CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Maurice Sarfati
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

María Elena Marqués



Date et Lieu de naissance : 14 décembre 1926 (Mexico, District Fédéral, Mexique)
Date et Lieu de décès : 11 novembre 2008 (Mexico, District Fédéral, Mexique)
Nom Réel : María Elena Marqués Rangel

ACTRICE

C’est le 14 décembre 1926 que María Elena Marqués Rangel voit le jour à Mexico. Elle est la fille unique de Gabriel Marqués et María Rangel. Sa carrière commence comme un conte de fées. En effet, alors qu’elle revient de l’école, en descendant de l’autobus, elle est remarquée par Fernando de Fuentes, son voisin mais aussi réalisateur de talent. Fasciné par sa beauté juvénile, le cinéaste prend contacte avec ses parents et après moult discussions, ils tombent d’accord pour permettre à la petite María Elena de faire un essai devant les caméras. C’est en 1942, à seize ans, qu’elle apparait pour la première fois sur les écrans dans «Dos corazones y un tango», réalisé par Mario del Río, avec en vedette le célèbre danseur de tango argentin Andrés Falgas.

Bien qu’ayant un petit rôle, cette première expérience lui permet, l’année suivante, d’interpréter la fille de Maria Félix dans «Doña Bárbara» de Fernando de Fuentes et Miguel M. Delgado. S’en suivront plusieurs productions où ses rôles sont de plus en plus importants. Elle est notamment la Juliette de Cantinflas dans «Roméo et Juliette» (1943), adaptation comique de la tragédie de Shakespeare, puis l’une des «Deux orphelines» (1944) dirigée par José Benavides Hijo. Elle est aussi l’héroïne, aux côtés de Pedro Armendariz, de «La perle» (1947) un drame de Emilio Fernández présenté au Festival de Venise et qui lui vaut une nomination dans la catégorie de la meilleure actrice aux Prix du Cinéma Mexicain. L’Ariel est finalement décerné à Blanca Estela Pavón pour «Cuando lloran los valientes» (1947). En 1951, elle signe un contrat avec la Metro-Goldwyn-Mayer pour donner la réplique à Clark Gable dans «Au-delà du Missouri» de William A. Wellman. Hollywood fait encore appelle à elle pour être la partenaire de John Hodiak et John Derek dans «Les forbans du désert» (1953) un western de série B réalisé par Fred F. Sears. Entre temps, María Elena Marqués épouse le comédien Miguel Torruco, qui lui donne deux enfants, Miguel et Marisela qui travailleront plus tard dans l’industrie touristique et hôtelière du Mexique. Malheureusement, ce bonheur est de courte durée car Miguel Torruco décède prématurément le 22 avril 1956, à l’âge de trente-sept ans. María Elena se noie dans le travail afin d’alléger son deuil. C’est ainsi qu’on peu l’entendre à la radio où elle participe à des feuilletons, ainsi qu’à la télévision où elle est la vedette, dix années durant, d’un «soap-opéra» très populaire en Amérique Latine.

Au début des années soixante, María Elena Marqués quitte quelques temps les plateaux de cinéma et de télévisions pour se produire au théâtre, notamment avec Manuel Fábregas où à travers tout le pays, elle illumine la scène dans «Hablando de asesinatos», une pièce qui demeure, à ce jour, l’un des plus grands succès populaires de la scène mexicaine.

María Elena Marqués se retire des feux des projecteurs au début des années quatre-vingt afin de s’occuper de ses six petits enfants et de ses dix arrière petits-enfants. En 1992, les journalistes mexicains l’honorent d’un prix pour l’ensemble de sa carrière. L’année suivante, elle fait une apparition dans un documentaire, «Memoria del cine Mexicano», réalisé par Alejandro Pelayo, ou elle parle, avec fierté et enthousiasme de son art. Elle s’éteint le 11 novembre 2008, entouré des siens. Le nom de la Diva restera à jamais inscrit en lettre d’or dans l’histoire du cinéma, de la télévision et du théâtre mexicain.

