CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Ángel de Andrés-López
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Marina Berti



Date et Lieu de naissance : 29 septembre 1924 (Londres, Royaume-Uni)
Date et Lieu de décès : 29 octobre 2002 (Rome, Italie)
Nom Réel : Elena Maureen Bertolini

ACTRICE
Image
1944 La porte du ciel (la porta del cielo) de Vittorio De Sica avec Massimo Girotti, Roldano Lupi & Carlo Ninchi
Image
1954 D’Artagnan, chevalier de la reine (i cavalieri della regina) de Mauro Bolognini avec Jeffrey Stone
Image
1962 Le tyran de Syracuse (Damon and Pythias) de Curtis Bernhardt avec Guy Williams & Don Burnett
Image
1970 La califfa – de Alberto Bevilacqua avec Romy Schneider, Ugo Tognazzi & Massimo Serato

Marina Berti naît Elena Maureen Bertolini le 29 septembre 1924 à Londres. Elle a douze ans au retour de sa famille dans la péninsule. Elle commence à faire de la figuration en 1941, alors que les besoins en comédiens sont considérables à Cinecittà. La «cité du cinéma» inaugurée quatre ans plus tôt, fonctionne en effet à plein rendement avec, cette année-là plus de cent vingt titres en tournage. Dès 1942, la beauté de la jeune fille et sa distinction naturelle lui permettent de décrocher le rôle féminin principal dans le film «Giacomo l’idealista», un mélodrame où elle meurt dans les bras de Massimo Serato, héros garibaldien. La critique lui reconnaît de nouveau un talent prometteur lorsqu’elle donne la réplique à Amedeo Nazzari dans «La femme de la montagne» (1943). Elle tourne ensuite «L’histoire d’une fauvette», dernière production de l’année 1943 tandis que l’Italie sombre dans le chaos (Le film ne sortira qu’en 1945). Elle a pour partenaire Claudio Gora dont elle devient l’épouse l’année suivante. Leur premier enfant, Andrea, futur comédien, verra le jour en 1946.

La jeune femme reprend le chemin des studios dès la fin de la guerre pour interpréter, sous la direction de Vittorio De Sica, une infirmière qui accompagne des pèlerins au sanctuaire de Notre Dame de Laurette dans le film «La porte du ciel» (1944). Et, Marina Berti va désormais travailler très régulièrement pendant une trentaine d’années en inscrivant à sa filmographie plus de soixante films. Son époux sera souvent son partenaire voire même son metteur en scène comme pour «Le ciel est rouge» (1949), avec Mischa Auer dans le rôle d’un jeune homme qui tente de survivre dans une ville détruite par les bombardements; et «La fièvre de vivre» (1953) avec Marcello Mastroianni qui campe le représentant d’une jeunesse italienne dorée mais sans repère. L’actrice, qui parle parfaitement l’anglais, va également signer un contrat avec la Metro-Goldwyn-Mayer et faire partie de nombreuses productions nord-américaines comme «Échec à Borgia» (1948) de Henry King avec Tyrone Power, «Le déporté» de Robert Siodmak avec Jeff Chandler, mais aussi «Quo Vadis?» (1951) de Mervyn LeRoy, «Ben Hur» (1958) de William Wyler où elle joue une patricienne romaine et «Cléopâtre» (1963) de Joseph L. Mankiewicz. Et quand elle est filmée par des réalisateurs français, Monsieur Gora n’est souvent pas loin comme dans «Marie-Antoinette» (1956) de Jean Delannoy avec Michèle Morgan, «Monsieur» (1964) de Jean-Paul Le Chanois avec Jean Gabin, ou «Cran d’arrêt» (1970) de Yves Boisset.

À partir des années soixante-dix, Marina Berti est moins présente sur le grand écran mais elle est, par contre, très sollicitée à la télévision. En 1993, pour son dernier téléfilm, la série allemande «Schloß Hohenstein - Irrwege zum Glück», elle joue avec son époux un vieux couple d’aristocrates italiens. Puis elle arrête toute activité professionnelle. Devenue veuve, elle accepte cependant de sortir de sa retraite en 2001, pour le film très controversé «Amen» de Costa-Gavras, avec Mathieu Kassovitz.

