CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Ivan Mosjoukine
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Mari Blanchard



Date et Lieu de naissance : 13 avril 1927 (Long Beach, Californie, USA)
Date et Lieu de décès : 10 mai 1970 (Woodland Hills, Californie, USA)
Nom Réel : Mary Blanchard

ACTRICE
Image
1953 Deux nigauds chez Vénus (Abbott and Costello goes to Mars) de Charles Lamont avec Bud Abbott & Lou Costello
Image
1954 Le nettoyeur (destry) de George Marshall avec Audie Murphy, Lyle Bettger & Thomas Mitchell
Image
1955 Piège double (the crooked web) de Nathan Juran avec Frank Lovejoy, Richard Denning & John Mylong
Image
1957 La jungle infernale (jungle heat) de Howard W. Koch avec Lex Barker, James Westerfield & Glenn Langan

Mari Blanchard est née le 13 avril 1927 à Long Beach, en Californie, d’une mère psychothérapeute et d’un père employé dans l’industrie pétrolière. À neuf ans, elle est atteinte de poliomyélite et sa mère la soumet à un traitement intensif, fait surtout de massages, qui lui permet de remarcher et même d’aller à l’école. Plus tard, elle devient modèle et c’est une photo d’elle dans un bain moussant, publiée dans le «Hollywood reporter», qui attire l’attention d’un producteur.

Dès lors, et jusqu’en 1952, Mari Blanchard doit se contenter de petits rôles, souvent non crédités, dans des films MGM, RKO ou Paramount. Ses scènes sont parfois coupées au montage, comme dans «Aveux spontanés» (1952) de Robert Parrish. En 1952, elle est prise sous contrat par Universal et sa carrière prend un nouvel élan. Cette blonde sculpturale et pulpeuse, au regard coquin et aux poses aguicheuses, est souvent affublée d’une perruque noire par le studio et cantonnée, dans beaucoup de ses films, aux rôles de garces et de femmes de mauvaise réputation. C’est ainsi que, dans «Back of the front» (1952) de George Sherman, avec Tom Ewell, elle est la complice d’un trafiquant de drogue. Dans «Le prince de Bagdad» (1953) turquerie kitsch du même réalisateur, elle incarne, comme Salomé, une danseuse des sept voiles (dont s’amourache un Victor Mature envoyé par le Sultan ottoman) qui veut venger son père. La voilà même en reine cruelle de Vénus, Allura, qui prévient Bud Abbott et Lou Costello, dans «Deux nigauds chez Vénus» (1953) de Charles Lamont, que les Vénusiennes ont banni les hommes de leur planète.

On voit aussi Mari Blanchard dans plusieurs westerns. Elle décroche ainsi le rôle principal de «Le nettoyeur» (1954) avec Audie Murphy, un remake par George Marshall de son propre film de 1939, le célèbre «Femme ou démon». Mari Blanchard, en chanteuse de saloon, y a le redoutable honneur de succéder à une Marlene Dietrich dont elle semble copier toutes les mimiques. Elle n’en a bien sûr pas l’aura mais ne manque pas d’abattage, notamment quand elle interprète, au sein d’un French cancan endiablé, l’entraînant «If you can Can-Can». Elle a pour une fois un rôle plus sympathique dans un autre western, «Le défilé sauvage» (1954), de Jesse Hibbs, où elle campe la propriétaire d’un ranch qui demande à Joel McCrea et à son équipe de l’aider à capturer un superbe étalon noir. Mais, dès l’année suivante, elle revient à ses vieux démons, en incarnant, dans «Les cavaliers du diable» (1955) de Harold D. Schuster, avec John Ericson, une «outlaw woman», membre d’un gang de détrousseurs de trains. De même a-t-elle encore de mauvaises intentions dans «La diligence de la peur» (1956) de William F. Claxton, car, si elle fait partie des passagers d’une diligence retenus prisonniers par des bandits, elle n’en a pas moins prémédité le vol et l’assassinat de son mari.

