CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Jocelyn Brando
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Max Maxudian



Date et Lieu de naissance : 12 juin 1881 (Smyrne, Empire Ottoman)
Date et Lieu de décès : 20 juillet 1976 (Boulogne-Billancourt, France)
Nom Réel : Max Algop Maxudian

ACTEUR
Image
1913 Anne de Boleyn – de Louis Mercanton & Henri Desfontaines avec Laura Cowie & Suzanne Méthivier
Image
1925 Le réveil – de Jacques de Baroncelli avec Isobel Elsom, Charles Vanel, Jean Bradin & Marguerite de Morlaye
Image
1930 La maison de la flèche – de Henri Fescourt avec Léon Mathot, Annabella, Alice Field & Jeanne Brindeau
Image
1948 Les souvenirs ne sont pas à vendre – de Robert Hennion avec Blanchette Brunoy & Sophie Desmarets

Né dans une famille juive d’origine arménienne, Max Maxudian voit le jour le 12 juin 1881, à Smyrne, en Asie Mineure. Arrivé en France à l’âge de 13 ans, ses parents le prédestinent à des études de médecine. Néanmoins, une véritable vocation le pousse vers le théâtre et il rentre au Conservatoire en 1902. Il en sort diplômé, deux ans plus tard, avec un premier prix de tragédie et un accessit en comédie. Il est aussitôt engagé à l’Odéon où, très vite, il se distingue dans les grands rôles du répertoire classique.

Grand, les épaules larges, le front haut sous les cheveux rejetés en arrière, le nez bourbonien, la barbe noire qui encadre un visage énergique, tempéré par des yeux d’Oriental, Max Maxudian devient ensuite l’un des partenaires privilégiés de Sarah Bernhardt. On le voit ainsi à ses côtés sur la scène du théâtre qui porte le nom de la grande vedette, dans des pièces comme, entre autres, «La vierge d’Avila» (1906) de Catulle Mendès, «Les bouffons» (1907) de Miguel Zamacoïs, «Le procès de Jeanne d’Arc» (1909) de Emile Moreau, «La Tosca» (1909) de Victorien Sardou, «Lucrèce Borgia» (1911) de Victor Hugo, «La Dame aux Camélias» (1912) de Alexandre Dumas Fils, «Jeanne Doré» (1913) de Tristan Bernard… Edmond Rostand le choisit en personne pour interpréter Jésus dans la reprise de sa pièce «La Samaritaine». Pendant des années, il fait partie de la troupe de notre Bernhardt, aux côtés de laquelle il parcourt le monde.

En 1912, Max Maxudian fait ses premières apparitions à l’écran pour la firme «Le Film d’Art», toujours auprès de Sarah Bernhardt, dans «La reine Elizabeth» et «Adrienne Lecouvreur», des captures de leurs pièces filmées par Louis Mercanton et Henri Desfontaines. L’année suivante, il incarne le roi d’Angleterre Henry VIII dans «Anne de Boleyn», réalisé par les deux mêmes cinéastes. Dès le début de la Première Guerre mondiale, Max Maxudian s’éloigne du théâtre, sans jamais vraiment l’abandonner, pour se consacrer au cinéma. Très vite, sa carrière s’oriente vers des personnages fourbes, en particulier arabes, juifs, exotiques, des rôles caractéristiques des stéréotypes racistes de l’époque. Il est, notamment, le pacha turc Mouraki dans «Phroso» (1921) de Louis Mercanton; le maharadjah dans «Les premières armes de Rocambole» (1923) et «Les amours de Rocambole» (1924) de Charles Maudru; Mehmed Pascha dans «L’homme qui assassina» (1930) de Curtis Bernhardt, le Persan du «Miroir aux alouettes» (1934) de Hans Steinhoff. On le voit en docteur, juge, banquier, maître d’école, militaire, mais il est sait aussi enfiler le costume d’aristocrate avec panache : baron dans «Feu!» (1927) de Jacques de Baroncelli, avec Dolly Davis, prince dans «Vénus» (1929) de Louis Mercanton, avec Constance Talmadge, ou comte dans le «Rocambole» (1932) de Gabriel Rosca, avec Rolla Norman dans le rôle-titre. Il est aussi Barras dans le «Napoléon» (1926) de Abel Gance et l’Empereur Napoléon III dans «Trois valses» (1938) de Ludwig Berger avec Yvonne Printemps et Pierre Fresnay.

