CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Anton Walbrook
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Lucien Raimbourg



Date et Lieu de naissance : 14 septembre 1903 (Villeneuve-Saint-Georges, France)
Date et Lieu de décès : 20 février 1973 (Paris, France)
Nom Réel : Lucien Pierre Raimbourg

ACTEUR
Image
1943 Adieu Léonard – de Pierre Prévert avec Charles Trénet, Pierre Brasseur, Denise Grey & Julien Carette
Image
1957 Sans famille – de André Michel avec Gino Cervi, Pierre Brasseur, Bernard Blier & Simone Renant
Image
1962 Un singe en hiver – de Henri Verneuil avec Jean Gabin, Jean-Paul Belmondo & Suzanne Flon
Image
1970 Ils – de Jean Daniel Simon avec Charles Vanel, Alexandra Stewart & Michel Duchaussoy

Silhouette courbée, regard madré et voix rocailleuse, partant parfois dans les aigus, comme celle de son illustre cousin Bourvil, Lucien Raimbourg avait tout du paysan matois. Artiste complet, né à Villeneuve Saint-Georges le 14 septembre 1903, il commence par faire du cabaret et du music-hall. Puis, il s’oriente vers la scène, choisissant un répertoire contemporain et plutôt ardu: il interprète ainsi un des deux vagabonds de la célèbre pièce de Beckett, «En attendant Godot», (1953) mise en scène par Roger Blin, puis le rôle principal d’«Amédée» (1954), une pièce d’Ionesco, où il incarne un écrivain perturbé par le cadavre qui gît dans la chambre voisine. On le voit encore dans des œuvres de Pirandello, comme «Ce soir on improvise» (1957), de Brecht pour «La vie de Galilée» (1963), mis en scène par Georges Wilson, ou de George Bernard Shaw, «On ne peut jamais dire» (1963) avec Caroline Cellier. Il aborde aussi le théâtre classique, avec le «Turcaret» (1960) de Lesage, où il joue l’usurier Rafle, ou encore «l’illusion comique» (1965), de Corneille, où il campe Pridamant, qui ne se console pas de la disparition de son fils Clindor.

Au cinéma, où sa carrière débute à l’orée des années 30, ses rôles sont le plus souvent épisodiques et il compose ainsi de fugaces silhouettes de gardiens dans «Les salauds vont en enfer» (1955) de Robert Hossein, de médecins, «Ces dames préfèrent le mambo» (1957) de Bernard Borderie), de gendarmes «Sans famille» (1957) de André Michel) ou encore de notables «La pendule à Salomon» (1960) de Vicky Ivernel. Il arrive cependant que Lucien Raimbourg s’installe un peu plus longtemps sur l’écran: il incarne ainsi un petit malfrat dans «Le rouge est mis» (1957) de Gilles Grangier, avec Jean Gabin, un apiculteur ami de Jacques Riberolles dans «C’est arrivé à 36 chandelles» (1957) de Henri Diamant-Berger, ou encore un cafetier qui fabrique de faux papiers pour Lino Ventura dans «Douze heures d’horloge» (1959) de Geza von Radvanyi. Coiffant plutôt la casquette que la perruque, Lucien Raimbourg semble peu fait pour arborer des jabots en dentelle et des pourpoints brodés. Et pourtant, Abel Gance lui confie, en 1959, le rôle inattendu de Fouché dans son «Austerlitz». Deux ans plus tard, dans le «Cartouche» de Philippe de Broca, il dessine avec génie le portrait d’un maréchal cacochyme et gâteux, qui songe plus à courir le guilledou qu’à livrer bataille à l’ennemi. Il incarne encore, dans «L’assassin viendra ce soir» (1962) de Jean Maley, un scientifique, qui s’écroule dans son laboratoire, frappé par une crise cardiaque suspecte. Dans «Chair de poule» (1963), polar méconnu de Julien Duvivier, Lucien Raimbourg compose la silhouette sans concession d’un paysan libidineux et fureteur, qui dérange les plans de Robert Hossein. Il finit sa carrière au cinéma en incarnant un vieillard dans «Les yeux fermés» (1972) de Joël Santoni.

