CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Marthe Mercadier
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Maria Félix



Date et Lieu de naissance : 8 avril 1914 (Álamos, Sonora, Mexique)
Date et Lieu de décès : 8 avril 2002 (Mexico, District Fédéral, Mexique)
Nom Réel : Maria de los Angeles Félix Guereña

ACTRICE
Image
1946 Enamorada – de Emilio Fernández avec Pedro Armendariz, Fernando Fernández & José Morcillo
Image
1947 Rio Escondido, ville d’enfer (Rio Escondido) de Emilio Fernández avec Domingo Soler
Image
1949 La diablesse (doña diabla) de Tito Davison avec Víctor Junco, Crox Alvarado & José Baviera
Image
1962 La bandida – de Roberto Rodríguez avec Pedro Armendariz, Ignacio López Tarso & Katy Jurado

Maria de los Angeles Félix Guereña voit le jour le 8 avril 1914, dans la ville mexicaine de Álamos proche du golfe de Californie, dans l’état du Sonora. Mariée en 1931, avec un certain Enrique Alvarez, père de son fils unique, elle le quitte un an plus tard pour s’installer à Mexico. En 1941, elle rencontre par hasard le producteur Fernando Palacios qui lui propose de faire du cinéma. L’année suivante, elle fait sa première apparition dans «El peñón de las animas» avec Jorge Negrete, suivi de «Maria Eugenia» (1942) de Felipe Gregorio Castillo et de «La femme sans cœur» (1943) de Fernando de Fuentes. Ces trois films la propulsent au premier rang des stars mexicaines. En 1943, elle épouse en secondes noces le compositeur Agustín Lara.

Dans les années quarante, Maria Félix est sans conteste la plus grande vedette du Mexique. Elle est extrêmement belle, talentueuse et enchaîne triomphe sur triomphe. Elle est récompensée des trois Ariel d’argent de la meilleure actrice pour: «Enamorada» (1946) de Emilio Fernández, «Rio Escondido» (1947) toujours de Fernández et «La diablesse» (1949) de Tito Davison. Sa réputation dépasse les frontières mexicaines et telle une déesse, Maria est adulée même idolâtrée par des millions de sud-américains et ce, durant toute sa carrière.

Hollywood courtise la diva, mais Maria Félix préfère l’aventure du cinéma européen. Elle tourne en Espagne «Du sang à l’aube» (1948) avec Fernando Rey; en Italie «Trésor maudit» (1950) avec Rossano Brazzi et «Messaline» (1951) avec Georges Marchal. Mais, il faut surtout retenir ses prestations en France pour Jean Renoir dans «French Cancan» (1954) où elle incarne la splendide Lola de Castro, auprès de Jean Gabin et Françoise Arnoul, puis pour Yves Ciampi dans «Les héros sont fatigués» (1955) avec Yves Montand et Jean Servais. En 1954, elle incarne Caroline Otero, plus connue sous le nom de «La belle Otero», dans un film qui retrace la vie cette célèbre courtisane du début du XXème siècle

À la suite de son mariage, en décembre 1956, avec Alex Berger, un richissime homme d’affaire suisse, Maria Félix prend progressivement ses distances avec le cinéma. Sa dernière grande interprétation, elle la signera en 1959, aux côtés de Gérard Philipe dans l’éprouvant film de Luis Buñuel, «La fièvre monte à El Pao». Au début des années soixante-dix, arrivée au sommet de la gloire et de la célébrité, elle apparaît dans les séries télévisées «La constitución» (1970) et «Cristina» (1970), puis, l’année suivante, dans «La generala» film de Juan Ibáñez, qui marque son éloignement définitif avec le cinéma. Par la suite, Maria fera surtout parler d’elle par ses frasques de milliardaire et ses extravagances.

Au cours des dernières années de sa vie, Maria Félix se partagera entre son appartement parisien et son hacienda de Mexico. En 1996, la mort de son fils Enrique la laisse inconsolable. Pour honorer sa mémoire, elle publie alors «Une ligne sur l’eau», un livre de photos et de souvenirs, incluant une émouvante lettre d’amour dédiée à Enrique, le jour de sa disparition. Celle qui est certainement considérée comme une des plus grande personnalité mexicaine de tous les temps, décède d’un arrêt cardiaque le 8 avril 2002, à Mexico. C’était dans la nuit de son quatre-vingt-huitième anniversaire.

