CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Hilde Schneider
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Lucien Dalsace



Date et Lieu de naissance : 14 janvier 1893 (Chatou, France)
Date et Lieu de décès : 30 juillet 1980 (Hay-les-Roses, France)
Nom Réel : Gustave Louis Chalot

ACTEUR

Fils d’une famille d’industriels, Lucien Dalsace naît Gustave Louis Chalot le 14 janvier 1893, à Chatou en région parisienne, ville au bord de la Seine très prisée, à l’époque, par la bourgeoisie et les artistes. Lycéen, il se passionne pour le théâtre en organisant avec ses camarades des petits spectacles. Après son baccalauréat, il poursuit des études sur l’industrie de la soie, mais en cachette de ses parents, il joue dans des petits théâtres. Son père apprend ses escapades, Gustave lui rappelle que la famille comprend déjà une tante comédienne et un oncle chanteur d’opéra, convaincu, Monsieur Chalot finit par accepter que son fils se lance dans une carrière artistique.

Lorsque la Grande Guerre éclate, Gustave incorpore le Troisième Bataillon de Chasseurs où il fait la connaissance de l’acteur Jean Toulout, début d’une solide et durable amitié. Ensuite, il est envoyé dans l’aviation où, outre une participation active aux combats, il organise des représentations pour ses compagnons. La guerre terminée, il revient en héros. Sous le nom de Lucien Dalsace, il est engagé au Théâtre de Paris dirigé par Léon Volterra qui vient juste de succéder à la grande Gabrielle Réjane. De rôles en rôles, il devient l’un des jeunes premiers les plus en vue de du début des années vingt.

Ses faits d’arme, ses succès sur scène, mais également sa prestance et son beau visage qui fait chavirer les femmes, ne vont pas laisser le cinéma indifférent. En 1921, Lucien Dalsace débute à l’écran et en tête d’affiche, dans «La brute» avec André Nox, «La douloureuse comédie» avec Stacia Napierkowska, «L’amie d’enfance» avec Huguette Duflos, mais c’est surtout son double rôle dans «L’aviateur masqué» un sérial en huit volets mis en scène par Robert Péguy, qui va le rendre célèbre. Par la suite, il incarne le Marquis de Saint-Estelle dans «Vindicta» (1923) un des derniers cinéromans de Louis Feuillade, puis il est le père de «L’enfant des halles» (1924) de René Leprince et le journaliste Jacques Bellegarde dans le «Belphégor» (1926) de Henri Desfontaines. Il tourne également en vedette pour Henri Andréani, Gaston Ravel, Roger Goupillières, Henri Fescourt et René Hervil.

Lorsque le son met fin à l’infirmité du cinéma, est-ce Lucien Dalsace qui décide se s’éloigner des plateaux ? ou, son jeu trop théâtral qui effraie les producteurs ? Mais le fait est que sa carrière, pourtant prometteuse, est stoppée net. Pour subvenir aux besoins de sa famille, il devient négociant en parfumerie dans le Quartier Latin. Après huit ans d’éloignement, c’est par amitié pour Léon Mathot qu’il revient devant les caméras pour interpréter le vieux Georges dans «Cheri Bibi» (1937) aux cotés de Pierre Fresnay dans le rôle-titre. Pour le cinéaste, il va encore jouer le second du capitaine Pierre Renoir dans «Le révolté» (1938), puis un officier dans «Rappel immédiat» (1938) avec Erich von Stroheim. Il apparaît également aux cotés de Mathot dans «Deuxième bureau contre kommandantur» (1939), un film d’espionnage de Robert Bibal et René Jayet. Après une dernière prestation auprès de Sessue Hayakawa et Junie Astor dans «Patrouille blanche» (1941) de Christian Chamborant, il retourne à la négoce.

Marié depuis de nombreuses années à la comédienne Jane Marceau, Lucien Dalsace meurt le 30 juillet 1980, à son domicile de Hay-les-Roses, dans le Val-de-Marne.

