CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Olga Baclanova
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Mercedes McCambridge



Date et Lieu de naissance : 17 mars 1916 (Joliet, Illinois, USA
Date et Lieu de décès : 2 mars 2004 (La Jolla, Californie, USA)
Nom Réel : Carlotta Mercedes Agnes McCambridge

ACTRICE

Issue d’une famille d’origine irlandaise catholique, Carlotta Mercedes Agnes McCambridge voit le jour le 16 mars 1916, dans la ferme familiale de Joliet dans l’Illinois. Après des études à l’Université de Mundelein de Chicago, la jeune femme entame une carrière artistique en prêtant sa voix à des feuilletons et des dramatiques radiophoniques. Sa polyvalence vocale lui permet d’aborder tous les rôles. Une adaptation, pour une radio new-yorkaise, de la pièce «Abie’s Irish Rose», la rend célèbre et attire l’attention de Orson Welles. Celui-ci l’engage dans sa troupe du Mercury Theater et la surnomme déjà: la plus grande actrice de radio vivante. En 1941, elle épouse William Fifield. Le temps de faire un enfant, John Lawrence, et le couple se sépare cinq ans plus tard.

Mercedes McCambridge est rapidement courtisée par Hollywood. En 1949, elle est engagé par la Columbia pour tourner dans l’adaptation du roman de Robert Penn Warren, «Les fous du roi», dirigé par Robert Rossen et aux côtés de Broderick Crawford. Son extraordinaire prestation est couronnée par deux Golden Globes et de l’Oscar du meilleur second rôle féminin. L’année suivante, elle se remarie une seconde fois, avec le cinéaste canadien Fletcher Markle. Ils divorceront en 1962.

Dans les années cinquante, Mercedes McCambridge se spécialise dans les rôles de femmes fortes et acquiert ainsi la réputation d’être une femme de tête. Sa confrontation pleine de haine et de violence face à Joan Crawford, dans «Johnny Guitar» (1954) en est la preuve. En 1956, son interprétation de Luz Benedict dans «Géant» dirigé par George Stevens, lui vaut une seconde nomination aux Oscars, mais la statuette sera finalement décernée à Dorothy Malone pour «Ecrit sur le vent».

Par la suite, Mercedes McCambridge déserte les plateaux de cinéma au profit de la scène. Elle reprend notamment le rôle de Martha dans la pièce «Qui a peur de Virginia Woolf ?» de Edward Albee au Billy Rose Theatre de Broadway, en 1964. Pour le cinéma, elle apparaît cependant dans «La ruée vers l’Ouest» (1961) de Anthony Mann, puis dans deux productions de Jesus Franco. Elle revient en force dans les années soixante-dix, où elle enchaîne les films, aussi bien pour le cinéma que pour la télévision. Son plus grand titre de gloire reste sans conteste sa prestation vocale pour «L’exorciste» (1973) de William Friedkin. Mercedes y est la voix diabolique de Linda Blair envoûtée par les démons. Elle n’obtiendra, qu’après de longs pourparlers, que son nom soit enfin cité au générique.

Mercedes McCambridge n’a hélas pas eu une carrière à la hauteur de son talent. Dotée d’une volonté de fer, elle mènera, toute sa vie durant, une lutte acharnée contre l’alcoolisme. Deux mariages ratés et plusieurs drames familiaux, dont le suicide collectif de John Lawrence, son fils avec femme et enfants, ne l’aideront pas à résoudre son idéal psychologique.

Elle apparaît une dernière fois au cinéma en 1983, dans «Echoes» de Arthur Allan Seidelman, puis se retire définitivement du show-business. Mercedes McCambridge meurt discrètement le 2 mars 2004, à La Jolla près de San Diego dans le Sud de la Californie.

© Philippe PELLETIER

copyright
1949Les fous du roi ( all the king’s men ) de Robert Rossen avec Broderick Crawford
    Oscar du meilleur second rôle féminin, USA

    Golden Globe du meilleur second rôle féminin, USA

    Golden Globe du meilleur espoir féminin, USA
1950Le foulard ( the scarf / the dungeon ) de Ewald André Dupont avec John Ireland
CM Screen snapshots: Hollywood awards – de Ralph Staub avec Gregory Peck
    Seulement apparition
1951La dernière carte ( inside straight ) de Gerald Mayer avec David Brian
Lightning strikes twice – de King Vidor avec Richard Todd
1954Johnny Guitar – de Nicholas Ray avec Joan Crawford
1955Géant ( giant ) de George Stevens avec James Dean
CM Warner Pathé news issue # 87 – de ? avec Elizabeth Taylor
    Seulement apparition
1956L’adieu aux armes ( a farewell to arms ) de Charles Vidor avec Rock Hudson
1957La soif du mal ( touch of evil ) de Orson Welles avec Charlton Heston
    Seulement apparition
1959Soudain l’été dernier ( suddenly, last summer ) de Joseph L. Mankiewicz avec Montgomery Clift
1960La ruée vers l’Ouest ( Cimarron ) de Anthony Mann avec Glenn Ford
1961Angel Baby – de Paul Wendkos avec George Hamilton
1964Run home slow – de Tim Sullivan avec Gary Kent
1968De Sade : Les infortunes de la vertu / Justine ( deadly sanctuary / Justine and Juliet / Justine ovvero le disavventure della virtù / Marquis de Sade : Justine ) de Jésus Franco avec Klaus Kinski
Piège à San Francisco ( the counterfeit killer / crackshot ) de Joseph Leytes avec Jack Lord
1969L’amour dans les prisons de femmes ( 99 mujeres / 99 women / 99 done / der heiße tod / the hot death / island of despair / isle of lost women / prostitutes in prison ) de Jesus Franco avec Herbert Lom
1970The last generation – de William A. Graham avec Lew Ayres
1972The other side of the wind – de Orson Welles avec Cameron Mitchell
Sixteen / Like a crow on e june bug – de Lawrence Dobkin avec Buddy Foster
1973L’exorciste ( the exorcist / William Peter Blatty’s the exorcist ) de William Friedkin avec Ellen Burstyn
    Seulement voix
1978Airport 80 ( the Concorde : Airport’79 / airport’79 / airport’ 80 : The Concorde / the Concorde affair / the Concorde / S.O.S. Concorde ) de David Lowell Rich avec Alain Delon
1979Thieves – de John Berry avec Charles Grodin
1981Echoes ( living nightmare ) de Arthur Allan Seidelman avec John Spencer
Fiche créée le 20 mars 2006 | Modifiée le 14 novembre 2015 | Cette fiche a été vue 5106 fois
PREVIOUSMay McAvoy || Mercedes McCambridge || Kevin McCarthyNEXT