CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Donna Douglas
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Mohamed Zinet



Date et Lieu de naissance : 16 janvier 1932 (Alger, Algérie Française)
Date et Lieu de décès : 10 avril 1995 (Bondy, France)
Nom Réel : Mohamed Amokrane Zinet

ACTEUR
Image
1968 Les hors-la-loi (al kharijun an al qanum / الخارجون عن القانون) de Tewfik Fares avec Sid Ahmed Agoumi
Image
1974 Dupont-Lajoie – de Yves Boisset avec Jean Carmet, Pierre Tornade, Jean-Pierre Marielle & Isabelle Huppert
Image
1974 Le bougnoul – de Daniel Moosmann avec Elisabeth Huppert, Georges Géret & Sady Rebbot
Image
1979 Les sous-doués – de Claude Zidi avec Maria Pacôme, Daniel Auteuil & Michel Galabru

Mohamed Zinet est né le 16 janvier 1932 à Alger, en Algérie Française. Nous connaissons peu de choses de son enfance et de son adolescence mais, très tôt, il porte un vif intérêt pour le théâtre. À la fin des années quarante, il intègre «Le Flambeau Algérien», une troupe amateur qui se produira à Paris dans la pièce de Molière «Le bourgeois gentilhomme» en 1947.

Pendant la Guerre d’Indépendance d’Algérie, Mohamed Zinet sert comme officier dans l’Armée de Libération Nationale. Blessé, il est évacué en Tunisie. Il rejoint alors le groupe artistique du Front de Libération National où il joue Lakhdar, héros tragique de la révolution, dans «Le cadavre encerclé» de Kaleb Yacine, mise en scène par Jean-Marie Serreau. La pièce est interdite en France mais remporte un beau succès en Tunisie et en Belgique. Il parfait sa formation théâtrale à Berlin en 1959 puis à Munich en 1961, avant de retrouver à Paris Jean-Marie Serreau qui l’engage pour une tournée dans les pays nordiques avec «Les bonnes» de Jean Genet et «Amédée ou comment s’en débarrasser» de Eugène Ionesco. À la fin de la guerre, il revient s’installer en Algérie devenue indépendante.

Mohamed Zinet occupe alors divers emplois au sein de la toute nouvelle maison de production «Casbah Film». En 1964, il assiste Ennio Lorenzini pour le documentaire «Les mains libres». puis un an plus tard Gillo Pontercorvo pour «La bataille d’Alger», film devenu un classique qui décrit la bataille qui opposa les troupes du FLN aux parachutistes français. En 1968, il fait partie de la distribution de «Hors-la-loi» premier film algérien en couleur, avec Sid Ahmed Agoumi, Cheikh Nourredine, Mohamed Chouikh, Jean Bouise et Jacques Monod. Ce film, réalisé par Tewfik Fares à la manière d’un western hollywoodien, raconte les péripéties de brigands au grand cœur dans les montagnes de l’Aurès à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. En 1969, il partage l’affiche avec Marie-José Nat et Jean-Louis Trintignant dans «L’opium et le bâton» un drame de Ahmed Rachedi. Deux ans plus tard, la mairie d’Alger lui confie la réalisation d’un film pour la promotion du tourisme. Mohamed Zinet réalise et interprète «Alger insolite» qui se rapproche plus de la fiction poétique que du documentaire. Le film, désavoué par ses commanditaires, ne sortira jamais officiellement en salles, mais il est depuis considéré par beaucoup de cinéphiles comme un chef-d’œuvre du cinéma arabe.

Par la suite, Mohamed Zinet incarne le «Bougnoule» (1975), film réquisitoire contre le racisme réalisé par Daniel Moosmann. Il fait de fréquentes apparitions dans des productions françaises: «Dupont-Lajoie» (1974) de Yves Boisset, «La vie devant soi» (1976) de Moshé Mizrahi, «Le coup de sirocco» de Alexandre Arcady, «Robert et Robert» (1978) de Claude Lelouch et «Les sous-doués» (1979) de Claude Zidi. Des rôles courts mais marquants qui lui permettent de croiser Jean Carmet, Isabelle Huppert, Simone Signoret, Roger Hanin, Charles Denner, Jacques Villeret, Daniel Auteuil et Maria Pacôme.

Dès le début des années 1990, Mohamed Zinet, de santé fragile, est fréquemment hospitalisé. Il meurt le 10 avril 1995 à Bondy, dans la plus grande discrétion. Son corps est ramené dans son pays natal pour être inhumé au cimetière algérois d’El-Kettar.

© Pascal DONALD

copyright
1964 DO Les mains libres – de Ennio Lorenzini
    Seulement assistant
1965La bataille d’Alger ( la battaglia di Algeri ) de Gillo Pontercorvo avec Jean Martin
    Seulement assistant
1966 CM Première journée – de Amar Laskri
1968Les hors-la-loi ( al kharijun an al qanum / الخارجون عن القانون ) de Tewfik Fares avec Sid Ahmed Agoumi
CM Monangambé – de Sarah Maldoror
1969L’opium et le bâton ( لأفيون والعصا ) de Ahmed Rachedi avec Marie-José Nat
1970 CM Les ajoncs – de René Vautier avec Nicole Le Garrec
CM Les trois cousins / Trilogie : Eux et nous – de René Vautier avec Farouk Derdour
1971Alger insolite ( Tahia ya Didou ! / Viva Didou ! / تَحيا يا دِيد ) de Mohamed Zinet avec Suzie Naceur
    + scénario
1974Dupont-Lajoie – de Yves Boisset avec Jean Carmet
Le bougnoul – de Daniel Moosmann avec Elisabeth Huppert
1976Ech-Chebka – de Ghaouti Bendedouche avec Sid-Ali Khouire
1977La vie devant soi / Madame Rosa – de Moshé Mizrahi avec Simone Signoret
1978Le coup de sirocco – de Alexandre Arcady avec Roger Hanin
Robert et Robert – de Claude Lelouch avec Charles Denner
1979Les sous-doués – de Claude Zidi avec Maria Pacôme
Aziza ( عزيز ) de Abdellatif Ben Ammar avec Yasmine Khlat
1980Mais qu’est-ce que j’ai fait au bon dieu pour avoir une femme qui boit dans les cafés avec les hommes ? – de Jan Saint-Hamont avec Lorraine Bracco
Fiche créée le 3 mars 2012 | Modifiée le 28 septembre 2014 | Cette fiche a été vue 4941 fois
PREVIOUSGérard Zimmermann || Mohamed Zinet || Fred ZinnemannNEXT