CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Joaquín Cordero
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

María Fernanda Ladrón de Guevara



Date et Lieu de naissance : 30 mai 1897 (Madrid, Espagne)
Date et Lieu de décès : 25 avril 1974 (Madrid, Espagne)
Nom Réel : María Fernanda Ladrón de Guevara y Trápaga

ACTRICE
Image
1930 Le charme de Séville (el embrujo de Sevilla) de Benito Perojo avec Rafael Rivelles & María Luz Callejo
Image
1959 Miss Cuplé – de Pedro Lazaga avec Mary Santpere, María Mahor, Carlos Miguel Solá & Roberto Rey
Image
1959 Baïonnette au canon (la fiel infantería) de Pedro Lazaga avec Tony Leblanc, Analía Gadé & Arturo Fernández
Image
1970 El bosque del lobo – de Pedro Olea avec José Luis López Vázquez, Amparo Soler Leal & Antonio Casas

María Fernanda Ladrón de Guevara y Trápaga naît à Madrid le 30 mai de 1897, sous la régence de Marie-Christine d’Autriche, la mère du jeune Roi Alphonse XIII. Elle a la chance de grandir dans une famille aisée, férue de culture, alors que l’Espagne, analphabète à 65%, est ruinée par la guerre contre les États-Unis et vient de perdre Cuba, Porto Rico et les Philippines.

En 1913, María Fernanda Ladrón de Guevara entre dans la troupe de María Guerrero et Fernando Díaz de Mendoza, son parrain. Elle débute dans «La Malquerida» écrite par le dramaturge Jacinto Benavente. Elle se perfectionne en prenant des cours de comédie dans la classe de María Tubau à l’Ecole Royale Supérieur d’Art Dramatique. La jeune comédienne enchaîne alors les succès sur scène, parmi lesquels: «El retablo de Agrellano» (1913) de Eduardo Marquina, «Mamá» (1913) de Gregorio Martínez Sierra, «La fuerza del mal» (1914) de Manuel Linares Rivas, «Campo de armiño» (1916) et «La vestal de Occidente» (1919) deux pièces de Jacinto Benavente et «El último pecado» (1918) de Pedro Muñoz Seca. Entre-temps, elle aurait fait une première incursion au cinéma en 1916. En 1922, elle épouse son partenaire attitré Rafael Rivelles. Dans la foulée, ils fondent leur propre compagnie et seront de nouveau réunis sur scène dans «Cancela», «La madre guapa» ou «El bandido de la Sierra» (1923).

En 1930, c’est auprès de son mari que María Fernanda Ladrón de Guevara fait ses premiers pas au cinéma dans «Le charme de Séville» l’un des tous premiers films sonores espagnols réalisé par Benito Perojo. Peu après, le couple s’installe à Hollywood et travaille sur des versions espagnoles de productions américaines. Maria Fernanda reprend ainsi les rôles tenus à l’origine par Ruth Chatterton dans «La femme X» (1930) et par Norma Shearer dans «El proceso de Mary Dugan» (1931). De retour dans son pays, elle tourne dans «Haine» (1933) produit par Rosario Pi. Elle divorce de Rafael Rivelles pour se marier avec l’acteur Pedro Larrañaga. En octobre 1936, Maria Fernanda revient sur scène à Madrid.

En juin, 1937, le couple se produit au Nouveau Théâtre de Barcelone dans le cadre d’un festival organisé par l’Armée Populaire de la République Espagnole, dans l’opérette «La tabernera del puerto» qui reporte un grand succès. Au printemps de 1938, María Fernanda Ladrón de Guevara et Pedro Larrañaga sont accusés de sympathie avec le camp Franquiste. L’arrestation a lieu dans le théâtre du Coliseum alors qu’ils se préparent pour un spectacle. Le 7 juin 1938, l’actrice est condamnée à dix ans de prison et son mari à six ans de travaux forcés. Ils seront libérés en janvier 1939, quelques jours avant l’entrée des troupes nationalistes à Barcelone. À partir de 1942, Maria Fernanda Ladron de Guevara reprend le chemin des studios pour «Rosas de otoño» de Eduardo Morera et Juan de Orduña. Jusqu’en 1970, elle apparaît dans quatorze films, parmi lesquels «Baïonnette au canon» (1959) avec Tony Leblanc, «Le partage de Catherine» (1964) de Luigi Comencini et «La femme perdue» (1966) de Tulio Demicheli. En 1970, María Fernanda Ladrón de Guevara joue son dernier rôle au cinéma auprès de José Luis López Vázquez dans «El bosque del lobo» et apparaît une dernière fois à la télévision dans la série «Estudio1» en 1973. Elle meurt à Madrid le 25 avril 1974, ses enfants Amparo Rivelles et Carlos Larrañaga et ses petits-enfants Amparo Larrañaga et Luis Merlo, perpétuant brillamment la tradition artistique familiale.

© Pascal DONALD

copyright
1916Hasta después de muerta – de Ernesto Gunche & Eduardo Martinez de la Pera avec Enrique Serrano
1930Le charme de Séville ( el embrujo de Sevilla ) de Benito Perojo avec Rafael Rivelles
La femme X ( la mujer X ) de Carlos F. Borcosque avec Julio Peña
1931Cheri-Bibi – de Carlos F. Borcosque avec Ernesto Vilches
El proceso de Mary Dugan – de Marcel De Sano & Gregorio Martínez Sierra avec José Crespo
1932Niebla – de Benito Perojo avec José Rivero
L’homme qui se moquait de l’amour ( el hombre que se reía del amor ) de Benito Perojo avec Ricardo Muñoz
1933Haine ( odio ) de Richard Harlan avec Manuel Paris
1942Rosas de otoño – de Eduardo Morera & Juan de Orduña avec Luis Prendes
1949Sabela de Cambados – de Ramón Torrado avec Fernando Fernández de Córdoba
1958Música de ayer / Zarzuela 1900 – de Juan de Orduña avec Armando Calvo
1959Miss Cuplé – de Pedro Lazaga avec Roberto Rey
Baïonnette au canon / Assaut colline 408 / Colline 408 ( la fiel infantería ) de Pedro Lazaga avec Tony Leblanc
Cibles vivantes ( altas variedades ) de Francisco Rovira Beleta avec Christian Marquand
1960¿ Dónde vas triste de ti ? / Pasión de locura – de Alfonso Balcázar & Guillermo Cases avec Vicente Parra
Un ángel tuvo la culpa – de Luis Lucia avec Alfredo Mayo
Une fille de Chicago ( una chica de Chicago ) de Manuel Mur Oti avec Rafael Durán
1961La cumparsita / Canción de arrabal – de Enrique Carreras avec Luis Peña
1964Le partage de Catherine / Une fille qui mène une vie de garçon ( la bugiarda ) de Luigi Comencini avec Enrico Maria Salerno
1966La femme perdue ( la mujer perdida ) de Tulio Demicheli avec Massimo Serato
1967Le journal intime d’une nonne ( encrucijada para una monja / violenza per una monaca ) de Julio Buchs avec John Richardson
1969Me enveneno de azules – de Francisco Regueiro avec Antonio Casas
1970El bosque del lobo – de Pedro Olea avec José Luis López Vázquez
Fiche créée le 16 octobre 2012 | Modifiée le 28 novembre 2012 | Cette fiche a été vue 1829 fois
PREVIOUSJosé María Lado || María Fernanda Ladrón de Guevara || Carla LaemmleNEXT