CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de María Denis
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Mona Goya



Date et Lieu de naissance : 25 novembre 1909 (Mexico, District Fédéral, Mexique)
Date et Lieu de décès : 8 octobre 1961 (Clichy-la-Garenne, France)
Nom Réel : Simone Isabelle Marchand

ACTRICE
Image
1931 Buster se marie – de Claude Autant-Lara & Edward Brophy avec Buster Keaton & Françoise Rosay
Image
1937 François 1er – de Christian-Jaque avec Fernandel, Alexandre Rignault & Alice Tissot
Image
1943 Donne-moi tes yeux – de Sacha Guitry avec Marguerite Moreno, Sacha Guitry & Marguerite Pierry
Image
1953 Le portrait de son père – de André Berthomieu avec Jean Richard, Michèle Philippe & Brigitte Bardot

Sa beauté et son nom d’actrice à connotation picturale auguraient un destin d’exception. Sa carrière et ses aspirations en ont décidé autrement. Née plus prosaïquement Simone Isabelle Marchand le 25 novembre 1909, elle voit le jour à Mexico où résident ses parents français pour leur travail. Elle y coule une enfance heureuse. Elle a treize ans lorsque la famille retourne en France et s’installe dans la capitale. C’est une charmante adolescente, douce et blonde. Sa mère décèle sous la chrysalide la promesse d’une beauté capable de séduire les cinéastes. Et elle s’emploie à faire connaître sa fille via un photographe réputé. À l’âge de seize ans, Mona est repérée par la réalisatrice Germaine Dulac qui la fait tourner dans un court-métrage muet, «Princesse Mandane» (1927). C’est le début d’un parcours cinématographique qui l’inscrit à l’affiche de plus de soixante dix films sans discontinuer durant trente trois ans. Sa passion pour la peinture, et tout particulièrement pour le peintre Goya qui fait écho à sa culture espagnole, l’incite à choisir pour pseudonyme à l’écran Mona Goya.

En 1928, Mona Goya séduit le public en incarnant un personnage pétillant dans «Un rayon de soleil» de Jean Gourguet, film qui sied particulièrement bien à sa jeunesse et à son charme. Sollicitée par des réalisateurs de renom, comme Marcel L’Herbier pour «L’argent» (1928), elle se cantonne cependant plutôt dans des rôles légers qui mettent certes en valeur sa fraîcheur et sa beauté, mais ne la propulsent pas parmi les plus grandes stars de l’époque. Lorsque le cinéma muet cède le pas au parlant, Mona Goya, quelque peu déstabilisée par cette évolution, décide de quitter la France pour l’Angleterre. Elle se fait fort d’apprendre l’anglais, trouve un emploi à la British International et réussit à poursuivre sa carrière, en tournant dans «The Lady from the sea» (1929) de Castelton Knight, avec Ray Milland pour partenaire. D’autres films suivent, dont «The price of things » (1930) de Elinor Glyn, dans lequel Mona Goya joue avec succès une espionne russe parlant anglais. De jeune fille désinvolte jusque là, elle se métamorphose en vamp pour les rôles qui lui sont proposés dans les productions britanniques. Mais ce n’est pas le registre qu’elle préfère. De retour en France, elle renoue avec des comédies et des rôles joyeux qui correspondent mieux à sa personnalité. Christian-Jaque, charmé par son caractère enjoué, la fait même tourner dans deux films de sa signature, avec Fernandel pour partenaire, «Josette» (1936), puis l’hilarant «François 1er» (1937), dans lequel elle tient le rôle principal de la belle ferronnière, maîtresse du roi.

Mona Goya enchaîne les films, la plupart sous la direction de grands réalisateurs, tels «Le messager» (1937) de Raymond Rouleau, avec Jean Gabin, «Le capitaine Fracasse» (1942) de Abel Gance, «La Malibran» (1943) de Sacha Guitry, et bien d’autres. Mais elle ne décroche pas de rôle phare qui puisse la hisser au firmament des gloires du Septième Art. Elle n’a pas vraiment cette ambition et reste fidèle à ce qu’elle aime vraiment, «la comédie, la simplicité, l’humanité». En artiste accomplie, elle chante, se frotte au théâtre et partage sa vie, neuf ans durant, avec Fernand Fabre. À partir des années 1950, Mona Goya se retrouve moins souvent parmi les têtes d’affiche et tourne en 1960 son dernier film, «Les vieux de la vieille» de Gilles Grangier, auprès de Pierre Fresnay dont elle incarne un amour de jeunesse. Mais les stigmates du cancer qui va l’emporter l’année suivante sont déjà visibles. La «charmante gamine» décède le 8 octobre 1961 à Clichy-la-Garenne en région parisienne, à l’âge de 52 ans seulement.

