CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Aurore Broutin
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Mario Berriatúa



Date et Lieu de naissance : 30 septembre 1925 (Madrid, Espagne)
Date et Lieu de décès : 16 juillet 1970 (Madrid, Espagne)
Nom Réel : Mario Berriatúa Sánchez

ACTEUR
Image
1951 María Antonia «La Caramba» – de Arturo Ruiz Castillo avec Antoñita Colomé & Alfredo Mayo
Image
1955 Calabuig (Calabuch) de Luis García Berlanga avec Edmund Gwenn, Valentina Cortese & Franco Fabrizi
Image
1956 Les damnés de l’enfer (embajadores en el infierno) de José María Forqué avec Luis Peña & Antonio Vilar
Image
1959 Ecoute ma chanson (escucha mi canción) de Antonio del Amo avec Joselito, Luz Márquez & Barta Barri

Mario Berriatúa Sánchez voit le jour le 30 septembre 1925 à Madrid dans un milieu d’artistes et son père, comme l’indique son premier nom de famille, est d’origine basque. Le jeune Mario débute sur les planches alors qu’il est à peine âgé de onze ans juste avant le déclenchement de la guerre civile (1936).

Cinq ans plus tard, Mario Berriatúa tourne dans un premier film, «Primer amor» (1941), une adaptation d’une œuvre de Tourgueniev réalisée par Claudio de la Torre avec Rosita Yarza, Tony d’Algy et José Maria Seoane. La même année, il joue un adolescent dont la famille a péri lors des rafles dans le Madrid encore aux mains des républicains dans «Race» de José Luis Sáenz de Heredia, avec bien sûr dans les rôles principaux Alfredo Mayo, Ana Mariscal, Luis Arroyo et José Nieto. Va suivre une douzaine d’autres films dont «Mariona Rebull» (1946) et «Las aguas bajan negras» (1947) toujours de José Luis Sáenz de Heredia qui le dirige très souvent à l’époque même si c’est pour des rôles secondaires. Mais tout en faisant du cinéma le jeune comédien poursuit sa formation en étudiant au Conservatoire d’art dramatique de Madrid. Puis il fait partie de la compagnie théâtrale de Cayetano Luca de Tena et joue le répertoire classique. C’est d’ailleurs avec son directeur qu’il tourne en 1950 «Crimen en el entreacto».

La décennie des années cinquante est particulièrement propice à Mario Berriatúa qui apparaît dans une trentaine de films dont une demi-douzaine en vedette masculine principale comme dans le film noir de Pedro Lagaza, «Hombre acosado» (1952) ou le film qui met en scène le monde de la Haute Couture espagnole et des très belles robes de Balenciaga, «Alta costura» (1954) de Luis Marquina avec la très belle jeune actrice italienne Lyla Rocco. D’allure sportive, il joue aussi parfois des héros en uniforme dans des récits rappelant le passé récent de l’Espagne comme dans «Le noceur» (1950) de José Antonio Nieves Conde où il incarne un soldat rebelle au gouvernement républicain et compagnon de guerre de Fernando Fernán Gómez, ou dans «Les damnés de l’enfer» (1956) de José María Forqué avec Antonio Vilar, Rubén Rojo, Luis Peña. Paysan cossu dans l’Espagne du Siècle d’Or, il s’oppose à un officier dépravé interprété par Alfredo Mayo dans «El alcalde de Zalamea» (1953) de José Gutiérrez Maesso avec Manuel Luna dans le rôle-titre du maire sûr de son bon droit et de ses prérogatives. On le découvre aussi en sympathique jeune curé dans «Le petite vagabond» (1956) de Antonio del Amo avec Joselito ou en superbe soldat romain dans «Les derniers jours de Pompéi» (1959) de Mario Bonnard et Sergio Leone avec Steve Reeves, pour ne citer que ces quelques titres.

Mais Mario Berriatúa ne semble plus trouver de plaisir dans l’interprétation et décide à partir des années soixante de s’orienter vers des emplois techniques comme assistant de metteurs en scène ou responsable de production. Il refait néanmoins brièvement l’acteur pour «El mejor del mundo» (1969) de Julio Coll, avec comme interprète principal Tony Isbert qui rêve de devenir un grand champion d’athlétisme. La première du film a lieu le lendemain du décès de Mario Berriatúa. En effet ce comédien et acteur talentueux qui cachait sous un physique de champion parfois brutale une grande sensibilité, venait de se tuer en s’endormant au volant de sa voiture dans la nuit du 16 juillet 1970. Il allait prendre quarante-cinq ans.