Pendant et après le Seconde Guerre mondiale, Max Maxudian revient au théâtre avec Charles Dullin au théâtre de l’Atelier. Après plus de 50 ans de carrière sur scène et à l’écran, le comédien se retire à la fin des années 1940. Il meurt le 20 juillet 1976, à l’hôpital Ambroise Paré de Boulogne-Billancourt, en région parisienne. Ses cendres reposent au columbarium du cimetière du Père Lachaise.

© Pascal DONALD – Source Roger LION : Cinémagazine du 2 mai 1924

copyright
1912La reine Elizabeth / Les amours de la reine Elisabeth ( queen Elizabeth ) de Gaston Roudès, Louis Mercanton, & Henri Desfontaines avec Sarah Bernhardt
CM Adrienne Lecouvreur – de Louis Mercanton & Henri Desfontaines avec Sarah Bernhardt
CM L’homme de fer – de Henry Houry avec Henry Houry
1913 CM Anne de Boleyn – de Louis Mercanton & Henri Desfontaines avec Laura Cowie
1917Le tablier blanc – de Louis Mercanton & René Hervil avec Sarah Rafale
1918Bouclette / L’ange de minuit – de Louis Mercanton & René Hervil avec Gaby Deslys
CM Cronstadt – de Gaston Roudès
CM Son aventure – de René Hervil avec Marie-Ange Fériel
1920L’eternel féminin – de Roger Lion avec Gina Palerme
1921Le cœur magnifique – de Séverin-Mars & Jean Legrand avec France Dhélia
    Film en 2 parties
    1 : 1ère époque
    2 : 2ème époque
Phroso / Possession – de Louis Mercanton avec Malvina Longfellow
La pauvre village – de Jean Hervé avec Germaine Rouer
La roue / la rose du rail – de Abel Gance avec Pierre Magnier
1922Le fantôme d’amour / Sirène de pierre ( a sereia de pedra ) de Roger Lion avec Maria Emília Castelo Branco
1923Aux jardins de Murcie – de Louis Mercanton & René Hervil avec Arlette Marchal
Les yeux de l’âme ( os olhos da alma ) de Roger Lion avec Gil Clary
Les premières armes de Rocambole – de Charles Maudru avec Claude Mérelle
J’ai tué ! / Fidélité – de Roger Lion avec Sessue Hayakawa
1924L’arabe ( the arab ) de Rex Ingram avec Ramon Novarro
La fontaine des amours – de Roger Lion avec Jean Murat
Les amours de Rocambole – de Charles Maudru avec Germaine Fontanes
La terre promise – de Henry Roussel avec Raquel Meller
Le calvaire de Donna Pia – de Henry Krauss avec Charlotte Barbier-Krauss
1925La clé de voûte – de Roger Lion avec Marie Dubuisson
Le réveil – de Jacques de Baroncelli avec Isobel Elsom
La chèvre aux pieds d’or – de Jacques Robert avec Lilian Constantini
Les dévoyés / La nuit du 3 – de Henri Vorins avec Marguerite Madys
    Sérial en 5 épisodes
    1 : Vers la ruine
    2 : La nuit rouge
    3 : Les chemins de la vérité
    4 : À la manière de Sherlock Holmes
    5 : Les dernières larmes
1926Napoléon / Napoléon Bonaparte / Napoléon vu par Abel Gance – de Abel Gance avec Albert Dieudonné
1927Feu ! – de Jacques de Baroncelli avec Dolly Davis
Mon Paris – de Albert Guyot avec Edmonde Guy
Le grand secret de Marie ( Marys großes geheimnis / aus dem elternhaus vertrieben ) de Guido Brignone avec Dolly Grey
1928L’eau du Nil / La femme la plus riche du monde – de Marcel Vandal avec Lee Parry
Le perroquet vert – de Jean Milva avec Edith Jehanne
1929L’appel de la chair – de Roger Lion avec Nicole Yoghi
