CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Paul Muni
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Noël-Noël



Date et Lieu de naissance : 9 août 1897 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 4 octobre 1989 (Nice, France)
Nom Réel : Lucien Edouard Noël

ACTEUR
Image
1933 Ademaï aviateur – de Jean Tarride avec Fernandel, Junie Astor, Sylvia Bataille & Madeleine Guitty
Image
1945 La cage aux rossignols – de Jean Dréville avec Micheline Francey, René Blancard & René Génin
Image
1946 Le père tranquille – de René Clément & Noël-Noël avec Paul Frankeur, Nadine Alari & José Artur
Image
1965 La sentinelle endormie – de Jean Dréville avec Pascale Audret, Michel Galabru & Francis Blanche

Noël-Noël de son vrai nom Lucien Édouard Noël voit le jour le 9 août 1897 à Paris où son père travaille dans une banque. Il suit d’abord l’exemple paternel. Puis à son retour de la guerre en 1918, il décide de donner libre cours à ses penchants artistiques et commence à gagner sa vie comme dessinateur humoristique dans les journaux d’opinion puis comme chansonnier où il se fait apprécier par son sens aigu de l’observation au service d’un humour jamais méchant.

Il tourne son premier film en 1930 et apparaît au cours de la décennie dans plus d’une trentaine de comédies sans prétention. Noël-Noël joue tantôt des personnages secondaires tantôt les premiers rôles. Il est ainsi en 1932, «Monsieur Albert», irréprochable maître d’hôtel amoureux de sa patronne dans la gentille comédie de Karl Anton. La même année il crée Ademaï, un paysan pas si naïf qu’il ne paraît dans «Ademaï et la nation armée» de Jean de Marguenat. Suivront quatre autres titres dont «Ademaï aviateur» (1933) avec Fernandel. En 1939, le fantaisiste co-signe les dialogues de «Sur le plancher des vaches» portée à l’écran par Pierre-Jean Ducis. Il incarne encore un employé timide qui, par amour pour Betty Stockfeld, passe son brevet de pilote. On y aperçoit dans les petits rôles Geneviève Sorya et Pauline Carton. Il est également Monsieur Martin, père de Blanchette Brunoy et héros d’une première radio-réalité: «La famille Duraton» (1939) de Christian Stengel.

Pendant l’occupation, Noël-Noël se produit dans les cabarets parisiens mais son humour finit par indisposer les autorités et il ne tourne que deux films. Mais en 1945, il retrouve l’un de ses cinéastes attitrés, Jean Dréville, pour jouer Clément Mathieu dans un très grand succès: «La cage aux Rossignols» qui inspirera Christophe Barratier pour «Les choristes» (2003). En 1946, Noël-Noël incarne encore un Monsieur Martin, père de famille sans relief et chef d’un réseau de résistants dans l’excellent film de René Clément : «Le père tranquille». Au mieux de sa forme, devenu conférencier, il présente «Les Casse-pieds» (1948) dont Jean Tissier est l’un des plus beaux spécimens. Dans les années cinquante, il poursuit une riche carrière. Il réalise «La vie chante» (1950) où il interprète ses compositions. Il redevient un autre Monsieur Martin, dans deux grands succès commerciaux: «À pieds, à cheval et en voiture» (1957) puis en «spoutnik» (1958). La décennie suivante, il ne faut pas oublier la comédie de Gilles Grangier d’après le roman de René Fallet «Les vieux de la vieille» (1960) où insupportable vieillard, il s’enfuit d’un hospice avec ses deux compagnons joués par Pierre Fresnay et Jean Gabin. En 1965, Noël-Noël, dans «La sentinelle endormie», est l’insoupçonnable docteur Mathieu, opposant républicain qui doit héberger Napoléon, avec Philippe Castelli en inénarrable grognard et Francis Blanche en dévoué mais très suspicieux serviteur de l’Empereur.

L’artiste écrit un dernier scénario pour la télé «Le voyageur des siècles» (1971), puis il prend une retraite bien méritée en compagnie de son épouse dont il a eu une fille. Il s’installe d’abord en Charente mais il décède sur la côte d’Azur le 4 octobre 1989. Il faut vraiment revoir les films de Noël-Noël, sans doute emprunts d’un charme oublié, peut-être un peu désuet mais si sympathiques et plein d’humanité.

