CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Steve McQueen
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Max Aub



Date et Lieu de naissance : 2 juin 1903 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 22 juillet 1972 (Mexico, District Fédéral, Mexique)
Nom Réel : Max Aub Mohrenwitz

SCENARISTE
Image
1938 L’espoir / Espoir, Sierra de Teruel – de André Malraux & Boris Peskine avec Miguel Del Castillo
Image
1946 La révolte des fantômes (la rebelión de los fantasmas) de Adolfo Fernández Bustamante
Image
1950 Les réprouvés (los olvidados) de Luis Buñuel avec Alfonso Mejía, Roberto Cobo & Estela Inda
Image
1951 Le bagne des filles perdues (cárcel de mujeres) de Miguel M. Delgado avec Katy Jurado & Sara Montiel

Max Aub Mohrenwitz naît le 2 juin 1903 à Paris. Son père allemand rompant avec la tradition familiale est représentant de commerce au lieu de juriste. Il a épousé une jeune fille de la haute bourgeoisie française, elle aussi d’origine germanique. Max et sa sœur Madeleine sont élevés dans un contexte complètement laïc et n’ont à l’époque pas la moindre idée de leur ascendance juive. À l’été 1914, leurs oncles sont mobilités des deux côtés du Rhin. Leur père installé à Valence en Espagne pour son négoce, préfère y faire venir sa famille.

Après son baccalauréat Max Aub devient à son tour représentant. En parcourant l’Espagne il prend conscience des inégalités sociales et sait qu’il sera toujours du côté des plus pauvres. En 1926, il épouse Perpetua Barjau Martín dont il aura trois filles. Dans les années trente, il se consacre de plus en plus à la littérature et au théâtre. Membre du Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (PSOE), il dirige le journal socialiste de Valence «Vérité». Quand les 17 et 18 juillet 1936, les généraux Sanjurjo et Franco lancent leur «pronuciamiento», Max Aub se range du côté du gouvernement de la Seconde République Espagnole. D’abord conseiller culturel à Paris où il négocie avec Pablo Picasso la commande de la fresque «Guernica», il retrouve son pays en 1937. André Malraux lui demande alors de lui servir d’interprète lors du tournage d’un film inspiré de son livre «L’espoir» qui raconte le quotidien de l’escadrille républicaine «España» dont il est le fondateur et qu’il a constituée en partie de volontaires étrangers. Mais Aub fait plus que cela et participe activement au scénario et à la réalisation du film (juillet 1938 - janvier 1939) même si sur le générique de l’œuvre projetée en 1945, il n’est crédité que du découpage. «Espoir, Sierra de Teruel» est un film de fiction assez maladroite qui ressemble plus à un documentaire. Mais tourné complètement en espagnol, tout en décors naturels et dans des conditions très difficiles, avec notamment Andrés Mejuto, Nicolas Rodríguez et José María Lado dans les principaux rôles, il véhicule de tels symboles! Quand les troupes franquistes s’emparent de la Généralité de Catalogne, l’équipe passe la frontière avec les bobines dans ses bagages pour finir le montage dans les studios de Joinville.

Max Aub arrivé à Paris commence à écrire son œuvre maîtresse «Le labyrinthe magique». Dénoncé comme dangereux activiste, il est incarcéré, en avril 1940, par les autorités françaises. Libéré grâce à l’intervention d’amis écrivains français, il connaît encore les prisons sous le gouvernement de Vichy, dans le sud de la France, puis en Afrique du Nord. Il réussit à obtenir un visa pour le Mexique à l’automne 1942, mais sa famille ne pourra le rejoindre qu’après la guerre. Il participe alors à de nombreux scénarii et adapte certains de ses livres. Il rencontre Luis Buñuel sur le tournage de «Les réprouvés / Los olvidados» (1950). À partir des années cinquante il se consacre surtout à ses œuvres littéraires (romans, théâtre, poésie).

Ce n’est qu’en 1958 que Max Aub obtient, grâce à Malraux, un permis de séjour pour la France. En 1965 il est membre du jury au festival de Cannes. Pour retrouver l’Espagne il doit attendre 1969. Ce grand écrivain de langue espagnole décédé le 22 juillet 1972 à Mexico d’une crise cardiaque, est sûrement moins célèbre que André Malraux mais peut-être tout aussi talentueux.

© Caroline HANOTTE

copyright
1938L’espoir / Espoir, Sierra de Teruel – de André Malraux & Boris Peskine avec Miguel Del Castillo
    Seulement assistant réalisateur & dialogues de la version espagnole
    Prix Louis Delluc en 1945, France
1943Distinto amanecer – de Julio Bracho avec Pedro Armendariz
    + sujet
El globo de Cantoya – de Gilberto Martínez Solares avec Consuelo Guerrero de Luna
1944La monja Alférez – de Emilio Gómez Muriel avec Maria Félix
Amok – de Antonio Momplet avec Gustavo Rojo
1945Marina – de Jaime Salvador avec Ernesto Alonso
Soltera y con gemelos – de Jaime Salvador avec José Cibrián
1946Sinfonía de un vida – de Celestino Gorostiza avec Jorge Arriaga
La révolte des fantômes ( la rebelión de los fantasmas ) de Adolfo Fernández Bustamante avec Gilbert Roland
1947Otoño y primavera – de Adolfo Fernández Bustamante avec Perla Aguiar
Hijos de la mala vida – de Rafael E. Portas avec Lilia del Valle
1948Barrio de pasiones – de Adolfo Fernández Bustamante avec Eva Calvo
Ave de paso – de Celestino Gorostiza avec María Gentil Arcos
Al caer la tarde – de Rafael E. Portas avec Carmen Montejo
1949Contra la ley de Dios – de Adolfo Fernández Bustamante avec Pin Crespo
El charro y la dama – de Fernando Cortés avec Pedro Armendariz
    + sujet
Esposa o amante – de Adolfo Fernández Bustamante avec Conchita Gentil Arcos
Entre tu amor y el cielo – de Emilio Gómez Muriel avec Jorge Martínez de Hoyos
1950Mariachi – de Adolfo Fernández Bustamante avec Beatriz Aguirre
Para que la cuna apriete – de Rafael E. Portas avec Aurora Cortés
Pata de palo – de Emilio Gómez Muriel avec Carlos López Moctezuma
    + sujet
Les réprouvés ( los olvidados ) de Luis Buñuel avec Estela Inda
    Non crédité
1951Historia de un corazón – de Julio Bracho avec Alberto Carrière
Le bagne des filles perdues ( cárcel de mujeres ) de Miguel M. Delgado avec Katy Jurado
    + adaptation
1953La segunda mujer – de José Díaz Morales avec Antonio Aguilar
1954Ley fuga – de Emilio Gómez Muriel avec Renée Dumas
    + sujet
La desconocida – de Chano Urueta avec José Cardona
1965Amor, amor, amor – de Miguel Barbachano-Ponce, Juan José Gurrola, José Luis Ibáñez, Juan Ibáñez & Héctor Mendoza avec Claudia Millán
    Seulement interprétation – Segment « La sumanita » de Héctor Mendoza
1970 DO El náufrago de la Calle Providencia – de Rafael Castanedo & Arturo Ripstein avec Lilia Prado
    Seulement apparition
1971El triángulo – de Alejandro Galindo avec Claudio Brook
Fiche créée le 18 juillet 2006 | Modifiée le 3 décembre 2015 | Cette fiche a été vue 6085 fois
PREVIOUSLionel Atwill || Max Aub || Jeanne AubertNEXT