CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Anne Revere
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Michel Auclair



Date et Lieu de naissance : 14 septembre 1922 (Coblence, Allemagne)
Date et Lieu de décès : 7 janvier 1988 (Saint-Paul-en-Forêt, France)
Nom Réel : Pierre Vujovic

ACTEUR
Image
1950 Pas de pitié pour les femmes – de Christian Stengel avec Simone Renant, Marcel Herrand & Robert Vattier
Image
1954 La patrouille des sables – de René Chanas avec Emma Penella, Marcel Dalio, Marc Cassot & Dany Carrel
Image
1963 Symphonie pour un massacre – de Jacques Deray avec Michèle Mercier, Claude Dauphin & Jean Rochefort
Image
1974 Souvenirs d’en France – de André Téchiné avec Jeanne Moreau, Marie-France Pisier & Orane Demazis

Michel Auclair, de son vrai nom Pierre Vujovic, naît le 14 septembre 1922, à Coblence, dans le land de Rhénanie-Palatinat, en Allemagne. Ses parents s’installent dans la capitale française alors qu’il a trois ans. Son père est un avocat yougoslave et sa mère, une biologiste française, par ailleurs belle-sœur de l’acteur et metteur en scène Jean Marchat. La voie semble alors toute tracée pour le jeune homme, qui entame pourtant des études de médecine. Il ne tarde pas à les délaisser au profit de l’art dramatique. Il commence par suivre les cours du Conservatoire de Paris, avant de tenter sa chance au Théâtre de l’Œuvre en 1940, où il joue «La tempête» de Shakespeare, «L’annonce faite à Marie» de Claudel, «Jeanne d’Arc» de Péguy, ainsi que des œuvres de Cocteau ou Musset. C’est en 1945 qu’il effectue ses vrais débuts au cinéma, dans «Les malheurs de Sophie», et surtout dans «La belle et la bête» de Jean Cocteau.

Parallèlement à ses débuts cinématographiques, Michel Auclair poursuit sa carrière sur les planches au théâtre des Mathurins, qu’il dirige avec Marcel Herrand. En 1947, il participe à la création de la première pièce de Jean-Pierre Aumont, «L’empereur de Chine». Côté cinéma, on le voit dans le rôle d’un membre de la Gestapo dans «Les maudits» (1946). Mais c’est en 1948 que Michel Auclair obtient son premier grand rôle, et peut-être son meilleur: celui de Robert Desgrieux, membre des FFI, dans «Manon» de Henri-Georges Clouzot, une adaptation modernisée du roman de l’Abbé Prévost, transposée dans le contexte de la fin de l’Occupation. Il se spécialise dans des rôles à la fois romantiques et tourmentés, durs et veules, des jeunes premiers séduisants mais parfois troubles et volontiers ignobles.

En 1949, on le remarque à nouveau dans «Singoalla» où il campe un chevalier nordique, puis en 1950, dans «Justice est faite» de André Cayatte. On peut également le voir en Italie dans plusieurs films, parmi lesquels «Les deux vérités» (1951) et «Les chemises rouges» (1951), film retraçant l’épopée de Giuseppe Garibaldi. Après une comédie, «La fête à Henriette» (1952), Michel Auclair apparaît dans un drame psychologique, «Bonnes à tuer» (1954), où il incarne à nouveau un personnage ambigu, aux projets meurtriers. Au théâtre, il interprète «La corde» de Gabriel Arout, puis «Requiem pour une nonne» de Faulkner. En 1957, Stanley Donen l’engage pour «Drôle de frimousse» avec Audrey Hepburn. À cette époque, un accident de voiture freine quelque peu sa carrière.

