CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Gerhard Riedmann
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Luis César Amadori



Date et Lieu de naissance : 28 mai 1902 (Pescara, Italie)
Date et Lieu de décès : 5 juin 1977 (Buenos Aires, Argentine)
Nom Réel : Luigi Luis César Amadori

REALISATEUR
Image
1939 Caminito de Gloria – de Luis César Amadori avec Libertad Lamarque, Roberto Airaldi & Miguel Gómez Bao
Image
1948 Le mendiant de minuit (Dios se lo pague) de Luis César Amadori avec Arturo de Córdova & Zully Moreno
Image
1961 Magdalena, péché d’amour (Magdalena) de Luis César Amadori avec Sara Montiel & Gérard Tichy
Image
1965 Más bonita que ninguna – de Luis César Amadori avec Rocío Dúrcal, Luigi Giuliani & María Isbert

Luis César Amadori voit le jour le 28 mai 1902 à Pescara dans les Abruzzes (Italie) mais il émigre en Argentine avec ses parents alors qu’il est à peine âgé de cinq ans. Dans les années vingt, il abandonne ses études universitaires pour devenir journaliste et faire notamment des reportages sur le théâtre et les comédiens en vogue de l’époque. Il devient ensuite librettiste d’opérettes puis directeur et propriétaire du théâtre Maipo de Buenos Aires. Amadori écrit alors des textes de chansons dont bien sûr des tangos, certaines sont même interprétées par le mythique Carlos Gardel.

Mais la célébrité de Luis César Amadori va devenir essentiellement cinématographique à partir de 1935 quand il codirige avec Mario Soffici son premier film. Et jusque dans le milieu des années cinquante, il est l’un des cinéastes les plus prolifiques et les plus appréciés en Argentine. Il est aussi le scénariste et le dialoguiste de beaucoup de ses films et écrit à l’occasion les chansons qui les illustrent. Il use parfois des pseudonymes de Gabriel Peña et de Luis Martín de San Vicente. Sa filmographie très variée comprend des drames, des comédies, des films musicaux et même des thèmes historiques ou religieux. Nous pouvons ainsi citer parmi beaucoup d’autres: «Caminito de gloria» (1939) avec Libertad Lamarque; «Madame Sans Gêne» (1945) avec Niní Marshall dans le rôle titre et Eduardo Cuitiño en Napoléon; «Sérénade espagnole» (1946) avec Pedro López Lagar; «Le calvaire d’une courtisane» (1952) avec María Félix. L’une des actrices de prédilection d’Amadori est aussi sa propre épouse, Zully Moreno et le meilleur film du réalisateur à cette époque est peut-être «Dios se lo pague» (1948) diffusé en 1952 en France sous le titre de «Le mendiant de minuit». En 1955, le réalisateur met en scène ses trois derniers films argentins, avec de nouveau son épouse au générique: «Amor prohibido» avec Jorge Mistral, «El amor nunca muere» avec Mirtha Legrand et «El barro humano» avec Carlos López Moctezuma.

Après le coup d’état qui renverse Juan Perón, avec d’autres artistes, Amadori, est arrêté pour être interrogé et il passe quelques jours en prison. Puis il émigre pour l’Espagne où il recommence à tourner à partir de 1958. Il triomphe avec une production historico-romanesque «Tu sera Reine» qui raconte le début de règne d’Alphonse XII joué par Vincente Parra et de son épouse interprétée par Paquita Rico. Va suivre encore une petite vingtaine de films le plus souvent ponctués de chansons.

Certains considèrent la période espagnole de Luis César Amadori essentiellement commerciale. Sans doute mais ses films révèlent toujours un metteur en scène perfectionniste au goût raffiné. Et nous mentionnerons notamment: «Una muchacha de Valladolid» (1958) avec Alberto Closas et Analía Gadé; «La violetera» (1958) avec Sara Montiel et Raf Vallone; «Mon dernier tango» (1959) et «Magdalena, péché d’amour» deux films encore avec Sara Montiel; la coproduction hispano-allemande «Un trône pour Christine» (1959) avec Christine Kaufmann; «Cristina Gúzman» (1968) avec Rocío Dúrcal, ce film terminant la filmographie de quelques soixante titres d’Amadori. Dans les années soixante-dix, le cinéaste et son épouse retournent à Buenos Aires où Luis César Amadori, symbole d’une époque dorée sur les rives du Rio de la Plata, comme journaliste, compositeur de tango, directeur de théâtre, scénariste, cinéaste et producteur, s’éteint le 5 juin 1977, dans sa soixante-quinzième année.