On voit aussi beaucoup la silhouette dégingandée de Lucien Raimbourg sur le petit écran. Il fréquente le «Théâtre de la jeunesse» de Claude Santelli, prête sa voix au druide Panoramix dans «Astérix le Gaulois», en 1967, participe à des séries populaires, comme «En votre âme et conscience» (1968), ou «Les cinq dernières minutes», où, de 1959 à 1971, il participe à six épisodes. Il est aussi le professeur Cloutier du «Voyageur des siècles» (1971), un des rares feuilletons de science-fiction produits par la télévision française. Il incarne encore Joshua, le garde des clés de la Reine, dans une adaptation télévisée du drame d’Hugo, «Marie Tudor» (1966) et joue aux côtés de Claude Brasseur dans «Les nouvelles aventures de Vidocq». Lucien Raimbourg s’éteint à Paris le 20, février 1973.

© Jean-Pascal LHARDY

copyright
1932L’affaire est dans le sac – de Pierre Prévert avec Julien Carette
1933Ciboulette – de Claude Autant-Lara avec Simone Berriau
1934Minuit place Pigalle – de Roger Richebé avec Raimu
CM Un chien qui raccroche ( por un perro chico, una mujer ) de Santiago de la Concha avec Sylvia Bataille
1935 CM Le commissaire est bon enfant, le gendarme est sans pitié – de Jacques Becker & Pierre Prévert avec Marcel Duhamel
1943Adieu Léonard / La bourse ou la vie – de Pierre Prévert avec Charles Trénet
1946Voyage surprise – de Pierre Prévert avec Maurice Baquet
1947 CM Une aventure de Polop – de Walter Kapps avec Sinoël
1950Trafic sur les dunes – de Jean Gourguet avec Suzy Prim
1952Nous sommes tous des assassins – de André Cayatte avec Raymond Pellegrin
1953Avant le déluge – de André Cayatte avec Isa Miranda
Le chevalier de la nuit – de Robert Darène avec Renée Saint-Cyr
1954Tout chante autour de moi – de Pierre Gout avec Marcel Mouloudji
L’air de Paris – de Marcel Carné avec Arletty
Le dossier noir – de André Cayatte avec Bernard Blier
1955La plus belle des vies – de Claude Vermorel avec Jean-Pierre Kérien
Cette sacrée gamine – de Michel Boisrond avec Brigitte Bardot
Les salauds vont en enfer – de Robert Hossein avec Henri Vidal
1956La vie est belle – de Jean-Marc Thibault & Roger Pierre avec Jean Poiret
1957Celui qui doit mourir – de Jules Dassin avec Roger Hanin
Le rouge est mis – de Gilles Grangier avec Jean Gabin
C’est arrivé à trente-six chandelles – de Henri Diamant-Berger avec Jane Sourza
Sans famille – de André Michel avec Gino Cervi
Rafles sur la ville – de Pierre Chenal avec Bella Darvi
Elisa / La fille Elisa – de Roger Richebé avec Serge Reggiani
Echec au porteur – de Gilles Grangier avec Paul Meurisse
Ces dames préfèrent le mambo – de Bernard Borderie avec Pascale Roberts
La vie à deux – de Clément Duhour avec Lilli Palmer
1958Les naufrageurs – de Charles Brabant avec Dany Carrel
Le désordre et la nuit – de Gilles Grangier avec Nadja Tiller
Sérénade au Texas – de Richard Pottier avec Bourvil
Le petit prof – de Carlo Rim avec Darry Cowl
Les jeux dangereux – de Pierre Chenal avec Pascale Audret
Du rififi chez les femmes – de Alex Joffé avec Robert Hossein
L’increvable – de Jean Boyer avec Line Renaud
1959Les tripes au soleil – de Claude Bernard-Aubert avec Roger Blin
