CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Henri Fescourt
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Marcelle Géniat



Date et Lieu de naissance : 10 juillet 1881 (Saint-Petersbourg, Empire Russe)
Date et Lieu de décès : 27 septembre 1959 (L’Hay-les-Roses, France)
Nom Réel : Eugénie Pauline Martin

ACTRICE
Image
1909 Le roi s’amuse – de Albert Capellani & Michel Carré avec Henri Sylvain, Paul Capellani & Albert Dieudonné
Image
1936 La joueuse d’orgues – de Gaston Roudès avec Pierre Larquey, Jacques Varennes & Daniel Mendaille
Image
1941 Le briseur de chaînes – de Jacques Daniel-Norman avec Pierre Fresnay, Blanchette Brunoy & Ginette Leclerc
Image
1950 Dieu a besoin des hommes – de Jean Delannoy avec Pierre Fresnay, Madeleine Robinson & Daniel Gélin

Marcelle Géniat, de son vrai nom Eugénie Pauline Martin est une actrice française qui a traversé les plateaux de théâtre et de cinéma pendant près de cinquante ans. La solidité de son jeu, sa capacité à rester elle-même tout en endossant un grand nombre de personnages différents la placent dans la catégorie enviée des excentriques du cinéma français. Elle nait le 10 juillet 1881 à Saint-Pétersbourg en Russie comme Sacha Guitry, quatre ans plus tard.

À l’âge de huit ans, Marcelle Géniat donne précisément la réplique sur scène à Lucien Guitry dans l’«Assommoir» au théâtre, puis après une adolescence sans histoire, entre à la Comédie-Française en 1899 dont elle sera sociétaire entre 1910 et 1912. Elle apprend son métier sur scène en jouant des classiques («Les femmes savantes» de Molière, «Andromaque» de Racine) ainsi que des pièces de boulevard («La petite amie» de Eugène Brieux ou «Bagatelle» de Paul Hervieu). En 1909, elle entame une carrière à l’écran sous la direction de Albert Capellani dans «Le roi s’amuse». Entre 1909 et 1956 (année de son dernier film), elle va tourner dans plus d’une cinquantaine de films.

Après deux apparitions, en 1916, dans des films de l’acteur et réalisateur Léonce Perret: «L’imprévu» et «Le retour du passé», Marcelle Géniat joue les femmes affligées dans «La fusée» de Jacques Nathanson en 1933 ou dans «La joueuse d’orgue» de Gaston Roudès en 1936. Dès ses premiers parlants, elle utilise un parler rocailleux qui marque par sa singularité: mélange d’accents slave et bourguignon. Elle donne aussi un attrait particulier à ses personnages grâce à un goût prononcé pour le travestissement et le vieillissement, comme dans «Les nuits blanches» (1942) de Robert Péguy, où elle a le visage entouré d’une cornette, dans «La glu» (1936) de Jean Choux, elle arbore une coiffe bretonne, allant jusqu’à personnifier la chouette dans «Les mystères de Paris » (1935) de Félix Gandéra. On la retrouve emmitouflée dans un châle dans «Manon des Sources» (1952) de Marcel Pagnol. Ses plus belles années au cinéma se déroulent durant l’occupation entre 1940 et 1944 où elle apparait dans 10 films dont «Le loup des Malveneur» (1942) de Guillaume Radot, avec Pierre Renoir, et «Le voile bleu» (1942) de Jean Stelli, avec Gaby Morlay, ainsi que dans un des rares films pétainistes, «Haut le vent» (1942), de Jacques de Baroncelli, avec Charles Vanel. C’est également durant cette période qu’elle obtient son meilleur rôle à l’écran avec le «Briseur de chaînes» de Jacques Daniel-Norman, en 1941, pour son personnage centenaire de Mamouret aux côtés de Pierre Fresnay et Ginette Leclerc. C’est d’ailleurs l’unique fois où Marcelle Géniat est la vedette d’un film populaire au budget et à la distribution conséquents, composant un personnage d’anthologie à l’air bougon attachée aux petits plaisirs de la vie mais lucide sur la noirceur de la nature humaine. Certains de ses films sont estimables comme «Destins» (1946) de Richard Pottier, avec Tino Rossi, ou «Dieu a besoin des hommes» (1950) de Jean Delannoy.

Si Marcelle Géniat n’est pas aussi connue que d’autres actrices de sa génération telles que Pauline Carton, Jeanne Fusier-Gir et Denise Grey, elle n’en a pas moins été une actrice de composition par excellence qui, après une belle carrière au cinéma comme au théâtre, s’est éteinte le 27 septembre à L’Hay-les-Roses en région parisienne.

