CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Nikos Koundouros
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Marianne Hoppe



Date et Lieu de naissance : 26 avril 1909 (Rostock, Empire Allemand)
Date et Lieu de décès : 23 octobre 2002 (Siegsdorf, Allemagne)
Nom Réel : Marianne Stefanie Paula Henri Gertrud Hoppe

ACTRICE
Image
1933 Amour de bruyère (Heideschulmeister Uwe Karsten) de Carl Heinz Wolff avec Hans Schlenck
Image
1940 L’heure de l’adieu (auf wiedersehen, Franziska!) de Helmut Käutner avec Hans Söhnker & Fritz Odemar
Image
1974 Faux mouvement (falsche bewegung) de Wim Wenders avec Rüdiger Vogler, Hanna Schygulla & Ivan Desny
Image
1986 Schloß Königswald – de Peter Schamoni avec Camilla Horn, Carola Höhn, Rose Renée Roth & Marika Rökk

Marianne Stefanie Paula Henri Gertrud Hoppe naît le 26 avril 1909, à Rostock, ville de l’Empire Allemand, sur les bords de la mer Baltique. Adolescente, elle étudie à la fameuse Académie Reine Louise de Berlin. À dix-sept ans, elle apprend l’art dramatique auprès de la comédienne et professeur Lucie Höflich. De 1928 à 1930, elle suit les cours de Max Reinhardt au Deutsches Theater qui lui fait jouer plusieurs rôles secondaires dans ses mises en scène. Elle est ensuite engagée par Arthur Hellmer au Théâtre de Francfort puis, en 1932, elle signe contrat au Kammerspiele de Munich.

En 1933, Marianne Hoppe apparaît, pour la première fois à l’écran, dans le film historique de Franz Osten, «Der Judas von Tirol». L’année suivante, son interprétation de la jeune et belle Elke dans «Der schimmelreiter» avec Mathias Wieman, lui vaut de gagner ses galons de star du cinéma allemand. Le 22 juin 1936, elle se marie avec l’acteur-réalisateur, Gustaf Gründgens. Ils forment le couple artistique très en vogue de l’entre-deux guerres. Ils se produisent sur scène dans des pièces très appréciées du public et apparaissent en tête d’affiches dans trois films: «Schwarzer jäger Johanna» (1934) de Johannes Meyer, «Une femme sans importance» (1936) de Hans Steinhoff et «Kapriolen» (1937) mis en scène par Gründgens lui-même. Marianne est désormais une vedette très populaire et la plupart ces films sont des grands succès. Elle partage l’affiche avec l’immense Emil Jannings dans «Crépuscule» (1937) de Veit Harlan, avec Willy Birgel dans «Congo Express» (1939) et le jeune Curd Jürgens dans «La voix du cœur» (1942). En 1940, sous la direction de Helmut Käutner, elle incarne Franziska Thiemann dans «L’heure de l’adieu » qui raconte la solitude des femmes pendant la guerre. Toujours pour Käutner, elle est Madeleine dans «Lumière dans la nuit», un mélodrame romantique sur un triangle amoureux adaptée d’une nouvelle de Maupassant.

Pendant le siège de Berlin, Marianne Hoppe est arrêtée dans sa maison de Grunewald. Faite prisonnière, elle poursuit ses activités théâtrales dans le camp de réfugiés de la gare de Lehrt. En 1946, elle divorce de Gründgens et quitte la capitale pour la Bavière. De 1947 à 1955, elle joue fréquemment au Schauspielhaus de Düsseldorf. Pour l’anecdote, signalons que le directeur de ce théâtre n’est autre que son ex-mari. Elle apparaît aussi dans quelques productions cinématographiques et télévisées. Entre 1969 et 1976, elle fait notamment partie de la distribution de plusieurs épisodes de la série «Der kommissar» avec Erik Ode dans le rôle du très populaire Herbert Keller. En 1974, le cinéma germanique la couronne meilleure actrice pour son rôle de la mère dans «Faux mouvement» de Wim Wenders. Prix qu’elle partage avec Liza Kreuzer, Nastassja Kinski et Hannah Schygulla, les autres vedettes du film.

En 1989, Marianne Hoppe fait un «come-back» retentissant au cinéma avec «Schloß Königswald» de Peter Schamoni. Pour cette production, elle remporte, avec ses partenaires Camilla Horn, Marika Rökk et Carola Höhn en autres, un prix d’interprétation commun par la presse cinématographique bavaroise. Son parcours artistique s’achève avec les honneurs et la reconnaissance de la profession avec l’attribution de plusieurs récompenses décernées par les différentes académies du cinéma allemand. Elle meurt dans son pays natal, à Siegsdorf, le 23 octobre 2002.

