CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Aurore Broutin
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Maria Cebotari



Date et Lieu de naissance : 10 février 1910 (Kichinev, Empire Russe)
Date et Lieu de décès : 9 juin 1949 (Vienne, Autriche)
Nom Réel : Maria Cibotaru

ACTRICE
Image
1936 Le roman de Daniela Goremkin (mädchen in weiß) de Victor Janson avec Georg Alexander & Iván Petrovich
Image
1937 Maman (Mutterlied) de Carmine Gallone avec Beniamino Gigli, Hans Moser & Hilde Hildebrand
Image
1939 Le songe de Butterfly (il sogno di Butterfly) de Carmine Gallone avec Fosco Giachetti & Luigi Almirante
Image
1940 Un gala de la Traviata (Amani, Alfredo!) de Carmine Gallone avec Lucie Englisch, Claudio Gora & Paolo Stoppa

Maria Cebotari naît Maria Cibotaru le 10 février 1910, à Kichenev (Chişinau) capitale de la Bessarabie russe, région qui a peine libérée du joug ottoman a été annexée par l’empire des Tsars en 1812. Ses parents Ion et Elena Cibotaru, originaires de cette contrée au parler hérité des légions romaines de Trajan, sont de condition très modeste. La petite Marie est la cinquième d’une fratrie de douze. Alors qu’elle chante dans les cœurs d’enfants lors des magnifiques liturgies orthodoxes, elle est remarquée par l’archi-pope Mihail Bérézovsky, compositeur renommé de musique religieuse. La jeune fille peut ainsi, en 1924, passer brillamment le concours d’admission au conservatoire de Chişínau de nouveau rattaché à la Moldavie qui a retrouvé son intégrité au sein du royaume de Roumanie. Marie étudie l’art lyrique pendant plusieurs années avant de se produire en tournée.

En 1929, Maria Cebotari a une première expérience du cinéma grâce au film de Vladimir Strizhevsky «Troika» aux côtés de Hans Adalbert Schlettow. L’année suivante, elle épouse l’acteur Alexander Virubov. Après un court séjour à Paris, le couple gagne Berlin où Alexander doit tourner un film. Maria signe alors un contrat avec l’Opéra de Dresde où elle devient Diva à vingt et un ans. Durant les années trente, Maria interprète tous les grands rôles du répertoire classique. Le cinéaste Victor Janson parvient à la convaincre de tourner «Le roman de Daniela Goremkin» (1936) avec George Alexander. Elle devient ensuite l’interprète attitrée de Carmine Gallone pour «Mutterlied» (1938) avec Beniamino Gigli et sa version italienne, «Le roman d’un génie» (1938) avec Fosco Giachetti, «Le songe de Butterfly» (1939) avec Luigi Almirante, «Amani, Alfredo!» (1940) avec Paolo Stoppa. Entre temps elle divorce et se remarie en 1938 avec Gustav Diessl, son partenaire de «Starke herzen» (1937).

En 1942, Maria Cebotari tourne «Maria Malibran» avec Rossano Brazzi. La même année, «Odessa en flammes» de Carmine Gallone, film de fiction très inspiré de l’actualité, la touche tout particulièrement. Elle est Maria Tedorescu, cantatrice dont le fils Nicolaï a disparu quand les troupes soviétiques ont repris Chişinau. Un commissaire du peuple interprété par Carlo Ninchi l’aide cependant à retrouver l’enfant. Après bien des péripéties, Maria est libérée par le capitaine Sergiu Tatărescu joué par Filippo Scelzo, tandis que les armées roumaines rentrent victorieuses à Odessa.

En 1943, à la suite des bombardements incessantes de la capitale du Reich et la destruction de sa maison, Maria préfère se réfugier en Autriche où elle est engagée de nouveau par l’Opéra de Vienne. Elle perd son mari en mars 1948. Malgré sa douleur, elle honore le contrat signé avec Herbert von Karajan pour chanter en compagnie de Elfie Mayerhofer «Les noces de Figaro» de Mozart au festival d’été de Salzbourg. Très fatiguée, elle refuse ensuite tout nouveau concert et s’isole avec ses enfants. Son état de santé se dégrade très rapidement. Atteinte d’un cancer du foie, qui la fait beaucoup souffrir, Maria Cebotari décède à Vienne le 9 juin 1949. Ses restes reposent auprès de son mari, au cimetière du Döblinger Friedhorf. Un hommage ne sera autorisé à lui être rendu que cinquante ans plus tard dans sa ville natale devenue capitale de la République Moldave. C’est chose faite grâce au film «Aria» (1999) de Vlad Druck, sur un scénario de Dumitru Olărescu.

© Caroline HANOTTE

copyright
1929Troika – de Vladimir Strizhevsky avec Hans Adalbert Schlettow
1936Le roman de Daniela Goremkin / Jeunes filles en blanc ( mädchen in weiß / ich bin auf der welt, um glücklich zu sein ) de Victor Janson avec Georg Alexander
1937Starke herzen / Starke herzen im sturm – de Herbert Maisch avec René Deltgen
Maman / Mère Chanson ( Mutterlied ) de Carmine Gallone avec Beniamino Gigli
Seulement pour toi ( solo per te ) de Carmine Gallone avec Michael Bohnen
    Version italienne de « Mutterlied »
1938Le roman d’un génie / La vie passionnée de Verdi ( Giuseppe Verdi ) de Carmine Gallone avec Fosco Giachetti
1939Le songe de Butterfly / Madame Butterfly ( il sogno di Butterfly ) de Carmine Gallone avec Luigi Almirante
1940Un gala de la Traviata ( Amani, Alfredo ! ) de Carmine Gallone avec Paolo Stoppa
1942Odessa en flammes ( Odessa in fiamme / Odessa în flăcuri / Cătuşe roşii ) de Carmine Gallone avec Carlo Ninchi
Maria Malibran – de Guido Brignone avec Rossano Brazzi
1946Leckerbissen – de Werner Malbran avec Paula Wessely
    Seulement chansons
1949 DO À Salzbourg ( Salzburg / das Salzburger welttheater ) de Wilfried Fraß & Max Zehenthofer avec Werner Krauss
    Seulement apparition
Fiche créée le 31 mai 2005 | Modifiée le 3 novembre 2017 | Cette fiche a été vue 6119 fois
PREVIOUSChristopher Cazenove || Maria Cebotari || Daniel CeccaldiNEXT