À partir de 1960, Mari Blanchard se tourne vers la télévision. Elle a ainsi le rôle principal d’un épisode de la série «Climax», «Escape to fear» (1955), avec William Lundigan. Elle incarne aussi, le temps de 14 épisodes de la série «Klondike» (1960/61), avec James Coburn, la tenancière d’hôtel Kathy O’Hara. Elle participe à d’autres séries, comme «Perry Mason» (1962), «L’homme à la Rolls» (1965) ou encore «Le Virginien» (1967). Mari Blanchard décède prématurément d’un cancer, le 10 mai 1970, à Los Angeles.

© Jean-Pascal LHARDY

copyright
1946Copacabana – de Alfred E. Green avec Groucho Marx
1950Monsieur Musique ( Mr. Music ) de Richard Haydn avec Bing Crosby
1951Sur la Riviera ( on the Riviera ) de Walter Lang avec Danny Kaye
Discrétion assurée ( no questions asked ) de Harold F. Kress avec Barry Sullivan
Bannerline – de Don Weis avec Lionel Barrymore
Dix de la légion ( ten tall men ) de Willis Goldbeck avec Burt Lancaster
Le droit de tuer ( the unknow man / the Bradley Mason story / the thin knife ) de Richard Thorpe avec Walter Pidgeon
Overland telegraph – de Lesley Selander avec Tim Holt
L’ivresse et l’amour ( something to live for ) de George Stevens avec Ray Milland
1952Le proscrit ( the brigand ) de Phil Karlson avec Anthony Quinn
Aveux spontanés ( assignment : Paris / European edition ) de Robert Parrish avec Dana Andrews
    Scènes coupées au montage – Non crédité
Back at the front / Willie and Joe back at the front / Willie and Joe in Tokyo – de George Sherman avec Tom Ewell
1953Deux nigauds chez Vénus ( Abbott and Costello goes to Mars / on to Mars / rocket and roll ) de Charles Lamont avec Bud Abbott
Le prince de Bagdad ( the veils of Bagdad ) de George Sherman avec Victor Mature
1954Seul contre tous / Révolte à Laramie ( rails into Laramie / Fort Laramie / rails end at Laramie ) de James Hibbs avec John Payne
Le défilé sauvage ( Black Horse Canyon / Echo Canyon / Wild Horse Canyon ) de Jesse Hibbs avec Joel McCrea
Le nettoyeur / La terreur des hommes ( destry ) de George Marshall avec Audie Murphy
1955Le fils de Sinbad ( son of Sinbad ) de Ted Tetzlaff avec Vincent Price
Piège double / Dans l’engrenage du crime / L’appât ( the crooked web ) de Nathan Juran avec Frank Lovejoy
Les cavaliers du diable / Je vais revoir ma blonde ( the return of Jack Slade / Texas Rose / son of blade ) de Harold D. Schuster avec John Ericson
1956The cruel tower – de Lew Landers avec Steve Brodie
Canasta ( canasta de cuentos mexicanos ) de Julio Bracho avec Jack Kelly
    Segment « Canasta »
La diligence de la peur / Les otages de la mort ( stagecoach to fury ) de William F. Claxton avec Forrest Tucker
1957She devil – de Kurt Neumann avec Albert Dekker
La jungle infernale ( jungle heat ) de Howard W. Koch avec Lex Barker
1958No place to land / Man mad – de Albert C. Gannaway avec John Ireland
Machete – de Kurt Neumann avec Lee Van Cleef
Karasu – de Turgut Demirag avec Manfred Schuster
1961Don’t Knock the Twist – de Oscar Rudolph avec Chubby Checker
1963Trio de terreur ( twice-told tales / the corpse-makers / Nathaniel Hawthorne’s twice-told tales / nights of terror ) de Sidney Salkow avec Vincent Price
Le grand McLintock ( McLintock ! ) de Andrew V. McLaglen avec John Wayne
Fiche créée le 1 décembre 2014 | Modifiée le 8 décembre 2014 | Cette fiche a été vue 1378 fois
PREVIOUSFrançoise Blanchard || Mari Blanchard || Francis BlancheNEXT