CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Robert Morley
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Marie Déa



Date et Lieu de naissance : 17 mai 1912 (Nanterre, France)
Date et Lieu de décès : 1er mars 1992 (Paris, France)
Nom Réel : Odette Alice Marie Deupes

ACTRICE

Marie Déa naît Odette Alice Marie Deupes le 17 mai 1912 à Nanterre dans la banlieue Nord-Ouest de Paris. Elle commence sa carrière artistique comme élève du conservatoire d’art dramatique de Paris. Elle fait sa première figuration au cinéma en 1938. Mais comédienne déjà confirmée, elle est remarquée par Maurice Cloche qui lui donne un rôle dans «Nord-Atlantique» (1939), adapté du roman de l’écrivain belge Oscar Paul Gilbert. Le film se passe sur un navire de pêche avec André Alerme mais aussi Albert Préjean et Pierre Renoir. La comédienne retrouve ce dernier, la même année, dans «Pièges» de Robert Siodmak, une comédie policière avec Maurice Chevalier et Erich von Stroheim. Avant l’arrivée des troupes allemandes, Marie peut encore tourner «Documents secrets» (1940) de Léo Joannon, au titre sans surprise pour une histoire d’espions, avec Roland Toutain. Le film ne sortira qu’en mai 1945. Par contre, «Premier bal» de Christian-Jaque avec Fernand Ledoux, père de Marie Déa et Gaby Sylvia, sœurs rivales pour conquérir le cœur de Raymond Rouleau, peut être projeté à Paris à l’automne 1941.

Toujours en 1941 Marie Déa apparaît dans une adaptation par Marcel L’Herbier de la pièce d’Armand Salacrou «Histoire de Rire» avec Fernand Gravey. En 1942, c’est «Le journal tombe à cinq heures» de Georges Lacombe avec Pierre Fresnay. Puis Marie est Anne, la fille du châtelain, fiancée au chevalier Renaud tandis que le diable sous les traits de Jules Berry perturbe la cérémonie et qu’arrivent «Les visiteurs du soir» (1942) joués par Arletty et Alain Cuny, sur une mise en scène de Marcel Carné. Marie Déa est aussi dirigée en 1942 par Pierre Blanchar dans «Secrets». Le film sort en 1943, tout comme un autre titre tourné en 1940, «Finance noire», une histoire rocambolesque filmée par Félix Gandéra, dans laquelle Jean Servais pilote d’Air France démantèle un trafic de faussaires en Europe Centrale.

Après la guerre et pendant une vingtaine d’années, tout en poursuivant une carrière au théâtre, Marie Déa interprète des rôles secondaires dans des films aux thèmes très variées comme deux épisodes des aventures de «Rouletabille», le célèbre détective sorti de l’imagination de Gaston Leroux, joué avec panache par Jean Piat à la fin des années quarante. Marie entre aussi en 1949 dans l’univers de Jean Cocteau et son «Orphée» avec Jean Marais mais aussi dans celui de Jean Bruce pour «OSS 117 n’est pas mort» (1956) filmé par Jean Sacha; et celui de Marcel Aymé avec «La Jument verte» et Bourvil sur une mise en scène de Claude Autant-Lara. La comédienne travaille un peu en Espagne: «Les aventures de Juan Lucas» (1949) de Rafael Gil, avec Fernando Rey et «Vacaciones para Ivette» (1965) de José Maria Forqué avec José Luis López Vázquez . Puis elle fait de la télévision. Elle retrouve le grand écran dans les années soixante-dix pour des rôles de vieilles femmes notamment dans deux films de Claude Lelouch: «Mariage» (1974) et «Le bon et les méchants» (1976), puis dans «L’homme pressé» (1977) de Edouard Molinaro aux côtés de Alain Delon.

Les téléspectateurs voient une dernière fois, en 1983, la comédienne dans un épisode de «Julien Fontanes, Magistrat». Puis celle qui fut un temps l’épouse du comédien Lucien Nat, prend sa retraite. Alors qu’elle est en visite chez des amies, un incendie se déclare. Marie Déa, hospitalisée, succombe d’un malaise cardiaque à près de quatre-vingts ans le lendemain 1er mars 1992.

© Caroline HANOTTE

copyright
1938La vierge folle – de Henri Diamant-Berger avec Victor Francen
1939Nord-Atlantique – de Maurice Cloche avec André Alerme
Pièges – de Robert Siodmak avec Erich von Stroheim
1940Premier bal – de Christian-Jaque avec Fernand Ledoux
Finance noire – de Félix Gandéra avec Jean Servais
1941Histoire de rire – de Marcel L’Herbier avec Fernand Gravey
1942Le journal tombe à cinq heures – de Georges Lacombe avec Pierre Renoir
Secrets – de Pierre Blanchar avec Jacques Dumesnil
1944Les visiteurs du soir – de Marcel Carné avec Jules Berry
Documents secrets – de Léo Joannon avec Jean Brochard
1945Rouletabille joue et gagne – de Christian Chamborant avec Michel Vitold
Rouletabille contre la dame de pique – de Christian Chamborant avec Jean Piat
Impasse – de Pierre Dard avec Julien Carette
1946Les atouts de monsieur Wens – de E.G. de Meyst avec Louis Salou
1948La maternelle – de Henri Diamant-Berger avec Pierre Larquey
56, Rue Pigalle – de Willy Rozier avec Aimé Clariond
1949Les aventures de Juan Lucas ( aventuras de Juan Lucas ) de Rafael Gil avec José Franco
Orphée – de Jean Cocteau avec Jean Marais
1950Caroline chérie – de Richard Pottier avec Jacques Dacqmine
1952Ouvert contre X / L’enquête est ouverte – de Richard Pottier avec Robert Dalban
1956O.S.S. 117 n’est pas mort – de Jean Sacha avec Ivan Desny
1959La jument verte – de Claude Autant-Lara avec Bourvil
1960Tendre et violente Elisabeth – de Henri Decoin avec Christian Marquand
1961 L’assassin est dans l’annuaire / Cet imbécile de Rimoldi – de Léo Joannon avec Noël Roquevert
1962Le glaive et la balance – de André Cayatte avec Anthony Perkins
1964Vacances pour Ivette ( vacaciones para Ivette ) de José Maria Forqué avec Jacques Marin
1965Les ruses du diable – de Paul Vecchiali avec Michel Piccoli
1974Mariage – de Claude Lelouch avec Rufus
1976Le bon et les méchants – de Claude Lelouch avec Jacques Dutronc
Armaguedon – de Alain Jessua avec Jean Yanne
1977L’homme pressé – de Edouard Molinaro avec Alain Delon
1979Subversion – de Stanislav Stanojevic avec Daniel Emilfork
Fiche créée le 24 septembre 2006 | Modifiée le 5 janvier 2012 | Cette fiche a été vue 7787 fois
PREVIOUSIrène de Zilahy || Marie Déa || James DeanNEXT