CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Sally Eilers
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Luigi Pistilli



Date et Lieu de naissance : 19 juillet 1929 (Grosseto, Italie)
Date et Lieu de décès : 21 avril 1996 (Milan, Italie)
Nom Réel : Luigi Pistilli

ACTEUR

C’est à Grosseto, en Toscane, qu’est né Luigi Pistilli, le 19 juillet 1929. Très tôt attiré par une carrière de comédien, il part étudier l’art dramatique au Piccolo Teatro de Milan, où il rencontre le metteur en scène Giorgio Strehler qui le fera débuter sur scène. Notons que certaines sources lui prêtent une brève apparition dans «Les passagers de la nuit» (1947) de Delmer Daves, avec Humphrey Bogart. Quoi qu’il en soit, c’est au théâtre que Luigi Pistilli fait ses armes, devenant au fil du temps un interprète réputé des œuvres de Bertolt Brecht, notamment «L’opéra de quat’sous» et «Sainte-Jeanne des abattoirs».

Le cinéma fait appel à lui en 1961, pour un rôle secondaire dans «Walter e i suoi cugini» auprès de Walter Chiari. Mais c’est grâce à Sergio Leone que Luigi Pistilli décroche son premier rôle important: dans «Et pour quelques dollars de plus» (1965), il interprète le complice d’El Indio, bandit incarné par Gian Maria Volonté. Le western spaghetti est un tout nouveau genre qui rencontre un immense succès public, et Luigi Pistilli saura intelligemment tirer profit de cette mode. Leone lui offre à nouveau un rôle inoubliable dans «Le bon, la brute et le truand» (1966), dans lequel il joue le frère de Tuco, reconverti dans la vie religieuse et désapprouvant la vie dissolue de son frère interprété par Eli Wallach. Grand, élancé, le regard sombre, il se montre très à l’aise dans les rôles de personnages infâmes et sinistres, en particulier dans «Le grand silence» (1967) avec Klaus Kinski et Jean-Louis Trintignant, où il est un ancien chasseur de primes. Visage familier du cinéma populaire italien, on peut aussi le voir dans quelques polars comme «Rome contre Chicago» et «Les intouchables» (1968), deux films avec John Cassavetes. Il fait partie de la distribution (très internationale) de «De la part des copains» (1970), avec notamment Charles Bronson et James Mason.

Dans les années soixante-dix, le western spaghetti est en perte de vitesse, et Luigi Pistilli, s’adaptant sans problèmes aux aléas de la mode, se retrouve dans quelques bons thrillers italiens, généralement dans des rôles de policiers, comme dans «La queue du scorpion» de Sergio Martino et «Milan Calibre 9» (1971) de Fernando Di Leo. La même année, il s’impose en tueur dans un slasher mémorable de Mario Bava, «La baie sanglante». Ecrivain alcoolique dans «Ton vice est une chambre close dont moi seul ai la clé» (1972) avec Edwige Fenech, on le remarque aussi dans «Les suspects» (1974), enquête policière rondement menée par Michel Wynn. Homme d’église dans «La possédée» qui s’inspire de «L’exorciste», il a Lino Ventura pour partenaire dans l’excellent «Cadavres exquis» (1976) de Francesco Rosi. Dès lors, ses apparitions cinématographiques se font rares et il se reconvertit dans la télévision, tout en poursuivant sa carrière au théâtre, qu’il n’a jamais quitté.

En 1996, il interprète la pièce «Tosca» de Terence Rattigan, où il donne la réplique à son ex-femme, l’actrice et chanteuse Milva. Mais la pièce devient vite la cible de la critique, qui l’accueille très mal et l’accable de commentaires assassins. Luigi Pistilli, acteur exigeant et d’un grand professionnalisme, en a été considérablement affecté. Déjà fragilisé par sa rupture d’avec Milva, il sombre dans la dépression et se suicide le 21 avril à Milan, en ingurgitant des barbituriques avant de se pendre avec des vêtements, alors qu’il devait monter sur scène pour la dernière représentation de «Tosca».

