CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Lillian Randolph
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Margaret Leighton



Date et Lieu de naissance : 26 février 1922 (Barnt Green, Royaume-Uni)
Date et Lieu de décès : 13 janvier 1976 (Chisester, Royaume-Uni)
Nom Réel : Margaret Leighton

ACTRICE

Née le 26 février 1922 à Barnt Green, dans la banlieue de Birmingham, en Angleterre, Margaret Leighton est la fille de Augustus-George Leighton, directeur d’une usine de textile, et de Doris Evans, issue de la grande bourgeoisie. Elle fait ses études dans une institution religieuse pour jeunes filles. Elle prend des cours de diction et devient très vite la vedette des spectacles de fin d’année. À seize ans, alors que ses professeurs l’encouragent à passer le concours d’entrée à Cambridge, elle convainc son père et auditionne au «Repertory Theatre» de Birmingham. Elle obtient un petit rôle qui n’est pas concluant et est reléguée à la figuration. Ses années de «vaches maigres» durent jusqu’en 1943 ou elle accède enfin au vedettariat avec une adaptation de la pièce de James Barrie, «Le petit ministre». L’année suivante, lorsque Laurence Olivier et Ralph Richardson l’a voit jouer dans une pièce de Pirandello «Six personnages en quête d’auteur», ils décident de l’engager à l’«Old Vic Theatre». Margaret Leighton y joue des pièces classiques du répertoire, tels que «Henry V», ou encore «Le Roi Lear». Elle entame une relation passionnée avec Ralph Richardson, de vingt ans son aîné. En 1947, elle épouse Max Reinhardt, un éditeur d’origine autrichienne. Elle quitte le giron de Laurence Olivier et de Ralph Richardson pour commencer une carrière dans le théâtre commercial, en jouant, notamment, avec Robert Donat.

C’est en 1947 qu’elle fait ses débuts au cinéma sous la houlette du producteur Alexander Korda. Si son premier film, «Winslow contre le Roi», sorti en 1948, de Anthony Asquith, est un succès, son second, «La grande révolte» de Anthony Kimmins, avec David Niven se révèle être un échec. Malgré ses collaborations avec Alfred Hitchcock, pour «Les amants du Capricorne», ou encore Michael Powell pour «Le Chevalier de Londres», sa carrière cinématographique ne décolle pas. Déçue, elle décide de revenir vers ses premières amours, le théâtre. Elle retrouve Ralph Richardson en 1952 pour le Festival Shakespeare. Les années cinquante sont riches théâtralement, elle connaît un triomphe dans «Tables séparées» de Terence Rattigan. Pour le grand écran, elle interprète la femme trompée par Laurence Harvey dans «Les bons meurent jeunes» (1954) de Lewis Gilbert, puis de la femme acariâtre de David Niven dans «Court Martiale» (1955) de Anthony Asquith. En 1959, Margaret s’embraque pour Hollywood. Son premier film américain est «Le bruit et la fureur» (1959) de Martin Ritt, pour un rôle d’alcoolique nymphomane, mère de Joanne Woodward. Sentimentalement elle erre entre relations destructrices et dépression. Remariée successivement avec Laurence Harvey et Michael Wilding, elle collectionne des aventures parallèles, notamment avec Anthony Quinn et Robert Stephens.

Par la suite, ses participations au cinéma se font de plus en plus sporadiques. En 1966, Margaret Leighton est de la distribution de «Frontière chinoise», le dernier film de John Ford. En 1970, l’actrice est nommée pour l’Oscar du meilleur second rôle pour son interprétation de Mrs. Maudsley dans «Le Messager» de Joseph Losey. Mais, lors du tournage, elle commence à manifester des signes de plus en plus invalidant de ce qu’elle pense être une crise d’arthrose et qui s’avère être une sclérose en plaque. L’évolution de la maladie, aggravée par une forte consommation d’alcool, fait que Margaret Leighton décède le 13 janvier 1976, quelques jours après la dernière représentation d’«Une famille et une fortune» ou elle a retrouvé Alec Guinness, son complice des années «Old Vic».