Dès les années soixante, Michel Auclair se fait plus rare au cinéma, mais connaît de grandes réussites sur scène. Dirigé par Roger Planchon dans «Tartuffe» et «Richard III», puis par Luchino Visconti dans «Après la chute» de Arthur Miller, il semble alors privilégier le théâtre, où il excelle. Au cinéma, il apparaît dans un thriller américain, «Chacal» (1973), puis dans «Sept morts sur ordonnance» (1975) et «Le juge Fayard dit le Shérif» (1976). Alain Delon en fait son partenaire dans «Le toubib» (1979), «Trois hommes à abattre» (1980) et «Pour la peau d’un flic» (1981). Il est même le consul Demetrius dans la parodie biblique de Jean Yanne, «Deux heures moins le quart avant Jésus Christ» en 1982. L’année suivante, il effectue un tour de force en campant le père indigne et déchu de Bernard Giraudeau dans «Rue barbare». Alors qu’il passe des vacances chez sa mère, Michel Auclair décède d’une hémorragie cérébrale le 7 janvier 1988, à Saint-Paul-en-Forêt, dans le Var.

© Simon BENATTAR-BOURGEAY

copyright
1943 CM Premier prix de conservatoire – de René-Guy Grand avec Andrée Clément
1945Les malheurs de Sophie – de Jacqueline Audry avec Marguerite Moreno
La belle et la bête – de Jean Cocteau avec Josette Day
1946Les maudits – de René Clément avec Henri Vidal
Ouvert pour cause d’inventaire / Assieds-toi, veux-tu ? / Affaire classée – de Alain Resnais avec Danièle Delorme
    Film inédit & disparu
1947Eternel conflit – de Georges Lacombe avec Annabella
1948Manon – de Henri-Georges Clouzot avec Cécile Aubry
Le paradis des pilotes perdus – de Georges Lampin avec Andrée Debar
1949Singoalla – de Christian-Jaque avec Viveca Lindfors
L’invité du mardi / Du thé pour M. Josse – de Jacques Deval avec Madeleine Robinson
1950Justice est faite – de André Cayatte avec Valentine Tessier
Pas de pitié pour les femmes – de Christian Stengel avec Simone Renant
L’aiguille rouge – de Emil Edwin Reinert avec Michèle Philippe
1951Les deux vérités ( le due verità ) de Antonio Leonviola avec Anna Maria Ferrero
CM Vedettes sans maquillage – de Jacques Guillon avec Michel Simon
    Seulement apparition
1952Les chemises rouges ( camicie rosse ) de Goffredo Alessandrini avec Anna Magnani
La fête à Henriette – de Julien Duvivier avec Dany Robin
Valse dans la nuit ( unter den tausend lanternen / die stimme des Anderen ) de Erich Engel avec Inge Meysel
1953Zoé – de Charles Brabant avec Barbara Laage
La fille du régiment ( die tochter der kompanie ) de Géza von Bolváry avec Hannelore Schroth
La fille du régiment ( la figlia del reggimento ) de Tullio Covaz & Géza von Bolváry avec Antonella Lualdi
    Version italienne de « Die tochter der kompanie »
Si Versailles m’était conté – de Sacha Guitry avec Claudette Colbert
Tres hombres van a morir – de Feliciano Catalán avec Dany Carrel
1954La patrouille des sables – de René Chanas avec Dany Carrel
Tres hombres van a morir – de Feliciano Catalán avec Dany Carrel
    Version espagnole de « La patrouille des sables »
Bonnes à tuer – de Henri Decoin avec Corinne Calvet
Quai des blondes – de Paul Cadéac avec Barbara Laage
Double destin ( das zweite leben ) de Victor Vicas avec Simone Simon
1955Le souffle de la liberté ( Andrea Chenier ) de Clemente Fracassi avec Antonella Lualdi
La fille de la rizière ( la risaia ) de Raffaello Matarazzo avec Elsa Martinelli
1956L’irrésistible Catherine – de André Pergament avec Fernand Sardou
Reproduction interdite – de Gilles Grangier avec Annie Girardot
