CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Michel Crémadès
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Nova Pilbeam



Date et Lieu de naissance : 15 novembre 1919 (Londres, Royaume-Uni)
Date et Lieu de décès : 17 juillet 2015 (Londres, Royaume-Uni)
Nom Réel : Nova Margery Pilbeam

ACTRICE
Image
1934 Poupée brisée (little friend) de Berthold Viertel avec Matheson Lang, Lydia Sherwood & Jimmy Hanley
Image
1937 Jeune et innocent (young and innocent) de Alfred Hitchcock avec Derrick De Marney & Percy Marmont
Image
1939 Sublime sacrifice (Pastor Hall) de Roy Boulting avec Wilfrid Lawson, Seymour Hicks & Marius Goring
Image
1943 The yellow canary – de Herbert Wilcox avec Anna Neagle, Richard Greene & Albert Lieven

Nova Pilbeam, née le 15 novembre 1919 à Londres, a un visage de petite fille butée et une beauté naturelle et sans apprêts. Comme pour Danièle Delorme, à qui elle ressemble beaucoup, on sent derrière son grand front lisse une résolution à toute épreuve et des envies de liberté. Aidée par son père, acteur et directeur de théâtre, elle débute sur la scène toute jeune, puis signe un contrat à long terme avec la firme Gaumont-British, qui voit en elle un talent prometteur.

Encore adolescente, Nova Pilbeam fait ses premiers pas dans un drame de Berthold Viertel, «Little friend» (1934) où elle incarne, avec une sensibilité remarquée, une jeune fille qui assiste, impuissante, au divorce de ses parents. Puis, c’est la rencontre avec Alfred Hitchcock, avec qui elle noue une complicité inattendue. Sur le plateau de «Jeune et innocent» (1937), voyant que, dans une scène, elle s’attache à un chien, il prévoit des plans supplémentaires avec l’animal rien que pour faire plaisir à la jeune actrice. Elle campe une jeune femme moderne et sportive qui, prise en otage par un présumé meurtrier, finit par l’aider, persuadée de son innocence. Trois ans auparavant, elle a joué, pour le maître du suspense, une adolescente kidnappée par Peter Lorre dans «L’homme qui en savait trop».

En 1936, Nova Pilbeam décroche encore le rôle principal de «Tudor rose» (1936) de Robert Stevenson, qui narre le destin tragique et le règne éphémère de Jane Grey, petite-nièce d’Henry VIII, qui, à la mort d’Edouard VI, en 1553, régna neuf jours. Soutenue par des comédiens aussi chevronnés que sir Cedric Hardwicke et Sybil Thorndike, Nova Pilbeam livre ici une interprétation frémissante, qui concentre plus encore l’attention sur elle. Puis, la jeune comédienne fait plusieurs films pour les célèbres studios Ealing. En 1939, elle figure ainsi dans «Cheer boys cheer», de Walter Forde, où elle incarne la fille d’un fabricant de bière qui tombe amoureuse du fils du rival de son père. C’est un peu les Montaigu et les Capulet chez les brasseurs! Le studio l’enrégimente ensuite dans des films de propagande antinazie: ainsi, dans «Pastor Hall» (1939) de Roy Boulting, elle prête vie à la fille d’un pasteur, interprété par Wilfred Lawson, qui dénonce le national-socialisme du haut de sa chaire et sera déporté à Dachau. Deux ans plus tard, elle apparaît dans «The next of kin» de Thorold Dickinson, où, jeune Hollandaise travaillant dans une librairie, elle est pressée par son patron de lui révéler des secrets détenus par son fiancé, un soldat britannique. Enfin, elle est la sœur de Anna Neagle, accusée de sympathies pour le régime nazi et forcée de quitter l’Angleterre dans «The yellow canary» (1943) de Herbert Wilcox.

Nova Pilbeam est aussi à l’aise dans la comédie, on le sait depuis «Jeune et innocent». Et c’est avec un plaisir évident qu’elle donne la réplique à Michael Wilding dans «Spring meeting» (1940) de Walter C. Mycroft, qui est plus connu comme scénariste et producteur et qui dirige encore Nova Pilbeam dans «Banana Ridge» (1941), tiré d’une des «Aldwych farces» de Ben Travers, avec Robertson Hare et Alfred Drayton, qui formaient alors un duo comique populaire en Angleterre, et qui, selon Nova Pilbeam, n’étaient pas drôles du tout dans la vie! Elle termine sa carrière en 1948, après deux films noirs, sentant plus d’appétence pour la scène et préférant, après son second mariage avec un journaliste, en 1950, se consacrer à sa vie de famille. Elle s’éteint le 17 juillet 2015, à Londres, dans sa 96ème année.

© Jean-Pascal LHARDY

copyright
1934Poupée brisée / Petite amie ( little friend ) de Berthold Viertel avec Matheson Lang
L’homme qui en savait trop ( the man who knew to much ) de Alfred Hitchcock avec Peter Lorre
1936Lady Jane Grey / Marie Tudor ( Tudor Rose / nine days a queen ) de Robert Stevenson avec Cedric Hardwicke
1937Jeune et innocent ( young and innocent / the girl was young ) de Alfred Hitchcock avec Derrick De Marney
1939Cheer boys cheer – de Walter Forde avec Edmund Gwenn
Sublime sacrifice / Paster Hall contre Gestapo ( Pastor Hall ) de Roy Boulting avec Marius Goring
1940Spring meeting / Three wise brides – de Walter C. Mycroft avec Michael Wilding
1941Banana Ridge – de Walter C. Mycroft avec Robertson Hare
The next of kin – de Thorold Dickinson avec Mervyn Johns
1943The yellow canary – de Herbert Wilcox avec Richard Greene
1944 DO Out of chaos – de Jill Craigie avec Raymond Mortimer
    Seulement voix & narration
1946This mane is mine – de Marcel Varnel avec Tom Walls
1947Green fingers – de John Harlow avec Robert Beatty
The three weird sisters – de Daniel Birt avec Mary Clare
1948Ombres de demain ( counterblast / devil’s plot / so died a rat ) de Paul L. Stein avec Mervyn Johns
Fiche créée le 22 juillet 2015 | Modifiée le 14 mars 2017 | Cette fiche a été vue 1226 fois
PREVIOUSRoger Pigaut || Nova Pilbeam || Marie PilletNEXT