CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Anne Meara
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Luis Induni



Date et Lieu de naissance : 5 mars 1920 (Romano Canavese, Italie)
Date et Lieu de décès : 31 décembre 1979 (Barcelone, Espagne)
Nom Réel : Luigi Induni Radice

ACTEUR
Image
1957 Rapsodia de sangre – de Antonio Isasi-Isasmendi avec María Rosa Salgado, Vicente Parra & Lida Baarova
Image
1963 Je ne suis pas un assassin (yo no soy un asesino) de José María Zabalza avec José María Caffarel & María Rivas
Image
1968 Pas de pardon, je tue (Fedra West) de Joaquín Luis Romero Marchent avec James Philbrook & Norma Bengell
Image
1977 Doña Perfecta – de César Fernández Ardavín avec Julia Gutiérrez Caba, Victoria Abril & Georges Rigaud

Luis Induni Radice naît le 5 mars 1920 dans la petite ville piémontaise de Romano Cavanese. Il aurait fait ses études à Bergame. Les années 40 l’amènent sous les drapeaux dans ce Royaume d’Italie dont la Présidence du Conseil est assurée, depuis 1922, par un ancien journaliste socialisant, Benito Mussolini, qui entraîne son pays dans la guerre aux côtés de l’Allemagne. Puis c’est le renversement d’alliances, l’emprisonnement du «Duce» au Grand Sasso (1943), son spectaculaire enlèvement auquel Induni, d’après certaines sources à vérifier, aurait participé. Luis Induni «échoue» en 1948 à Barcelone, dans une Espagne exsangue soumise au blocus des alliés mais défendant farouchement sa neutralité. L’Italien entre un jour dans les studios du prolifique réalisateur Ignacio T. Iquino qui lui permet d’y dormir en échange de quelques travaux de nettoyage.

Commence alors une longue carrière pour ce grand gaillard blond aux yeux clairs qui, faute de rôles consistants, occupe au moins physiquement l’écran lors de ces brefs passages devant les caméras. Le voilà ainsi au générique de «Black Jack» réalisé en Espagne en 1950 par Julien Duvivier, assisté de José Antonio Nieves Conde, l’histoire d’un contrebandier camouflé en yachtman et peintre dilettante nord-américain, George Sanders, avec notamment Marcel Dalio en veule capitaine naufrageur, et de nombreux acteurs espagnols comme Rafael Bardem, José María Lado et José Nieto en policier tenace, ainsi que le couple «flamenco» Lola Flores et Manolo Caracol. Il est officier britannique dans «Correo del Rey» (1951) de Ricardo Gascón, avec Robert Le Vigan dans l’un de ses dernières rôles avant son exil définitif en Argentine. On l’aperçoit dans «Servicio en el mar» (1951) de Luis Suárez de Lezo, à l’étonnant scénario d’un commandant de sous-marin devant couler le navire où se trouvent embarqués sa famille. Il apparaît ainsi, durant la décennie, dans une quarantaine de films reflétant toute la diversité mais aussi la qualité de la production cinématographique espagnole de l’époque, malheureuse trop peu exportée, tandis que l’acteur obtient la nationalité espagnole en 1959.

À partir des années 60 la carrière de Luis Induni s’internationalise tandis que l’Espagne devient un immense plateau de tournage à prix réduit, grâce à ses équipes de haut niveau et ses décors naturels extraordinaires. C’est le début des westerns spaghetti, en fait tout autant «chorizo»! L’acteur retrouve son Italie natale pour la parodie irrévérencieuse du monde médiévale italien, «L’armée Brancaleone» de Mario Monicelli, avec Vittorio Gassman, Folco Lulli et Gian Maria Volontè. Dans les années 70, notre très actif «second couteau» est également présent dans des feuilletons TV espagnols, français («Poly») et allemand. Promu shérif, inspecteur de police, voire maire comme dans «Guerreras verdes» (1976), avec Carmen Sevilla et Sancho Garcia en sympathique Garde Civil défenseur de la veuve et de l’orphelin, il trempe aussi, comme tant d’autres, dans des productions hérotico-horrifico-vampiresques.

