CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Bárbara Gil
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Norma Bengell



Date et Lieu de naissance : 21 février 1935 (Rio de Janeiro, Brésil)
Date et Lieu de décès : 9 octobre 2013 (Rio de Janeiro, Brésil)
Nom Réel : Norma Aparecida Almeida Pinto Guimarães d’Áurea Bengell

ACTRICE
Image
1961 La parole donnée (o pagador de promessas) de Anselmo Duarte avec Leonardo Villar
Image
1965 L’homme de Tolède (la muerte se llama Myriam) de Eugenio Martín avec Stephen Forsyth & Ivan Desny
Image
1970 A casa assassinada – de Paulo Cesar Saraceni avec Rubens Araújo, Nelson Dantas & Carlos Kroeber
Image
1980 L’âge de la terre (a idade da terra) de Glauber Rocha avec Maurício do Valle, Jece Valadão & Antonio Pitanga

Norma Bengell est née Norma Aparecida Almeida Pinto Guimarães d’Áurea Bengell le 21 février 1935 à Rio de Janeiro. À seize ans, elle est danseuse dans des vaudevilles et des revues. Elle commence à se faire un nom dans la chanson au milieu des années cinquante avec des titres comme «A Lua de Mel na Lua» et «E Se Tens Coração» qui remportent de beau succès.

En 1959, Norma Bengell fait ses débuts au cinéma. Elle sert de beau faire-valoir blond à Oscarito dans «O homem do Sputnik» une comédie de Carlos Manga où elle attire l’attention par son imitation évidente de Brigitte Bardot. L’année suivante, elle croise le Français Jean-Pierre Aumont sur le tournage de «Crime au carnaval», un thriller où elle joue le rôle d’un mannequin. En 1961, avec «La plage du désir», la première réalisation de Ruy Guerra, elle entre dans l’histoire du cinéma brésilien pour être la première actrice de ce pays à se monter nue à l’écran. Le film provoque un gigantesque scandale et fera couler beaucoup d’encre au cours des années suivantes. Elle enchaîne avec «La parole donnée» (1961) un pamphlet contre l’intolérance et l’incompréhension réalisé par Anselmo Duarte, Palme d’Or au quinzième Festival de Cannes en 1962, un film qui lui ouvre les portes de la célébrité internationale.

Norma Bengell tourne alors en Italie, au cours des années 1960, sous la direction , entre-autres, de Alberto Lattuada pour «Mafioso» (1962) avec Alberto Sordi; Pasquale Festa Campanile pour «Avec amour et avec rage» (1964) avec Catherine Deneuve et Sami Frey; Mario Bava pour «La planète des vampires» (1965) avec Barry Sullivan; ou Sergio Corbucci pour «Les cruels» (1966) avec Joseph Cotten. Elle travaille aussi en Argentine, en Espagne et en France. À cette époque, elle entretient une relation amoureuse avec Alain Delon qu’elle abandonne pour les bras du tout aussi beau Gabriele Tinti. Ils se marient en 1963 et resterons mariés six ans avant de se séparer.

Par la suite, Norma Bengell s’impose de films en films comme une des plus importantes comédiennes brésiliennes de sa génération. Par trois fois, elle est couronnée meilleure actrice par l’association des critiques d’art de São Paulo pour «A casa assassinada» (1970) de Paulo Cesar Saraceni, «Mar de rosas» (1978) de Ana Carolina et «Eros, o deus do amor» (1981) de Walter Hugo Khouri. On la voit aussi dans les films français «Les soleils de l’île de Pâques» de Pierre Kast et «Défense de savoir» (1973) de Nadine Trintignant. À partir des années quatre-vingts, elle accroît considérablement sa popularité en Amérique du Sud par ses nombreuses participations à des telenovelas, telles que «Parabéns pra Você» (1983), «O Sexo dos Anjos» (1989), «Alta Estação» (2007) et «Toma Lá, Dá Cá» (2008/09).

