CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Robert Culp
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Michael Bohnen



Date et Lieu de naissance : 2 mai 1887 (Cologne, Empire Allemand)
Date et Lieu de décès : 26 avril 1965 (Berlin, Allemagne)
Nom Réel : Michael Franz Bohnen

ACTEUR
Image
1919 La maîtresse du monde (die herrin der welt) de Joe May avec Mia May, Henry Sze & Hedwig Bleibtreu
Image
1927 Sandor, prince vagabond (der zigeunerbaron) de Frederic Zelnik avec Lya Mara, William Dieterle & Harry Hardt
Image
1934 L’or (gold) de Karl Hartl avec Hans Albers, Brigitte Helm, Lien Deyers & Walter Steinbeck
Image
1939 L’océan en feu (brand im ozean) de Günther Rittau avec René Deltgen, Hans Söhnker & Winnie Markus

C’est dans la grande ville rhénane de Cologne que naît Michael Bohnen le 2 mai 1887, à la fin du règne du vieil Empereur Guillaume 1er de Hohenzollern. Son père Johann Heinrich Bohnen est maître d’école, sa mère, femme au foyer. À seize ans, déjà doté d’une voix puissante, il rêve de devenir chanteur et, grâce à une bourse, prend des cours de chant dispensés par Richard Schulz-Dornburg (1855/1913) au Conservatoire de Cologne. À la fin de sa formation de baryton-basse, riche d’une gamme de trois octaves, il fait ses débuts au Stadttheater de Düsseldorf, en octobre 1910, dans l’opéra romantique «Der Freischütz» de Carl Maria von Weber.

En 1912, Michael Bohnen intègre la troupe du «Hoftheater» de Wiesbaden et y reste presque trois ans. En 1913, il est le plus jeune artiste à être honoré du titre de plus grand chanteur d’opéra de Prusse par l’Empereur Guillaume II. En 1914, il se produit notamment dans «Lohengrin» de Richard Wagner au Covent Garden de Londres et au Festival de Bayreuth. Incorporé dans l’armée allemande, il est démobilisé au bout de quelques mois des suites d’une grave dysenterie. En 1916, il signe avec le prestigieux «Hofoper» de Berlin et fait de nombreuses tournées à travers l’Europe. Il va ainsi s’imposer comme le plus important chanteur d’opéra de sa génération.

En 1918, Michael Bohnen quitte le «Hofoper» de Berlin et suit son ami le chef d’orchestre Franz Schalk pour prendre la direction de l’opéra de Vienne. Avant de partir, il emprunte les costumes de l’opéra berlinois pour faire sa première apparition au cinéma dans «Le livre d’Esther» avec Stella Harf et Frida Richard. Pendant trois ans, il est le protagoniste d’une poignée de films auprès de, entre autres, Mia May dans «La maîtresse du monde» (1919), Pola Negri «Camille» (1920), Lil Dagover «Tiefland» (1920) ou Hanni Weisse «Der abenteurer» (1921). À partir de 1922, Michael Bohnen travaille essentiellement au Metropolitan Opera à New York, comme chanteur mais aussi comme professeur. Dix ans de succès aux Etats-Unis, ponctués par des représentations dans beaucoup de grandes villes Européennes et le tournage de quelques films, parmi lesquels «Le chevalier à la rose» (1925) avec Huguette Duflos, «Sandor, prince vagabond» (1926) avec Lya Mara, «Deux cravates» (1930) son premier film parlant avec Olga Tschechowa et «Victoria et son hussard» (1931) avec Else Elster. En 1932, il revient vivre en Allemagne, mais en désaccord avec les nouvelles lois antijuives, il s’expatrie en Argentine au début de 1933. Nostalgique de son pays, il rentre à Berlin a la fin de l’année et travaille pour le «Deutsche Staatsoper». Il tourne encore quelques films dont une apparition dans le «Munchhausen» (1942) avec Hans Albers.

Après la guerre, Michael Bohnen prend la direction de la musique de l’Opéra de Berlin, mais suite à une dénonciation mensongère de son élève, le ténor Hans Beirer, il doit affronter les accusations des autorités de dénazification. Finalement disculpé après plusieurs années de combat judiciaire, il meurt d’une crise cardiaque dans l’indigence la plus totale le 26 avril 1965 à Berlin. Michael Bohnen avait été marié trois fois, Marie Greven, fille d’industriels de 1913 à 1926, la mère de ses deux fils, puis une reine de beauté américaine, Mary Lewis de 1927 à 1933, et enfin Ingeborg Behrend en 1933. Il quitta sa deuxième épouse pour vivre une longue relation avec La Jana, célèbre danseuse de l’époque.

