CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Jeff Chandler
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Margaretta Scott



Date et Lieu de naissance : 13 février 1912 (Londres, Royaume-Uni)
Date et Lieu de décès : 15 avril 2005 (Londres, Royaume-Uni)
Nom Réel : Margaretta Scott

ACTRICE

Margaretta Scott naît à Londres le 13 Février 1912, son père, Hugh Arthur Scott, est un des plus célèbres et redoutés critiques musicaux londonien. Sa mère, Bertha est une élégante «femme de critique». La famille ne fait aucune objection à la vocation théâtrale de leur fille qui suivra les très sérieux cours de l’Académie Royale d’Art Dramatique de Londres. Elle s’y fait une amie pour la vie d’une autre étudiante: Celia Johnson qui bouleversera le monde avec «Brève rencontre» en 1945. Les deux femmes restent proches et amies, jouant sur un même registre, loin d’être rivales, elles se passent les rôles l’une à l’autre lorsqu’elles ne sont pas libres ou pas tentées par la proposition. Elles n’auront le plaisir de jouer ensemble que lorsqu’elles seront des dames vénérables.

Margaretta Scott fait ses débuts en scène à quatorze ans. on prépare un «Roméo et Juliette», elle se précipite pour solliciter une audition mais tous les rôles sont distribués sauf celui de Mercurio. Qu’à cela ne tienne, elle est un Mercurio saisissant de virilité. Le succès est au rendez-vous, la jeune fille découvre le grand amour de sa vie: Shakespeare. Ce qui tombe d’ailleurs on ne peut mieux, le public se passionne pour Margaretta dans l’œuvre du maître et elle joue tous les grands rôles féminins, de Juliette à Viola, de Desdémone à Ophélie et de Portia à Rosalinde. Margaretta triomphe à un point tel que le théâtre où elle joue est submergé de réservations émanant de toute l’Angleterre dès que le spectacle est annoncé. Afin de pouvoir accueillir tout le public, il est décidé que les spectacles se jouent à l’extérieur, dans Regent Park! L’idée accentue encore l’engouement et devient vite une mode.

Margaretta Scott bien sur a fait ses débuts à l\\\'écran en 1934, Alexander Korda étant un de ses fans les plus éblouis, et le producteur le plus puissant du cinéma Anglais, mais elle ne consacrera jamais à l’écran que le temps que ne lui prend pas le théâtre. Elle tourne aux côtés de Douglas Fairbanks dans «La vie privée de Don Juan» (1934), de Raymond Massey dans «La vie future» (1936) et de Laurence Olivier dans «La conquête de l’air» (1936). La guerre la surprend jeune mariée au compositeur John Wooldridge qui restera son mari jusqu’à la mort et sera le père de ses deux enfants. L’homme se conduit en héros de l’aviation, battant même un record de vitesse, Margaretta joue, part en tournée à travers l’Europe, refusant de se laisser impressionner, telle sa reine, par les bombardements de ces grossiers personnages d’Allemands! La paix revenue, le couple se retrouve indemne et Margaretta consacre plus de temps à sa famille. Le sort va pourtant la frapper en 1958, John Wooldridge se tue au volant de sa voiture.

Chacune de ses apparitions sur scène provoque le même déchaînement de passion admirative qu’au temps du «Blitz» londonien et la diva donne ses dernières représentations de vétérane en chaise roulante, ce qui ne l’empêche pas d’ajouter un triomphe à son palmarès. Dans les années cinquante, la télévision fait son entrée dans les foyers et lorsque pour la première fois on présente un Shakespeare sur le petit écran, Margaretta Scott le joue («Beaucoup de bruit pour rien»). Avec le temps, elle devient une habituée du petit écran et tient un rôle de vieille excentrique dans une vingtaine d’épisodes de la série vétérinaire «Tous les animaux, petits et grand » entre 1978 et 1990. Margaretta s’éteint le 15 avril 2005 à l’âge vénérable de quatre-vingt-treize ans.

© Céline COLASSIN – http://cinevedette3.unblog.fr

copyright
1934Dirty works – de Tom Walls avec Ralph Lynn
La vie privée de Don Juan ( Don Juan / the private life of Don Juan ) de Alexander Korda avec Douglas Fairbanks
1935Peg of old drury – de Herbert Wilcox avec Cedric Hardwicke
1936La vie future / Les mondes futurs ( things to come ) de William Cameron Menzies avec Raymond Massey
La conquête de l’air ( conquest of the air ) de Alexander Esway, Alexander Shaw, Zoltan Korda & John Monk Saunders avec Laurence Olivier
Action for slander – de Tim Whelan & Victor Saville avec Clive Brook
1937Le retour du mouron rouge ( the return of the Scarlet Pimpernel ) de Hanns Schwarz avec James Mason
1940Girl in the news – de Carol Reed avec Emlyn Williams
Atlantic Ferry / Sons of the sea – de Walter Forde avec Michael Redgrave
1941Mariage sans histoire ( quiet wedding ) de Anthony Asquith avec David Tomlinson
1942Sabotage at sea – de Leslie S. Hiscott avec Felix Aylmer
1944L’homme fatal / Fin de siècle ( fanny by gaslight / man of evil ) de Anthony Asquith avec Stewart Granger
1945The man from Morocco – de Mutz Greenbaum avec Anton Walbrook
1947Mrs. Fitzhebert – de Montgomery Tully avec Leslie Banks
Le destin de Léopold 1er ( the first gentleman / affairs of a rogue ) de Alberto Cavalcanti avec Jean-Pierre Aumont
1948The story of Shirley Yorke – de Maclean Rogers avec Derek Farr
Ombres de demain ( counterblast / devil’s plot / so died a rat ) de Paul L. Stein avec Robert Beatty
L’idole de Paris ( idol of Paris ) de Leslie Arliss avec Michael Rennie
Son dernier crime ( calling Paul Temple / Paul Temple and the Canterbury Case ) de Maclean Rogers avec John Bentley
1949Landfall – de Ken Annakin avec Michael Denison
1952La marraine de Charley ( where’s Charley ) de David Butler avec Ray Bolger
1956The last man to hang – de Terence Fisher avec Tom Conway
Traqué par Scotland Yard ( town on trial ) de John Guillermin avec Charles Coburn
1957The scamp / Strange affection – de Wolf Rilla avec Richard Attenborough
1958A woman possessed – de Max Varnel avec Francis Matthews
1960An honourable murder – de Godfrey Grayson avec Norman Wooland
1969Le mannequin défiguré ( crescendo ) de Alan Gibson avec Joss Ackland
Mon petit oiseau s’appelle Percy, il va beaucoup mieux merci ! / Mon petit oiseau s’appelle Percy, il va très bien merci ! / Sexes en location / Quelle greffe ! ( Percy ) de Ralph Thomas avec Denholm Elliott
Fiche créée le 6 octobre 2010 | Modifiée le 11 mars 2017 | Cette fiche a été vue 2969 fois
PREVIOUSLizabeth Scott || Margaretta Scott || Martha ScottNEXT