Luis Induni, homme affable qui ne se prenait pas au sérieux, se jugeant acteur médiocre oubliant ses répliques et récitant, à défaut, des chiffres dans des films souvent d’exportation et donc systématiquement doublés, décède à l’âge de 59 ans, le 31 décembre 1979. Il serait aujourd’hui complètement oublié sans sa présence discrète dans plus de 200 films: Ah, mais oui, bien sûr, c’est lui!

© Caroline HANOTTE

copyright
1950Dernier témoin / Trafiquants d’opium / Black Jack ( captain Blackjack / Jack, el negro ) de Julien Duvivier & José Antonio Nieves Conde avec George Sanders
El final de una leyenda – de Ricardo Gascón avec Cesare Danova
El carreo del rey – de Ricardo Gascón avec Robert Le Vigan
Luna de sangre – de Francisco Rovira Beleta avec Isabel de Pomés
1951Servicio en la mar – de Luis Suárez de Lezo avec Rafael Bardem
Duda – de Julio Salvador avec Mary Lamar
María Morena – de José María Forqué & Pedro Lazaga avec Paquita Rico
La forastera – de Antonio Román avec Conrado San Martín
1952Les mille et une filles de Bagdad ( babes in Bagdad / muchachas de Bagdad ) de Edgar G. Ulmer & Jerónimo Muhura avec Paulette Goddard
Juzgado permanente – de Joaquín Luis Romero Marchent avec Elvira Quintillá
1953Le feu dans le sang ( fuego en la sangre ) de Ignacio F. Iquino avec Antonio Vilar
La montaña sin ley – de Miguel Lluch avec Isabel de Castro
Concierto mágico – de Rafael J. Salvia avec José Calvo
Fantasía española – de Javier Setó avec Ángel de Andrés
La hija del mar – de Antonio Momplet avec Virgilio Teixeira
1954El presidio – de Antonio Santillán avec Modesto Cid
Sœur Angélica / Sœur Angélique ( Sor Angélica ) de Joaquín Luis Romero Marchent avec Tilda Thamar
Une balle suffit ( la canción del penal ) de Juan Lladó & Jean Sacha avec Véra Norman
Relato policíaco – de Antonio Isasi-Isasmendi avec Pepy Domingo
Elena – de Jesús Pascual avec Elisa Montès
Lo que nunca muere – de Julio Salvador avec Vira Silenti
Zalacaín el aventurero – de Juan de Orduña avec María Francés
Le fugitif d’Anvers ( el fugitivo de Amberes ) de Miguel Iglesias avec Anouk Ferjac
1955Marta ( los diez mandamientos ) de Francisco Elías avec Elisa Montés
Échec au tueur ( el cerco ) de Miguel Iglesias avec Isabel de Castro
Le chant du coq ( el canto del gallo ) de Rafael Gil avec Jacqueline Pierreux
Pleito de sangre – de Ricardo Gascón avec Carmen López Lagar
1956Veraneo en España – de Miguel Iglesias avec Mary Santpere
Ce soir les souris dansent ( la melodía misteriosa ) de Juan Fortuny avec Dany Carrel
Torrepartida – de Pedro Lazaga avec Rosita Yarza
Un traje blanco – de Rafael Gil avec José Isbert
¿Milagro en la ciudad? – de Juan Xiol avec Enriqueta Font
Sitiados en la ciudad – de Miguel Lluch avec Armando Moreno
Le petit vagabond ( el pequeño ruiseñor ) de Antonio del Amo avec Joselito
1957Station du désir ( las manos sucias / la morte ha viaggiato con me ) de José Antonio de la Loma et Marcello Baldi avec Amedeo Nazzari
Yo maté – de Josep Maria Forn avec Ramón Hernández
Message de paix ( mensajeros de paz ) de José María Elorrieta avec Francisco Bernal
La Mina – de Giuseppe Bennatti avec Elsa Martinelli
Sendas marcadas – de Juan Bosch avec Adriano Rimoldi
Rapsodia de sangre – de Antonio Isasi-Isasmendi avec Lída Baarová
1958Avenida Roma, 66 – de Juan Xiol avec Joan Capri
Panique au music-hall / Rendez-vous impossible ( cita imposible ) de Antonio Santillán avec Claudine Dupuis
