CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Piéral
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Mona Freeman



Date et Lieu de naissance : 9 juin 1926 (Baltimore, Maryland, USA)
Date et Lieu de décès : 23 mai 2014 (Beverly Hills, Californie, USA)
Nom Réel : Monica Elizabeth Freeman

ACTRICE
Image
1946 Beauté noire (Black Beauty) de Max Nosseck avec Richard Denning, Charles Evans & Evelyn Ankers
Image
1950 Marqué au fer (branded) de Rudolph Maté avec Alan Ladd, Charles Bickford, Robert Keith & Joseph Calleia
Image
1954 Le cri de la victoire (battle cry) de Raoul Walsh avec Van Heflin, Aldo Ray & Raymond Massey
Image
1956 L’armada sauvage (Huk !) de John Barnwell avec George Montgomery, John Baer & James Bell

D’ascendance anglaise, irlandaise et française, Monica Elizabeth Freeman, plus connue sous le nom de Mona Freeman, voit le jour le 9 juin 1926 à Baltimore, dans le Maryland, où son père Stuart Freeman exerce le métier d’entrepreneur. Elle est encore enfant quand la famille déménage à Pelham dans l’état de New York. À quatorze ans, elle devient modèle pour l’agence de mannequins de John Robert Powers. L’argent gagné sert à payer l’inscription pour les études universitaires de son frère à Yale. Sa beauté et son charme lui permettent d’être élue «Miss Métro» de New York en 1941.

Peu après, le milliardaire Howard Hughes voit la photo de Mona Freeman sur une couverture de magazine et lui signe un contrat personnel de deux ans, sans jamais l’avoir rencontré en personne. Quelques mois plus tard son contrat est racheté par la Paramount qui lui offre son premier rôle en 1944 auprès de Ray Milland et Barbara Britton, dans «Voyage sans retour» de Frank Borzage. L’année suivante, en septembre, elle épouse un riche vendeur de voitures de Los Angeles, Patrick Weldon Nerney. Ils ont une fille Mona Elizabeth, qui naît le 25 octobre 1947, et qui se fera connaître plus tard comme actrice sous le nom de Monie Ellis.

Dès lors, Mona Freeman va enchaîner des rôles dans plus de trente productions cinématographiques jusqu’à la fin des années cinquante. Après quelques personnages secondaires, elle est distribuée en tête d’affiche, pour l’adaptation du célèbre roman de Anna Sewell «Beauté noire» (1946) réalisée par Max Nosseck, et dans «Une fille perdue» (1947) une comédie dramatique de Alfred Santell où elle a pour partenaires James Dunn et William Marshall. Par la suite, elle est donne également la réplique à Betty Grable et Dan Dailey dans «Maman était new look» (1947) de Walter Lang; William Holden et Macdonald Carey dans «La chevauchée de l’honneur» (1949) de Leslie Fenton; Alan Ladd et Charles Bickford dans «Marqué au fer» (1950) de Rudolph Maté; Dean Martin et Jerry Lewis «Parachutistes malgré lui» (1952); Jean Simmons et Robert Mitchum dans «Un si doux visage» (1952) de Otto Preminger (elle y retrouve Howard Hughes à la production); Van Heflin dans «Le cri de la victoire» (1954) de Raoul Walsh; Barry Sullivan et Dennis O’Keefe dans «La poursuite fantastique» (1957) de Harold D. Schuster... L’actrice est aussi sollicitée pour apparaître dans des épisodes de séries à succès comme «Zane Grey Theater» (1956), «Studio 57» (1957), «Au nom de la loi» (1958/59) avec Steve McQueen, «Echec et mat» (1961) avec Doug McClure, «Perry Mason» (1962/65) avec Raymond Burr. Pour sa dernière apparition à l’écran, elle incarne Madame Bristol dans le téléfilm «Welcome home, Johnny Bristol».

Divorcée de Patrick Weldon Nerney en septembre 1953, Mona Freeman connaît de brèves liaisons amoureuses avec, entre autres, Nicky Hilton (héritier des hôtels du même nom), Vic Damone, Frank Sinatra, Bing Crosby et Robert Wagner. Le 10 juin 1961, Mona Freeman épouse en secondes noces, l’homme d’affaire, et occasionnellement acteur, Jack Ellis qui adopte sa fille Monie. Il la laissera veuve en octobre 1992. Dès le début des années 1970, l’actrice se retire dans sa luxueuse villa hollywoodienne et se consacre principalement à peindre des portraits et des paysages. Mona Freeman meurt le 23 mai 2014, à l’âge de 87 ans, après une longue maladie à son domicile de Beverly Hills.