Mission diabolique / Le renard de Paris ( der fuchs von Paris ) de Paul May avec Hardy Kruger
1957Les fanatiques – de Alex Joffé avec Françoise Fabian
Drôle de frimousse ( funny face ) de Stanley Donen avec Audrey Hepburn
1958Les amants de demain – de Marcel Blistène avec Edith Piaf
1959Une fille pour l’été – de Edouard Molinaro avec Pascale Petit
Maigret et l’affaire Saint-Fiacre – de Jean Delannoy avec Jean Gabin
Meurtre en quarante-cinq tours – de Etienne Périer avec Danielle Darrieux
1961Le rendez-vous de minuit – de Roger Leenhardt avec Lilli Palmer
L’éducation sentimentale – de Alexandre Astruc avec Marie-José Nat
1962Paris qui pétille / Deux têtes folles ( Paris when it sizzles ) de Richard Quine avec Marlene Dietrich
Vacances portugaises / Les égarements / Les sourires de la destinée – de Pierre Kast avec Françoise Arnoul
1963Mort, où est ta victoire ? – de Hervé Bromberger avec Pascale Audret
Symphonie pour un massacre – de Jacques Deray avec Michèle Mercier
Trafic dans l’ombre / L’affaire Calaro / Impasse au mort – de Antoine d’Ormesson avec Anne Doat
1965La chance et l’amour – de Charles L. Bitsch, Eric Schlumberger, Bertrand Tavernier & Claude Berri avec Bernard Blier
    Segment « Le jeu de la chance ou une chance explosive » de Bertrand Tavernier
CM Le dernier matin de Percy Shelley – de Jean Chapot avec Clotilde Joano
    Seulement voix & narration
1966Le voyage du père – de Denys de La Patellière avec Fernandel
1968Sous le signe de Monte-Cristo / Le révolté – de André Hunebelle avec Raymond Pellegrin
Sous le signe du taureau – de Gilles Grangier avec Colette Deréal
1969Le cœur fou – de Jean-Gabriel Albicocco avec Ewa Swann
1970Les mariés de l’an II – de Jean-Paul Rappeneau avec Marlène Jobert
1971Paulina 1880 – de Jean-Louis Bertucelli avec Maximilian Schell
    Seulement voix & narration
1972Décembre – de Mohammed Lakhdar-Hamina avec Geneviève Page
L’impossible objet ( story of a love story / impossible object ) de John Frankenheimer avec Alan Bates
1973Chacal ( the day of the jackal ) de Fred Zinnemann avec Edward Fox
Les guichets du Louvre – de Michel Mitrani avec Christine Pascal
1974Souvenirs d’en France – de André Téchiné avec Jeanne Moreau
1975Sept morts sur ordonnance – de Jacques Rouffio avec Charles Vanel
1976Le juge Fayard dit « le shérif » / Le shérif – de Yves Boisset avec Patrick Dewaere
1978Le coup de sirocco – de Alexandre Arcady avec Roger Hanin
1979L’amour en question – de André Cayatte avec Bibi Andersson
Le toubib – de Pierre Granier-Deferre avec Alain Delon
1980Trois hommes à abattre – de Jacques Deray avec Dalila Di Lazzaro
1981Pour la peau d’un flic – de Alain Delon avec Anne Parillaud
Mille milliards de dollars – de Henri Verneuil avec Mel Ferrer
1982Deux heures moins le quart avant Jésus Christ – de Jean Yanne avec Coluche
Enigma – de Jeannot Szwarc avec Martin Sheen
La belle captive – de Alain Robbe-Grillet avec Gabrielle Lazure
    Seulement voix
1983 Rue Barbare – de Gilles Béhat avec Bernard Giraudeau
Monsieur le président ( el señor presidente ) de Manuel Octavio Gómez avec Reynaldo Miravalles
Le bon plaisir – de Francis Girod avec Catherine Deneuve
1987Preuve d’amour – de Miguel Courtois avec Gérard Darmon
1988Torquemada – de Stanislav Barabas avec Francisco Rabal
Fiche créée le 7 juin 2009 | Modifiée le 18 juin 2015 | Cette fiche a été vue 4676 fois
PREVIOUSCécile Aubry || Michel Auclair || Michel AudiardNEXT