CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Lucien Baroux
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Nick Adams



Date et Lieu de naissance : 10 juillet 1931 (Nanticoke, Pennsylvanie, USA)
Date et Lieu de décès : 7 février 1968 (Beverly Hills, Californie, USA)
Nom Réel : Nicholas Aloysius Adamshock

ACTEUR
Image
1955 Picnic – de Joshua Logan avec Kim Novak, William Holden, Cliff Robertson & Rosalind Russell
Image
1961 L’enfer est pour les héros (hell is for heroes) de Don Siegel avec Steve McQueen, Bobby Darin & Fess Parker
Image
1963 Le motel du crime (twilight of honor) de Boris Sagal avec Richard Chamberlain & Claude Rains
Image
1965 Frankenstein conquiert le monde (Furankenshutain tai chitei kaijû Baragon) de Ishirô Honda avec Takashi Shimura

Fils de Peter Adamshock, ouvrier dans les mines d’anthracite d’origine ukrainienne, et de Catherine Kutz, femme au foyer, le futur Nick Adams voit le jour le 10 juillet 1931 à Nanticoke, petite ville à l’est de la Pennsylvanie. Il est encore un petit enfant quand le père décide de fuir la misère pour aller s’installer avec sa famille dans le New Jersey où il trouve un emploi de gardien d’immeuble. Lycéen doué en sport, il se voit proposer un poste de joueur de base-ball dans l’équipe «St. Louis Cardinals» mais, jugeant l’offre peu rémunératrice, il préfère travailler comme «batboy» pour l’équipe locale de Jersey City. Lors d’une visite à New York en 1948, il fait la connaissance de Jack Palance, lui aussi issu d’une famille de mineurs ukrainiens, qui l’aide à faire ses premier pas au théâtre. Après une année à courir le cachet, sans argent, il part en autostop pour Los Angeles avec le rêve de faire du cinéma.

Arrivé en Californie, Nick Adams trouve un emploi de portier au Théâtre Warner de Beverly Hills. Après trois années de lutte pour gagner sa vie, il finit par décrocher un petit rôle, celui d’un livreur, dans «C’est toi que j’aime» (1952) une comédie musicale dont la vedette est Betty Hutton. Après ce tournage, il est enrôlé dans les Gardes-côtes de l’Armée Américaine. En escale en Californie, il passe une audition pour John Ford. Impressionné par sa prestation, le cinéaste lui offre le rôle du matelot Reber dans «Permission jusqu’à l’aube» (1954) où il est entouré par Henry Fonda, James Cagney, William Powell et Jack Lemmon. Il finit ensuite son service militaire puis revient à Hollywood et signe un contrat avec la Warner Brothers. Il tourne alors plusieurs rôles secondaires dans des productions telles que: «La fureur de vivre» (1954) de Nicolas Ray avec James Dean, «La peur au ventre» (1955) où il retrouve son ami Jack Palance, «La dernière caravane» (1956) avec Richard Widmark, «Le chouchou du professeur» (1957) avec Clark Gable et Doris Day ou «Confidences sur l’oreiller» (1959) avec Rock Hudson.

Entre-temps, Nick Adams a épousé la jeune actrice Carol Nugent avec qui il aura deux enfants, Allyson en 1960 et Jeb en 1961. Le couple restera marié malgré les multiples relations extraconjugales qu’entretiendra l’acteur jusqu’à sa disparition. Il est également devenu très proche de Elvis Presley qu’il a rencontré lors d’une visite sur le plateau du «Cavalier du crépuscule» en 1956. En 1959, il devient une vedette du petit écran avec le rôle-titre de la série «The rebel», 76 épisodes qui relatent les aventures d’un jeune soldat confédéré hanté par ses souvenirs de la Guerre de Sécession. On le voit au cinéma auprès de Steve McQueen dans «L’enfer est pour les héros» (1961), avant d’être nommé pour l’Oscar du meilleur second rôle masculin dans «Le motel du crime» (1963) mais la statuette lui échappe au profit de Melvyn Douglas. Il tourne encore beaucoup pour la télévision avant de se voir proposer un très juteux contrat par les studios japonais Toho. On le voit notamment dans «Frankenstein conquiert le monde» (1965) et surtout le sixième volet des Godzilla, «Invasion planète X» (1965), deux films signés Ishirô Honda

À seulement 36 ans, Nick Adams meurt le 7 février 1968 à son domicile de Beverly Hills en Californie. L’autopsie conclut à une overdose de médicaments et de sédatifs, sur son acte de décès est alors mentionné «suicide par accident». Une mort jugée étrange par beaucoup de ses proches qui sera à l’origine d’une rumeur sur un possible assassinat, sans que cela ne soit jamais prouvé.