© Simon BENATTAR-BOURGEAY

copyright
1961Walter e i suoi cugini – de Marino Girolami avec Walter Chiari
1965Et pour quelques dollars de plus ( per qualche dollaro in più ) de Sergio Leone avec Clint Eastwood
Cent mille dollars pour Lassiter ( 100.000 dollari per Lassiter / centomila dollari per Lassiter / la muerte cumple condena / dollars for a fast gun / one hundred thousand dollars for Lassiter ) de Joaquín Luis Romero Marchent avec Pamela Tudor
1966Le bon, la brute et le truand ( il buono, il brutto, il cattivo ) de Sergio Leone avec Eli Wallach
Texas, addio ( adiós, Texas / the avenger / goodbye Texas ) de Ferdinando Baldi avec Franco Nero
1967À chacun son dû ( a ciascuno il suo ) de Elio Petri avec Irene Papas
La mort était au rendez-vous / D’homme à homme ( da uomo a uomo / as man to man / death rides a horse ) de Giulio Petroni avec Lee Van Cleef
La lunga sfida / Du stirbst um sechs in Tetuan – de Mohamed Tazi & Nino Zanchin avec Giorgio Ardisson
Les protagonistes ( i protagonisti ) de Marcello Fondato avec Sylva Koscina
L’adorable corps de Deborah ( il dolce corpo di Deborah / the sweet body of Deborah / the body ) de Romolo Guerrieri avec Carroll Baker
Le grand silence ( il grande silenzio ) de Sergio Corbucci avec Klaus Kinski
1968Rome comme Chicago ( Roma come Chicago / banditi a Roma ) de Alberto De Martino avec John Cassavetes
L’amour à cheval ( la matriarca ) de Pasquale Festa Campanile avec Catherine Spaak
L’amante di Gramigna / Lyubovnitzite na Graminya – de Carlo Lizzani avec Stefania Sandrelli
La religieuse de Monza ( la monaca di Monza ) de Eriprando Visconti avec Anne Heywood
Les intouchables ( gli intoccabili ) de Giuliano Montaldo avec Gena Rowlands
DO Western, italian style – de Patrick Morin avec Enzo G. Castellari
    Seulement apparition
1969Sur ordres du führer / Sous les ordres du führer ( la battaglia d’Inghilterra / el largo día del águila / battle squadron / eagles over London ) de Enzo G. Castellari avec Van Johnson
Un tueur nommé Luke ( la notte dei serpenti ) de Giulio Petroni avec Chelo Alonso
1970De la part des copains ( cold sweat / l’uomo dalle due ombre ) de Terence Young avec James Mason
Vague de chaleur ( ondata di calore ) de Nelo Risi avec Jean Seberg
Veruschka ( Veruschka, poesia di una donna ) de Franco Rubartelli avec Veruschka von Lehndorff
Tre nel mille – de Franco Indovina avec Marina Berti
    Seulement voix de Carmelo Bene
1971La queue du scorpion ( la coda dello scorpione / case of the scorpion’s tail / la cola del escorpión / scorpion’s tail ) de Sergio Martino avec Anita Strindberg
L’iguana dalla lingua di fuoco – de Riccardo Freda avec Valentina Cortese
La baie sanglante ( reazione a catena / ecologia del delitto / l’antefatto / a bay of blood /before the fact-ecology of a crime / bloodbath / bloodbath bay of blood / carnage/ the ecology of a crime / last house on the left, part II / new house on the left / twitch of the death nerve) de Mario Bava avec Claudine Auger
Milan calibre 9 ( Milano calibro 9 ) de Ferdinando Di Leo avec Lionel Stander
Le soleil dans la peau / L’amour dans la peau ( il solle nella pelle ) de Giorgio Stegani avec Ornella Muti
1972Ton vice est une chambre close dont moi seul ai la clé ( il tuo vizio è una stanza chiusa e solo io ne ho la chiave ) de Sergio Martino avec Edwige Fenech
Exorcisme tragique : Les monstres se mettent à table ( un bianco vestito per Marialé ) de Romano Scavolini avec Ida Galli
Estratto dagli archivi segreti della polizia di una capital europea – de Riccardo Freda avec Irina Demick
Il gatto di Brooklyn aspirante detective – de Oscar Brazzi avec Franco Franchi
Number one – de Gianni Buffardi avec Claude Jade
Un camino / One way – de Jorge Darnell avec Mimsy Farmer
Il testimone deve tacere – de Giuseppe Rosati avec Rossana Schiaffino
1973Gli assassini sono nostri ospiti / The killers are our guests – de Voncenzo Rigo avec Margaret Lee
L’emprise de la main noire ( la mano nera / la mano nera prima della mafia … piu della mafia ) de Antonio Raccioppi avec Philippe Leroy
Delitto d’autore – de Mario Sabatini avec Sylva Koscina
1974La possédée ( l’ossessa ) de Mario Gariazzo avec Stella Carnacina
Les suspects – de Michel Wynn avec Bruno Cremer
Peccato senza malizia – de Theo Campanelli avec Francesca Romana Coluzzi
Cagliostro – de Daniele Pettinari avec Curd Jürgens
1975Due magnum 38 per una città di carogne – de Mario Pinzauti avec Gordon Mitchell
Mitgift – de Michael Verhoeven avec Senta Berger
Parties déchaînées ( la principessa nuda ) de Cesare Canevari avec Tina Aumont
1976Cadavres exquis ( cadaveri eccellenti ) de Francesco Rosi avec Lino Ventura
La moglie di mio padre – de Andrea Bianchi avec Carroll Baker
1977Les jours de prison ( Antonio Gramsci : i giorni del carcere ) de Lino Del Fra avec Mimsy Farmer
1985Mamma Ebe – de Carlo Lizzani avec Laura Betti
1986Una casa in bilico – de Antonietta de Lillo & Giorgio Magliulo avec Marina Vlady
1989Mal d’Africa – de Sergio Martino avec James Mitchum
1993L’amante senza volto – de Gerardo Fontana avec Valeria Cavalli
Fiche créée le 1 décembre 2011 | Modifiée le 3 juillet 2015 | Cette fiche a été vue 2553 fois
PREVIOUSMarie-France Pisier || Luigi Pistilli || Sacha PitoëffNEXT