© Philippe PELLETIER

copyright
1933Le Judas du Tirol ( der Judas von Tirol ) de Franz Osten avec Fritz Rasp
Amour de bruyère ( Heideschulmeister Uwe Karsten ) de Carl Heinz Wolff avec Hans Schlenck
1934Der schimmelreiter – de Hans Deppe & Curt Oertel avec Mathias Wieman
Johanna espionne de l’empereur ( schwarzer jäger Johanna / der spion des kaisers ) de Johannes Meyer avec Paul Hartmann
Le policier Schwenke ( Oberwachmeister Schwenke ) de Carl Froelich avec Gustav Fröhlich
Yolande ( Krach um Jolanthe ) de Carl Froelich avec Olaf Bach
1935Alles hört auf mein kommando – de Georg Zoch avec Georg Alexander
Die werft zum grauen hecht – de Frank Wisbar avec Oskar Sima
Anschlag auf schweda – de Karl Heinz Martin avec Peter Voß
1936Wenn der hahn kräft – de Carl Froelich avec Hans Brausewetter
Une femme sans importance ( eine frau ohne bedeutung ) de Hans Steinhoff avec Gustaf Gründgens
1937Gabriele : Eins, zwei, drei / Gabriele sucht abenteuer – de Rolf Hansen avec Grethe Weiser
Crépuscule ( der herrscher ) de Veit Harlan avec Emil Jannings
Cabrioles / Pirouettes ( kapriolen / capriolen ) de Gustaf Gründgens avec Volker von Collande
1939La chair est faible / Ecartement du droit chemin ( der schritt vom wege / Effi Briest ) de Gustav Gründgens avec Karl Ludwig Diehl
Congo Express ( Kongo-Express ) de Eduard von Borsody avec Willy Birgel
1940L’heure de l’adieu / Au revoir, Franziska ( auf wiedersehen, Franziska! ) de Helmut Käutner avec Hans Söhnker
1942La voix du cœur ( stimme des herzens ) de Johannes Meyer avec Curd Jürgens
1943Ich brauche dich – de Hanns Schweikart avec Fita Benkhoff
Lumière dans la nuit ( romanze in moll ) de Helmut Käutner avec Paul Dahlke
1944La vie continue ( das leben geht weiter ) de Wolfgang Liebeneiner avec Heinrich George
1948Das verlorene gesicht – de Kurt Hoffmann avec Erich Ponto
1949Schicksal aus zweiter hand / Zukunft aus zweiter hand – de Wolfgang Staudte avec Joseph Offenbach
1950Nur eine nacht – de Fritz Kirchhoff avec Willy Maertens
1954L’homme de ma vie ( der mann meines lebens ) de Erich Engel avec René Deltgen
1957 DO Das kommt nicht wieder – de Martin Ulner avec Grethe Weiser
1958Dreizehn alte esel / Dreizehn kleine esel und der sonnenhof – de Hans Deppe avec Hans Albers
1961L’étrange comtesse ( die seltsame gräfin ) de Josef von Báky avec Klaus Kinski
1962Le trésor du lac d’argent ( der schatz im Silbersee / Blago u srebronom jezeru ) de Harald Reinl avec Lex Barker
1964Les chercheurs d’or de l’Arkansas ( die goldsucher von Arkansas / alla conquista dell’ Arkansas / massacre at Marble City / conquerors of Arkansas ) de Paul Martin avec Philippe Lemaire
1965Dix petits indiens ( ten little indians / and then there were none / Anna Christie’s ten little indians ) de George Pollock avec Hugh O’Brian
1974Faux mouvement ( falsche bewegung ) de Wim Wenders avec Ivan Desny
    Prix d’Or du cinéma d’interprétation féminine aux Prix du cinéma Germanique, Allemagne
1982Marianne und Sophie – de Rainer Söhnlein avec Rainer Hunold
1985Francesca – de Verena Rudolph avec Ruth Drexel
1986Schloß Königswald – de Peter Schamoni avec Camilla Horn
    Prix de la meilleure actrice aux prix du cinéma bavarois, Allemagne
1999 DO Die königin : Marianne Hoppe – de Werner Schroeter avec Robert Wilson
AUTRES PRIX :
      
    Prix d’honneur aux Prix du cinéma Germanique, Allemagne ( 1987 )

    Prix d’honneur aux Prix du cinéma Bavarois, Allemagne ( 1997 )

    Prix « Berlin » d’Honneur Camera d’Or, Allemagne ( 2000 )
Fiche créée le 4 juin 2006 | Modifiée le 8 juin 2015 | Cette fiche a été vue 6513 fois
PREVIOUSMiriam Hopkins || Marianne Hoppe || Dennis HopperNEXT