Douze heures d’horloge ( ihr verbrechen war liebe ) de Géza von Radványi avec Eva Bartok
La sentence – de Jean Valère avec Roger Hanin
Austerlitz – de Abel Gance avec Pierre Mondy
125 Rue Montmartre – de Gilles Grangier avec Lino Ventura
La corde raide – de Jean-Charles Dudrumet avec François Périer
Le dialogue des carmélites – de Raymond Leopold Bruckberger & Philippe Agostini avec Jeanne Moreau
1960Plein feux sur l’assassin – de Georges Franju avec Pierre Brasseur
L’engrenage – de Max Khalifa avec Monique Messine
La pendule à Salomon – de Vicky Ivernel avec Daniel Ivernel
CM Cantate profane – de Jean-Marie Isnard avec Pauline Carton
1961Cartouche – de Philippe de Broca avec Jean-Paul Belmondo
À rebrousse poil / Les piqués / Les mordus – de Pierre Armand avec Noël Roquevert
Dynamite Jack – de Jean Bastia avec Fernandel
1962Le caporal épinglé – de Jean Renoir avec Jean-Pierre Cassel
Un singe en hiver – de Henri Verneuil avec Suzanne Flon
L’assassin viendra ce soir / L’assassin – de Jean Maley avec Paulette Dubost
1963Chair de poule – de Julien Duvivier avec Catherine Rouvel
L’homme de Rio – de Philippe de Broca avec Françoise Dorléac
CM Le cheval de bataille – de Claude Guillemot avec Hubert Deschamps
1964Les Pieds Nickelés – de Jean-Claude Chambon avec Jean Rochefort
1965Le dix-septième ciel – de Serge Korber avec Marie Dubois
Question d’honneur ( una questione d’onore ) de Luigi Zampa avec Ugo Tognazzi
Dix petits indiens ( ten little indians / and then there were none / Anna Christie’s ten little indians ) de George Pollock avec Shirley Eaton
1966Un idiot à Paris – de Serge Korber avec Jean Lefebvre
1967La femme écarlate – de Jean Valère avec Maurice Ronet
DA Astérix le gaulois – de Ray Goossens
    Seulement voix
1968 DA Astérix et Cléopâtre – de René Goscinny, Albert Uderzo & Lee Payant
    Seulement voix
CM Marie-Josèphe et l’empereur – de Jean-Michel Barjol avec Germaine Montero
1969Les caprices de Marie – de Philippe de Broca avec Marthe Keller
Paix sur les champs – de Jacques Boigelot avec Héléna Manson
1970L’île aux coquelicots – de Salvatore Adamo avec Pierre Vaneck
Jupiter – de Jean-Pierre Prévost avec Georgette Anys
Ils – de Jean Daniel Simon avec Charles Vanel
Atout sexe / Flash love – de Max Khalifa avec Sandra Julien
Le traité du rossignol – de Jean Flechet avec Roger Blin
1971La cavale – de Michel Mitrani avec Geneviève Page
Le traité du rossignol – de Jean Fléchet avec Françoise Brion
Défense de jouer – de Jean-Jacques Grand-Jouan avec Pascale Audret
    Inédit
1972La plus longue nuit du diable / Au service du diable / La nuit des pétrifiés / Service du diable ( castle of death / the devil walks at midnight / the devil’s longest night / the devil’s nightmare / la notte piu lunga del diavolo / succubus / la terrificante notte del demonio / vampire playgirls ) de Jean Brismée avec Jean Servais
Les yeux fermés – de Joël Santoni avec Marcel Dalio
Une journée dans la vie d’Emmanuel – de Claude Weisz avec Germaine Montero
1973Na ! – de Jacques Martin avec Danièle Evenou
Fiche créée le 8 décembre 2009 | Modifiée le 21 mars 2017 | Cette fiche a été vue 5374 fois
PREVIOUSUmberto Raho || Lucien Raimbourg || RaimuNEXT