© Pascal DONALD

copyright
1944Voyage sans retour / Ce n’est qu’un au revoir / Amour sans lendemain ( till we meet again ) de Frank Borzage avec Ray Milland
Le grand National ( the National Velvet ) de Clarence Brown avec Mickey Rooney
La marine en jupons ( here come the waves ) de Mark Sandrich avec Bing Crosby
Coup de foudre / Nous deux ( together again ) de Charles Vidor avec Charles Boyer
Roughly speaking – de Michael Curtiz avec Jack Carson
1945Junior Miss – de George Seaton avec Stephen Dunne
Danger signal – de Robert Florey avec Bruce Bennett
1946Our hearts were growing up – de William D. Russell avec Brian Donlevy
Beauté noire ( Black Beauty ) de Max Nosseck avec Richard Denning
Une fille perdue / Reflet du passé / La fille Brennan ( that Brennan girl / tough girl ) de Alfred Santell avec James Dunn
1947Le fiancé de ma fiancée / Cupidon en permission ( dear Ruth ) de William D. Russell avec William Holden
Maman était new look / Maman était vedette ( mother wore tights ) de Walter Lang avec Dan Dailey
    + chansons
Hollywood en folie ( variety girl ) de George Marshall avec DeForest Kelley
1948Les filles du major ( isn’t it romantic ? ) de Norman Z. McLeod avec Patric Knowles
    + chansons
1949La chevauchée de l’honneur ( streets of Laredo ) de Leslie Fenton avec Macdonald Carey
L’héritière ( the heiress ) de William Wyler avec Montgomery Clift
Le démon du logis / Le démon du foyer ( dear wife ) de Richard Haydn avec William Holden
1950J’étais une voleuse ( I was a shoplifter ) de Charles Lamont avec Scott Brady
Terre damnée ( Copper Canyon ) de John Farrow avec Ray Milland
Marqué au fer ( branded ) de Rudolph Maté avec Alan Ladd
1951Ma fille n’est pas un ange ( dear brat ) de William A. Seiter avec Edward Arnold
La part du jeu ( darling, how could you ? / rendezvous ) de Mitchell Leisen avec John Lund
Lady du Texas ( the lady from Texas ) de Joseph Pevney avec Howard Duff
Sous le plus grand chapiteau du monde ( the greatest show on earth / Cecil B. DeMille’s the greatest show on earth ) de Cecil B. DeMille avec Charlton Heston
La voix du cœur ( flesh and fury ) de Joseph Pevney avec Tony Curtis
1952Parachutiste malgré lui / Martin et Lewis parachutistes ( jumping jacks ) de Norman Taurog avec Jerry Lewis
    + chansons
Les diables de l’Oklahoma ( thunderbirds ) de John H. Auer avec John Derek
Un si doux visage / Infernale beauté ( angel face ) de Otto Preminger avec Robert Mitchum
CM Screen snapshots : Hollywood on the ball – de Ralph Staub avec Pat O’Brien
    Seulement apparition
1954Before I wake / Shadow of fear – de Albert S. Rogell avec Maxwell Reed
Le cri de la victoire ( battle cry ) de Raoul Walsh avec Van Heflin
1955Colorado saloon ( the road to Denver ) de Joseph Kane avec John Payne
Dial 999 / The way out – de Montgomery Tully avec Gene Nelson
1956Le bataillon dans la nuit / Le commando de la nuit ( hold back the night ) de Allan Dwan avec Chuck Connors
L’armada sauvage ( Huk ! ) de John Barnwell avec George Montgomery
1957La poursuite fantastique ( Dragoon Wells massacre / Dragon Wells massacre ) de Harold D. Schuster avec Barry Sullivan
La faute du capitaine Barrett ( the world was his jury ) de Fred F. Sears avec Edmond O’Brien
Fiche créée le 21 juin 2014 | Modifiée le 9 mars 2015 | Cette fiche a été vue 1929 fois
PREVIOUSKathleen Freeman || Mona Freeman || Morgan FreemanNEXT