CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Polly Moran
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

María Luisa Zea



Date et Lieu de naissance : 5 février 1913 (Mexico, District Fédéral, Mexique)
Date et Lieu de décès : 27 décembre 2002 (Mexico, District Fédéral, Mexique)
Nom Réel : María Luisa Zea Gómez

ACTRICE
Image
1933 La llorona – de Ramón Peón avec Ramón Pereda, Virginia Zurí, Carlos Orellana & Adriana Lamar
Image
1944 Prisonniers du destin (rayando el sol) de Roberto Gavaldón avec Pedro Armendariz & Domingo Soler
Image
1946 La fumée dans les yeux (humo en los ojos) de Alberto Gout avec David Silva & Rubén Rojo
Image
1951 Ils disent que je suis communiste (dicen que soy comunista) de Alejandro Galindo

Cette sublime mexicaine vient au monde le 5 février 1913 à Mexico. María Luisa Zea ne s’est jamais répandue en confidences sur sa famille et sur sa jeunesse, mais on retrouve la belle jeune femme en professeur d’éducation physique au début des années trente.

En 1933, le cinéma se précipite sur cette athlète au physique de rêve et la propulse en tête d’affiche dans «Sa dernière chanson». Ce drame, un des tous premiers films parlants mexicains, est dirigé par le cinéaste austro-hongrois John H. Auer. Celui-ci délaisse le tournage pour suivre sa belle qui vient de le quitter. Le film est terminé par Fernando de Fuentes. Elle est remarquée par Ramón Peón qui lui offre un des rôles principaux, auprès de Ramón Pereda, Virginia Zurí et Adriana Lamar, dans «La llorona» (La pleureuse), adaptation d’une célèbre légende mexicaine. Toujours en 1933, elle travaille avec les réalisateurs Miguel Contreras Torres, Rubén C. Navarro et retrouve Ramón Peón pour «Sagrario». La presse l’encense et lui attribue le qualificatif de «parfaite représentante de la femme mexicaine».

Sacrée vedette en quelques films, María Luisa Zea enchaîne les tournages tout au long des années trente. Ramón Peón qui apprécie son jeu et sa beauté lui offre encore trois personnages de premier plan dans «Todo un hombre» (1934) avec Raúl Talán, «La blessure» (1937) avec René Cardona, et «Le bâtard» (1937) avec Juan José Martínez Casado. En 1938, son interprétation de la plantureuse Marilú, auprès de Lupe Velez dans «La zandunga», fait beaucoup parler. En effet, lors d’une scène où María Luisa Zea sort d’une rivière, on peut voir pointer un de ses seins quelques secondes. Assumant ce plan sans complexe, l’actrice devient alors le symbole de l’érotisme dans un pays religieux et très conventionnel. Parmi ses films les plus importants de la décennie, citons: «Aujourd’hui la vie commence» (1935) de Juan José Segura avec Víctor Urruchúa; «Honore ton père et ta mère» (1936) de Juan Orol avec René Cardona; «La grande croix» (1936) de Raphael J. Sevilla avec Joaquín Busquets; «Sous le ciel de Mexico» (1937) de Fernando de Fuentes avec Domingo Soler; «La belle indienne» (1938) de Antonio Helú avec Julián Soler; «Une lumière sur mon chemin» (1938) de José Bohr avec Pedro Armendariz. María Luisa Zea est désormais une des plus célèbres vedettes dans son pays, mais aussi dans toute l’Amérique hispanophone.

Dans les années quarante, María Luisa Zea tourne toujours à un rythme soutenu, apparaissant dans deux douzaines de productions. Elle est entre autre l’idéale partenaire de Arturo de Córdova, Roberto Silva, Pedro Armendariz, Tito Junco, Rubén Rojo, Pedro Infante, Luis Aguilar ou Gustavo Rojo. En 1951, elle tourne son dernier grand film, «Ils disent que je suis communiste» de Alejandro Galindo auprès de Adalberto Martínez, avant de sombrer peu à peu dans une période de déclin. Femme polyvalente, elle est aussi modèle de mode, chanteuse et peintre.

María Luisa Zea prend une retraite définitive après un dernier rôle en 1957. Très discrète sur les années qui suivent sa carrière cinématographique, nous savons seulement qu’elle a eu un fils et qu’elle a connu des relations amoureuses avec Jorge Negrete et Pedro Infante. Elle disparaît de toute vie publique. Elle s’éteint à Mexico, en toute discrétion, le 27 décembre 2002.

