia, la dernière fille du tzar» de Falk Harnack. À la fin du tournage, Lucie Höflich est terrassée par une crise cardiaque. C’était le 9 octobre 1956, à Berlin.

© Philippe PELLETIER

copyright
1913Gendarm Möbius / Gensdarm Möbius – de Stellan Rye avec Georg Molenar
1919Freie liebe – de Max Mack avec Hermann Thimig
Maria Magdalene – de Reinhold Schünzel avec Wilhelm Diegelmann
1920Der langsame tod / Die nach liebe schmachten – de Carl Wilhelm avec Albert Paulig
Catherine la grande ( Katharina die grosse ) de Reinhold Schünzel avec Karl Platen
Die bestie im menschen – de Ludwig Wolff avec Eduard von Winterstein
1921L’héritière von Tordis ( die erbin von Tordis ) de Robert Dinesen avec Paul Otto
Les rats ( die ratten ) de Hanns Kobe avec Emil Jannings
Seefahrt ist not – de Rudolf Biebrach avec Hans Marr
1922Le verre d’eau ( ein glas wasser ) de Ludwig Berger avec Hans Brausewetter
Cendrillon ( der verlorene schuh ) de Ludwig Berger avec Paul Hartmann
1923La rue ( die straße ) de Karl Grune avec Max Schreck
1924L’agent secret ( der geheime agent ) de Erich Schönfelder avec Eugen Rex
Kaddisch – de Adolf Edgar Licho avec Lia Eibenschütz
1925Rêve de valse ( ein walzertraum ) de Ludwig Berger avec Willy Fritsch
Canard sauvage ( arme, kleine hedwig / das haus der lüge / das schicksal eines jungen mädchens ) de Lupu Pick avec Fritz Rasp
Götz von Berlichingen dit la main de fer ( Götz von Berlichingen zubenannt mit der eisernen hand ) de Hubert Moetz avec Leopold von Ledebur
Tartuffe ( herr Tartüff / Tartüff ) de Friedrich Wilhelm Murnau avec Werner Krauss
1926Bara en danserka / Nur eine tänzerin – de Olof Molander avec Hans Albers
1927Attractions ( manege ) de Max Reichmann avec Kurt Gerron
L’ange dangereux ( das gefährliche alter ) de Eugen Illes avec Bernhard Goetzke
La peau de castor ( der biberpelz ) de Erich Schönfelder avec Ernst Behmer
19301914, fleurs meurtries ( 1914, die letzten tage vor dem Weltbrand ) de Richard Oswald avec Albert Bassermann
1931Zum goldenen anker – de Alexander Korda avec Jakob Tiedtke
Stupéfiants ( der weiße dämon / das rauschgift ) de Kurt Gerron avec Peter Lorre
1932Strafsache von geldern / Willi Vogel, der Ausbrecherkönig / Case Van Geldern – de Willi Wolff avec Vladimir Sokoloff
Kampf – de Erich Schönfelder avec Alfred Abel
1933Fin de saison ( brennendes geheimnis ) de Robert Siodmak avec Willi Forst
1934Peer Gynt – de Fritz Wendhausen avec Hans Albers
1935L’enlèvement des Sabines ( der raub der sabinerinnen ) de Robert A. Stemmle avec Paul Westermeier
1936Schatten der vergangenheit – de Werner Hochbaum avec Gustav Diessl
Michel Strogoff ( der kurier des Zaren ) de Richard Eichberg avec Anton Walbrook
Fridericus ( der alte Fritz ) de Johannes Meyer avec Paul Bildt
1937La citadelle de Varsovie ( die warschauer zitadelle ) de Fritz Peter Buch avec Werner Hinz
Starke herzen / Starke herzen im sturm – de Herbert Maisch avec René Deltgen
Stimme des blutes – de Carmine Gallone avec Attila Hörbiger
Manège ( manege ) de Carmine Gallone avec Fita Benkhoff
1938War es der im 3. Stock ? / War es der im dritten Stock ? – de Carl Boese avec Paul Dahlke
L’appel de la montagne / Le défi ( der berg ruft ! ) de Luis Trenker avec Heidemarie Hatheyer
1939Tourbillon express / Danse autour du monde ( wir tanzen um die welt ) de Karl Anton avec Erik Ode
1940Le président Kruger ( Ohm Krüger ) de Hans Steinhoff avec Emil Jannings
Grandison, le félon ( der fuchs von Glenarvon / der wolf von Glenarvon ) de Max W. Kimmich avec Ferdinand Marian
1941Le grand match / Le grand jeu / Héros du football ( das große spiel ) de Robert A. Stemmle avec Heinz Engelmann
1942Weiße wäsche – de Paul Heidemann avec Philipp Manning
1943Tragique destin ( pagliacci / bajazzo / i pagliacci ) de Giuseppe Fatigati avec Paul Hörbiger
Jeune fille sans famille ( altes herz wird wieder jung ) de Erich Engel avec Viktor de Kowa
1955Ciel sans étoile ( himmel ohne sterne ) de Helmut Käutner avec Horst Buchholz
1956Anastasia, la dernière fille du tzar ( Anastasia – Die letzte zarentochter ) de Falk Harnack avec Ivan Desny
Fiche créée le 30 mai 2005 | Modifiée le 13 septembre 2017 | Cette fiche a été vue 4808 fois
PREVIOUSPhilip Seymour Hoffman || Lucie Höflich || Carola HöhnNEXT