CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Carla Laemmle
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Michel Constantin



Date et Lieu de naissance : 13 juillet 1924 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 29 août 2003 (Draguignan, France)
Nom Réel : Constantin Hokhloff

ACTEUR
Image
1971 Il était une fois un flic – de Georges Lautner avec Mireille Darc, Daniel Ivernel & Michael Lonsdale
Image
1973 Le mataf – de Serge Leroy avec Annie Cordy, Georges Géret, Cathy Rosier & Adolfo Celi
Image
1973 La valise – de Georges Lautner avec Jean-Pierre Marielle, Mireille Darc & Michel Galabru
Image
1982 Tir groupé – de Jean-Claude Missiaen avec Gérard Lanvin, Véronique Jannot & Jean-Roger Milo

Constantin Hokhloff naît le 13 juillet 1924, à Paris, d’une mère polonaise et d’un père russe. Adolescent peu doué pour les études, son père lui trouve un emploi dans les usines «Renault» de Boulogne-Billancourt. À la libération, il décide de créer sa propre entreprise de fabrication d’aiguilles à tricoter, puis il se lance dans le journalisme pour l’«Equipe» et débute une carrière de joueur de volley-ball. Dans les années cinquante, il devient capitaine de l’équipe de France où joue également l’un des fils de Jacques Becker. Spectateur d’un match, le réalisateur remarque le visage peu commode de Constantin et lui propose un rôle dans son prochain film, «Le trou» (1959) adaptation du best-seller de José Giovanni. Ayant fait de la figuration quelques années plus tôt pour Marc Allégret, il accepte et change son nom en Michel Constantin pour incarner l’un des prisonniers de la Santé qui va tenter, avec d’autres détenus, de s’évader sans succès.

Dès lors, les rôles s’enchaînent. En quelques années, Michel Constantin s’impose comme le second couteau idéal des films policiers français. Il est notamment le faire-valoir de Lino Ventura dans une série de films aujourd’hui devenus des classiques, tels que: «Les grandes gueules» (1965) de Robert Enrico, «Ne nous fâchons pas» (1965) de Georges Lautner et «Le deuxième souffle» (1966) de Jean-Pierre Melville. Michel Constantin, fidèle en amitié, retrouve Georges Lautner pour «Laisse aller c’est une valse» (1971), avec Jean Yanne, «Il était une fois un flic» (1971) avec Mireille Darc et «La valise» (1973) avec Jean-Pierre Marielle. Mais c’est son autre copain José Giovanni qui ose le mettre au premier plan lorsqu’il lui offre le rôle principal dans «La loi du survivant» (1966) auprès de Alexandra Stewart. Il travaille à nouveau avec Giovanni pour «Dernier domicile connu» (1970) avec Lino Ventura et Marlène Jobert, et pour «La Scoumoune» (1972) avec Jean-Paul Belmondo et Claudia Cardinale.

Cantonné dans les personnages de durs à cuir, parfois du bon côté de la loi et parfois du mauvais côté, Michel Constantin n’en reste pas moins l’un des comédiens les plus appréciés et populaires de l’époque. Sa stature athlétique, lui vaut des rôles de premières importances sous la direction de Terence Young, Jacques Deray, Serge Leroy et Jean-Pierre Mocky. Il travaille beaucoup en Italie, mais il a l’impression de tourner en rond. Le cinéma policier n’étant plus au goût du jour, il accepte de plus en plus des rôles souvent caricaturaux. Au début des années quatre-vingt, un nouveau public découvre l’acteur, grâce à Jean-Claude Missiaen qui fait de lui le partenaire d’une nouvelle génération de comédiens. Pour le cinéaste, il donne la réplique à Gérard Lanvin dans «Tir Groupé» (1982) et à Robin Renucci dans «La baston» (1985). En 1984, Michel délaisse quelque peu le cinéma pour le petit écran en devenant animateur pour le jeu «Anagramme», rapidement remplacé par Daniel Prévost. Il fait également une apparition dans la série «Marc et Sophie» (1987) et interprète «Paparoff» dans la série éponyme de 1988 à 1991. Après une participation à un court-métrage en 1994, il s’éloigne définitivement des plateaux de tournage.

Retiré dans le sud de la France avec Maud Serres son épouse depuis 1957 et mère de ses deux filles, Michel Constantin surmontera difficilement la perte de sa femme en 1996. Affaibli par la maladie, il meurt le 29 août 2003, à Draguignan dans le Var, des suites d’une crise cardiaque.