Les révoltés d’Alcantara ( Diego Corrientes ) de Antonio Isasi-Isasmendi avec José Suárez
1959Cibles vivantes ( altas variedades ) de Francisco Rovira Beleta avec Agnès Laurent
1960Llama un tal Esteban – de Pedro Luis Ramírez avec Luz Márquez
Botón de ancla – de Miguel Lluch avec Manuel Gil
Siega verde – de Rafael Gil avec Elvira Quintillá
Les boucaniers des Caraïbes / Les corsaires des Caraïbes ( il conquistatore di Maracaibo / los corsarios del Caribe) de Eugenio Martín avec Hans von Borsody
El indulto – de José Luis Sáenz de Heredia avec Pedro Armendariz
Fusillade dans la nuit ( regresa un desconocido ) de Juan Bosch avec Diana Lorys
1961Les insatisfaits / L’empreinte du caïd ( juventud a la intemperie ) de Ignacio F. Iquino avec Rita Cadillac
Sendas cruzadas – de Juan Xiol avec María Francés
¿ Pena de muerte ? – de José María Forn avec Mireille Darc
L’enlévement des Sabines ( el rapto de las sabinas ) de Alberto Gout avec Lorena Velázquez
Les coupables ( los culpables ) de José María Forn avec Susana Campos
1962La guerre des mômes ( la banda de los ocho / la pandilla y su perro ) de Tulio Demicheli avec Mari Loli Cobos
Deux ans de vacances ( dos años de vacaciones ) de Emilio Gómez Muriel avec Pablito Calvo
L’épée du Cid ( la spada del Cid ) de Miguel Iglesias avec Chantal Deberg
Dulcinée ( Dulcinea / Dulcinea incantesimo d’amore ) de Vicente Escrivá avec Millie Perkins
La vallée des épées / Le Castillan ( the Castillan / el valle de las espadas / valley of the swords ) de Javier Setó avec Alida Valli
Les cavaliers sans peur ( José María / cabalgando sin miedo ) de Josep Maria Forn avec Víctor Valverde
Vida de familia – de José Luis Font avec Ana María Noé
Les trois implacables ( el sabor de la venganza ) de Joaquín Luis Romero Marchent avec Richard Harrison
1963Senda torcida – de Antonio Santillán avec Gérard Tichy
La cuarta ventana – de Julio Coll avec Emma Penella
Le triomphe d’El Cordobés ( chantaje a un torero ) de Rafael Gil avec María Andersen
Carta a una mujer – de Miguel Iglesias avec Luis Prendes
Marisol rumbo a Río – de Fernando Palacios avec Marisol
Je ne suis pas un assassin ( yo no soy un asesino ) de José María Zabalza avec José María Caffarel
El precio de un asesino – de Miguel Lluch avec Silvia Solar
Billy le Kid ( fuera de la ley / Billy the Kid ) de León Klimovsky avec George Martin
Pour un whisky de plus / Brandy ( cavalca e uccidi / Brandy, el sheriff de Lasatumba ) de Mario Caiano & José Luis Borau avec Alex Nicol
1964Crimen – de Miguel Lluch avec Margarita Lozano
Les deux violents ( i due violenti ) de Primo Zeglio avec Paola Barbara
Sept du Texas ( antes llega la muerte / hora de morir/ hour of death / i sette del Texas seven from Texas ) de Joaquín Luis Romero Marchent avec Paul Piaget
Les pistoleros ( la tumba del pistolero / attento gringo... ora si spara ) de Amando de Ossorio avec Mercedes Alonso
Les sept pistolets maudits de Dallas ( las malditas pistolas de Dallas ) de José María Zabalza avec Olivier Mathot
La extranjera – de Juan Xiol avec María Lara
Le dernier des Mohicans ( l’ultimo dei Mohicani / fall of the Mohicans / the last of the Mohicans / der letzte Mohikaner / Uncas, el fin de una raza ) de Mateo Cano avec Jack Taylor
Le petit andalou ( la vida nueva de Pedrito de Andía ) de Rafael Gil avec Joselito
Jandro – de Julio Coll avec Georges Rigaud
