CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Irén Psota
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Mary Philbin



Date et Lieu de naissance : 16 juillet 1903 (Chicago, Illinois, USA)
Date et Lieu de décès : 7 mai 1993 (Huntington Beach, Californie, USA)
Nom Réel : Mary L. Philbin

ACTRICE
Image
1922 Chevaux de bois (merry-go-round) de Rupert Julian avec Norman Kerry & Spottiswoode Aitken
Image
1925 Le fantôme de l’Opéra (the phantom of the Opera) de Rupert Julian avec Lon Chaney & Norman Kerry
Image
1928 Jeunesse triomphante (drums of love) de David Wark Griffith avec Lionel Barrymore & Don Alvarado
Image
1928 L’homme qui rit (the man who laughs) de Paul Leni avec Conrad Veidt & Olga Baclanova

Mary Philbin naît le 16 Juillet 1903 à Chicago. Ses parents à qui elle est très attachée sont des catholiques fervents et ces deux éléments auront plus tard leur influence cruciale sur sa destinée de star: sa dévotion à ses parents et leur fanatisme religieux. Mary connaît exactement les mêmes débuts que Clara Bow. Elle est couronnée à Chicago reine de beauté lors d’un concours organisé par Universal Pictures dans le but avoué de dénicher de nouveaux visages. Comme Clara à New-York. Et comme Clara, elle est désignée dans la sélection alors très importante de la «Wampas Baby Stars» qui sélectionne chaque année les nouveaux visages les plus susceptibles de plaire au public et enchanter les écrans. Comme Clara, elle débute à l’écran au début des années vingt. Elle fait remarquer son éblouissant physique de poupée de porcelaine dans «The blazing trail» (1921) de Robert Thornby.

Une étoile est née et Mary Philbin enchaîne les tournages dont deux rôles d’anthologie, celui de Déa dans «L’homme qui rit» (1928) de Paul Leni face à Conrad Veidt, mais surtout celui de Christine dans «Le fantôme de l’Opéra» (1925) de Rupert Julian où elle est la partenaire de Lon Chaney. Le film fait un succès fracassant et Mary atteint des sommets de popularité, dans la foulée, elle s’est fiancée avec Paul Kohner, un des directeurs d’Universal. Mais que leur fille devienne une star, se fasse embrasser par des hommes et terrifier par des monstres à l’écran passe encore, mais épouser un juif! Ça non alors! Les parents de Mary Philbin faillirent avaler leur acte de naissance et la faire exorciser! Ils vont lui faire un véritable chantage affectif auquel elle va céder. L’actrice rompt ses fiançailles et ne se mariera jamais, ni avec Paul Kohner, ni avec un autre. En cette époque où les ligues de censure, de moralité et de vertu commencent à se dresser contre Hollywood, ses pompes, ses œuvres et surtout ses actrices, les parents de Mary qui avaient vu en sa carrière l’expression d’un talent divin y voyaient maintenant un abîme de perdition, Hollywood devint un chaudron de sorcières et leur fille si pure, l’antéchrist qui y bouillait. Comment peut-on travailler dans une ville où Theda Bara vit avec un cobra (selon les gazettes, bien sûr!), Où Gloria Swanson se baigne dans une baignoire en or, où Clara Bow collectionne les vices, où Joan Crawford danse sur les tables et où Mary Philbin a failli épouser un juif!

D’amour contrariée en sermons pontifiants, l’enthousiasme de Mary Philbin pour le cinéma s’émousse, le microphone paraît et achève l’œuvre parentale. Universal se précipite dans la technologie pour sonoriser son chef-d’œuvre maison et «Le fantôme de l’Opéra» parla. Le micro et Mary s’entendirent fort peu, on se sépara de commun accord.

Mary se retire, s’occupe avec abnégation de ses parents qui en profitent pour vivre fort vieux et elle même s’éteint, emportée par une pneumonie quelques semaines avant de fêter ses quatre-vingt-dix ans, le 7 mai 1993. Mary Philbin vécut toujours en Californie dont elle aimait l’océan et le climat mais s’était enfermée dans une tour d’ivoire plus imprenable encore que celles de Clara Bow qui quitta Hollywood à peu près en même temps qu’elle ou de Greta Garbo. Elle surprit donc tout le monde en acceptant, de se montrer à la première de la comédie musicale «Le fantôme de l’Opéra» à Los Angeles en 1989, elle ne s’était plus montrée en public depuis soixante ans.

© Céline COLASSIN

copyright
1921The blazing trail – de Robert Thornby avec Frank Mayo
Danger ahead – de Rollin S. Sturgeon avec James Morrison
Red courage – de B. Reeves Eason avec Arthur Hoyt
Sure fire – de John Ford avec Molly Malone
False kisses – de Paul Scardon avec Pat O’Malley
CM Twelve hours to live – de William Watson
1922Folies de femmes ( foolish wives ) de Erich von Stroheim avec Mae Bush
    Seulement apparition
The trouper – de Harry B. Harris avec Jack Perrin
Human hearts – de King Baggot avec House Peters
Chevaux de bois ( merry-go-round ) de Rupert Julian avec Norman Kerry
CM His first job – de Scott Darling & Robert P. Kerr avec Lewis Sargent
CM Once to every boy – de Scott Darling avec Lewis Sargent
1923Pemrod and Sam – de William Beaudine avec Ben Alexander
Where is this West ? – de George Marshall avec Robert McKenzie
La roturière ( the age of desire ) de Frank Borzage avec Joseph Swickard
Le temple de Vénus ( the temple of Venus ) de Henry Otto avec William Boyd
Une cruche, une miche... et toi ! ( the thrill chaser ) de Edward Sedgwick avec Reginald Denny
    Seulement apparition
1924The gaiety girl – de King Baggot avec William Haines
The rose of Paris – de Irving Cummings avec Frank Currier
Fool’s highway – de Irving Cummings avec Charles Murray
CM The city of stars – de H. Bruce Humberstone avec Hoot Gibson
    Seulement apparition
1925Le fantôme de l’Opéra ( the phantom of the Opera ) de Rupert Julian avec Lon Chaney
Mannequins ( Fifth Avenue models / the best in life ) de Sven Gade avec Norman Kerry
Stella Maris – de Charles Brabin avec Elliott Dexter
1926L’otage ( surrender / the president ) de Edward Sloman avec Ivan Mosjoukine
1927Eric le grand ( the last performance / illusion / the last call ) de Paul Fejos avec Conrad Veidt
L’implacable destin ( love me and the world is mine ) de Ewald André Dupont avec Henry B. Walthall
1928Jeunesse triomphante ( drums of love / sentimental Tommy ) de David Wark Griffith avec Lionel Barrymore
L’homme qui rit ( the man who laughs ) de Paul Leni avec Conrad Veidt
Port of dreams / Girl overboard / Salvage – de Wesley Ruggles avec Otis Harlan
1929The Shannons of Broadway – de Emmett J. Flynn avec Walter Brennan
After the fog – de Leander De Cordova avec Russell Simpson
Fiche créée le 18 août 2010 | Modifiée le 8 avril 2016 | Cette fiche a été vue 2637 fois
PREVIOUSMichel Peyrelon || Mary Philbin || Gérard PhilipeNEXT