© Christophe LAWNICZAK

copyright
1956En effeuillant la marguerite – de Marc Allégret avec Brigitte Bardot
1959Le trou – de Jacques Becker avec Philippe Leroy
1961Un nommé la Rocca – de Jean Becker avec Jean-Paul Belmondo
1962La loi des hommes – de Charles Gérard avec Arletty
1963Maigret voit rouge – de Gilles Grangier avec Jean Gabin
1964Les gorilles – de Jean Girault avec Maria Pacôme
1965Les grandes gueules – de Robert Enrico avec Bourvil
Ne nous fâchons pas – de Georges Lautner avec Lino Ventura
1966Le deuxième souffle – de Jean-Pierre Melville avec Raymond Pellegrin
Jerk à Istanbul – de Francis Rigaud avec Anny Duperey
La loi du survivant – de José Giovanni avec Alexandra Stewart
1967Mise à sac – de Alain Cavalier avec Daniel Ivernel
La gloire des canailles / De la gloire à l’enfer ( dalle Ardenne all’inferno /…und morgen fahrt zur hölle ) de Alberto de Martino avec avec Frederick Stafford
1968L’étoile du sud ( the southern star ) de Sidney Hayers avec Ursula Andress
Les étrangers – de Jean-Pierre Desagnat avec Senta Berger
1969L’ardoise – de Claude Bernard-Aubert avec Salvatore Adamo
La fiancée du pirate – de Nelly Kaplan avec Bernadette Lafont
Vertige pour un tueur – de Jean-Pierre Desagnat avec Sylva Koscina
Cité de la violence ( città violenta / the family / violente city ) de Sergio Sollima avec Charles Bronson
Dernier domicile connu – de José Giovanni avec Marlène Jobert
1970La peau de Torpédo – de Jean Delannoy avec Lilli Palmer
De la part des copains ( cold sweat / l’uomo dalle due ombre ) de Terence Young avec James Mason
Un condé – de Yves Boisset avec Françoise Fabian
1971Laisse aller… c’est une valse – de Georges Lautner avec Jean Yanne
La part des lions – de Jean Larriaga avec Elsa Martinelli
Il était une fois un flic – de Georges Lautner avec Mireille Darc
1972Les caïds – de Robert Enrico avec Serge Reggiani
La scoumoune – de José Giovanni avec Claudia Cardinale
Un homme est mort – de Jacques Deray avec Angie Dickinson
Les hommes – de Daniel Vigne avec Henry Silva
1973Le mataf – de Serge Leroy avec Annie Cordy
La valise – de Georges Lautner avec Jean-Pierre Marielle
Au-delà de la peur – de Yannick Andreï avec Michel Bouquet
1974Un linceul n’a pas de poches – de Jean-Pierre Mocky avec Sylvia Kristel
O.K. patron – de Claude Vital avec Jacques Dutronc
Le crime de la Via Condotti / Meurtres à Rome / Un flic obstiné ( la chica de Via condotti / la ragazza di Via Condotti / special killers ) de Germán Lorente avec Claude Jade
Deux grandes gueules ( il bestione ) de Sergio Corbucci avec Giancarlo Giannini
1975La traque – de Serge Leroy avec Mimsy Farmer
La guerre du pétrole n’aura pas lieu – de Souheil Ben-Barka avec Sacha Pitoëff
    Seulement dialogues & scénario
1976Les requins du désert ( Sahara cross ) de Tonino Valerii avec Franco Nero
Ça fait tilt ! – de André Hunebelle avec Yoko Tani
1977Une poignée de salopards ( quel maledetto treno blindato / couterfeit commandos / deadly mission / hell’s hero / inglorious bastards / G.I. Bro / bastardi senza gloria ) de Enzo G. Castellari avec Ian Bannen
1978Plein les poches pour pas un rond… – de Daniel Daert avec Dany Saval
1980Signé Furax – de Marc Simenon avec Coluche
1981Il cappotto di legno – de Gianni Manera avec Fred Williamson
Amok, les chiens de la peur (Amok ! ) de Souheil Ben-Barka avec Edmund Purdom
    Seulement scénario
1982Tir groupé – de Jean-Claude Missiaen avec Gérard Lanvin
Deux heures moins le quart avant Jésus Christ – de Jean Yanne avec Michel Serrault
1983Les morfalous – de Henri Verneuil avec Jacques Villeret
1984Le téléphone sonne toujours deux fois – de Jean-Pierre Vergne avec Didier Bourdon
1986La compromission – de Latif Lahlou avec Souad Amidou
    Seulement dialogues & scénario
1985La baston – de Jean-Claude Missiaen avec Robin Renucci
1987La loi sauvage – de Francis Reusser avec Lucas Belvaux
1991Ville à vendre – de Jean-Pierre Mocky avec Jacqueline Maillan
1994 CM Paris melody – de Youra Bouditchenko avec Katia Tchenko
Fiche créée le 6 janvier 2009 | Modifiée le 14 février 2016 | Cette fiche a été vue 8082 fois
PREVIOUSWilliam Conrad || Michel Constantin || Eddie ConstantineNEXT