CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Michèle Alfa
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Michèle Morgan



Date et Lieu de naissance : 29 février 1920 (Neuilly-sur-Seine, France)
Date et Lieu de décès : 20 décembre 2016 (Neuilly-sur-Seine, France)
Nom Réel : Simone Renée Roussel

ACTRICE
Image
1938 Quai des brumes – de Marcel Carné avec Jean Gabin, Michel Simon, Pierre Brasseur & René Génin
Image
1945 La symphonie pastorale – de Jean Delannoy avec Pierre Blanchar, Jean Desailly & Andrée Clément
Image
1953 Les orgueilleux – de Yves Allégret avec Gérard Philipe, Michèle Cordoue & Carlos López Moctezuma
Image
1975 Le chat et la souris – de Claude Lelouch avec Serge Reggiani, Philippe Léotard & Valérie Lagrange

La future Michèle Morgan est née Simone Roussel, le 29 février 1920 à Neuilly-sur-Seine où son père exerce la profession de responsable d’exportation en parfumerie. La crise de 1929 oblige les parents Roussel, accompagnés de leur quatre enfants, a partir s’installer à Dieppe où, avec leurs maigres économies, ils ouvrent une épicerie. Peu enclins aux affaires de commerce, c’est la faillite deux ans plus tard. Entre-temps, la petite Simone se passionne pour le spectacle lorsqu’elle découvre, en cachette, des représentations théâtrales ou des numéros de music-hall au Casino de la ville.

Michèle Morgan débute à l’écran en 1935. Après quelques apparitions, elle obtient son premier rôle important dans «Gribouille» (1937) de Marc Allégret, aux cotés de Raimu, et devient une grande star du cinéma français grâce à «Quai des Brumes» (1938) de Marcel Carné, avec Jean Gabin. On retrouve bientôt la magie de ce couple cinématographique, qui connaît dans la vie une courte et jolie romance, dans «Le récif de corail» (1938) de Maurice Gleize et «Remorques» (1940) de Jean Grémillon. Elle est en outre la vedette de «L’entraîneuse» (1938) de Albert Valentin, «La piste du Nord» (1939) de Jacques Feyder, «Les musiciens du ciel» (1939) de Georges Lacombe et «Untel père et fils» (1940) de Julien Duvivier.

Dès le début de l’occupation Allemande, Michèle Morgan quitte la France pour Hollywood où elle interprète quelques films, parmi lesquels «Cap sur Marseille» (1943) de Michael Curtiz, avec Humphrey Bogart, qui ne figurent pas parmi les points forts de sa carrière. Elle rentre dans son pays natal dès la guerre terminée et tourne «La symphonie pastorale» (1945), de Jean Delannoy, qui la rétablit dans les premières places et qui lui vaut le prix de la meilleure interprétation féminine au Festival de Cannes 1946. Puis, durant une vingtaine d’années, elle n’arrête pas de travailler sous la direction des plus grands cinéastes de l’époque: René Clément, Sacha Guitry, Jean Delannoy, René Clair, André Cayatte, Henri Verneuil ou Claude Chabrol. Au point de vue international, on la voit encore dans trois productions américaines, «L’évadée» (1946) de Arthur Ripley, «Les vendanges» (1957) de Jeffrey Hayden et «Les centurions» (1965) de Mark Robson, dans le film britannique «Première désillusion» (1947) de Carol Reed et dans les productions franco-allemandes «Oasis» (1954) de Yves Allégret et «Grand Hôtel» (1959) de Gottfried Reinhardt. Le cinéma italien emploie aussi l’actrice dans des films comme «Fabiola» (1947) de Alessandro Blasetti, «Femmes d’un été» (1958) de Gianni Franciolini, «Brèves amours» (1959) de Camillo Mastrocinque, ou encore «Le procès des Doges» (1963) de Duccio Tessari. Après «Benjamin ou les mémoires d’un puceau» (1967) de Michel Deville, sa contribution au cinéma se limite à un rôle principal dans «Le chat et la souris» (1975) de Claude Lelouch, des apparitions dans deux autres films du même réalisateur et une participation au film italien «Ils vont tous bien» (1990) avec Marcello Mastroianni.