© Daniel CHOCRON

copyright
1909 CM Le roi s’amuse – de Albert Capellani & Michel Carré avec Henri Sylvain
CM Rigoletto – de André Calmettes avec Paul Mounet
1916L’imprévu – de Léonce Perret avec Henry Roussel
Le retour du passé – de Léonce Perret avec Marcelle Géniat
1917Par la vérité – de Maurice de Féraudy & Gaston Leprieur avec Jean Worms
CM Ainsi va la vie – de Pierre Bressol avec André Lefaur
1931Serments – de Henri Fescourt avec André Burgère
1932Quelqu’un a tué / Le château de la terreur / Le secret du vieux prieuré – de Jack Forrester avec Pierre Magnier
1933La fusée / Grandeur et décadence – de Jacques Nathanson avec Lucien Gallas
1934Le billet de mille – de Marc Didier avec Lucien Baroux
Crime et châtiment – de Pierre Chenal avec Pierre Blanchar
1935Les mystères de Paris – de Félix Gandéra avec Madeleine Ozeray
Le domino vert – de Herbert Selpin & Henri Decoin avec Jany Holt
La garçonne – de Jean de Limur avec Suzy Solidor
1936La belle équipe – de Julien Duvivier avec Jean Gabin
La joueuse d’orgues – de Gaston Roudès avec Pierre Larquey
L’homme du jour – de Julien Duvivier avec Maurice Chevalier
La glu – de Jean Choux avec Marie Bell
1937L’étrange Monsieur Victor – de Jean Grémillon avec Raimu
Le révolté – de Léon Mathot avec Pierre Renoir
1938Le paradis de Satan – de Félix Gandéra avec Jean-Pierre Aumont
Carrefour – de Curtis Bernhardt avec Charles Vanel
1939Le chemin de l’honneur – de Jean-Paul Paulin avec Pierre Brasseur
L’étrange nuit de Noël – de Yvan Noé avec André Brulé
1941Fromont jeune et Risler aîné – de Léon Mathot avec Jean Servais
Le briseur de chaînes / Mamouret ou le briseur de chaînes – de Jacques Daniel-Norman avec Pierre Fresnay
1942Le voile bleu – de Jean Stelli avec Gaby Morlay
Haut le vent – de Jacques de Baroncelli avec Mireille Balin
Les ailes blanches – de Robert Péguy avec Irène Corday
Le loup des Malveneur – de Guillaume Radot avec Gabrielle Dorziat
1943Jeannou – de Léon Poirier avec Thomy Bourdelle
La valse blanche – de Jean Stelli avec Lise Delamare
Graine au vent – de Maurice Gleize avec Jacques Dumesnil
1944Le merle blanc – de Jacques Houssin avec Saturnin Fabre
1945Dernier métro – de Maurice de Canonge avec Fernand Fabre
1946Destins – de Richard Pottier avec Tino Rossi
Le village de la colère – de Raoul André avec Louise Carletti
1947La renégate – de Jacques Séverac avec Louise Carletti
Les requins de Gibraltar – de Emil Edwin Reinert avec Annie Ducaux
Une mort sans importance – de Yvan Noé avec Suzy Carrier
1948Ronde de nuit – de François Campaux avec Tilda Thamar
1949Tête blonde – de Maurice Cam avec Marcel Mouloudji
La belle que voilà – de Jean-Paul Le Chanois avec Michèle Morgan
1950L’homme de la Jamaïque – de Maurice de Canonge avec Véra Norman
Dieu a besoin des hommes – de Jean Delannoy avec Madeleine Robinson
La passante – de Henri Calef avec Henri Vidal
1951Procès au Vatican / La vie de Sainte Thérèse de Lisieux – de André Haguet avec Suzanne Flon
La fille au fouet – de Jean Dréville avec Michel Simon
La fille au fouet ( das geheimnis vom bergsee / die jungfrau mit der peitsche / das mädchen mit der peitsche / das mädchen vom Bergsee ) de Jean Dréville avec Lil Dagover
    Version allemande de « La fille au fouet »
1952Manon des sources – de Marcel Pagnol avec Charles Blavette
1953Le défroqué – de Léo Joannon avec Pierre Trabaud
1955Sophie et le crime – de Pierre Gaspard-Huit avec Marina Vlady
1956Bonjour jeunesse – de Maurice Cam avec Jeanne Boitel
Fiche créée le 12 mai 2009 | Modifiée le 26 septembre 2014 | Cette fiche a été vue 3820 fois
PREVIOUSClaude Génia || Marcelle Géniat || René GéninNEXT