La primera aventura / El niño y el ladrón – de Tulio Demicheli avec José Calvo
Tumba para un forajido – de José Luis Madrid avec Patricia Loran
1965Les pianos mécaniques ( los pianos mecánicos ) de Juan Antonio Bardem avec Melina Mercouri
Le fils de Jesse James / Seul contre tous ( el hijo de Jesse James / Jesse James’ Kid / one against all / solo contro tutti / son of Jesse James ) de Antonio del Amo avec Claudio Undari
Texas Jim ( los cuatreros ) de Ramón Torrado avec Edmund Purdom
L’homme d’Istanbul ( Estambul 65 / operation Istanbul / that man in Istanbul / colpo grosso a Galata Bridge ) de Antonio Isasi-Isasmendi avec Horst Buchholz
Dans les mains du pistolero ( ocaso de un pistolero ) de Rafael Romero Marchent avec Craig Hill
Jess ne pardonne pas / Terre de feu ( tierra de fuego / vergeltung in Catano ) de Jaime Jesús Balcázar & Mark Stevens avec Marianne Koch
Cent mille dollars pour Ringo ( centomila dollari per Ringo / 100,000 dollari per Ringo / $100,000 for Ringo / one hundred thousand dollars for Ringo / sangre sobre Texas ) de Alberto de Martino avec Eleonora Bianchi
El castigador – de Juan Bosch avec Cassen
Quatre hommes à abattre ( i quattro inesorabili / los cuatro implacables ) de Primo Zeglio avec Adam West
Les renégats du désert ( una ráfaga de plomo ) de Paolo Heusch & Antonio Santillán avec Piero Lulli
Muerte en primavera – de Miguel Iglesias avec Mónica Randall
Baraka sur X13 – de Maurice Cloche avec Gérard Barray
Un beso en el puerto – de Ramón Torrado avec Ingrid Pitt
Agent 3S3, massacre au soleil ( agente 3S3, massacro al sole / 3S3, agente especial / agent 353, massacre in the sun / agente 3S3 enviado especial / hunter of the unknown ) de Sergio Sollima avec Giorgio Ardisson
Django ne pardonne pas ( Mestizo / Django non perdona ) de Julio Buchs avec Susana Campos
1966L’armée Brancaleone ( l’armata Brancaleone ) de Mario Monicelli avec Vittorio Gassman
L’Europe chante ( Europa canta / per un pugno di canzoni ) de José Luis Merino avec Vivi Bach
Pas de pitié pour Ringo ( dos pistolas gemelas / una donna per Ringo ) de Rafael Romero Marchent avec Sean Flynn
Djurado – de Giovanni Narzisi avec Dante Posani
Guet-apens à Téhéran ( geheimnis der gelben mönche / how to a lady / wie tötet man eine dame / target to killing / The secret of the yellow monks ) de Manfred R. Köhler avec Stewart Granger
Un certain monsieur Bingo ( requiem per un agente segreto / der chef schickt seinen besten mann / consigna : Tánger 67 : requiem for a secret agent ) de Sergio Sollima avec Peter van Eyck
La femme perdue ( la mujer perdida ) de Tulio Demicheli avec Sara Montiel
Gringo jette ton fusil ( el aventurero de guaynas / calibre 38 / duro de pelar / el tresoro del padre O’Hara / Gringo, getta il fucile ! ) de Joaquim Luis Romero Marchent avec John Richardson
Un doigt sur la gâchette / La furia de Johnny Kid ( dove si spara di più ) de Gianni Puccini avec Peter Lee Lawrence
L’homme qui a tué Billy the Kid ( el hombre que mató a Billy el Niño / ...e divenne il più spietato bandito del sud / a few bullets more / I’ll kill him and return alone / the man who killed Billy the Kid ) de Julio Buchs avec Fausto Tozzi
Monsieur Dynamite ( Mister Dynamite – morgen küßt euch der tod / die slowly, you’ll enjoy it more / Mister dinamita, mañana os besará la muerte / muori lentamente… te la godi di più / spy today, die tomorrow ) de Franz Josef Gottlieb avec Lex Barker