Cette grande «Signora» du cinéma qui aurait sacrifié sa carrière à son mari et ses enfants (Bien des célibataires pourraient cependant envier sa filmographie!) quitte ce monde après une longue maladie, le 29 octobre 2002. Mais Marina Berti a retrouvé assurément le «Signore» Gora qui l’attendait déjà à «La porta del cielo».

© Caroline HANOTTE

copyright
1941La fuggitiva – de Piero Ballerini avec Annibale Betrone
Divieto di sosta – de Marcello Albani avec Nino Crisman
1942Giacomo l’idealista – de Alberto Lattuada avec Massimo Serato
1943L’histoire d’une fauvette ( la storia di una capinera ) de Gennaro Righelli avec Claudio Gora
La valle del diavolo – de Mario Mattoli avec Osvaldo Valenti
La primadonna – de Ivo Perilli avec Carlo Lombardi
La femme de la montagne ( la donna della montagna ) de Renato Castellani avec Amedeo Nazzari
1944La porte du ciel ( la porta del cielo ) de Vittorio De Sica avec Carlo Ninchi
I dieci comandamenti – de Giorgio Walter Chili avec Carlo Campanini
    Segment « Non desiderare la roba d’altri »
1945Le témoin ( il testimone ) de Pietro Germi avec Roldano Lupi
1946Prélude d’amour / La fille maudite ( preludio d’amore ) de Giovanni Paolucci avec Massimo Girotti
Symphonie fatale / L’inspiratrice ( sinfonia fatale / pemio di Roma ) de Victor Stoloff avec Douglass Montgomery
Notte di tempesta – de Gianni Franciolini avec Fosco Giachetti
1948Veglia nella notte – de Ignazio Ferronetti & Giuseppe Guarino avec Claudio Gora
Echec à Borgia ( prince of foxes ) de Henry King avec Orson Welles
1949Le chevalier de la révolte ( vespro siciliano ) de Giorgio Pastina avec Steve Barclay
Le ciel est rouge ( il cielo è rosso ) de Claudio Gora avec Jacques Sernas
Terre Promise / Exodus / Le cri de la terre ( il grido della terra ) de Duilio Coletti avec Carlo Ninchi
1950Le capitaine noir ( il capitano nero ) de Giorgio Ansoldi & Alberto Pozzetti avec Steve Barclay
Il sentiero dell’odio – de Sergio Grieco avec Andrea Checchi
Le déporté ( deported ) de Robert Siodmak avec Jeff Chandler
Les mousquetaires de la mer ( cuori sul mare ) de Giorgio Bianchi avec Charles Vanel
Deux GI’s en vadrouille ( up front / up frint with Mauldin ) de Alexander Hall avec David Wayne
1951Operazione Mitra – de Giorgio Cristallini avec Marco Vicario
Quo Vadis ? – de Mervyn LeRoy avec Robert Taylor
1952Chair inquiète ( carne inquieta ) de Silvestro Prostifilippo avec Raf Vallone
Amore rosso – de Aldo Vergano avec Massimo Serato
Dans les faubourgs de la ville ( ai margini della metropoli ) de Carlo Lizzani avec Giulietta Masina
Mère coupable ( la colpa di una madre ) de Carlo Duse avec Folco Lulli
La reine de Saba ( la regina di Saba ) de Pietro Francisci avec Gino Cervi
1953La fièvre de vivre ( febbre di vivere ) de Claudio Gora avec Marcello Mastroianni
1954D’Artagnan, chevalier de la reine ( i cavalieri della regina ) de Mauro Bolognini avec Sebastian Cabot
À toi… toujours ( casta diva ) de Carmine Gallone avec Antonella Lualdi
1955Faccia da mascalzone – de Raffaelle Andreassi & Lance Comfort avec Rossano Brazzi
Abdulla le grand ( Abdullah the great / Abdullah’s harem ) de Gregory Ratoff avec Sydney Chaplin
Il canto dell’emigrante – de Andrea Forzano avec Lina Galli
1956L’épée de la veangeance ( il cavaliere della spada nera ) de Luigi Capuano & Ladislao Kish avec Steve Barclay
Marie-Antoinette / Marie-Antoinette reine de France – de Jean Delannoy avec Richard Todd
Les aventures des trois mousquetaires ( le avventure dei tre moschettieri ) de Joseph Lerner avec Jeffrey Stone
1957Le avventure di Robi e Buck – de Gennaro Di Dominicis avec Miranda Campa
1958Ben-Hur ( Ben-Hur : A tale of the Christ ) de William Wyler avec Charlton Heston
1960Un eroe del nostro tempo – de Sergio Capogna avec Massimo Tonna
1961Madame Sans-Gêne – de Christian-Jaque avec Robert Hossein
Le mercenaire ( lo spadaccimo di Siena / la congiura dei dieci ) de Etienne Périer avec Stewart Granger
1962La sage-femme, le curé et le bon dieu ( Jessica ) de Jean Negulesco avec Maurice Chevalier
Le tyran de Syracuse ( Damon and Pythias / Damone e Pitias / il tiranno di Siracusa / tyrant of Syracuse ) de Curtis Bernhardt avec Guy Williams
1963Cléopâtre ( Cleopatra ) de Joseph L. Mankiewicz avec Elizabeth Taylor
Face in the rain – de Irvin Kershner avec Rory Calhoun
1964Le conseguenze – de Sergio Capogna avec Pierre Massimi
Monsieur – de Jean-Paul Le Chanois avec Jean Gabin
1965À l’italienne ( made in Italy ) de Nanni Loy avec Claudio Gora
1966Un angelo per Satana – de Camillo Mastrocinque avec Barbara Steele
1967Requiem pour une canaille ( qualcuno ha tradito / every man is my enemy ) de Franco Prosperi avec Jean Servais
Un uomo, un cavallo, una pistola – de Luigi Vanzi avec Tony Anthony
1968Temptation – de Lamberto Benvenuti avec Mark Damon
L’odio è il mio Dio – de Claudio Gora avec Gunther Philipp
1969Strade senza uscità – de Gabriele Palmieri avec Ida Galli
Mardi, c’est donc la Belgique ( if it’s Tuesday, this must be Belgium ) de Mel Stuart avec Murray Hamilton
1970Cran d’arrêt – de Yves Boisset avec Bruno Cremer
La califfa – de Alberto Bevilacqua avec Romy Schneider
    Ruban d’Argent du meilleur second rôle féminin par le syndicat national des journalistes de cinéma, Italie

