CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Paul Amiot
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Luis Buñuel



Date et Lieu de naissance : 22 février 1900 (Calanda, Espagne)
Date et Lieu de décès : 29 juillet 1983 (Mexico, District Fédéral, Mexique)
Nom Réel : Luis Buñuel Portolés

REALISATEUR
Image
1950 Les réprouvés (los olvidados) de Luis Buñuel avec Alfonso Mejía, Roberto Cobo & Miguel Inclán
Image
1958 Nazarin (Nazarín) de Luis Buñuel avec Francisco Rabal, Marga López, Rita Macedo & Ofelia Guilmáin
Image
1963 Le journal d’une femme de chambre – de Luis Buñuel avec Jeanne Moreau, Daniel Ivernel & Georges Géret
Image
1974 Le fantôme de la liberté – de Luis Buñuel avec Monica Vitti, Jean-Claude Brialy & Michel Piccoli

Luis Buñuel, fils aîné d’une famille de sept enfants, naît le 22 févier 1900, à Calanda en Aragon. Son père enrichi dans le commerce de la quincaillerie vient d’épouser, à quarante-cinq ans, une jeune fille de dix-sept ans, María Portolés Cerezuela. Il fait ses études chez les Jésuites, à Saragosse. Licencié en philosophie et lettres, il connaît à l’université de Madrid: Federico García Lorca et Salvador Dalí. À la mort de son père, en 1923, il part s’installer à Paris où il s’initie au cinéma auprès de Jean Epstein. Il y rencontre sa future femme Jeanne Rucar, championne olympique, qu’il épouse en 1934. Elle lui donnera deux fils, Juan Luis qui deviendra cinéaste et Rafael.

En 1928, Luis Buñuel écrit avec Dali un scénario «Où tout devra être irrationnel et irrévérencieux». Est né «Un chien andalou». En 1930 c’est «L’âge d’or». Interdit à Paris, il ne sera plus projeté pendant cinquante ans. En 1932, il rompt avec les surréalistes et tourne le documentaire sur «Terre sans pain» (pauvre village d’Extremadura), interdit par la seconde république espagnole pour son parti pris misérabiliste. Il fonde, en 1935, la société Filmófono grâce à des capitaux empruntés à sa mère. Il produit notamment «La hija de Juan Simón» (1935) dirigé par José Luis Sáenz de Heredia et «¿Quién me quiere a mí?» (1936) avec Fernando Freyre de Andrade. Au début de la guerre civile, il est nommé coordonnateur de la propagande au service d’information de l’Ambassade d’Espagne, à Paris, et écrit, produit et monte le film de propagande «Madrid 36» (1936) de Jean-Paul Le Chanois. En 1938, Buñuel retrouve les États-Unis où il doit superviser deux films au profit du gouvernement républicain. Il y reste jusqu’en 1946 puis il gagne le Mexique où il passera trente-six ans de sa vie. Il y tournera plus de la moitié de ses œuvres. Il dirige, en 1946, Jorge Negrete et Libertad Lamarque dans «Gran Casino», un drame musical, et adopte la nationalité mexicaine.

Les années cinquante lui apportent la gloire en France, avec «Les réprouvés» (1950). Suivront bien d’autres chefs-d’œuvre, dont «Nazarín» (1958) avec Francisco Rabal. En 1961, Luis Buñuel revient en Espagne pour tourner «Viridiana», l’histoire d’une jeune fille élevée au couvent, presque violée par son vieil oncle interprété par Fernando Rey. Le film est bien évidemment interdit dans l’Espagne franquiste, mais lui gagne une Palme d’or à Cannes. En 1966, il dirige Catherine Deneuve dans «Belle de jour» (Lion d’or à Venise). L’année de la mort de sa mère (1969), il retrouve la belle actrice pour tourner «Tristana» (1970), à Tolède. En 1972 il réalise «Le charme discret de la bourgeoisie» tandis que Fernando Rey s’est transformé en alter ego cinématographique du réalisateur. En 1982, Buñuel publie «Mi último suspiro» où il analyse ses œuvres. Atteint d’une insuffisance hépatique, il s’éteint à Mexico, le 29 juillet 1983. Selon son désir ses cendres sont dispersées sans témoin et sans cérémonie dans un lieu ignoré du public.

Luis Buñuel, cet athée mystique, provocateur obsessionnel un peu pervers, perpétuel rebelle rempli de paradoxes (fils à papa élevé par une mère très pieuse, pater familias à la maison) a créé une œuvre unique, véritable monument du septième art. Il y règne un pessimisme désespérant qui transforme l’homme, en un pauvre pantin angoissé. Et pourtant, quel charme spécial et envoûtant, quel magnifique reflet d’une certaine Espagne, pleine de violence et de démesure. À voir et à revoir de toute urgence !