Gringo joue et gagne ( tutto per tutto / la hora del coraje / all out / copperface / go for broke / one for all ) de Umberto Lenzi avec Mark Damon
1967Una historia de amor – de Jorge Grau avec Serena Vergano
Texan le magnifique ( il magnifico Texano / diez horcas para un pistolero ) de Luigi Capuano avec Massimo Serato
L’homme qui venait pour tuer / Celui qui est venu pour tuer ( un hombre vino a matar / l’uomo venuto per uccidere ) de León Klimovsky avec Brad Harris
Un fusil pour deux colts ( voltati... ti uccido / Winchester Bill ) de Alfonso Brescia avec Richard Wyler
Un día después de agosto – de Germán Lorente avec Ana Torrent
Qui a tué Fanny Hand ? ( Killer, adiós / Winchester, uno entre mil / Winchester Justice / killer goodbye / Winchester one of one thousand ) de Primo Zeglio avec Armando Calvo
1968Operación Mata Hari – de Mariano Ozores avec José Luis López Vázquez
Pas de pardon, je tue ( Fedra West ) de Joaquín Luis Romero Marchent avec Norma Bengell
El marino de los puños de oro – de Rafael Gil avec Pedro Carrasco
Les pistoleros du Nevada / Les pistoleros rouges du Nevada ( i morti non si contano / ¿ Quién grita venganza ? / cry for revenge ) de Rafael Romero Marchent avec Anthony Steffen
Chicago 1929 ( tiempos de Chicago / tempo di Charleston : Chicago 1929 ) de Julio Diamante avec Philippe Hersent
La patrouille des sept damnés / L’otage du troisième reich ( comando al inferno / 7 eroiche carogne / i diavoli di Hitler ) de José Luis Merino avec Guy Madison
Les étrangers – de Jean-Pierre Desagnat avec Senta Berger
La légion des damnés ( la legione di dannati / battle of the commandos / la brigada de los condenados / die zum teufel gehen / legion of the damned ) de Umberto Lenzi avec Jack Palance
1969Agáchate, que disparan – de Manuel Esteba avec Pilar Bayona
Les cruelles ( las crueles / el cadáver exquisito / the cruel women / the exquisite cadaver / the exquisite corpse / the cruel ones ) de Vincente Aranda avec Capucine
Garringo ( Garringo: I morti non si contano / dead are countless ) de Rafael Romero Marchent avec Peter Lee Lawrence
Le clan des frères Mannata /Mafia mob ( ¡Viva América !/ la vera storia dei fratelli Mannata / cry Chicago ) de Javier Setó avec Jeffrey Hunter
Django ne prie pas ( i vigliacchi non pregano ) de Mario Siciliano avec Gianni Garko
Johnny Ratón – de Vincente Escrivá avec Luis Dávila
Les diables de la guerre ( i diavoli della guerra / los diablos de la guerra / war devils ) de Bitto Albertini avec Pascale Petit
Le dernier mercenaire ( gallos de pelea ) de Rafael Moreno Alba avec Simón Andreu
Zorro le justicier ( el Zorro justiciero / e continuavano a chiamarlo figlio di... ) de Rafael Romero Marchent avec Fabio Testi
Les rebelles de l’Arizona ( los rebeldes de Arizona ) de José María Zabalza avec Claudia Gravy
Quand Santana empoigne le colt ( manos torpes ) de Rafael Romero Marchent avec Alberto de Mendoza
Bonnes funérailles, amis, Sartana paiera… ( buon funerale, amigos!... paga Sartana ) de Giuliano Carnimeo avec Antonio Vilar
1970Vingt pas vers la mort ( veinte pasos para la muerte / Saranda ) de Manuel Esteba & Antonio Mollica avec Dean Reed
Le corsaire des sept mers ( il corsaro / el corsario ) de Antonio Mollica avec Robert Woods
Et.... Sabata les tua tous ( un par de asesinos / lo irritarono et Santana fece piazza pulita ) de Rafael Romero Marchent avec Gianni Garko
