CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Lionel Barrymore
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Luis Prendes



Date et Lieu de naissance : 22 août 1913 (Melilla, Espagne)
Date et Lieu de décès : 27 octobre 1996 (Madrid, Espagne)
Nom Réel : Luis Prendes Estrada

ACTEUR

Luis Prendes Estrada est né le 22 août 1913 à Melilla, possession espagnole d’Afrique du Nord où les mutations de son père avaient mené la famille. Après avoir envisagé une carrière de militaire puis d’officier de la marine marchande, il préfère suivre l’exemple de ses sœurs aînées, María de Carmen dit Mari Carmen Prendes (1906-2002) et Mercedes Prendes (1908-1981) et monter sur les planches.

Luis Prendes tourne dans un premier film en 1936, «Rinconcito madrileño» qui raconte le destin croisé de pauvres gens de Madrid, dernière œuvre de León Artola. Il réapparait devant les caméras dès la fin de la Guerre Civile dans la comédie musicale «Fortune» (1940) réalisé en Italie par l’Autrichien Max Neufeld, puis il enchaîne toute au long de la décennie dans de nombreux films, des comédies y compris musicales tout comme des drames. Jeune premier à la mode, il donne la réplique à des actrices célèbres comme Maruchi Fresno dans «Une conquête difficile» (1940); Amparo Rivelles dans «Alma recia» de Ignacio F Iquino; Josita Hernán dans deux films de Ramón Quadrany en 1943 et 1944. Loin d’être le mièvre et transi amoureux, il impose son caractère décidé et sa diction tranchée. Il joue des rôles plus complexes de déséquilibré dans «La sombra iluminada» (1948) de Carlos Serrano de Osma ou «Une nuit sans sommeil» (1949) de Fernando Alonso Casares, ou bien celui d’un maître d’hôtel maladivement jaloux dans «La septième page» (1949) de Ladislao Vajda qui raconte avec talent la vie d’un journal.

Dans les années cinquante, Luis Prendes se consacre surtout au théâtre comme directeur et comédien de sa propre compagnie. Mais on le retrouve encore régulièrement au cinéma dans des rôles plus secondaires donc celui du peintre volubile et farfelu du monde de fantaisie onirique assez rare sur les écrans de la péninsule évoqué dans «Le diable joue de la flute» (1954) de José María Forqué, avec aussi les frères José Luis Ozores et Antonio Ozores. Dans les années soixante, toujours au théâtre mais aussi à la télévision espagnole naissante qui met en scène très belles pièces du répertoire classique national et international, Luis Prendes est de tous les types de films tournés sur le territoire espagnol: des œuvres nationales originales de grande qualité comme «La hora incognita» (1963) de Mariano Ozores, ou la belle et émouvante évocation de la vie d’un officier espagnol pendant un demi siècle dans «Plaza de Oriente» (1963) avec Maria Luz Galicia; mais aussi des policiers bien noirs comme «A hierro muere» (1962) de Manuel Mur Oti, avec les vedettes argentines Olga Zubarry et Alberto de Mendoza; ou des films grand public comme «Le petit gondolier» (1963) avec Joselito. Il est également au générique de diverses productions internationales dont le péplums «Le roi des rois» (1960) de Nicholas Ray, et de nombreux western spaghetti comme «Joe Navidad» (1966) avec Gustavo Rojo.

Les deux décennies suivantes, Luis Prendes poursuit son activité multiforme de comédien. Il apparaît encore sur les planches en 1997 dans un classique espagnol «Las mocedades del Cid» et a un dernier rôle au cinéma, à 85 ans, l’année de son décès survenu à Madrid le 27 octobre 1998. Luis Prendes, artiste complet, a également été professeur d’art dramatique et a reçu de nombreux prix. À Bernidorm (Alicante) où il résida régulièrement, l’on peut trouver une rue à son nom et une statue à son effigie, inaugurée en 2010, par sa fille Maria José Prendes, actrice et chanteuse (Eurovision 1976).