© Isabelle MICHEL

copyright
1927 CM Princesse Mandane / L’oubliée – de Germaine Dulac avec Jacques Arnna
1928L’argent – de Marcel L’Herbier avec Brigitte Helm
Madame Récamier – de Tony Lekain & Gaston Ravel avec Jean Debucourt
Un rayon de soleil / Rayon de Soleil / L’effet d’un rayon de soleil sur Paris – de Jean Gourguet avec Georges Péclet
Rapa-Nui – de Mario Bonnard avec André Roanne
Jim Hackett champion – de Gabriel Rosca avec Pierre Bayle
1929The lady from the sea / Goddwin sands – de Castelton Knight avec Ray Milland
L’amour, maître des choses / Haï Tang ( the flame of love / road to dishonour ) de Richard Eichberg & Walter Summers avec Anna May Wong
Hai-Tang – de Richard Eichberg & Jean Kemm avec Gaston Jacquet
    Version française de « The flame of love »
CM Une vieille histoire – de Gaston Briard avec Camille Bardou
1930The price of things – de Elinor Glyn avec Stewart Rome
Big house / Revolt in the prison – de Paul Fejos & George W. Hill avec Charles Boyer
Révolte dans la prison – de Paul Féjos avec Charles Boyer
    Version française de « Big house »
No so quiet on the Western front – de Monty Banks avec Leslie Fuller
Hardi les gars – de Maurice Champreux avec Paul Menant
Chérie – de Louis Mercanton avec Marguerite Moreno
    + réalisation de quelques scènes – Non créditée
1931Buster se marie – de Claude Autant-Lara & Edward Brophy avec Buster Keaton
Coiffeur pour dames – de René Guissart avec Fernand Gravey
La bande à Bouboule – de Léon Mathot avec Raymond Guérin
Quand on est belle – de Arthur Robison avec Lili Damita
Soyons gais – de Arthur Robison avec Françoise Rosay
Jenny Lind – de Arthur Robison avec André Luguet
1932Mon cœur balance – de René Guissart avec Jean Aquistapace
L’âne de Buridan – de Alexandre Ryder avec René Lefèvre
Amour et discipline – de Jean Kemm avec Maurice Jaquelin
CM Monsieur Durand sénateur / Une crise ministérielle – de Robert Péguy avec Félix Oudart
1933La merveilleuse journée – de Robert Wyler & Yves Mirande avec Frédéric Duvallés
La porteuse de pain – de René Sti avec Germaine Dermoz
1934Trois cents à l’heure – de Willy Rozier avec Dorville
Un tour de cochon – de Joseph Tzipine avec Jeanne Fusier-Gir
La banque Némo – de Marguerite Viel & Jean Choux avec Victor Boucher
1935Les époux célibataires – de Jean Boyer & Arthur Robison avec Madeleine Guitty
Jonny, haute-couture – de Serge de Poligny avec Léon Bélières
Cavalerie légère – de Werner Hochbaum & Roger Vitrac avec Gabriel Gabrio
1936Crime sur la Riviera ( juggernaut / the demon doctor ) de Henry Edwards avec Boris Karloff
Josette – de Christian-Jaque avec Fernandel
1937François 1er / François Premier / Les amours de la belle ferronnière – de Christian-Jaque avec Alexandre Rignault
Clothes and the woman – de Albert de Courville avec Rod La Rocque
Le messager – de Raymond Rouleau avec Jean Gabin
1938J’étais une aventurière – de Raymond Bernard avec Edwige Feuillère
Les femmes collantes – de Pierre Caron avec Henri Garat
Ernest le rebelle – de Christian-Jaque avec Robert Le Vigan
Feux de joie – de Jacques Houssin avec Lucas Gridoux
1939This man in Paris / Shadows of the underworld – de David MacDonald avec Alastair Sim
Tourbillon de Paris – de Henri Diamant-Berger avec Jean Tissier
Vous seule que j’aime – de Henri Fescourt avec Pauline Carton
1940Vingt-quatre heures de perm’ – de Maurice Cloche avec Georges Rigaud
1941Annette et la dame blonde – de Jean Dréville avec Henri Garat
1942Le capitaine Fracasse – de Abel Gance avec Assia Noris
Défense d’aimer – de Richard Pottier avec Louis Salou
1943La Malibran – de Sacha Guitry avec Suzy Prim
Mon amour est prés de toi – de Richard Pottier avec Tino Rossi
L’homme qui vendit son âme – de Jean-Paul Paulin avec André Luguet
Donne-moi tes yeux / La nuit blanche – de Sacha Guitry avec Mila Parély
1945L’extravagante mission – de Henri Calef avec Henri Guisol
1946Pas si bête – de André Berthomieu avec Yves Deniaud
1947Blanc comme neige – de André Berthomieu avec Bourvil
Mandrin – de René Jayet avec José Noguéro
    Film en 2 parties
    1 : Le libérateur
    2 : La tragédie du siècle
1948Ma tante d’Honfleur – de René Jayet avec Roger Nicolas
L’impeccable Henri – de Charles-Félix Tavano avec Claude Dauphin
1949Interdit au public – de Fred Pasquali avec Jacques Erwin
Une nuit de noces – de René Jayet avec Jean Parédès
1950Les amants de Bras-Mort /Les requins du fleuve – de Marcello Pagliero avec Philippe Nicaud
Les maîtres nageurs – de Henri Lepage avec Marcel Vibert
1951Jamais deux sans trois – de André Berthomieu avec Roger Nicolas
Gibier de potence – de Roger Richebé avec Georges Marchal
1953Le portrait de son père – de André Berthomieu avec Brigitte Bardot
1954Rencontre à Paris – de Georges Lampin avec Robert Lamoureux
1955Printemps à Paris – de Jean-Claude Roy avec Jean Tissier
1956Le désert de Pigalle – de Léo Joannon avec Annie Girardot
1957Miss Pigalle – de Maurice Cam avec Sacha Briquet
Les amants de demain – de Marcel Blistène avec Edith Piaf
1958Babette s’en va-t-en guerre – de Christian-Jaque avec Jacques Charrier
1960Les vieux de la vieille – de Gilles Grangier avec Pierre Fresnay
Fiche créée le 30 avril 2009 | Modifiée le 3 octobre 2016 | Cette fiche a été vue 4252 fois
PREVIOUSGibson Gowland || Mona Goya || Betty GrableNEXT