Michèle Morgan a également l’occasion de se produire au théâtre et à la télévision. Lors de son séjour à Hollywood, Michèle Morgan a épousé William Marshall en 1942, avec qui elle a eu un fils, Mike Marshall. Le divorce est prononcé en 1948. Elle épouse ensuite Henri Vidal en 1950, qui la laisse veuve en 1959. Par après, elle a vécu avec Gérard Oury jusqu’à la mort de celui-ci en 2006. Le 20 décembre 2016, les plus beaux yeux du cinéma se sont fermés définitivement. Elle avait 96 ans.

© Marlène PILAETE & Pascal DONALD

copyright
1935La vie parisienne – de Robert Siodmak avec Max Dearly
Une fille à papa – de René Guissart avec Jean Servais
Mademoiselle Mozart – de Yvan Noé avec Danielle Darrieux
1936Le mioche – de Léonide Moguy avec Lucien Baroux
Mes tantes et moi – de Yvan Noé avec René Lefèvre
Gigolette – de Yvan Noé avec Gabriel Gabrio
1937Gribouille – de Marc Allégret avec Raimu
Orage / Le venin – de Marc Allégret avec Charles Boyer
1938Quai des brumes / Le quai des brumes – de Marcel Carné avec Jean Gabin
L’entraîneuse – de Albert Valentin avec Marcel Mouloudji
Le récif de corail – de Maurice Gleize avec Jean Gabin
1939Les musiciens du ciel – de Georges Lacombe avec René Lefèvre
La piste du Nord / La loi du Nord – de Jacques Feyder avec Pierre Richard-Willm
1940Remorques – de Jean Grémillon avec Fernand Ledoux
Untel père et fils – de Julien Duvivier avec Louis Jouvet
1941My life with Caroline – de Lewis Milestone avec Ronald Colman
    Seulement apparition
Jeanne de Paris ( Joan of Paris ) de Robert Stevenson avec Paul Henreid
CM Hedda Hopper’s Hollywood No. 1 – de Herbert Moulton avec Kay Kyser
    Seulement apparition
1943Trahison en mer / Rencontre à Londres ( two tickets to London ) de Edwin L. Marin avec Barry Fitzgerald
Amour et swing / Toujours plus haut ( higher and higher ) de Tim Whelan avec Frank Sinatra
Cap sur Marseille / Passage pour Marseille / Passage à Marseille ( passage to Marseille ) de Michael Curtiz avec Humphrey Bogart
1945La symphonie pastorale – de Jean Delannoy avec Pierre Blanchar
    Prix d’interprétation féminine au festival du cinéma de Cannes, France
1946L’évadée ( the chase ) de Arthur Ripley avec Robert Cummings
1947Première désillusion ( the fallen idol / the lost illusion ) de Carol Reed avec Ralph Richardson
Fabiola – de Alessandro Blasetti avec Michel Simon
1948Aux yeux du souvenir / Souvenir – de Jean Delannoy avec Jean Marais
Maria Chapdelaine – de Marc Allégret avec Kieron Moore
1949La belle que voilà – de Jean-Paul Le Chanois avec Gérard Oury
1950Le château de verre – de René Clément avec Jean Marais
L’étrange madame X – de Jean Grémillon avec Henri Vidal
CM Vedettes sans maquillage – de Jacques Guillon avec Michel Auclair
    Seulement apparition
1951Les sept péchés capitaux – de Yves Allégret, Eduardo De Filippo, Claude Autant-Lara, Jean Dréville, Roberto Rossellini, Georges Lacombe & Carlo Rim avec Jean Debucourt
    Segment « L’orgueil » de Claude Autant-Lara
La minute de vérité – de Jean Delannoy avec Daniel Gélin
1952Destinées – de Jean Delannoy, Christian-Jaque & Marcello Pagliero avec Michel Piccoli
    Segment « Jeanne » de Jean Delannoy