© Caroline HANOTTE

copyright
1936Rinconcito madrileño – de León Artola avec María Cañete
1940Fortuna ( lluvia de millones ) de Max Neufeld avec María Denis
La madre guapa – de Félix de Pomés avec Ana María Campoy
1941Une difficile conquête ( una conquista difícil ) de Pedro Puche avec Maruchi Fresno
Alma de Dios – de Ignacio F. Iquino avec Amparo Rivelles
Melodías prohibidas – de Francisco Gisbert avec Antoñita Pedraza
1942Son excellence le majordome ( su excelencia el mayordomo ) de Miguel Iglesias avec María José Simo
Mon adorable secrétaire ( mi adorable secretaria ) de Pedro Puche avec Lily Vicenti
La culpa del otro – de Ignacio F. Iquino avec Isabel de Pomés
Rosas de otoño – de Eduardo Morera & Juan de Orduña avec María Fernanda Ladrón de Guevara
Boda accidentada – de Ignacio F. Iquino avec Mercedes Vecino
1943Una chica de opereta – de Ramón Quadreny avec Josita Hernán
1944Tambor y cascabel – de Alejandro Ulloa avec Marta Santaolalla
Mon ennemi et moi ( mi enemigo y yo ) de Ramón Quadreny avec Fernando Fernán Gómez
Lola Montès ( Lola Montes ) de Antonio Román avec Conchita Montenegro
1945C’était écrit ( estaba escrito ) de Alejandro Ulloa avec Mary Lamar
Le voleur aux gants blancs ( un ladrón de guante blanco ) de Ricardo Gascón avec Mary Santpere
1947Cuatro mujeres / Le quattro mogli – de Antonio del Amo avec Amparo Guerrero
1948La sombra iluminada – de Carlos Serrano de Osma avec Asunción Sancho
La manigua sin dios – de Arturo Ruiz Castillo avec Concha López Silva
1949Une nuit sans sommeil ( una noche en blanco ) de Fernando Alonso Casares avec Marta Santaolalla
Cita con mi viejo corazón – de Ferruccio Cerio avec Miriam di San Servolo
La septième page ( séptima página ) de Ladislao Vajda avec Alfredo Mayo
1950El duende y el rey – de Alejandro Perla avec Antonio Vilar
Le noceur / Forte tête / Le légionnaire ( Balarrasa ) de José Antonio Nieves Conde avec Fernando Fernán Gómez
1951Cielo negro – de Manuel Mur Oti avec Fernando Rey
1952El cerco del diablo – de Antonio Del Amo, Edgar Neville, José Antonio Nieves Conde, Enrique Gómez & Arturo Ruiz Castillo avec Tilda Thamar
1953La charge infernale ( carne de horca / Sierra Morena / il terrore dell’ Andalusia ) de Ladislas Vajda avec Emma Penella
1954Le diable joue de la flûte ( el diablo toca la flauta ) de José María Forqué avec José Luis Ozores
1955Les feux de la rampe ( luces de candilejas ) de Enrique Carreras avec Amelia Vargas
1957Dos basuras – de Kurt Land avec Gloria Ferrandiz
1958Venta de vargas – de Enrique Cahen Salaberry avec Lola Flores
1959De espaldas a la puerta – de José María Forqué avec José Luis López Vázquez
1960El príncipe encadenado – de Luis Lucia avec Paul Naschy
Le prix du sang ( el precio de la sangre ) de Feliciano Catalán avec Luis Peña
La fureur d’Hercule ( Ursus ) de Carlo Campogalliani avec Ed Fury
1961Le roi des rois ( king of kings ) de Nicholas Ray avec Jeffrey Hunter
Tous étaient coupables ( todos eran culpables ) de León Klimovsky avec Manuel Gil
1962A hierro muere – de Manuel Mur Oti avec Olga Zubarry
Plaza de oriente – de Mateo Cano avec María Luz Galicia
Les morts ne pardonne pas ( los muertos no perdonan ) de Julio Coll avec May Heatherly
1963La hora incógnita / Dios eligio sus viajeros – de Mariano Ozores Hijo avec Mercedes Muñoz Sampedro
Carta a una mujer – de Miguel Iglesias avec Emma Penella