© Christophe LAWNICZAK – Source Muriel LHERMÉ

copyright
1948La grande révolte / Le prétendant ( Bonnie prince Charlie ) de Anthony Kimmins avec David Niven
Winslow contre le roi / L’affaire Winslow ( the Winslow boy ) de Anthony Asquith avec Robert Donat
1949Les amants du capricorne ( under capricorn ) de Alfred Hitchcock avec Ingrid Bergman
Le chevalier de Londres ( the elusive pimpernel / the fighting pimpernel ) de Michael Powell & Emeric Pressburger avec David Niven
Egarement ( the astonished heart ) de Anthony Danborough & Terence Fisher avec Celia Johnson
1950Home at seven / Murder on Monday – de Ralph Richardson avec Jack Hawkins
1951Le retour de Bulldog Drummond ( calling Bulldog Drummond ) de Victor Saville avec Walter Pidgeon
The Holly and the Ivy – de George More O’Ferrall avec Ralph Richardson
1953Les bons meurent jeunes / L’engrenage ( the good die young ) de Lewis Gilbert avec Laurence Harvey
1954The Teckman mystery – de Wendy Toye avec John Justin
Un mari fidèle / Un mari presque fidèle ( the constant husband ) de Sidney Gilliat avec Rex Harrison
1955Court martiale ( Carrington , V.C. / court martial ) de Anthony Asquith avec David Niven
1956Etrange passion / L’étranger amoureux ( the passionate stranger / a novel affair ) de Muriel Box avec Ralph Richardson
1959Le bruit et la fureur ( the sound and the fury ) de Martin Ritt avec Yul Brynner
1961Les femmes du général / Mademoiselle et son dragon ( waltz of the toreadors / the amourous general ) de John Guillermin avec Peter Sellers
1963Que le meilleur l’emporte ( the best man / Gore Vidal’s the best man ) de Franklin J. Schaffner avec Henry Fonda
1964Le secret du docteur Whitset ( the third secret ) de Charles Crichton avec Stephen Boyd
Le cher disparu ( the loved one ) de Tony Richardson avec Rod Steiger
1966Frontière chinoise ( 7 women / seven women ) de John Ford avec Anne Bancroft
1969La folle de Chaillot ( the madwoman of Chaillot ) de Bryan Forbes avec Katharine Hepburn
1970Une belle tigresse ( X, Y and Zee / Zee & Co ) de Brian G. Hutton avec Michael Caine
Le messager ( the go-between ) de Joseph Losey avec Julie Christie
    BAFTA du meilleur second rôle féminin aux British Academy Awards, Grande-Bretagne

    Prix KCFCC du meilleur second rôle féminin par le cercle des critiques de cinéma de Kansas City, USA
1972Lady Caroline Lamb – de Robert Bolt avec Richard Chamberlain
L’affaire Nelson ( the Nelson affair / a bequest to the nation ) de James Cellar Jones avec Peter Finch
1973Frankenstein ( Frankenstein : The true story / Dr. Frankenstein ) de Jack Smight avec Michael Sarrazin
Frissons d’outre-tombe / Les mystères d’outre-tombe ( from beyond the grave / creatures / creatures from beyond the grave / tales from beyond the grave / tales from the beyond / the undead ) de Kevin Connor avec Donald Pleasence
1974Galileo ( Galileo Galilei ) de Joseph Losey avec John Gielgud
Great expectations – de Joseph Hardy avec Sarah Miles
1976Trial by combat / Dirty knight’s work / Choice of weapons – de Kevin Connor avec John Mills
Fiche créée le 22 mai 2008 | Modifiée le 30 septembre 2015 | Cette fiche a été vue 5866 fois
PREVIOUSVivien Leigh || Margaret Leighton || Marija LeikoNEXT