CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Carrie Fisher
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Michèle Alfa



Date et Lieu de naissance : 20 août 1911 (Gujan-Mestras, France)
Date et Lieu de décès : 24 août 1987 (Le Vésinet, France)
Nom Réel : Joséphine Blanche Alfreda Bassignot

ACTRICE
Image
1937 Lumières de Paris – de Richard Pottier avec Tino Rossi, Georges Flateau & Julien Carette
Image
1940 Le pavillon brûle – de Jacques de Baroncelli avec Jean Marais, Pierre Renoir & Elina Labourdette
Image
1942 À la Belle Frégate – de Albert Valentin avec René Dary, René Lefèvre, Julien Carette & Paul Azaïs
Image
1951 Agence matrimoniale – de Jean-Paul le Chanois avec Bernard Blier, Julien Carette & Marcelle Praince

Michèle Alfa naît Joséphine Blanche Alfreda Bassignot le 20 août 1911, dans la pittoresque commune de Gujan-Mestras, capitale, dit-on, de l’ostréiculture du bassin d’Arcachon. Mais c’est adolescente, à Paris, qu’elle découvre sa vocation et suit les cours de Raymond Rouleau avant de commencer ses premières tournées théâtrales. Elle entreprend une carrière cinématographique en parallèle, avec tout d’abord des rôles secondaires dont celui, en 1932, d’une des cinq filles de Dranem, le veuf surnommé «La Poule» dans la comédie sans prétention du même nom de René Guissart, avec André Luguet. En 1936 elle est standardiste dans «Trois…six…neuf…» dont la vedette est Renée Saint-Cyr. Mais en 1937 elle est la charmante compagne de Carlo Ferrari alias Tino Rossi, persécuté par son imprésario et ses fans dans le film de Richard Pottier avec Conchita Montenegro, «Les lumières de Paris». En 1938, face aux ambitions hégémoniques d’Hitler qui a déjà réalisé l’Anschluss et s’apprête à signer les accords de Munich, Michèle est de la distribution de deux films soutenant les vains efforts d’apaisement de la France. «Paix sur le Rhin» avec Françoise Rosay, sur une mise en scène de Jean Choux, raconte les déchirements en 1918 d’une famille alsacienne qui aspire à la paix alors qu’un des fils, a fait la guerre sous l’uniforme allemand, et l’autre a porté «la tenue bleu horizon». «Ultimatum» de Robert Wiene, avec Erich von Stroheim et Abel Jacquin, se passe quelques jours après l’attentat de Sarajevo qui va provoquer l’embrasement de l’Europe en 1914, alors qu’un officier autrichien tente de sauver la vie de son ami, un Serbe. Mais la France déclare la guerre à l’Allemagne le 3 septembre 1939, et le tournage du film «Le corsaire» de Marc Allégret, avec Charles Boyer, est abandonné.

Paradoxalement c’est l’occupation qui permet à Michèle Alfa d’être très appréciée du public tant au théâtre qu’au cinéma où elle tourne treize films. Citons en particulier son rôle de Mercedes, la fiancée d’Edmond Dantès joué par Pierre Richard-Willm, dans l’adaptation par Robert Vernay du «Comte de Monte Cristo». L’actrice interprète aussi des rôles emblématiques de l’époque: «L’ange de la nuit» (1943) de André Berthomieu, où elle se sacrifie pour Jean-Louis Barrault, un soldat revenu aveugle de la guerre; et «Jeannou» (1943), où elle incarne une jeune Périgourdine qui préfère sa terre natale au mirage parisien. Mais l’occupation pour Michèle c’est aussi devenir en 1940, la compagne d’un ancien musicien de jazz dans le Paris d’avant guerre, qui sous l’uniforme de la «Wehrmacht» a été nommé responsable des théâtres parisiens. Il l’installe dans l’appartement du dramaturge Henri Bernstein réfugié à New-York, mais avant d’être muté, l’officier allemand profite cependant de ses fonctions pour aider des artistes d’origine juive dont Henri Murray, le père de Anouk Aimée. Puis Michèle épouse en mai 1942 Paul Meurisse qui évoquera les faits dans ses mémoires «Les éperons de la liberté» (1979).