© Pascal DONALD – Remerciements à Christophe COMPARIN

copyright
1933Sa dernière chanson ( su última canción ) de John H. Auer avec Alfonso Ortiz Tirado
La llorona – de Ramón Peón avec Ramón Pereda
Sagrario – de Ramón Peón avec Julio Villarreal
La nuit du péché ( la noche del pecado ) de Miguel Contreras Torres avec Ernesto Vilches
Cœurs en déroute ( corazones en derrota / el corazón hecho garras ) de Rubén C. Navarro avec Arturo Campoamor
1934Juarez et Maximilien ( Juárez y Maximiliano / la caída de un imperio ) de Miguel Contreras Torres avec Enrique Herrera
Todo un hombre – de Ramón Peón avec Raúl Talán
Martín Garatuza – de Gabriel Soria avec Leopoldo Chato Ortín
1935Aujourd’hui la vie commence ( hoy comienza la vida ) de Juan José Segura avec Víctor Urruchúa
1936Irma la mala – de Raphael J. Sevilla avec Manuel Noriega
Honore ton père et ta mère ( honrarás a tus padres ) de Juan Orol avec René Cardona
La grande croix ( la gran cruz ) de Raphael J. Sevilla avec Joaquín Busquets
1937La blessure ( la llaga ) de Ramón Peón avec Joaquín Coss
Le bâtard ( el bastardo ) de Ramón Peón avec Juan José Martínez Casado
Sous le ciel de Mexico ( bajo el cielo de México ) de Fernando de Fuentes avec Domingo Soler
1938La zandunga – de Fernando de Fuentes avec Lupe Velez
La belle indienne ( la india bonita ) de Antonio Helú avec Julián Soler
L’aventurier de la mer ( aventurero del mar ) de Carlos Véjar hijo avec Armando Soto La Marina
Une lumière sur mon chemin ( una luz en mi camino ) de José Bohr avec Pedro Armendariz
Aqui llegó el valentón / El fanfarrón – de Fernando A. Rivero avec Emilio Fernández
1939Juan sin miedo – de Juan José Segura avec Jorge Negrete
Juan, le soldat de la vengeance ( Juan Soldato ) de Louis J. Gasnier avec Emilio Tuero
Rosa de Xochimilco – de Carlos Véjar hijo avec Víctor Manuel Mendoza
1940El charro negro – de Raúl de Anda avec Raúl de Anda
El milagro de Cristo – de Francisco Elías avec Arturo de Córdova
Hasta que llovió en Sayula / Suerte te de Dios – de Miguel Contreras Torres avec Humberto Rodríguez
CM Cantinflas y los censos – de Miguel Zacarías avec Cantinflas
1941Allá en el bajio – de Fernando Méndez avec Tito Junco
Quand la terre tremblera ( ¡ Cuando la tierra tembló ! ) de Antonio Helú avec Arturo de Córdova
La epopeya del camino – de Francisco Elías avec Pedro Armendariz
1942Amanecer ranchero – de Raúl de Anda avec Carlos López Moctezuma
La vierge de Guadalupe ( la vírgen morena ) de Gabriel Soria avec Abel Salazar
La fête des fleurs ( la feria de las flores ) de José Benavides Hijo avec Antonio Badú
1943Internado para señoritas – de Gilberto Martínez Solares avec Katy Jurado
Cuando habla el corazón / El norteño – de Juan José Segura avec Pedro Infante
Le corsaire noir ( el corsario negro ) de Chano Urueta avec June Marlowe
1944Mi lupe y mi caballo – de Carlos Toussaint avec Víctor Junco
Adiós, Mariquita linda – de Alfonso Patiño Gómez avec Tito Guízar
La mare des ruines ( el jagüey de las ruinas ) de Gilberto Martínez Solares avec Roberto Silva
Prisonniers du destin ( rayando el sol ) de Roberto Gavaldón avec Pedro Armendariz
1946La fumée dans les yeux ( humo en los ojos ) de Alberto Gout avec Rubén Rojo
J’ai tué Rosita Alvirez ( yo maté a Rosita Alvírez ) de Raúl de Anda avec Luis Aguilar
1948Je dors avec un fantôme ( yo dormí con un fantasma ) de Jaime Salvador avec Adalberto Martínez
1949Le grand champion ( el gran campeón ) de Chano Urueta avec Tito Junco
Cuando baja la marea – de Alfonso Patiño Gómez avec Gustavo Rojo
Yo maté a Juan Charrasqueado – de Chano Urueta avec Victor Parra
1950De Tequila, su mezcal – de Carlos Toussaint avec Tito Guízar
L’amour ne se commande pas ( el amor no es negocio ) de Jaime Salvador avec Ramón Gay
1951Ils disent que je suis communiste ( dicen que soy comunista ) de Alejandro Galindo avec Adalberto Martínez
Perdición de mujeres – de Juan Orol avec José Luis Aguirre
1956Les amoureux ( los amantes ) de Benito Alazraki avec Agustín Fernández
1957La esquina de mi barrio – de Fernando Méndez avec Ramón Gay
Fiche créée le 30 octobre 2013 | Modifiée le 26 juin 2014 | Cette fiche a été vue 2736 fois
PREVIOUSMaali Zayed || María Luisa Zea || Ferdinand ZeccaNEXT