Confronté à de nombreux problèmes de santé depuis 2010, dus à deux chutes à son domicile, Norma Bengell se déplace avec beaucoup de difficultés et se voit clouée dans un fauteuil. Elle abandonne sa carrière et se consacre à l’écriture de ses mémoires prévues pour sortir en février 2014. L’actrice n’aura pas le temps de connaître l’impact de ce livre sur son public. Elle meurt le 9 octobre 2013 à l’aube, dans un hôpital du sud de Rio de Janeiro, des suites de complications respiratoires liées à un cancer du poumon qui lui fut diagnostiqué six mois auparavant.

© Pascal DONALD

copyright
1959O homem do Sputnik – de Carlos Manga avec Oscarito
1960Conceição – de Hélio Souto avec Mário Benvenutti
Mulheres e milhões – de Jorge Ileli avec Jece Valadão
Carnaval du crime ( sócio de alcova / carnaval del crimen ) de George Cahan avec Jean-Pierre Aumont
1961La plage du désir ( os cafajestes ) de Ruy Guerra avec Per Aabel
La parole donnée ( o pagador de promessas ) de Anselmo Duarte avec Leonardo Villar
1962Mafioso – de Alberto Lattuada avec Alberto Sordi
Copacabana ( Copacabana Palace ) de Steno avec Walter Chiari
    Seulement chansons
1963I cuori infranti – de Gianni Puccini & Vittorio Caprioli avec Nino Manfredi
    Segment « E vissero felici » de Gianni Puccini
La ballata dei mariti – de Fabrizio Taglioni avec Memmo Carotenuto
Les jeux de la nuit ( noite vazia ) de Walter Hugo Khouri avec Gabriele Tinti
1964Avec amour et avec rage ( la costanza della ragione ) de Pasquale Festa Campanile avec Sami Frey
Una bella grinta – de Giuliano Montaldo avec Renato Salvatori
1965Il mito – de Adimaro Sala avec Vittorio Caprioli
L’homme de Tolède ( la muerte se llama Myriam / l’uomo di Toledo / el hombre di Toledo / captain from Toledo ) de Eugenio Martín avec Ivan Desny
La planète des vampires ( terrore nello spazio / demon planet / the haunted planet / the haunted world / the outlawed planet / planet of blood / the planet of terror / the planet of the damned / planet of the vampires / space mutants / terror en el espacio / terror in space ) de Mario Bava avec Barry Sullivan
1966As cariocas – de Fernando De Barros, Walter Hugo Khouri &Roberto Santos avec John Herbert
A espiã que entrou em fria – de Sanin Cherques avec Agildo Ribeiro
Les cruels ( i crudeli / the cruel ones / the hellbenders / los despiadados ) de Sergio Corbucci avec Joseph Cotten
1967Mar Corrente – de Luiz Paulino Dos Santos avec Paulo Autran
Desesperato / A quem possa interessar / Dezesperado – de Sergio Bernardes Filho avec Raul Cortez
1968Edu, coração de ouro – de Domingos de Oliveira avec Paulo José
Juventude e ternura – de Aurélio Teixeira avec Anselmo Duarte
Antes, o verão – de Gerson Tavares avec Jardel Filho
Pas de pardon, je tue ( Fedra West ) de Joaquín Luis Romero Marchent avec James Philbrook
1969O anjo nasceu – de Júlio Bressane avec Hugo Carvana
Palais des anges érotiques et des plaisirs secrets ( o palácio dos anjos ) de Walter Hugo Khouri avec Luc Merenda
OSS 117 prend des vacances / Tous les coups sont bons pour OSS 117 – de Pierre Kalfon avec Edwige Feuillère
1970Les dieux et les morts ( os deuses e os mortos ) de Ruy Guerra avec Othon Bastos
As confissões de Frei Abóbora – de Braz Chediak avec Antônio Bonfim
A casa assassinada – de Paulo Cesar Saraceni avec Carlos Kroeber
    Trophée APCA de la meilleure actrice par l’association des critiques d’art de São Paulo, Brésil
1971O Capitão Bandeira contra o Dr. Moura Brasil – de Antônio Calmon avec Cláudio Marzo
Paixão na praia – de Alfredo Sternheim avec Ewerton de Castro
1972O demiurgo – de Jorge Mautner avec Jorge Mautner
Les soleils de l’île de Pâques – de Pierre Kast avec Jacques Charrier
1973Défense de savoir – de Nadine Trintignant avec Jean-Louis Trintignant
1974 DO Assim Era a Atlântida – de Carlos Manga avec Anselmo Duarte
    Seulement apparition
1976Paranóia – de Antônio Calmon avec Rubens Araújo
1977O abismo – de Rogério Sganzerla avec José Mojica Marins
    + production
Nas quebradas da vida – de ? avec Elza Gomes
1978Mar de rosas – de Ana Carolina avec Otávio Augusto
    Trophée APCA de la meilleure actrice par l’association des critiques d’art de São Paulo, Brésil

