CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Germaine Kerjean
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Maureen O’Hara



Date et Lieu de naissance : 17 août 1920 (Ranelagh, Irlande)
Date et Lieu de décès : 24 octobre 2015 (Boise, Idaho, USA)
Nom Réel : Maureen FitzSimons

ACTRICE
Image
1943 Vivre libre (this land is mine) de Jean Renoir avec Charles Laughton, George Sanders & Walter Slezak
Image
1947 La fière Créole (the foxes of Harrow) de John M. Stahl avec Rex Harrison & Victor McLaglen
Image
1951 L’homme tranquille (the quiet man) de John Ford avec John Wayne, Barry Fitzgerald & Ward Bond
Image
1965 Rancho Bravo (the rare breed) de Andrew V. McLaglen avec James Stewart & Ben Johnson

L’image de Maureen O’Hara au cinéma est ambivalente. On peut d’abord la voir comme une femme humiliée, traînée sur les chemins d’Irlande, dans «L’homme tranquille» (1952) de John Ford, par un John Wayne qui lui administre aussi une fessée mémorable dans «Le grand McLintock» (1963) de Andrew McLaglen. Mais cette native de la verte Erin, fière et ombrageuse, sait aussi tenir la dragée haute aux hommes. Sa splendide chevelure rousse, aux tons ardents, et ses yeux verts se marient si bien à la flamboyance chromatique d’Hollywood qu’on la surnomme «la reine du Technicolor».

Née à Dublin le 17 août 1920, Maureen O’hara , de son vrai nom Maureen FitzSimons, rêve de devenir cantatrice, comme sa mère. Au milieu des années 30, décidée à jouer la comédie, elle suit les cours de l’école de théâtre du prestigieux «Abbey Theatre» de Dublin. Remarquée par Charles Laughton, elle signe un contrat avec la société que dirigent l’acteur et son associé, le producteur Erich Pommer. C’est ce qui lui permet , en 1939, de jouer aux côtés de Laughton dans le dernier film anglais de Alfred Hitchcock, «L’auberge de la Jamaïque». Dès lors, la carrière de l’actrice est lancée.

La photogénie exceptionnelle de Maureen O’Hara, cette présence immédiate à l’écran et son jeu à la fois assuré et tout en nuances en font une héroïne idéale de films d’aventures. Et d’abord de films de pirates bondissants, où, sa chevelure rousse au vent du large, elle est magnifiée par le Technicolor. C’est ainsi que, dans «Le cygne noir» (1942) de Henry King, elle tombe amoureuse du flibustier Tyrone Power, avant de succomber au charme de Paul Henreid qui, dans « Pavillon noir » (1945), de Frank Borzage, l’emmène en voyage de noce sur l’île de la Tortue. Dans le superbe film de George Sherman, «À l’abordage» (1952) avec Errol Flynn, Maureen O’Hara incarne une sémillante pirate, qui n’hésite pas à monter sur la brèche et à se lancer à l’abordage des vaisseaux de passage. Elle sait aussi manier la rapière dans des films de cape et d’épée comme «Les fils des mousquetaires» (1951) de Lewis Allen, où elle campe la fille d’Athos, auprès de Cornel Wilde en fils de D’Artagnan. Le charme lumineux de l’actrice se prête aussi à des turqueries comme «Sindbad le marin» (1946) de Richard Wallace, où elle incarne une envoûtante chercheuse de trésor, ou encore «Flame of Araby» (1951) de Charles Lamont, où elle prête vie à une princesse orientale.

Et puis, c’est la rencontre décisive avec John Ford, qui voue une véritable passion à Maureen O’Hara. De leur collaboration, vont naître des films mémorables et des personnages magnifiques. C’est d’abord la belle Angharad, amoureuse du pasteur, dans l’inoubliable «Qu’elle était verte ma vallée» (1941), puis la fière Kathleen York qui, dans «Rio Grande» (1950), veut, contre l’avis de son mari officier, arracher son fils à l’armée, ou encore cette Mary O’Donnell qui, dans le bouleversant «Ce n’est qu’un au revoir» (1954), avec Tyrone Power, reporte ses espoirs déçus de maternité sur tous les cadets de West Point. En 1960, Maureen O’Hara est apparue sur la scène de Broadway dans «Christine», un musical de Paul Francis Webster et Sammy Fain. Elle a aussi découvert la télévision à la fin de sa carrière, jouant dans des téléfilms comme «Le poney rouge» (1973) ou «Une dernière danse» (2000), son ultime rôle. C’est dans sa maison de Boise, dans l’Idaho, que Maureen O’Hara s’est éteinte le 24 octobre 2015.