© Pascal DONALD

copyright
1952C’est toi que j’aime ( somebody loves me ) de Irving S. Brecher avec Betty Hutton
1954Une étrangère dans la ville ( strange lady in town ) de Mervyn le Roy avec Greer Garson
Permission jusqu’à l’aube ( Mr. Roberts ) de John Ford & Mervyn le Roy avec James Cagney
La fureur de vivre ( rebel without a cause ) de Nicholas Ray avec James Dean
1955La peur au ventre ( I died a thousand times ) de Stuart Heisler avec Shelley Winters
Picnic – de Joshua Logan avec Kim Novak
La pêche au mari ( our Miss Brooks ) de Al Lewis avec Eve Arden
Géant ( giant ) de George Stevens avec Elizabeth Taylor
    Seulement voix
1956A strange adventure / White nightmare – de William Whitney avec Ben Cooper
La dernière caravane ( the last wagon ) de Delmer Daves avec Richard Widmark
Fury at Showdown – de Gerd Oswald avec John Derek
1957Le grand chantage ( sweet smell of success ) de Alexander Mackendrick avec Burt Lancaster
    Seulement apparition
Sing, boy, sing – de Henry Ephron avec Edmond O’Brien
Le chouchou du professeur / Mademoiselle mon professeur ( teacher’s pet ) de George Seaton avec Clark Gable
1958Deux farfelus au régiment / Deux casse-pieds au régiment ( no time for sergeants ) de Mervyn LeRoy avec Andy Griffith
1959Confidence sur l’oreiller / Confidences de minuit ( pillow talk ) de Michael Gordon avec Doris Day
La police fédérale enquête / Je suis un agent du F.B.I. ( the FBI story ) de Mervyn LeRoy avec James Stewart
1961L’enfer est pour les héros ( hell is for heroes ) de Don Siegel avec Steve McQueen
1962Les internes ( the interns ) de David Swift avec Cliff Robertson
Un homme doit mourir ( the hook ) de George Seaton avec Kirk Douglas
1963Le motel du crime ( twilight of honor / the charge is murder ) de Boris Sagal avec Claude Rains
1964Evasion / Jeunes amours ( the young lovers ) de Samuel Goldwyn Jr. avec Peter Fonda
Young Dillinger – de Terry O. Morse avec Robert Conrad
1965Frankenstein conquiert le monde ( Furankenshutain tai chitei kaijû Baragon / Frankenstein conquers the world / Frankenstein meets the giant devil fish / Frankenstein and the giant lizard / Frankenstein vs. Baragon / Frankenstein vs. the giant devil fish / Frankenstein vs. The subterranean monster / Furankensuten to Baragon / 弗兰肯斯坦对 地底怪兽 ) de Ishirô Honda avec Takashi Shimura
Le messager du diable ( die, monster, die ! / the house at the end of the world / monter of terror ) de Daniel Haller avec Boris Karloff
Invasion planète X ( kaijû daisenso / monster Zero / Godzilla vs monster Zero / war of the monsters / battle of the Astros / the great monster war / invasion of Astro-monster / invasion of planet X / invasion of the Astro-monters / invasion of the Astros / kaijû daisenso kingughidorah tai Gojira / 怪獣大戦争 ) de Ishirô Honda avec Akira Takarada
1966Don’t worry, we’ll think of a title – de Harmon Jones avec Morey Amsterdam
    Seulement apparition
1967The killing bottle / Kokusai himitsu keisatsu : Zettai zetsumi / International secret police: Driven to the wall / Zettai zatumi / 国際秘密警察 絶体絶命– de Senkichi Tanigushi avec Anne Mari
Fever heat – de Russell S. Doughten Jr. avec Jeannine Riley
1968Opération planète Mars ( mission Mars ) de Nicholas Webster avec Darren McGavin
Los asesinos – de Jaime Salvador avec Pedro Armendáriz Jr.
Fiche créée le 13 avril 2013 | Modifiée le 29 juin 2013 | Cette fiche a été vue 2212 fois
PREVIOUSMason Adams || Nick Adams || Dawn AddamsNEXT