Pyro ( fuego / fire / pyro… The thing without a face / wheel of fire ) de Julio Coll & Luis García avec Martha Hyer
Le petit gondolier ( loca juventud ) de Manuel Mur Oti avec Joselito
1965Fantasía... 3 – de Eloy de la Iglesia avec Marisa Naya
    Segment « El mago de Oz »
Django ne pardonne pas ( Mestizo / Django non perdona ) de Julio Buchs avec Susana Campos
Cent mille dollars pour Lassiter ( 100.000 dollari per Lassiter / centomila dollari per Lassiter / la muerte cumple condena / dollars for a fast gun / one hundred thousand dollars for Lassiter ) de Joaquín Luis Romero Marchent avec Pamela Tudor
1966Le triomphe des sept desperadas ( frauen, die durch die hölle gehen / las siete magnificas / the tall women / donne alla frontiera ) de Gianfranco Parolini, Sidney W. Pink & Rudolf Zehetgruber avec Anne Baxter
Dr. Coppelius ( el fantástico mundo del doctor Coppelius / the fantastic world of Dr. Coppelius / the mysterious house of Dr. C. ) de Ted Kneeland avec Claudia Corday
L’homme qui a tué Billy the Kid ( el hombre que mató a Billy el Niño / ...e divenne il più spietato bandito del sud / a few bullets more / I’ll kill him and return alone / the man who killed Billy the Kid ) de Julio Buchs avec Peter Lee Lawrence
DO Diógenes – de José Neches
    Seulement apparition
1967Le doigt du destin ( el dedo del destino / la mano del destino / the fickle finger of fate / the cups of San Sebastian ) de Richard Rush avec Tab Hunter
Joe Navidad ( the Christmas kid ) de Sidney W. Pink avec Louis Hayward
Un homme à abattre – de Philippe Condroyer avec Jean-Louis Trintignant
1968La banda del Pecas – de Jesús Pascual avec Amparo Baró
Rio Hondo ( Comanche blanco / hour of vengeance / white Comanche / Comancho bianco e venne l’ora della vendetta ) de José Briz avec Joseph Cotten
CM El príncipe y la huerfanita – de Pedro Costa avec Paloma Lorena
1970Marché secret des filles / Brigade criminelle / Investigation criminelle / Marché secret ( investigación criminal ) de Juan Bosch avec Silvana Sandoval
1973Chino ( Valdez, il mezzosangue / the Valdez horses / Valdez the halfbreed / wild horses / caballos salvajes ) de Duilio Colleti & John Sturges avec Charles Bronson
Hay que matar a B. / B must die – de José Luis Borau avec Stéphane Audran
1974Un hombre como los demás – de Pedro Masó avec Mary Carrillo
1975Le jeu du diable ( el juego del diablo ) de Jorge Darnell avec Inma de Santis
1976Secuestro – de León Klimovsky avec Tony Isbert
1977Cazar un gato negro – de Rafael Romero Marchent avec Sue Vanner
1978Clayton & Catherine ( China 9, Liberty 37 / amore, piombo e furore / Clayton Drumm / gunfire / love, bullets and frenzy ) de Monte Hellman avec Warren Oates
Nom de code : Jaguar ( Jaguar lives ! / el felino ) de Ernest Pintoff avec Donald Pleasence
1983Tuareg, le guerrier du désert ( Tuareg – Il guerriero del deserto ) de Enzo G. Castellari avec Mark Harmon
1984Memorias del general Escobar – de José Luis Madrid avec Francisco Piquer
La gran fiesta – de Marcos Zuringa avec Raul Julia
1985Alien predator / Mutant II / Alien predators – de Deran Sarafian avec Dennis Christopher
1989Loco veneno – de Miguel Hermoso avec Manuel Alexandre
1998Atilano, presidente – de Santiago Aguilar & Luis Guridi avec María Isbert
Fiche créée le 11 octobre 2012 | Modifiée le 28 novembre 2013 | Cette fiche a été vue 2594 fois
PREVIOUSOtto Preminger || Luis Prendes || Micheline PresleNEXT