CM Champs-Élysées – de Walter Carone & Roger Thérond avec Maurice Chevalier
    Seulement apparition
1953Les orgueilleux – de Yves Allégret avec Gérard Philipe
1954Obsession – de Jean Delannoy avec Raf Vallone
Napoléon – de Sacha Guitry avec Raymond Pellegrin
Oasis – de Yves Allégret avec Pierre Brasseur
1955Les grandes manœuvres – de René Clair avec Pierre Dux
Marguerite de la nuit – de Claude Autant-Lara avec Yves Montand
1956Si Paris nous était conté – de Sacha Guitry avec Robert Lamoureux
Marie-Antoinette / Marie-Antoinette reine de France – de Jean Delannoy avec Richard Todd
1957Les vendanges ( the vintage ) de Jeffrey Hayden avec Leif Erickson
Retour de manivelle – de Denys de La Patellière avec Peter van Eyck
1958Le miroir à deux faces – de André Cayatte avec Bourvil
Maxime – de Henri Verneuil avec Jacques Dufilho
Femmes d’un été ( racconti d’estate ) de Gianni Franciolini avec Marcello Mastroianni
1959Pourquoi viens-tu si tard ? – de Henri Decoin avec Francis Blanche
Brèves amours / Vacances d’hiver ( vacanze d’inverno ) de Camillo Mastrocinque avec Georges Marchal
Grand Hôtel ( menschen in hotel ) de Gottfried Reinhardt avec O.W. Fischer
Les scélérats – de Robert Hossein avec Olivier Hussenot
1960Fortunat – de Alex Joffé avec Bourvil
Les lions sont lâchés – de Henri Verneuil avec Lino Ventura
Le puits aux trois vérités – de François Villiers avec Jean-Claude Brialy
1961Rencontres – de Philippe Agostini avec Gabriele Ferzetti
Le crime ne paie pas – de Gérard Oury avec Philippe Noiret
    Segment « L’affaire Hugues »
DO Un cœur gros comme ça – de François Reichenbach avec Jean-Paul Belmondo
    Seulement apparition
1962Landru – de Claude Chabrol avec Charles Denner
Méfiez-vous, mesdames ! / Un monsieur bien sous tous rapports – de André Hunebelle avec Paul Meurisse
1963Le procès des Doges / Le petit boulanger de Venise ( il fornaretto di Venezia ) de Duccio Tessari avec Jacques Perrin
Constance aux enfers – de François Villiers avec Claude Rich
Les pas perdus – de Jacques Robin avec Jean-Louis Trintignant
1964Les yeux cernés – de Robert Hossein avec Robert Hossein
1965Dis-moi qui tuer ? – de Etienne Périer avec Paul Hubschmid
Les centurions ( the lost command ) de Mark Robson avec Anthony Quinn
1967Benjamin / Benjamin ou les mémoires d’un puceau – de Michel Deville avec Pierre Clémenti
1968Le démoniaque – de René Gainville avec Jess Hahn
    Seulement apparition
1975Le chat et la souris – de Claude Lelouch avec Serge Reggiani
1977 DO Jacques Prévert – de Jean Desvilles avec Jean-Louis Barrault
    Seulement apparition
1978Robert et Robert – de Claude Lelouch avec Jacques Villeret
    Seulement apparition
1986Un homme et une femme, vingt ans déjà – de Claude Lelouch avec Richard Berry
    Seulement apparition
1990Ils vont tous bien ( stanno tutti bene) de Giuseppe Tornatore avec Marcello Mastroianni
AUTRES PRIX :
      
    César d’honneur, France ( 1992 )

    Lion d’Or pour sa carrière au festival du cinéma de Venise, Italie ( 1996 )
Fiche créée le 25 mars 2007 | Modifiée le 6 mars 2017 | Cette fiche a été vue 8339 fois
PREVIOUSLina Morgan || Michèle Morgan || Paul MorganNEXT