© Caroline HANOTTE

copyright
1941Primer amor – de Claudio de la Torre avec Rosita Yarza
Race ( raza / espíritu de una raza ) de José Luis Sáenz de Heredia avec Ana Mariscal
1942¿ Por qué vivir tristes ? – de Eduardo García Maroto avec Irene Caba Alba
1943Schottis – de Eduardo García Maroto avec Esperanza Berry
1944Retorno – de Salvio Valenti avec Mercedes Mozart
1945Espronceda / Espronceda Alonso – de Fernando Alonso Casares avec Ana María Campoy
1946El doncel de la reina – de Eusebio Fernández Ardavín avec Mary Carrillo
Mariona Rebull – de José Luis Sáenz de Heredia avec Sara Montiel
1947Aventuras del capitán Guido – de Jacinto Goday avec Mercedes Montolís
Dos mujeres en la niebla – de Domingo Viladomat avec Julia Caba Alba
Las aguas bajan negras – de José Luis Sáenz de Heredia avec Mary Delgado
1948El huésped de las tinieblas – de Antonio del Amo avec Pastora Peña
Neutralidad – de Eusebio Fernández Ardavín avec Adriana Benetti
1949La révoltée ( la revoltosa ) de José Díaz Morales avec Carmen Sevilla
1950Cuentos de la Alhambra – de Florián Rey avec Carmen Sánchez
Crimen en el entreacto – de Cayetano Luca de Tena avec Rafael Bardem
Le plus bel amour de Don Juan ( Don Juan ) de José Luis Sáenz de Heredia avec Annabella
Le noceur / Forte tête ( Balarrasa ) de José Antonio Nieves Conde avec Fernando Fernán Gómez
Nuit d’orage ( noche de tormenta / Annette ) de Jaime de Mayora & Marcel Jauniaux avec Anouk Aimée
1951María Antonia «La Caramba» / La duquesa Cayetana y Goya – de Arturo Ruiz Castillo avec Antoñita Colomé
La dame de Fatima ( la señora de Fátima ) de Rafael Gil avec Ines Orsini
Día tras día – de Antonio del Amo avec Amelia Ortas
1952Quema el suelo – de Luis Marquina avec Annabella
La llamada de África – de César Fernández Ardavin avec Gustavo Re
Hombre acosado – de Pedro Lazaga avec Alfredo Mayo
CM Solea la Montesa – de Pierre-Antoine Caron avec Rosario León
1953Ha desaparecido un pasajero – de Alejandro Perla avec María Rivas
El alcalde de Zalamea – de José Guitiérrez Maesso avec Isabel de Pomés
1954Alta costura – de Luis Marquina avec María Martín
Viento del norte – de Antonio Momplet avec Rafael Calvo
Las ultimas banderas – de Luis Marquina avec Fernando Rey
1955¡Aquí hay petróleo! – de Rafael J. Salvia avec Manolo Morán
Calabuig ( Calabuch / the rocket from Calabuch ) de Luis García Berlanga avec Valentina Cortese
1956Le petit vagabond ( el pequeño ruiseñor ) de Antonio del Amo avec Joselito
Les damnés de l’enfer ( embajadores en el infierno ) de José María Forqué avec Antonio Vilar
La hija de Juan Simón – de Gonzalo Delgrás avec María Cuadra
1957Muchachas de azul / Las muchachas de azul – de Pedro Lazaga avec Lucía Prado
Der stern von Afrika – de Alfred Weidenmann avec Marianne Koch
Mensajeros de paz – de José María Elorrieta avec José Calvo
Héroes del aire – de Ramón Torrado avec Lina Rosales
Muchachas en vacaciones – de José María Elorrieta avec Matilde Muñoz Sampedro
1958Aquellos tiempos del cuplé – de José Luis Merino & Mateo Cano avec Rafael Luis Calvo
El Hincha – de José María Elorrieta avec Mary Santpere
La ragazza di piazza San Pietro – de Piero Costa avec Vittorio De Sica
Historias de Madrid – de Ramón Comas avec Tony Leblanc
Luna de verano – de Pedro Lazaga avec Analía Gadé
Canto para tí – de Sebastián Almeida avec Marifé de Triana
Deux hommes sont arrivés ( they came two men / llegaron dos hombres / det kom två män ) de Euselio Fernández Ardavín & Arne Mattsson avec Ulla Jacobsson
1959Ecoute ma chanson ( escucha mi canción ) de Antonio del Amo avec Luz Márquez
Sonatas ( las aventuras del marqués de Bradomin ) de Juan Antonio Bardem avec Maria Félix
Les derniers jours de Pompeï ( gli ultimi giorni di Pompei ) de Mario Bonnard avec Steve Reeves
El hombre que perdió el tren / Marcelino perdio el tren – de León Klimovsky avec Armando Calvo
El hombre de la isla – de Vincente Escrivá avec Francisco Rabal
En las ruinas de Babilonia / Der löwe von Babylon – de Johannes Kai & Ramón Torrado avec Helmuth Schneider
    Seulement assistant directeur de production
1960La paz empieza nunca – de León Klimovsky avec Concha Velasco
1962Diferente – de Luis María Delgado avec Alfredo Alaria
    Seulement directeur de production
1963 DO Por tierras de las Siete Villas – de José Antonio Nieves Conde
    Seulement écriture des commentaires
1965Mission dangereuse au Kurdistan ( el salvaje Kurdistán / wild Kurdistan / durchs wilde Kurdistan ) de Franz Josef Gottlieb avec Lex Barker
    Seulement directeur de production
Au royaume des lions d’argent ( im reich des silbemen löwen / el ataque de los kurdos ) de Franz Josef Gottlieb avec Marie Versini
    Seulement directeur de production
1966Texas Kid ( the Texican / el Tejano ) de Lesley Selander avec Audie Murphy
    Seulement directeur de production
Navajo Joe ( un dollaro a teste / Joe, el implacable / savage run ) de Sergio Corbucci avec Burt Reynolds
    Seulement assistant réalisateur
1968El taxi de los conflictos – de José Luis Sáenz de Heredia & Mariano Ozores Hijo avec Pilar Cansino
    Seulement directeur de production
Persecución hasta Valencia / The narco men / Il sapore della vendetta – de Julio Coll avec Tom Tryon
    Seulement assistant réalisateur
1969El mejor del mundo – de Julio Coll avec Tony Isbert
Golpe de mano [Explosión] – de José Antonio de la Loma avec Simón Andreu
    Seulement directeur de production
Fiche créée le 17 novembre 2009 | Modifiée le 21 juillet 2016 | Cette fiche a été vue 3985 fois
PREVIOUSClaude Berri || Mario Berriatúa || Simone BerriauNEXT