© Pascal DONALD

copyright
1918Le livre d’Esther ( das buch Esther ) de Uwe Jens Krafft & Ernst Reicherr avec Frida Richard
1919La maîtresse du monde I ( die herrin der welt. 1. Teil : Die freundin des gelben mannes ) de Joe May avec Mia May
La maîtresse du monde II ( die herrin der welt. 2. Teil : Die geschichte der Maud Gregaards ) de Joe May avec Henry Sze
La maîtresse du monde III ( die herrin der welt. 3. Teil : Der rabbi von Kuan-Fu ) de Joe May avec Mia May
La maîtresse du monde IV ( die herrin der welt. 4. Teil : König Makombe ) de Josef Klein & Uwe Jens Krafft avec Lewis Brody
La maîtresse du monde V ( die herrin der welt. 5. Teil : Ophir, die stadt der vergangenheit ) de Uwe Jens Krafft avec Paul Hansen
1920Camille ( Arme Violetta / the red peacock ) de Paul L. Stein avec Pola Negri
Präsident Barrada / Tragödie eines glücksritters – de Erik Lund avec Leopoldine Konstantin
    + production
Tiefland – de Adolf E. Licho avec Lil Dagover
1921Der abenteurer – de Curt Courant avec Hanni Weisse
    + production
Das geheimnis der Santa Maria / Santa Maria das geheimnis einer Brigg – de Lothar Mendes avec Maria Forescu
    + production
Deportiert – de Lothar Mendes
    + production
1925Le chevalier à la rose ( der rosenkavalier ) de Robert Wiene avec Huguette Duflos
1926Tête haute, Charly ! ( kopf hoch, Charly ! ) de Willy Wolff avec Marlene Dietrich
1927Sandor, prince vagabond ( der zigeunerbaron ) de Frederic Zelnik avec Lya Mara
En mission secrète ( die geheime macht ) de Erich Waschneck avec Suzy Vernon
1928Casanova – de ? avec La Jana
1930Deux cravattes ( zwei krawatten ) de Felix Basch & Richard Weichert avec Olga Tschechowa
1931Victoria et son hussard / Geste d’honneur ( Viktoria und ihr husar ) de Richard Oswald avec Else Elster
1932Johann Strauss, k. u. k. hofkapellmeister / Fenster aud – Der lenz ist da / Heut’ spielt der Strauss – de Conrad Wiene avec Lee Parry
1934L’or ( gold ) de Karl Hartl avec Brigitte Helm
1935La princesse Palatine ( Liselotte von der Pfalz / frauen um den Sonnenkönig) de Carl Froelich avec Renate Müller
Le prisonnier du roi ( der gefangene des königs ) de Carl Boese avec Susi Lanner
August der starke / Der galante köning – de Paul Wegener avec Marieluise Claudius
1937Mère Chanson ( Mutterlied ) de Carmine Gallone avec Hilde Hildebrand
Seulement pour toi ( solo per te ) de Carmine Gallone avec Maria Cebotari
    Version italienne de « Mutterlied »
1938Le cœur immortel ( das unsterbliche herz ) de Veit Harlan avec Kristina Söderbaum
1939L’océan en feu ( brand im ozean ) de Günther Rittau avec René Deltgen
1940Achtung ! Feind hört mit ! – de Arthur Maria Rabenalt avec Lotte Koch
Les Rothschild ( die Rothschilds / aktien auf Waterloo ) de Erick Waschneck avec Hilde Weissner
Der liebe Augustin – de E.W. Emo avec Paul Hörbiger
1942Les aventures fantastiques du Baron Munchhausen / Le Baron de Muenchhausen / Les aventures du Baron de Muenchhausen ( Münchhausen / Baron Münchhausen ) de Joseph von Báky avec Hans Albers
1944Meine herren söhne – de Robert A. Stemmle avec Claude Farell
1958Das gab’s nur einmal – de Géza von Bolváry avec Walter Ambrock
    Seulement apparition
Fiche créée le 12 juin 2009 | Modifiée le 8 juin 2015 | Cette fiche a été vue 4843 fois
PREVIOUSKarlheinz Böhm || Michael Bohnen || Richard BohringerNEXT