Un soir au Cocktail’s Bar / Une soirée au Cocktail’s Bar – de Roger Lion avec Olga Valéry
Vénus ( Venus ) de Louis Mercanton avec Constance Talmadge
La nuit est à nous / La nuit – de Roger Lion avec Marie Bell
CM Amour de louve – de Roger Lion avec Philippe Hériat
CM Eau, gaz, amour à tous les étages – de Roger Lion avec Colette Darfeuil
1930Le secret du docteur – de Charles de Rochefort avec Marcelle Chantal
Les deux mondes – de Ewald André Dupont avec Marie Glory
Le défenseur – de Alexandre Ryder avec Louise Lagrange
La maison de la flèche – de Henri Fescourt avec Annabella
L’homme qui assassina – de Curtis Bernhardt & Jean Tarride avec Gabriel Gabrio
L’étrangère – de Gaston Ravel avec Elvire Popesco
1931Nuits de Venise – de Pierre Billon avec Florelle
1932Rocambole – de Gabriel Rosca avec Rolla Norman
Brumes de Paris – de Maurice Sollin avec Dolly Davis
Direct au cœur – de Roger Lion & Alexandre Arnaudy avec Suzanne Rissler
1933La voix sans visage – de Léo Mittler avec Véra Korène
Le Simoun – de Firmin Gémier avec Esther Kiss
L’amour qu’il faut aux femmes – de Adolf Trotz avec Gina Manès
Trois balles dans la peau – de Roger Lion avec Andrée Servilanges
Guillaume Tell ( Wilhelm Tell / Wilhelm Tell, das freiheitsdrama eines volkes ) de Heinz Paul avec Conrad Veidt
    Seulement adaptation française
CM Le chat et la souris – de Rozier-Beaumont avec Germaine Essler
1934Le miroir aux alouettes – de Hans Steinhoff & Roger Le Bon avec Edwige Feuillère
CM L’assassin est parmi nous – de Jacques de Casembroot avec Kissa Kouprine
CM La nuit imprévue – de Max Maxudian & Claude Allain avec Suzanne Nivette
1935Le clown Bux – de Jacques Natanson avec Suzy Vernon
Golgotha / Ecce Homo – de Julien Duvivier avec Jean Gabin
Bourrasque / Moghreb – de Pierre Billon avec Germaine Rouer
Les yeux noirs – de Victor Tourjansky avec Simone Simon
1936Passé à vendre – de René Pujol avec Thérèse Dorny
Les deux gamines – de Maurice Champreux & René Hervil avec Alice Tissot
Puits en flammes – de Victor Tourjansky avec Josseline Gaël
Stadt Anatol ( kampf um das flüssige gold ) de Victor Tourjansky avec Brigitte Horney
    Version allemande de « Puits en flammes »
Le chemin de Rio / Cargaison blanche – de Robert Siodmak avec Käthe von Nagy
1937Un soir à Marseille – de Maurice de Canonge avec Colette Darfeuil
L’escadrille de la chance – de Max de Vaucorbeil avec Lili Damita
CM Le doigt du destin – de Christian Herman avec Simone Mareuil
1938La rue sans joie – de André Hugon avec Dita Parlo
L’avion de minuit – de Dimitri Kirsanoff avec Jules Berry
Trois valses – de Ludwig Berger avec Yvonne Printemps
1947Le diable au corps – de Claude Autant-Lara avec Micheline Presle
1948Les souvenirs ne sont pas à vendre – de Robert Hennion avec Blanchette Brunoy
Ronde de nuit – de François Campaux avec Tilda Thamar
1949Le furet – de Raymond Leboursier avec Jany Holt
Menace de mort / Aventure à Pigalle – de Raymond Leboursier avec Pierre Renoir
Fiche créée le 25 mars 2015 | Modifiée le 6 octobre 2016 | Cette fiche a été vue 1540 fois
PREVIOUSMaximilienne || Max Maxudian || Lois MaxwellNEXT