Tre nel mille – de Franco Indovina avec Gordon Mitchell
1973Buona parte di Paolina – de Nello Rossati avec Antonia Santilli
La planète Vénus ( pianeta venere ) de Elda Tattoli avec Francisco Rabal
1974La lame infernale ( la polizia chiede aiuto ) de Massimo Dallamano avec Farley Granger
Moïse ( Moses / Mosè, la legge del deserto / Mosè ) de Gianfranco De Boscio avec Burt Lancaster
Garofano rosso – de Luigi Faccini avec Elsa Martinelli
1975La bête tue de sang-froid ( l’ultimo treno della notte /don’t ride on late night trains / late night trains / night train murders / torture train / violenza sull’ultimo treno della notte ) de Aldo Lado avec Macha Méril
Divine créature / La divine nymphe ( divina creatura ) de Guiseppe Patroni Griffi avec Terence Stamp
1976Don Milani – de Ivan Angeli avec Claudio Gora
Jésus de Nazareth ( Jesus of Nazareth / Gesù di Nazareth ) de Franco Zeffirelli avec Robert Powell
1977Caresses bourgeoises / Au bonheur des autres / Une spirale de brume ( una spirale di nebbia ) de Eriprando Visconti avec Marc Porel
1985Il pentito – de Pasquale Squitieri avec Franco Nero
1988La posta in gioco – de Sergio Nasca avec Turi Ferro
1992Ostinato destino – de Gianfranco Albano avec Alessandro Gassman
Dall’altra parte del mondo – de Arnaldo Catinari avec Lou Castel
2001Amen. – de Costa-Gavras avec Mathieu Kassovitz
Fiche créée le 25 janvier 2007 | Modifiée le 16 octobre 2016 | Cette fiche a été vue 6187 fois
PREVIOUSRené Berthier || Marina Berti || Guy BertilNEXT