© Philippe PELLETIER

copyright
1921L’aviateur masqué – de Robert Péguy avec Renée Carl
    Sérial en 8 épisodes
    1 : L’enjeu
    2 : Dans les airs
    3 : Les ailes brisées
    4 : La revanche de Hoffer
    5 : Faute de jeunesse
    6 : La journée des dupes
    7 : Le réveil d’une intelligence
    8 : Les ailes d’amour
La brute – de Daniel Bompard avec Louise Storza
La douloureuse comédie – de Théo Bergerat avec Stacia Napierkowska
L’amie d’enfance – de Félix Leonnec avec Huguette Duflos
1922Le crime de Monique – de Robert Péguy avec Yvette Andréyor
L’expiation – de Gennaro Dini avec Lise Jaffry
La loupiotte – de Georges Hatot avec Régine Dumien
Ziska / Ziska, la danseuse espionne – de Henri Andréani avec Blanche Derval
    Film en 3 parties
    1 : 1ère époque
    2 : 2ème époque
    3 : 3ème époque
1923Le vol – de Robert Péguy avec Paule Prielle
L’énigme du Mont Agel / Le mystère du Mont Agel – de Alfred Machin avec Janine Clairville
Ferragus – de Gaston Ravel avec René Navarre
Paternité – de Gennaro Dini avec André Nox
Vindicta – de Louis Feuillade avec Andrée Lionel
    Sérial en 5 épisodes
    1 : La terre qui tremble
    2 : L’intruse
    3 : L’emmurée
    4 : Le mariage de Blanche Césarin
    5 : Soir nuptial
1924Féliana l’espionne – de Gaston Roudès avec France Dhélia
Enfants de Paris / Enfants de Montmartre – de Albert-Francis Bertoni avec Félicien Tramel
L’enfant des halles – de René Leprince avec Suzanne Bianchetti
    Sérial en 8 épisodes
    1 : Le môme Berlingot
    2 : Le million du père Romèche
    3 : Le traquenard
    4 : L’appel mystérieux
    5 : L’héritière de Belmont
    6 : La main criminelle
    7 : Haine de femme
    8 : La vengeance d’un bandit
1925La douleur – de Gaston Roudès avec Constant Rémy
Les petits – de Gaston Roudès & Marcel Dumont avec Jean Dehelly
La maternelle / Petite mère – de Gaston Roudès avec Paul Ollivier
Oiseaux de passage – de Gaston Roudès avec Lucien Dalsace
1926Titi 1er, roi des gosses – de René Leprince avec Simone Vaudry
Le berceau de dieu / Les ombres du passé – de Fred Leroy-Granville avec Gina Relly
Belphégor – de Henri Desfontaines avec Elmire Vautier
    Film en 4 parties
    1 : Le mystère du Louvre
    2 : De mystère en mystère
    3 : Le fantôme noir
    4 : Les deux polices
1927Jalma la double – de Roger Goupillières avec Brindusa Grozavescu
L’occident – de Henri Fescourt avec Jaque Catelain
Le prince Jean – de René Hervil avec Renée Héribel
1928Le ruisseau – de René Hervil avec Louise Lagrange
1929La tentation – de René Leprince & René Barberis avec Claudia Victrix
1937Chéri-Bibi – de Léon Mathot avec Pierre Fresnay
1938Le révolté – de Léon Mathot avec Pierre Renoir
Rappel immédiat / Tango d’adieu – de Léon Mathot avec Erich von Stroheim
1939Deuxième bureau contre kommandantur – de René Jayet & Robert Bibal avec Junie Astor
1941Patrouille blanche / Le mystérieux monsieur Way – de Christian Chamborant avec Sessue Hayakawa
Fiche créée le 30 octobre 2008 | Modifiée le 4 octobre 2016 | Cette fiche a été vue 5148 fois
PREVIOUSMony Dalmès || Lucien Dalsace || DamiaNEXT