© Caroline HANOTTE

copyright
1926Carmen – de Jacques Feyder avec Gaston Modot
    Seulement interprétation
Mauprat – de Jean Epstein avec Sandra Milovanoff
    Seulement assistant réalisateur
1927La sirène des tropiques – de Henri Etievant & Mario Nalpas avec Josephine Baker
    Seulement assistant réalisateur
1928La chute de la maison Usher – de Jean Epstein avec Jean Debucourt
    Seulement assistant réalisateur
CM Un chien andalou – de Luis Buñuel avec Pierre Batcheff
    + scénario, production, interprétation & montage
1930L’âge d’or – de Luis Buñuel avec Gaston Modot
    + scénario, montage & musique
CM Menjant garotes – de Luis Buñuel
    + scénario & montage
1932 CM Terre sans pain ( las hurdes / tierra sin pan ) de Luis Buñuel
    + scénario, production & montage
1935Don Quintín el amargao – de Luis Marquina avec Alfonso Muñoz
    Seulement scénario & supervision
La hija de Juan Simón – de Nemesio M. Sobrevila & José Luis Sáenz de Heredia avec Carmen Amaya
    Seulement supervision, production & interprétation
1936 DO Madrid 36 ( España / España leal en armas ) de Jean-Paul Le Chanois
    Seulement scénario, production & supervision du montage
¿ Quién me quiere a mí ? – de José Luis Sáenz de Heredia avec José Baviera
    Seulement scénario & production
1937 ¡ Centinela, alerta ! – de Jean Grémillon avec José Luis Sáenz de Heredia
    Seulement scénario & production
1940El Vaticano de Pio XII – de Luis Buñuel
1946Tampico ( Gran Casino / en el viejo Tampico ) de Luis Buñuel avec Jorge Negrete
1949Le grand noceur ( el gran calavera ) de Luis Buñuel avec Gustavo Rojo
1950Les réprouvés ( los olvidados ) de Luis Buñuel avec Estela Inda
    + scénario
    Ariel d’Or, Mexique

    Ariel d’Argent du meilleur réalisateur, Mexique

    Ariel d’Argent du meilleur sujet original, Mexique

    Ariel d’Argent du meilleur scénario ou adaptation, Mexique

    Prix de la mise en scène au festival du cinéma de Cannes, France

Susana, l’impure / Suzanne la perverse ( Susana / carne y demonio ) de Luis Buñuel avec Fernando Soler
    + scénario
Si usted no puede, yo sí – de Julián Soler avec Pepe Iglesias
    Seulement scénario
1951Une femme sans amour ( una mujer sin amor ) de Luis Buñuel avec Elda Peralta
    + scénario
Don Quintin, l’amer ( la hija del engaño / Don Quintín el amargao ) de Luis Buñuel avec Alicia Caro
    + scénario
La montée au ciel ( subida al cielo ) de Luis Buñuel avec Lilia Prado
    + scénario
    Ariel d’Or, Mexique

    Ariel d’Argent du meilleur réalisateur, Mexique
1952Tourments ( él ) de Luis Buñuel avec Arturo de Córdova
    + scénario
L’enjôleuse / La brute ( el bruto ) de Luis Buñuel avec Katy Jurado
    + scénario
1953Robinson Crusoë ( las aventuras de Robinson Crusoe ) de Luis Buñuel avec Dan O’Herlihy
    + scénario
    Ariel d’Or, Mexique

    Ariel d’Argent du meilleur réalisateur, Mexique

    Ariel d’Argent du meilleur scénario ou adaptation, Mexique

On a volé un tram ( la ilusíon viaja en tranvía ) de Luis Buñuel avec Carlos Navarro
    + scénario
Les hauts de Hurlevent ( abismos de pasíon / cumbres borrascosas ) de Luis Buñuel avec Jorge Mistral
    + scénario
1954Le rio de la mort / Le fleuve de la mort ( el río y la muerte ) de Luis Buñuel avec Silvia Derbez
    + scénario
1955La vie criminelle d’Archibald de la Cruz ( ensayo de un crimen / la vida criminal de Archibaldo de la cruz ) de Luis Buñuel avec Miroslava Stern
    + scénario
    Ariel d’Or, Mexique