Viva Sabata ( arriva Sabata! / reza por tu alma...y muere / dollars to die for / Sabata the killer ) de Tulio Demicheli avec Rossana Rovere
El hombre que se quiso matar – de Rafael Gil avec Tony Leblanc
Du plomb sur Dallas ( plomo sobre Dallas ) de José María Zabalza avec Carlos Quiney
Quatre déserteurs / 4 déserteurs ( cuatro desertores ) de Pascual Cervera avec Mónica Sun de Sander Ramsés
Une traînée de poudre … les pistoleros arrivent ! ( una nuvola di polvere... un grido di morte... arriva Sartana / llega Sartana ) de Giuliano Carnimeo avec Nieves Navarro
Le vampire sexuel ( el vampiro de la autopista ) de José Luis Madrid avec Wal Davis
El sobre verde – de Rafael Gil avec Esperenza Roy
Creuse ta tombe Garringo, Sabata revient / Sur la tombe de Sabata ( abre tu fosa amigo... llega Sabata / sei già cadavere amigo... ti cerca Garringo ) de Juan Bosch avec Fernando Sancho
Black Beauty, le cheval et l’enfant ( Black Beauty ) de James Hill avec Mark Lester
Préstame quince días – de Fernando Merino avec Concha Velasco
L’homme qui venait de la haine ( el hombre que vino del odio / quello sporco disertore ) de León Klimovsky avec Luciana Paluzzi
1971Capitaine Apache ( captain Apache / capitán Apache / the guns of april morning ) de Alexander Singer avec Carroll Baker
Plus venimeux que le cobra ( l’uomo più velenoso del cobra / cobras humanas / human cobras / the man more venomous than the cobra / target : Murder ) de Bitto Albertini avec Erika Blanc
Una chica casi decente – de Germán Lorente avec Rocío Jurado
Las ibéricas F.C. – de Pedro Masó avec Fernando Fernán Gómez
Les pétroleuses – de Christian-Jaque avec Brigitte Bardot
Fais attention Ben, Charlie arrive / Méfie-toi Ben, Charlie veut ta peau ( amico, stammi lontano almeno un palmo / Ben and Charlie / Ben e Charlie ) de Michele Lupo avec Giuliano Gemma
Tu seras la proie des vautours / La proie des vautours ( un dólar de recompensa / la preda e l’avvoltoio / la presa y la buitre ) de Rafael Romero Marchent avec Orchidea de Santis
1972Un silencio de tumba – de Jesus Franco avec Glenda Allen
Dr. Jekyll y el hombre lobo – de León Klimovsky avec Shirley Corrigan
Je signe avec du plomb... Garringo ( una bala marcada / Dio in cielo... Arizona in terra ) de Juan Bosch avec Maria Pia Conte
Mon cheval, mon colt, ta veuve ( tu fosa sera la exacta… Amigo / domani passo a salutare la tua vedova… parola di epidemia ) de Juan Bosch avec Craig Hill
Il n’y a plus de saints au Texas ( la caza del oro / lo credevano uno stinco di santo / they believed he was no Saint / too much gold for one gringo ) de Juan Bosch avec Tania Alvarado
Il ritorno du Clint el solitario / Ti attende una corda… Ringo – de Alfonso Balcázar avec Klaus Kinski
La guerrilla – de Rafael Gil avec Francisco Rabal
Ricco ( un tipo con una faccia strana ti cerca ucciderti / ajuste de cuentas / cauldron of death / the dirty mob / Gangland / mean machine ) de Tulio Demicheli avec Christopher Mitchum
L’île mystérieuse ( la isla misteriosa y el capitán Nemo / la isla misteriosa / l’isola misteriosa e il capitano Nemo / Jules Verne’s mysterious island of captain Nemo / Jules Verne’s myterious island of Dr. Nemo / the mysterious island of captain Nemo ) de Juan Antonio Bardem & Henri Colpi avec Omar Sharif
1973Storia di karatè, pugni e fagioli / La ley del karate en el Oeste / Siete contra todos – de Tonino Ricci avec Alfredo Mayo
