CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Andrzej Zulawski
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Mercedes Vecino



Date et Lieu de naissance : 5 février 1916 (Melilla, Espagne)
Date et Lieu de décès : 28 août 2004 (Alicante, Espagne)
Nom Réel : Mercedes Vecino Francés

ACTRICE

Fille de militaire, Mercedes Vecino Francés naît le 5 février 1916, dans la petite ville de Melilla, sous le règne du roi Alphonse XIII d’Espagne. Au début des années trente, la très belle jeune fille est couronnée Miss Barcelone et entame sa carrière artistique comme choriste, puis chanteuse de Zarzuela dans la troupe de Pedro Terol et Marcos Redondo.

Dans les années quarante, Mercedes Vecino joue dans les revues de Celia Gámez. Elle fait ses premiers devant la caméra dans «La madre guapa» (1941) de Félix de Pomés puis dans «El sobre lacrado» (1941) de Francisco Gargallo, suivi de plusieurs productions de Aurelio Campa dirigées par Ignacio F. Iquino.

En 1942, le baiser quelle donne à Armando Calvo dans «El pobre Rico» attire les foudres de la censures franquiste et révolutionne l’industrie cinématographique espagnole. Dès lors, les censeurs imposent un «fondu au noir» pour toutes les scènes de baiser, laissant libre cours à l’imagination du spectateur. Cette anecdote fait de Mercedes Vecino une des stars les plus populaires de la péninsule ibérique. L’année suivante, elle partage l’affiche avec Alfredo Mayo dans «El abanderado», dirigé par Eusebio Fernández Ardavín. Elle enchaîne les rôles sous la direction de grands cinéastes espagnols de l’époque, parmi lesquels: Rafael Gil pour «Lecciones de buen amor» (1944) et Ladislao Vajda pour «El testamento del virrey». Une douzaine de films au total, jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale, où, au sommet de la gloire et de la célébrité, elle abandonne l’écran et se consacre principalement à la scène.

Après une quinzaine d’années loin des plateaux de cinéma, Mercedes Vecino fait un retour triomphal au cinéma en interprétant la Reine Isabelle II dans «Tu seras Reine» (1958), un drame historique réalisé par Luis César Amadori.

Dans les années soixante, Mercedes Vecino poursuit sa carrière théâtrale et participe à quelques productions cinématographiques pour des rôles secondaires. Elle apparaît notamment dans «Mara» (1960) avec Georges Rigaud, dans la coproduction franco-hyspano-allemande «Sissi 63» (1961) avec Marianne Hold et dans «Currito de la Cruz» (1964) avec Francisco Rabal. En 1969, elle interpréte son ultime prestation dans la comédie romantique de Luis Lucia, «Pepa Doncel» où elle donne la réplique à Aurora Bautista.

À la fin du vingtième siècle, Mercedes Vecino s’éloigne de la vie artistique et s’installe définitivement dans la région de la Costa Blanca. En 1996, à quatre-vingt ans, elle fait un comme-back dans quelques épisodes de la très célèbre série télévisée «Hostal Royal Manzanares» auprès de Lina Morgan. Mère de trois enfants, une fille née de sa liaison avec Pepe Vaquero et deux issus de son mariage avec l’acteur José Jaspe, elle est hospitalisé dans la clinique San Juan de Alicante, en août 2004, à la suite de plusieurs malaises. Elle y décède le 28 août de la même année. Son corps sera incinéré et ses cendres rendues à sa famille.

© Philippe PELLETIER

copyright
1941La madre guapa – de Félix de Pomés avec José Portes
El sobre lacrado – de Francisco Gargallo avec José Isbert
Los ladrones somos gente honrada – de Ignacio F. Iquino avec Arturo Morillo
1942La culpa del otro – de Ignacio F. Iquino avec José Prada
El pobre Rico – de Ignacio F. Iquino avec Roberto Font
Boda accidentada – de Ignacio F. Iquino avec Antonio Murillo
1943Un enredo de familia – de Ignacio F. Iquino avec Modesto Cid
El abanderado – de Eusebio Fernández Ardavín avec José Nieto
El escándalo – de José Luis Sáenz de Heredia avec Juan Calvo
1944Lecciones de buen amor – de Rafael Gil avec Milagros Leal
El testamento del virrey – de Ladislao Vajda avec Juan Calvo
El rey de las finanzas – de Ramón Torrado avec Miguel Ligero
Paraíso sin Eva – de Sabino Antonio Micón avec Ángel de Andrés
1958Tu seras reine ( ¿ Dónde vas, Alfonso XII ? ) de Luis César Amadori avec Rafael Bardem
1960Mara – de Miguel Herrero avec Georges Rigaud
1961Sissi 63 ( cariño mio / die liebe ist ein seltsames spiel ) de Rafael Gil avec Horst Frank
1963La verbena de la paloma – de José Luis Sáenz de Heredia avec Vincente Parra
1964Currito de la Cruz – de Rafael Gil avec Francisco Rabal
1965Es mi hombre – de Rafael Gil & Pedro Lazaga avec José Luis López Vázquez
1966¿ Qué hacemos con los hijos ? – de Pedro Lazaga avec Alfredo Landa
1969Pepa Doncel – de Luis Lucia avec Juan Luis Galiardo
Fiche créée le 2 février 2006 | Modifiée le 15 juin 2007 | Cette fiche a été vue 4948 fois
PREVIOUSElmire Vautier || Mercedes Vecino || Conrad VeidtNEXT