    Ariel d’Argent du meilleur réalisateur, Mexique

    Ariel d’Argent du meilleur scénario ou adaptation, Mexique

Cela s’appelle l’aurore ( asi es la aurora ) de Luis Buñuel avec Lucia Bosè
    + scénario
1956La mort en ce jardin – de Luis Buñuel avec Simone Signoret
    + scénario
1958Nazarin ( Nazarín ) de Luis Buñuel avec Francisco Rabal
    + scénario
    Prix International au festival du cinéma de Cannes, France

    Bodil du meilleur film non-européen, Danemark
1959La fièvre monte à El Pao ( los ambiciosos ) de Luis Buñuel avec Maria Félix
    + scénario
1960La jeune fille ( la joven / the young one / white trash / island of shame ) de Luis Buñuel avec Zachary Scott
    + scénario
    Mention spéciale au festival du cinéma de Cannes, France
1961Viridiana – de Luis Buñuel avec Fernando Rey
    + scénario
    Palme d’Or au festival du cinéma de Cannes, France

    Prix International du meilleur film étranger aux prix de l’Académie du cinéma Français, France
1962L’ange exterminateur ( el ángel exterminator ) de Luis Buñuel avec Silvia Pinal
    + scénario
    Prix FIPRESCI au festival du cinéma de Cannes , France

    Bodil du meilleur film non-européen, Danemark
1963Le journal d’une femme de chambre – de Luis Buñuel avec Jeanne Moreau
    + scénario & montage
1964Les bandits / La charge des rebelles ( llanto por un bandito / cavalieri della vendetta ) de Carlos Saura avec Lea Massari
    Seulement interprétation
DO Cinéma de notre temps : Luis Buñuel – de Robert Valey avec Georges Sadoul
    Seulement apparition
1965Simon du desert ( Simón del desierto ) de Luis Buñuel avec Claudio Brook
    + scénario
    Prix FIPRESCI au festival du cinéma de Venise, Italie

    Prix spécial du jury au festival du cinéma de Venise, Italie

Dans ce village, il n’y a pas de voleurs ( en este pueblo no hay ladrones ) de Albert Isaac avec Alfonso Arau
    Seulement interprétation
1966Belle de jour – de Luis Buñuel avec Catherine Deneuve
    + scénario
    Lion d’Or au festival du cinéma de Venise, Italie

    Prix Pasinetti du meilleur film au festival du cinéma de Venise, Italie

    Prix du meilleur film par le syndicat français de la critique du cinéma, France

    Bodil du meilleur film non-européen, Danemark
1968La voie lactée – de Luis Buñuel avec Delphine Seyrig
    + scénario, apparition, voix & musique
    Prix Interfilm au festival international du cinéma de Berlin, Allemagne
1970Tristana – de Luis Buñuel avec Franco Nero
    + scénario & production
    Prix CEC du meilleur réalisateur par le cercle des écrivains de cinéma, Espagne

DO El náufrago de la Calle Providencia – de Rafael Castanedo & Arturo Ripstein avec Lilia Prado
    Seulement apparition
1971 CM Una historia decente – de Gerardo García avec Pilar Esteras
    Seulement scénario
1972Le moine – de Adonis Kyrou avec Nicol Williamson
    Seulement scénario
Le charme discret de la bourgeoisie – de Luis Buñuel avec Bulle Ogier
    + scénario & effets sonores
    BAFTA du meilleur scénario aux British Academy Awards, Grande-Bretagne

    Prix NSFC du meilleur réalisateur par la société nationale des critiques de cinéma, USA

    Prix du meilleur film par le syndicat français de la critique du cinéma, France
1974Le fantôme de la liberté – de Luis Buñuel avec Monica Vitti
    + scénario, apparition & effets sonores
    Ruban d’Argent du meilleur réalisateur d’un film étranger par le syndicat national italien des journalistes de cinéma, Italie
1977Cet obscur objet du désir ( ese oscuro objeto del deseo ) de Luis Buñuel avec Carole Bouquet
    + scénario
    Prix NSFC du meilleur réalisateur par la société nationale des critiques de cinéma, USA

    Prix NBR du meilleur réalisateur par la National Board of Review, USA

    Prix CEC du meilleur réalisateur par le cercle des écrivains de cinéma, Espagne
AUTRES PRIX :
      
    Prix FIPRESCI mention honorable au festival international du cinéma de Berlin, Allemagne ( 1969 )

    Prix d’honneur au festival international du cinéma de Moscou, URSS ( 1979 )

    Lion d’Or pour sa carrière au festival du cinéma de Venise, Italie (1982 )
Fiche créée le 28 février 2006 | Modifiée le 10 mars 2017 | Cette fiche a été vue 10499 fois
PREVIOUSPaul Buissonneau || Luis Buñuel || Patrick BurgelNEXT