Pugni, pirati e karatè – de Joe d’Amato avec Richard Harrison
La hiena – de José Luis Madrid avec Eduardo Fajardo
Hay que matar a B. / B must die – de José Luis Borau avec Patricia Neal
El padrino y sus ahijadas – de Fernando Merino avec Ingrid Garbo
Las garras de Lorelei – de Amando de Ossorio avec Helga Liné
El mejor alcalde, el rey – de Rafael Gil avec Analía Gadé
1974Es knallt, und die engel singen / Mena forte più forte... che mi piace! / Lo matas tú o lo mato yo / Les Humphries : Es knallt, und die engel singen / Legst du mich um... leg’ ich dich um / Do I kill you or do you kill me ? / Bang, and the angels sing – de Dieter Geissler & Butch Lion avec Gisela Hahn
Dieci bianchi uccisi da un piccolo indiano / Pasión salvaje / Blood River – de Gianfranco Baldanello avec John Ireland
La dynamite est bonne à boire – de Aldo Sambrell avec Claudine Auger
El mariscal del infierno – de León Klimovsky avec Norma Sebre
Dans les griffes du loup-garou ( la maldición de la bestia ) de Miguel Iglesias avec Paul Naschy
Le blanc, le jaune et le noir ( il bianco, il gallo, il nero / el blanco, el amarillo y el negro / shoot first...ask questions later / samourai /white, the yellow, and the black ) de Sergio Corbucci avec Eli Wallach
Les fiancés de la mort ( novios de la muerte ) de Rafael Gil avec José Nieto
El asesino de muñecas – de Miguel Madrid avec Inma de Santis
Exorcismo – de Juan Bosch avec Maria Perschy
La diosa salvaje – de Miguel Iglesias avec Blanca Estrada
Tarzan et les mystères de la jungle ( Tarzán y el tesoro Kawana ) de José Truchado avec José Luis Ayestarán
1975El valle de las viudas / Das tal der tanzenden witwen / Valley of the dancing widows – de Volker Vogeler avec Judy Stephen
Robin Hood nunca muere – de Francesc Bellmunt avec Emma Cohen
Le fils de Scaramouche ( los hijos de Scaramouche ) de George Martin avec Francisco Calatrava
Guapa, rica y... especial – de Jaime J. Puig avec Silvia Solar
Kilma ( Kilma, reina de las amazonas / Kilma la regina della jungla ) de Miguel Iglesias avec Blanca Estrada
La légion aime les femmes et… les femmes, la légion ( a la legión le gustan las mujeres... y a las mujeres, les gusta la legión ) de Rafael Gil avec Manolo Codeso
1976El alijo – de Ángel del Pozo avec Juan Luis Galiardo
Guerreras verdes – de Ramón Torrado avec Carmen Sevilla
Vivir a mil – de José Campos avec Juan Carlos Campos
Secuestro – de León Klimovsky avec Luis Prendes
El avispero – de Ramón Barce avec Roland Lesaffre
Desnuda inquietud – de Miguel Iglesias avec Gil Vidal
Las alegres chicas de « El Molino » – de José Antonio de la Loma avec Silvia Solar
Tatuaje – de Bigas Luna avec Pilar Velázquez
1977L’île des filles perverses ( la isla de las vírgenes ardientes ) de Miguel Iglesias avec Roxana Dupre
Doña Perfecta – de César Fernández Ardavín avec Victoria Abril
Préstamela esta noche – de Tulio Demicheli avec Narciso Ibáñez Menta
1978Companys, procés a Catalunya / Companys, proceso a Cataluña – de Josep Maria Forn avec Marta Angelat
La boda del señor cura – de Rafael Gil avec José Sancho
1979La diablesse ( sensitività / l’ultima casa vicina al lago / Kyra, la signora del lago ) de Enzo G. Castellari avec Vincent Gardenia
La amante ingenua – de José Ulloa avec Tony Isbert
Fiche créée le 25 septembre 2016 | Modifiée le 26 septembre 2016 | Cette fiche a été vue 778 fois
PREVIOUSFritz Imhoff || Luis Induni || Pedro InfanteNEXT