Na boca do mundo – de Antonio Pitanga avec Angelito Mello
DO Mulheres de cinema – de Ana Maria Magalhães avec Ana Carolina
    Seulement apparition
1980L’âge de la terre ( a idade da terra ) de Glauber Rocha avec Maurício do Valle
DO Fênix – de Silvio Da-Rin avec Carlos Diegues
    Seulement apparition
1981Eros, o deus do amor – de Walter Hugo Khouri avec Roberto Maya
    Trophée APCA de la meilleure actrice par l’association des critiques d’art de São Paulo, Brésil

Abrigo nuclear – de Roberto Pires avec Fred Ribeiro
1982Rio Babilônia – de Neville de Almeida avec Joel Barcellos
Tabu – de Júlio Bressane avec Caetano Veloso
Tensão no Rio – de Gustavo Dahl avec Nelson Xavier
1984O filho adotivo – de Deni Cavalcanti avec Bruno Giordano
1985Fonte da saudade – de Marco Altberg avec Thales Pan Chacon
1986La couleur du destin ( a cor do seu destino ) de Jorge Durán & Tereza Gonzalez avec Franklin Caicedo
CM A mulher fatal encontra o homem ideal – de Carla Camurati avec Sérgio Mamberti
1987Running out of luck – de Julien Temple avec Mick Jagger
Eternamente Pagu – de Norma Bengell avec Carla Camurati
    + scénario
1992Vagas para moças de fino trato – de Paulo Thiago avec Marcos Frota
    Trophée Candango de la meilleure actrice au festival du cinéma brésilien de Brasilia, Brésil
1996O guarani – de Norma Bengell avec Marcio Garcia
    Seulement réalisation & production
1999Amour, piments et bossa nova ( woman on top ) de Fina Torres avec Penélope Cruz
    Seulement chansons
2002 CM Banquete – de Marcelo Laffitte avec José Wilker
2003 DO Infinitivamente Guiomar Novaes – de Norma Bengell avec José Antônio de Almeida Prado
    Seulement réalisation, voix & apparition
DO Glauber o filme, labirinto do Brasil – de Silvio Tendler avec Luiz Carlos Barreto
    Seulement apparition
2006 DO Anabazys – de Joel Pizzini & Paloma Rocha
    Seulement apparition
2007Tourbillons ( chega de saudade ) de Laís Bodanzky avec Leonardo Villar
    Seulement chansons
2009 DO Dzi croquettes – de Raphael Alvarez & Tatiana Issa avec Liza Minnelli
    Seulement apparition
AUTRES PRIX :
      
    Prix d’Honneur au grand prix du cinéma brésilien de Petropolis, Rio de Janeiro, Brésil ( 2011 )
Fiche créée le 10 octobre 2013 | Modifiée le 6 mai 2015 | Cette fiche a été vue 2078 fois
PREVIOUSWilliam Bendix || Norma Bengell || Habib BengliaNEXT