© Jean-Pascal LHARDY

copyright
1937My irish Molly / Little Miss Mollie – de Alex Bryce avec Tom Burke
Kicking the moon around / Millionaire Merry-go-round / The playboy – de Walter Forde avec Edward Rigby
1939La taverne de la Jamaïque / L’auberge de la Jamaïque ( Jamaica Inn ) de Alfred Hitchcock avec Charles Laughton
Quasimodo ( the hunchback of Notre Dame ) de William Dieterle avec Cedric Hardwicke
1940A bill of divorcement / Never to love – de John Farrow avec Herbert Marshall
Chantez, dansez, mes belles ! ( dance, girl, dance ) de Dorothy Arzner avec Louis Hayward
1941L’amour fleurit en Argentine / Idylle en Argentine ( they met in Argentina ) de Leslie Goodwins & Jack Hively avec James Ellison
    + chansons
Qu’elle était verte ma vallée ( how green was my valley ) de John Ford avec Walter Pidgeon
Les gars de Tripoli ( to the shores of Tripoli ) de H. Bruce Humberstone avec Randolph Scott
1942Les dix héros de West Point / Ceux de West Point ( ten gentlemen from West Point ) de Henry Hathaway avec Victor Francen
Le cygne noir ( the black swan ) de Henry King avec Tyrone Power
Aventures en Libye / Le sergent immortel ( immortal sergeant ) de John M. Stahl avec Henry Fonda
1943Vivre libre ( this land is mine ) de Jean Renoir avec Walter Slezak
1944L’espion d’Hitler / Nid d’espions ( the fallen sparrow ) de Richard Wallace avec John Garfield
Buffalo Bill – de William A. Wellman avec Joel McCrea
1945Le pavillon noir / Le corsaire des sept mers ( the spanish main ) de Frank Borzage avec Paul Henreid
Voyage sentimental / Conflit sentimental ( sentimental journey ) de Walter Lang avec William Bendix
1946Voulez-vous m’aimer ? ( do you love me ? ) de Gregory Ratoff avec Reginald Gardiner
    + chansons
Sinbad le marin ( Sinbad the sailor ) de Richard Wallace avec Douglas Fairbanks Jr.
1947L’amour au trot ( the homestretch ) de H. Bruce Humberstone avec Cornel Wilde
La fière Créole ( the foxes of Harrow ) de John M. Stahl avec Victor McLaglen
Le miracle de la 34ème rue ( miracle on 34th Street / the big heart) de George Seaton avec John Payne
1948Bonne à tout faire ( sitting pretty ) de Walter Lang avec Clifton Webb
Secret de femme ( a woman’s secret ) de Nicholas Ray avec Melvyn Douglas
    + chansons
1949Rue interdite ( Britannia Mews / the forbidden street / affairs of Adelaide ) de Jean Negulesco avec Dana Andrews
Father was a fullback – de John M. Stahl avec Fred MacMurray
Bagdad – de Charles Lamont avec Vincent Price
    + chansons
1950Sur le territoire des Comanches / Territoire Comanche ( Comanche territory ) de George Sherman avec Macdonald Carey
Tripoli ( the first marines ) de Will Price avec Howard Da Silva
Rio Grande – de John Ford avec John Wayne
1951Les frères Barberousse / Le cheikh d’Arabie ( flame of Araby ) de Charles Lamont avec Richard Egan
Le fils des mousquetaires ( at sword’s point / sons of the musketeers ) de Lewis Allen avec Robert Douglas
L’homme tranquille ( the quiet man ) de John Ford avec Ward Bond
    + chansons
1952À l’abordage / L’aigle de Madagascar ( against all flags ) de George Sherman avec Errol Flynn
La loi du fouet ( Kangaroo ) de Lewis Milestone avec Peter Lawford
La belle rousse du Wyoming / Une fille de feu ( the redhead from Wyoming ) de Lee Sholem avec Alex Nicol
1953À l’assaut de Fort Clark ( war arrow ) de George Sherman avec Jeff Chandler
1954Contrebande à Malaga / La rousse mène l’enquête ( Malaga / fire over Africa ) de Richard Sale avec Guy Middleton
Ce n’est qu’un au revoir ( the long gray line ) de John Ford avec Donald Crisp
1955Madame de Coventry / Par la chair et pas l’épée ( Lady Godiva /Lady Godiva of Coventry ) de Arthur Lubin avec George Nader
Le brave et la belle ( the magnificent matador / the brave and the beautiful ) de Budd Boetticher avec Anthony Quinn
1956L’homme de Lisbonne ( Lisbon ) de Ray Milland avec Claude Rains
Tout sauf la vérité ( everything but the truth ) de Jerry Hopper avec John Forsythe
1957L’aigle vole au soleil ( the wings of eagles ) de John Ford avec Dan Dailey
1959Notre agent à la Havane ( our man in Havana ) de Carol Reed avec Alec Guinness
1960La fiancée de papa ( the parent trap ) de David Swift avec Brian Keith
    + chansons
1961Monsieur Hobbs prend des vacances ( Mr. Hobbs takes a vacation ) de Henry Koster avec James Stewart
New Mexico / Les compagnons de la mort ( the deadly’s companions / Trigger happy ) Sam Peckinpah avec Steve Cochran
    + chansons
1962La montagne des neuf Spencer / Le feu dans la montagne ( Spencer’s mountain ) de Delmer Daves avec Henry Fonda
1963Le grand McLintock ( McLintock ! ) de Andrew V. McLaglen avec Patrick Wayne
1964Le scandale de la Villa Fiorita ( the battle of the Villa Fiorita / affair at the Villa Fiorita ) de Delmer Daves avec Rossano Brazzi
1965Rancho Bravo ( the rare breed ) de Andrew V. McLaglen avec Ben Johnson
1969Et pourtant on s’aime ( how do I love thee ? ) de Michael Gordon avec Jackie Gleason
1971Big Jake – de George Sherman avec Richard Boone
1972Le poney rouge / Le poney doré ( the red pony ) de Robert Totten avec Jack Elam
1977 DO That’s action – de G. David Schine avec Glenn Ford
    Seulement apparition
1990Ta mère ou moi ( only the lonely ) de Chris Colombus avec John Candy
1994 DO A century of cinema – de Caroline Thomas
    Seulement apparition
AUTRES PRIX :
      
    Botte d’Or aux Golden Boot Awards, USA ( 1991 )

    Prix Living Treasure aux prix des critiques de cinéma de Seattle, USA ( 2002 )

    Prix pour l’ensemble de sa carrière au prix du cinéma et de la télévision irlandaise, Irlande ( 2004 )
Fiche créée le 9 mars 2009 | Modifiée le 1 juin 2017 | Cette fiche a été vue 5590 fois
PREVIOUSAlex Ogou || Maureen O’Hara || Reiko ÔharaNEXT