© Caroline HANOTTE

copyright
1930La prison en folie – de Henry Wulschleger avec Suzanne Dehelly
CM La brigade de nuit – de Louis Mercanton avec Yvonne Hébert
CM La disparue – de Louis Mercanton avec Bach
CM Une brune piquante – de Serge de Poligny avec Fernandel
CM Ménages ultra-modernes – de Serge de Poligny avec Yvonne Hébert
1931Pour vivre heureux – de Claudio de la Torre avec Simone Simon
Quand tu tues-tu ? – de Roger Capellani avec Jeanne Fusier-Gir
Papa sans le savoir – de Robert Wyler avec Pierre Brasseur
    + musique
Vive la compagnie ! – de Claude Moulins avec Mireille Balin
Mistigri – de Harry Lachman avec Madeleine Renaud
CM Octave – de Louis Mercanton avec Marcel André
1932Monsieur Albert – de Karl Anton avec Edwige Feuillère
Une étoile disparaît – de Robert Villers avec Suzy Vernon
Mon cœur balance – de René Guissart avec Marie Glory
CM Les jeux sont faits – de Jean de Marguenat avec Alexandre Dréan
CM Ademaï et la nation armée – de Jean de Marguenat avec Léonce Corne
CM Sens interdit – de Jean de Marguenat avec Ketty Gallian
1933Ademaï aviateur – de Jean Tarride avec Sylvia Bataille
Vive la compagnie ! – de Claude Moulins avec Madeleine Guitty
Une fois dans la vie – de Max de Vaucorbeil avec Mady Berry
Mannequins – de René Hervil avec Gaby Basset
CM Fantômas hotel – de Jean de Marguenat avec Yvonne Hébert
CM Ademaï Joseph à l’O.M.N. – de Jean de Marguenat avec Léonce Corne
    + scénario
CM Mon chapeau – de Jacquelux avec Marcel Dalio
CM Le dernier preux – de Jean-Pierre Ducis avec René Génin
1934Mam’zelle Spahi – de Max de Vaucorbeil avec Colette Darfeuil
CM Le centenaire – de Jean-Pierre Ducis avec René Génin
    + scénario
CM Pierrot mon ami – de Jacquelux avec Marguerite Moreno
1935Ademaï au moyen-âge – de Jean de Marguenat avec Suzy Vernon
CM Suivez le guide – de Jean de Marguenat avec Milly Mathis
1936Tout va très bien madame la marquise – de Henry Wulschleger avec Colette Darfeuil
Moutonnet – de René Sti avec Michel Simon
    + musique
1937L’innocent – de Maurice Cammage avec Madeleine Robinson
    + dialogues
1939Sur le plancher des vaches – de Pierre-Jean Ducis avec Betty Stockfeld
    + dialogues
La famille Duraton – de Christian Stengel avec Jules Berry
    + dialogues
1941La femme que j’ai le plus aimée – de Robert Vernay avec Arletty
1942Ademaï bandit d’honneur – de Gilles Grangier avec Alexandre Rignault
1945La cage aux rossignols – de Jean Dréville avec Micheline Francey
    + dialogues
1946Le père tranquille – de René Clément & Noël-Noël avec Paul Frankeur
    + dialogues & scénario
1948Les casse-pieds / Parade du temps perdu – de Jean Dréville avec Bernard Blier
    + dialogues
1949Retour à la vie – de Henri-Georges Clouzot, André Cayatte, Jean Dréville & Georges Lampin avec Paul Azaïs
    + dialogues – Segment « Le retour de René » de Jean Dréville
1950La vie chantée – de Noël-Noël avec Christiane Barry
    + scénario & musique
1951Les sept péchés capitaux – de Yves Allégret, Eduardo de Filippo, Claude Autant-Lara, Jean Dréville, Roberto Rossellini, Georges Lacombe & Carlo Rim avec Louis De Funès
    Segment « La paresse » de Jean Dréville
1952La fugue de monsieur Perle – de Roger Richebé avec Simone Paris
1953Les carnets du Major Thompson ( the diary of Major Thompson / the french, they are a funny race ) de Preston Sturges avec Martine Carol
1954Le fil à la patte – de Guy Lefranc avec Geneviève Kervine
    + dialogues
1956La terreur de dames / Ce cochon de Morin – de Jean Boyer avec Michel Serrault
Bonjour toubib – de Louis Cuny avec Jean Galland
    + scénario
Les truands – de Carlo Rim avec Denise Provence
1957À pied, à cheval et en voiture – de Maurice Delbez avec Darry Cowl
Le septième ciel ( la vedova elettrica ) de Raymond Bernard avec Danielle Darrieux
1958Messieurs les ronds de cuir – de Henri Diamant-Berger avec Pierre Brasseur
À pied, à cheval et en Sputnick – de Jean Dréville avec Denise Grey
    + scénario & dialogues
1960Les vieux de la vieille – de Gilles Grangier avec Jean Gabin
1961Les petits matins – de Jacqueline Audry avec Pierre Brasseur
1962La sage-femme, le curé et le bon dieu ( Jessica ) de Jean Negulesco avec Angie Dickinson
1965La sentinelle endormie – de Jean Dréville avec Francis Blanche
    + dialogues
Fiche créée le 17 décembre 2006 | Modifiée le 16 mars 2013 | Cette fiche a été vue 7051 fois
PREVIOUSMagali Noël || Noël-Noël || José NoguéroNEXT