© Caroline HANOTTE

copyright
1935Puerto nuevo – de Mario Soffici & Luis César Amadori avec Juan Siches de Alarcón
    + scénario & chansons
1936El pobre Pérez – de Luis César Amadori avec Germán Vega
    + scénario
1937El canillita y la dama – de Luis César Amadori avec Rosita Moreno
    + scénario
1938Maestro Levita – de Luis César Amadori avec Mecha Ortiz
    + scénario
Madreselva – de Luis César Amadori avec Libertad Lamarque
    + pièce & scénario
1939Palabra de honor – de Luis César Amadori avec Luis Sandrini
    + scénario
Caminito de Gloria – de Luis César Amadori avec Libertad Lamarque
    + scénario
El haragán de la familia – de Luis César Amadori avec Mirtha Rey
    + scénario
1940Hay que educar a Niní – de Luis César Amadori avec Niní Marshall
    + scénario
Napoléon – de Luis César Amadori avec Rafael Frontaura
La canción de los barrios – de Luis César Amadori avec Hugo del Carril
    + scénario
Confesión – de Luis Moglia Barth avec Alberto Vila
    Seulement scénario
1941Orquesta de señoritas – de Luis César Amadori avec Zully Moreno
Rêver ne coute rien ( soñar no cuesta nada ) de Luis César Amadori avec Mirtha Legrand
    + scénario
El tercer beso – de Luis César Amadori avec Silvia Legrand
    + scénario
1942El profesor Cero – de Luis César Amadori avec Carmen Jiménez
    + scénario
Bajó un ángel del cielo – de Luis César Amadori avec Francisco García Garaba
    + scénario
La mentirosa – de Luis César Amadori avec Niní Marshall
    + scénario
Clair de lune ( claro de luna ) de Luis César Amadori avec Maurice Jouvet
    + scénario
1943Son cartas de amor – de Luis César Amadori avec Pedro López Lagar
Luisito – de Luis César Amadori avec Elisa Labardén
    + scénario
Carmen – de Luis César Amadori avec Niní Marshall
    + scénario
1944Apasionadamente – de Luis César Amadori avec Zully Moreno
    + scénario
Dos ángeles y un pecador – de Luis César Amadori avec Roberto Bordoni
1945Madame Sans-Gêne – de Luis César Amadori avec Niní Marshall
Santa Cándida – de Luis César Amadori avec Francisco Álvarez
1946Mosquita muerta – de Luis César Amadori avec Enrique de Rosas
    + scénario
Sérénade espagnole ( Albéniz ) de Luis César Amadori avec Pedro López Lagar
1947La femme sans tête ( una mujer sin cabeza ) de Luis César Amadori avec Niní Marshall
    + scénario
1948Le mendiant de minuit ( Dios se lo pague ) de Luis César Amadori avec Arturo de Córdova
Don Juan Tenorio – de Luis César Amadori avec Tita Merello
Juan Globo – de Luis César Amadori avec Luis Sandrini
    + scénario
1949Una noche en el Ta-Ba-Rín – de Luis César Amadori avec Blanquita Amaro
    + scénario
Almafuerte – de Luis César Amadori avec Narciso Ibáñez Menta
1950Nacha regules – de Luis César Amadori avec Zully Moreno
    + scénario
Pecado – de Luis César Amadori avec Rodolfo Acosta
    + scénario
1951María Montecristo – de Luis César Amadori avec Andrés Soler
Me casé con una estrella – de Luis César Amadori avec Luis Sandrini
    + scénario
1952La de los ojos color del tiempo – de Luis César Amadori avec Carlos Thompson
    + scénario
Le calvaire d’une courtisane ( la pasión desnuda ) de Luis César Amadori avec Maria Félix
    + scénario
DO Eva Perón inmortal – de Luis César Amadori
    + scénario
1953El grito sagrado – de Luis César Amadori avec Fanny Navarro
    + scénario
1954Caídos en el infierno – de Luis César Amadori avec Laura Hidalgo
    + scénario
1955Amor prohibido – de Luis César Amadori avec Jorge Mistral
El barro humano – de Luis César Amadori avec Carlos López Moctezuma
    + scénario & production
El amor nunca muere – de Luis César Amadori avec Zully Moreno
    + scénario
1958Tu seras reine ( ¿ Dónde vas, Alfonso XII ? ) de Luis César Amadori avec Paquita Rico
    + scénario
La Violetera ( la bella fioraia di Madrid ) de Luis César Amadori avec Raf Vallone
Una muchachita de Valladolid – de Luis César Amadori avec Alfredo Mayo
    + adaptation & scénario
Una gran señora – de Luis César Amadori avec José Luis López Vázquez
    + adaptation, dialogues & scénario
1959Un trône pour Christine ( un trono para Cristy / ein thron für Christine ) de Luis César Amadori avec Christine Kaufmann
Mon dernier tango ( mi último tango ) de Luis César Amadori avec Milo Quesada
    + sujet & scénario
1961La parade de l’adieu ( alerta en el cielo ) de Luis César Amadori avec Antonio Vilar
Magdalena, péché d’amour / Ave Maria ( Magdalena / pecado de amor / io amore è scritto sul vento ) de Luis César Amadori avec Sara Montiel
    + sujet, scénario & chansons
1962La chaste Suzanne ( la casta Suzanne ) de Luis César Amadori avec Noël Roquevert
    + scénario
Mentirosa – de Enrique Cahen Salaberry avec Isabel Garcés
    Seulement scénario
1963Monsieur de la Salle ( el señor de la Salle ) de Luis César Amadori avec Mel Ferrer
    + dialogues & scénario
Como dos gotas de agua – de Luis César Amadori avec Pilar Bayona
    + sujet & scénario
Yo, el mujeriego – de José Díaz Morales avec Antonio Aguilar
    Seulement scénario
1965Más bonita que ninguna – de Luis César Amadori avec Rocío Dúrcal
    + sujet & scénario
1966Acompáñame – de Luis César Amadori avec Enrique Guzmán
    + sujet & scénario
Un novio para dos hermanas – de Luis César Amadori avec Emilia Bayona
    + sujet & scénario
Buenos días, condesita – de Luis César Amadori avec Rafael Bardem
    + sujet & scénario
1967Amore en el aire – de Luis César Amadori avec Fernando Rey
    + sujet, scénario & chansons
1968Cristina Guzmán – de Luis César Amadori avec Rocío Dúrcal
1970El caradura y la millonaria / No estoy enamorada de tí, pero te quiero – de Enrique Cahen Salaberry avec María Vaner
    Seulement scénario
Fiche créée le 23 septembre 2009 | Modifiée le 13 juillet 2016 | Cette fiche a été vue 4242 fois
PREVIOUSAnicée Alvina || Luis César Amadori || Jean AmadouNEXT