Divorcée en 1946, Michèle tourne encore quatre films dont «Quartier chinois» (1945) avec Sessue Hayakawa en chef de la pègre et «Agence Matrimoniale» (1951) de Jean-Paul Le Chanois, où femme délaissée et meurtrie, elle épouse un brave homme interprété par Bernard Blier. Remariée en 1959 avec Philippe Plouvier, un administrateur de sociétés, Michèle Alfa se produit sur les planches jusqu’au milieu des années soixante. La comédienne décède le 24 août 1987, au Vésinet, commune résidentielle de la banlieue ouest de Paris.

© Caroline HANOTTE

copyright
1932La belle aventure – de Roger Le Bon & Reinhold Schünzel avec Lucien Baroux
La poule – de René Guissart avec Dranem
1933 CM Le témoin – de Pierre de Cuvier avec Jacques Maury
1935Barcarolle – de Gerhard Lamprecht & Roger Le Bon avec Pierre Richard-Willm
1936Trois…six…neuf… – de Raymond Rouleau avec Jean Wall
CM Vie à crédit – de Pierre Boyer avec Maurice Bringo
1937La dame de pique – de Fédor Ozep avec André Luguet
Ramuntcho – de René Barberis avec Line Noro
Lumières de Paris – de Richard Pottier avec Tino Rossi
1938Ultimatum – de Robert Wiene avec Erich von Stroheim
Adrienne Lecouvreur – de Marcel L’Herbier avec Yvonne Printemps
Paix sur le Rhin – de Jean Choux avec John Loder
Le prince Bouboule – de Jacques Houssin avec Georges Milton
1939Le corsaire – de Marc Allégret avec Louis Jourdan
    Inachevé
1940Le pavillon brûle – de Jacques de Baroncelli avec Jean Marais
1941Fièvres – de Jean Delannoy avec Tino Rossi
Le dernier des six – de Georges Lacombe avec Pierre Fresnay
1942Le comte de Monte Cristo – de Robert Vernay avec Pierre Richard-Willm
    Film en 2 parties
    1 : Edmond Dantès
    2 : Le châtiment
La femme que j’ai le plus aimée – de Robert Vernay avec André Luguet
Port d’attache – de Jean Choux avec René Dary
La neige sur les pas – de André Berthomieu avec Pierre Blanchar
Le lit à colonnes – de Roland Tual avec Odette Joyeux
À la Belle Frégate – de Albert Valentin avec Julien Carette
1943L’ange de la nuit – de André Berthomieu avec Jean-Louis Barrault
Le secret de madame Clapain – de André Berthomieu avec Fernand Charpin
L’homme qui vendit son âme – de Jean-Paul Paulin avec Robert Le Vigan
Jeannou – de Léon Poirier avec Thomy Bourdelle
L’aventure est au coin de la rue – de Jacques Daniel-Norman avec Raymond Rouleau
1944 DO De Jeanne d’Arc à Philippe Pétain – de Sacha Guitry
    Seulement voix
1945Quartier Chinois – de René Sti avec Sessue Hayakawa
1946Erreur judiciaire – de Maurice de Canonge avec Yves Brainville
1948Sombre dimanche – de Jacqueline Audry avec Paul Bernard
1950Premières armes – de René Wheeler avec Julien Carette
1951Agence matrimoniale – de Jean-Paul le Chanois avec Bernard Blier
Fiche créée le 12 janvier 2007 | Modifiée le 5 octobre 2016 | Cette fiche a été vue 8777 fois
PREVIOUSRoland Alexandre || Michèle Alfa || Hans AlfredsonNEXT