CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Dan Haggerty
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Nicole Besnard



Date et Lieu de naissance : 23 mai 1928 (Grenoble, France)
Date et Lieu de décès : 20 août 2017 (Porspoder, France)
Nom Réel : Nicole Suzanne Fernande Besnard

ACTRICE
Image
1949 La beauté du diable – de René Clair avec Gérard Philipe, Michel Simon, Carlo Ninchi & Simone Valère
Image
1950 Ils étaient cinq – de Jacques Pinoteau avec Jean-Claude Pascal, Jean Carmet, Jean Gaven & Marcel André
Image
1953 Le grand pavois – de Jacques Pinoteau avec Jean Chevrier, Nicole Courcel, Marc Cassot & Jean Murat
Image
1954 La princesse du Danube Bleu (an der schönen blauen Danau) de Hans Schweikart avec Hardy Kruger

Née le 23 mai 1928 à Grenoble en Isère, Nicole Besnard passe son enfance dans sa ville natale avant que sa famille s’installe à Paris pendant l’Occupation allemande. À la Libération, elle intègre le Conservatoire national supérieur d’art dramatique. Elle fait partie de la Promotion 1950 composée notamment de Michel Galabru, Jean-Paul Roussillon, Martine Sarcey ou Magali de Vendeuil. À la sortie du Conservatoire, elle suit les cours de René Simon.

Au cinéma, Nicole Besnard débute dans «Au royaume des cieux» (1949) de Julien Duvivier avec Serge Reggiani. Comme l’indique l’affiche du film, elle interprète l’une des «10 futures vedettes du cinéma français» dans une maison d’éducation surveillée pour filles, menée de main de maître par Suzy Prim. Mais pour les cinéphiles, sa courte carrière cinématographique va être marquée par sa performance dans le chef-d’œuvre de René Clair «La beauté du diable» (1949). Dans le rôle d’une bohémienne, elle assiste à la confrontation de Michel Simon et de Gérard Philipe dans une version revisitée du «mythe de Faust». Reconnue comme jeune première à la carrière prometteuse, elle obtient des rôles dans «Ils étaient cinq» (1951) de Jacques Pinoteau où elle joue l’amie de Jean Carmet et «L’île aux femmes» (1952) de Henri Lepage avec Jane Sourza. Dans ses deux films suivants tournés en 1953, elle interprète deux rôles similaires. Comme Jacqueline Monsigny, elle joue l’une des pensionnaires du collège de Mérémont dans «Dortoir des grandes» de Henri Decoin avec Jean Marais. Dans «Le collège en folie» de Henri Lepage, le chanteur lyrique Rudy Hirigoyen accepte un poste de professeur de gymnastique dans un collège de jeunes filles avant de s’engager dans une carrière artistique. La même année, elle retrouve Jacques Pinoteau pour «Le grand pavois» où Jean Chevrier et Nicole Courcel composent un couple en crise.

À l’époque où la série «Sissi» avec Romy Schneider connaît un grand succès, Nicole Besnard va tourner un ersatz en Autriche. Dans «La princesse du Danube Bleu» (1954) de Hans Schweikart, elle joue une princesse autrichienne ruinée qui rencontre fortuitement un jeune roi d’un royaume moderne, interprété par Hardy Kruger. Cette comédie romantique écrite par Jacques Companeez qui bénéficie de la présence de Renée Saint-Cyr n’est exploitée en France que deux plus tard dans une indifférence générale. Alors que ses débuts laissaient présager le meilleur, elle accepte des rôles dans des comédies avec les vedettes de l’époque. En 1954, elle est la fille de Yves Deniaud dans «Leguignon guérisseur» de Maurice Labro ou la nièce d’un notaire qui annonce un héritage à Raymond Souplex et Jane Sourza dans «Sur un banc» de Robert Vernay. Pour sa dernière apparition au cinéma, elle retrouve Rudy Hirigoyen dans «L’auberge en folie» (1956) de Pierre Chevalier où Noël Roquevert et Denise Grey complètent la distribution. Insatisfaite de son statut de jeune première, elle cesse toutes ses activités professionnelles.

Nicole Besnard se consacre à l’éducation de sa fille unique Brigitte Bornemann dont le père est l’avocat, journaliste et auteur de romans policiers danois Ole Fredrik Christian Bornemann. Passionnée par les meubles anciens, elle s’associe avec un antiquaire parisien. Elle s’installe à Barbizon près de la Forêt de Fontainebleau. Au début des années deux mille, elle se rapproche de sa fille au Conquet dans le nord Finistère. Elle décède le 20 août 2017 dans la maison de retraite «Le Grand Melgorn» à Porspoder.

© Olivier SINQSOUS

copyright
1949Au royaume des cieux – de Julien Duvivier avec Serge Reggiani
La beauté du diable – de René Clair avec Gérard Philipe
1950Ils étaient cinq – de Jacques Pinoteau avec Jean-Claude Pascal
1952L’île aux femmes nues – de Henri Lepage avec Jean Tissier
Dortoir de grandes – de Henri Decoin avec Jean Marais
1953Le collège en folie – de Henri Lepage avec Rudy Hirigoyen
Le grand pavois – de Jacques Pinoteau avec Jean Chevrier
1954Leguignon guérisseur – de Maurice Labro avec Yves Deniaud
Sur le banc – de Robert Vernay avec Raymond Souplex
La princesse du Danube Bleu ( an der schönen blauen Danau ) de Hans Schweikart avec Hardy Kruger
1956L’auberge en folie / L’auberge fleurie – de Pierre Chevalier avec Noël Roquevert
Fiche créée le 23 août 2017 | Modifiée le 23 août 2017 | Cette fiche a été vue 324 fois
PREVIOUSJacques Besnard || Nicole Besnard || James BestNEXT