© Christophe LAWNICZAK & Philippe PELLETIER

copyright
1942Deux cœurs et un tango ( dos corazones y un tango ) de Mario del Río avec Andrés Soler
Así se quiere en Jalisco – de Fernando de Fuentes avec Jorge Negrete
La razón de la culpa – de Juan José Ortega avec Pedro Infante
1943Cinco fueron escogidos – de Agustín P. Delgado & Herbert Kline avec Ricardo Montalban
Roméo et Juliette ( Romeo y Julieta ) de Miguel M. Delgado avec Cantinflas
Doña Bárbara – de Fernando de Fuentes & Miguel M. Delgado avec Maria Félix
Le rebel ( el rebelde / romance de antaño ) de Jaime Salvador avec Jorge Negrete
1944Les deux orphelines ( la dos huérfanas ) de José Benavides Hijo avec Víctor Junco
La trepadora – de Gilberto Martínez Solares avec Sara García
Me ha besado un hombre – de Julián Soler avec Abel Salazar
La rose des Caraïbes ( rosa del Caribe / la última aventura ) de José Benavides Hijo avec Katy Jurado
1945Capullito de alhelí – de Fernando Soler avec Carlos López Moctezuma
Amours mexicaines ( me he de comer esa tuna / El día que me quieras ) de Miguel Zacarías avec Mimí Derba
La pajarera – de Emilio Gómez Muriel avec Pedro de Aguillón
Las cinco advertencias de Satanás – de Julián Soler avec Fernando Soler
La perle / La perle maudite ( la perla ) de Emilio Fernández avec Pedro Armendariz
1946Las colegialas – de Miguel M. Delgado avec Enrique García Álvarez
1947Carita del cielo – de José Díaz Morales avec Jorge Mondragón
1948La novia del mar – de Gilberto Martínez Solares avec Rafael Baledón
    + chorégraphie
El casado casa quiere – de Gilberto Martínez Solares avec Fernando Soto
1949Yo quiero ser mala – de René Cardona avec Óscar Pulido
La negra Angustias – de Matilde Landeta avec Agustín Isunza
1950Gemma ( secreto de muerte ) de René Cardona avec Roberto Cañedo
L’âge dangereux ( la edad peligrosa ) de José Díaz Morales avec Andrea Palma
La malcasada – de José Díaz Morales avec Rodolfo Calvo
1951Vuelva el sábado – de René Cardona avec Humberto Rodríguez
Au-delà du Missouri ( across the wide Missouri ) de William A. Wellman avec Clark Gable
El marido de mi novia – de René Cardona avec Abel Salazar
1952Désirs interdits ( cuando levanta la niebla ) de Emilio Fernández avec Arturo de Córdova
Tal para cual – de Rogelio A. González avec Jorge Negrete
Lo que no se puede perdonar!.. – de Roberto Rodríguez avec Armando Calvo
1953Canción de cuna – de Fernando de Fuentes avec Josefina Leiner
Les forbans du désert ( ambush at Tomahawk Gap ) de Fred F. Sears avec John Hodiak
Reportaje – de Emilio Fernández avec Pedro Infante
1954Tempête à l’âme ( borrasca en las almas ) de Ismael Rodríguez avec Roberto Cañedo
Le jeune Juarez ( el joven Juárez ) de Emilio Gómez Muriel avec Humberto Almazán
La mujer que se vendio – de Agustín P. Delgado avec Julio Villarreal
¿ Mujer... o fiera ? – de Agustín P. Delgado avec José Baviera
1955Historia de un abrigo de mink – de Emilio Gómez Muriel avec Silvia Pinal
Maternité impossible ( maternidad imposible ) de Emilio Gómez Muriel avec Armando Calvo
1956Le Petit Poucet ( Pulgarcito ) de René Cardona avec José Elías Moreno
1957Así era Pancho Villa – de Ismael Rodríguez avec Pedro Armendariz
    + chansons
Las manzanas de Dorotea – de Raúl de Anda avec Carlos López Moctezuma
A media luz los tres – de Julián Soler avec Arturo de Córdova
1958Mélodies inoubliables ( melodías inolvidables ) de Jaime Salvador avec Enrique Rambal
1960La Llorona – de René Cardona avec Eduardo Fajardo
1961Paraíso escondido – de Mauricio de la Serna & Raphael J. Sevilla avec Jorge Martínez de Hoyos
Pueblito – de Emilio Fernández avec Lilia Prado
1966¿ Que haremos con papá ? – de Rafael Baledón avec Marga López
1967Les anges de Puebla ( los ángeles de Puebla ) de Francisco del Villar avec María Duval
1968Valentin Armienta le vengeur ( Valentin Armienta el vengador ) de Federico Curiel avec Tito Junco
1969Une nuit dans la tempête ( una noche bajo la tormenta ) de José Elías Moreno avec Enrique Aguilar
1970Las bestias jóvenes – de José María Fernández Unsáin avec Fernando Balzaretti
1972Entre dos amores / La usurpadora – de Luis Lucia avec Manolo Escobar
1976El jardín de los cerezos – de Gonzalo Martínez Ortega avec Julián Soler
DO María Elena Marqués: Campaña politica – de Ismael Rodríguez
1980El testamento – de Gonzalo Martínez Ortega avec Eduardo de la Peña
1993 DO Memoria del cine Mexicano – de Alejandro Pelayo avec Claudio Brook
    Seulement apparition
AUTRES PRIX :
      
    Déesse d’Argent Spéciale par les journalistes du cinéma mexicain, Mexique ( 2002 )
Fiche créée le 26 novembre 2008 | Modifiée le 23 décembre 2015 | Cette fiche a été vue 6120 fois
PREVIOUSSerge Marquand || María Elena Marqués || Mary MarquetNEXT