© Philippe PELLETIER

copyright
1942Le rocher des âmes ( el peñón de las animas ) de Miguel Zacarías avec Jorge Negrete
María Eugenia – de Felipe Gregorio Castillo avec Rafael Baledón
1943La femme sans cœur ( la mujer sin alma ) de Fernando de Fuentes avec Fernando Soler
La china poblana – de Fernando Palacios avec Miguel Ángel Ferriz
Doña Bárbara – de Fernando de Fuentes & Miguel M. Delgado avec Julián Soler
1944La monja Alférez – de Emilio Gómez Muriel avec José Cibrián
Amok – de Antonio Momplet avec José Baviera
1945Le moine blanc ( el monje blanco ) de Julio Bracho avec Tomás Perrín
La devoradora – de Fernando de Fuentes avec Luis Aldás
Amour défendu ( vértigo ) de Antonio Momplet avec Emilio Tuero
La femme de tout le monde ( la mujer de todos ) de Julio Bracho avec Armando Calvo
1946La déesse agenouillée ( la diosa arrodillada ) de Roberto Gavaldón avec Arturo de Cordova
Enamorada – de Emilio Fernández avec Fernando Fernández
    Ariel d’Argent de la meilleure actrice, Mexique
1947Rio Escondido, ville d’enfer ( Rio Escondido ) de Emilio Fernández avec Domingo Soler
    Ariel d’Argent de la meilleure actrice, Mexique

Pardonnez-moi ( que dios me perdonne ) de Tito Davison avec Tito Junco
1948Maclovia – de Emilio Fernández avec Miguel Inclán
Du sang à l’aube ( mare nostrum / alba de sangre ) de Rafael Gil avec Fernando Rey
1949Une femme comme tant d’autres ( una mujer cualquiera ) de Rafael Gil avec José Nieto
La diablesse ( doña diabla ) de Tito Davison avec Crox Alvarado
    Ariel d’Argent de la meilleure actrice, Mexique
1950La noche del sábato – de Rafael Gil avec Rafael Durán
El rapto – de Emilio Fernández avec Jorge Negrete
Trésor maudit / La fille des hautes collines ( incantesimo tragico / hechizo trágico / Oliva ) de Mario Sequi avec Rossano Brazzi
1951La couronne noire ( la corona nera ) de Luis Saslavsky avec Vittorio Gassman
Messaline ( Messalina ) de Carmine Gallone avec Georges Marchal
1952Passion sauvage ( camelia ) de Roberto Gavaldón avec Jorge Mistral
1953Reportaje – de Emilio Fernández avec Dolores del Rio
Le calvaire d’une courtisane ( la pasión desnuda ) de Luis César Amadori avec Carlos Thompson
1954La belle Otero ( la bella Otero ) de Richard Pottier avec Louis Seigner
French Cancan – de Jean Renoir avec Jean Gabin
1955 DO El charro inmortal – de Rafael E. Portas avec Jorge Negrete
    Seulement apparition
Les héros sont fatigués – de Yves Ciampi avec Yves Montand
Celle que l’on cache ( la escondida ) de Roberto Gavaldón avec Jorge Martínez de Hoyos
1956Canasta ( canasta de cuentos mexicanos ) de Julio Bracho avec Pedro Armendariz
Quand gronde la colère ( Tizoc / amor indio ) de Ismael Rodríguez avec Andrés Soler
Faustina – de José Luis Saénz de Heredia avec Juan de Landa
1957Le tumulte des sentiments ( Flor de Mayo / beyond all limits / flowers of Mayo ) de Roberto Gavaldón avec Jack Palance
Mercredi de cendres ( Miércoles de ceniza ) de Roberto Gavaldón avec Rodolfo Landa
1958Fantaisie mexicaine / Les rebelles ( Café Colón ) de Benito Alazraki avec Luis Beristáin
La estrella vacía – de Emilio Gómez Muriel avec Enrique Rambal
1959Sonatas ( las aventuras del marqués de Bradomin ) de Juan Antonio Bardem avec Francisco Rabal
La cucaracha – de Ismael Rodríguez avec Antonio Aguilar
La fièvre monte à El Pao ( los ambiciosos ) de Luis Buñuel avec Gérard Philipe
1960La grande révolte / Les gauchos ( Juana Gallo ) de Miguel Zacarías avec Luis Aguilar
1961Si yo fuera millonario – de Julián Soler avec Amador Bendayan
1962La bandida – de Roberto Rodríguez avec Kathy Jurado
1963Amour et sexe ( amor y sexo / Safo 1963 ) de Luis Alcoriza avec Julio Alemán
1964La Valentina – de Rogelio A. González avec Eulalio González
1969La générale ( la generala ) de Juan Ibáñez avec Carlos Bracho
1977 DO México de mis amores – de Nancy Cárdenas avec Pedro Armendariz Jr.
    Seulement apparition
AUTRES PRIX :
      
    Ariel d’Or, Mexique ( 1986 )
Fiche créée le 11 janvier 2006 | Modifiée le 7 octobre 2017 | Cette fiche a été vue 10710 fois
PREVIOUSMarty Feldman || Maria Félix || Federico FelliniNEXT