CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Saint-Granier
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Marta Toren



Date et Lieu de naissance : 21 mai 1925 (Stockholm, Suède)
Date et Lieu de décès : 19 février 1957 (Stockholm, Suède)
Nom Réel : Märta Torén

ACTRICE

Marta Toren qui naît le 21 Mai 1925 à Stockholm dans une famille de la bourgeoisie aisée. Une famille qui a tout pour être heureuse si ce n’est la grande sœur de Marta, Brita, qui décède de manière aussi soudaine qu’inexplicable pour les médecins, alors même qu’elle est jeune mariée et maman d’un petit garçon. Marta est d’un naturel timide, elle aimerait être actrice mais n’oserait jamais s’exprimer en public et s’oriente plutôt vers les cours de danse classique qu’elle suivra avec acharnement. puis elle se sent enfin assez audacieuse pour suivre les cours d’Art Dramatique, en ces lieux même qui virent passer Greta Garbo et Ingrid Bergman dont les portraits ornent fièrement et copieusement les murs. Les parents de Marta sont d’un naturel relativement conciliants, ils sont d’accord avec toutes ses ambitions, ses caprices et leurs revirements à condition qu’elle poursuive en parallèle des études dites classiques. C’est ainsi qu’elle se retrouve secrétaire au Ministère de la Guerre.

Ses débuts à l’aube des années quarante ne révolutionnent pas l’art dramatique et l’on remarque surtout les incroyables yeux bleus-gris verts de la jeune fille qui s’étirent magnifiquement en amandes vers les tempes, un regard de féline exotique qui tranche curieusement avec son maintient de bon aloi, un peu comme si une panthère noire allait à la messe. À Hollywood, tout se sait, c’est la ville des miracles, et Universal sachant qu’il existe une suédoise aux yeux de chat du Bengale lui offrit un rutilant contrat de sept ans sans même savoir à quoi elle ressemblait! Ainsi s’envole Marta Toren pour l’Amérique.

Marta Toren tourne donc des films sous la direction de John Berry, Robert Florey, George Sherman, Robert Siodmak, Douglas Sirk, Curtis Bernhardt ou Robert Parrish. Parallèlement, elle créée une troupe d’amateurs avec des techniciens du studio. elle les forme à l’art dramatique et dirige quelques spectacles qui connaissent un certain succès. Universal lui rappelle que son contrat ne l’autorise pas à faire de la mise en scène. Marta Toren essaye de se rattacher à des chose concrètes pour ne pas sombrer dans le tourbillon de folie qu’est sa vie à Hollywood. Maintenant très riche, elle veut adopter le petit garçon de sa sœur défunte mais cela lui fut refusé car elle était célibataire. Qui de plus est, la presse la «fiance» avec Jeff Chandler, Howard Duff et le mari de Ingrid Bergman, le docteur Linström, alors qu’Ingrid, en pleine période Roberto Rossellini, est sa plus grande et sincère amie. En mai 1952, Marta est naturalisée citoyenne américaine, en juin elle se marie avec le scénariste écrivain Leonardo Bercovici. En 1952, après un passage en Angleterre où elle partage l’affiche avec Claude Rains dans «L’homme qui regardait passer les trains», elle part tourner à Rome «Puccini» de Carmine Gallone. En Italie, elle est la vedette d’une demi-douzaine de productions.

Marta Toren va vivre à Rome deux années d’un intense bonheur, les deux dernières années de sa vie. Pour la Noël 1956 lui vient une offre inattendue: celle d’une pièce à Stockholm. Marta accepte et fait un triomphe. le dernier. Le 19 Février 1957, elle sort de scène après une dizaine de rappels, les bras chargés de fleurs et s’écroule soudain inanimée devant la porte de sa loge. Emmenée inconsciente aux urgences, Marta Toren décède sans avoir repris connaissance, terrassée par une hémorragie cérébrale. Marta Toren fut inhumée à Stockholm.

© Céline COLASSIN – http://cinevedette3.unblog.fr

copyright
1942Rospiggar – de Schamyl Bauman avec Sigurd Wallén
1943Ombyte av tåg – de Hasse Ekman avec Sonja Wigert
1947Eviga länkar / De glada åren – de Rune Carlsten avec Sven Magnusson
1948Casbah – de John Berry avec Peter Lorre
Légion étrangère ( rogues’ regiment ) de Robert Florey avec Dick Powell
    + chansons
1949Entrée illégale ( illegal entry ) de Frederick De Cordova avec George Brent
La bataille des sables ( sword in the desert ) de George Sherman avec Jeff Chandler
1950Le déporté ( deported ) de Robert Siodmak avec Claude Dauphin
L’impasse maudite / Nul n’échappe à son destin ( one way street ) de Hugo Fregonese avec James Mason
Chasse aux espions / Le collier de la panthère ( spy hunt / panther’s moon ) de George Sherman avec Howard Duff
1951Le sous-marin mystérieux ( mystery submarine / submarine ) de Douglas Sirk avec Macdonald Carey
Sirocco – de Curtis Bernhardt avec Humphrey Bogart
1952Aveux spontanés ( assignment : Paris / European edition ) de Robert Parrish avec Dana Andrews
Puccini ( Puccini vissi d’arte, vissi d’amore ) de Carmine Gallone & Glauco Pellegrini avec Gabriele Ferzetti
1953L’homme qui regardait passer les trains ( the man who watched the trains go by / the Paris Express ) de Harold French avec Claude Rains
Une fille nommée Madeleine ( Maddalena ) de Augusto Genina avec Charles Vanel
1954Le fils de l’autre / L’ombre / Le serment d’une mère ( l’ombra ) de Giorgio Bianchi avec Paolo Stoppa
La maison du souvenir ( Casa Ricordi ) de Carmine Gallone avec Micheline Presle
1955La veine d’or ( la vena d’oro ) de Mauro Bolognini avec Richard Basehart
1956Serment d’amour ( carta a Sara / tormento d’amore ) de Leonardo Bercovici, Claudio Gora & Eduardo Manzanos Brochero avec Massimo Serato
Fatal rendez-vous ( la puerta abierta / l’ultima notte d’amore ) de César Fernández Ardavin avec Amedeo Nazzari
Fiche créée le 21 septembre 2009 | Modifiée le 26 octobre 2010 | Cette fiche a été vue 4809 fois
PREVIOUSLise Topart || Marta Toren || Pierre TornadeNEXT