CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Dirk Bogarde
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Odile Versois



Date et Lieu de naissance : 15 juin 1930 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 23 juin 1980 (Neuilly-sur-Seine, France)
Nom Réel : Etiennette Envald

ACTRICE

Odile Versois naît Etiennette (Tania) Envald le 15 juin 1930, à Paris. Sa mère Militza Envald est danseuse étoile; son père Vladimir de Poliakoff est chanteur d’opéra et il ne la reconnaitra qu’après leur mariage en 1936. Tous deux ont quitté leur pays natal, la Russie, pour échapper à la révolution. Tania a une sœur Olga de deux ans son aînée. Militza (1932) et Marina (1938) complèteront la famille.

Après avoir été petit rat de l’Opéra de Paris, Odile Versois interprète son premier rôle devant les caméras à dix-sept ans dans le joli film nostalgique de Roger Leenhardt, «Les dernières vacances». Sa lumineuse beauté et son talent prometteur en font une jeune actrice très demandée qui tourne dès 1949 en Italie: «La mariée ne peut attendre» mais surtout «Paolo et Francesca» de Raffaello Matarazzo où elle est Francesca da Rimini mal mariée et amoureuse de son beau-frère Paolo Malatesta, Armando Francioli, dans une histoire tragique tirée de «L’enfer» de Dante. La même année elle partage avec Odette Joyeux l’amour d’un même homme dans «Orage d’été» de Jean Gehret. Sont aussi de la distribution sa sœur aînée et sa cadette âgée seulement de douze ans.

En 1950, Odile Versois commence une carrière en Grande-Bretagne qui comprendra huit films dont «Into the blue» (1950) de Herbert Wilcox, avec Michael Wilding; et «Deux Anglais à Paris» (1955) de Robert Hamer, avec Alec Guinness. Divorcée du comédien Jacques Dacqmine, Odile se remarie avec François Pozzo di Borgo dont elle aura quatre enfants: Barbara (1954), Charles-André (1955), Alexandre (1957) et Vanina (1964). Elle n’en continue pas moins à jouer notamment «Les crimes de l’amour: Mina de Vanghel» (1953) d’après un récit de Stendhal où elle donne la réplique à Alain Cuny; et «Pour l’amour d’une reine» (1957) de Harald Braun, avec Horst Buchholz. Elle est également dirigée par son beau-frère Robert Hossein dans une adaptation d’un roman noir de Frédéric Dard «Toi le venin» avec bien sûr Marina Vlady. Durant les années soixante, la filmographie de la comédienne se réduit à quelques titres dont «Le trésor des hommes bleus» (1960), un film d’aventure tourné en partie au Maroc avec Lex Barker, Franck Villard et Rafael Luis Calvo. Suivront des films policiers comme «Transit à Saïgon» (1962) de Jean Deluc avec Pierre Massimi et Xuan Linh ou «Le dernier tiercé» (1964) avec Raymond Souplex. Odile joue également dans la seule œuvre de Jany Holt réalisatrice (1965) et participe à l’initiation de «Benjamin» (1967) dans un dix-huitième siècle artistiquement reconstitué par Michel Deville. Elle monte aussi sur les planches et interprète notamment «Les trois sœurs» de Tchékhov, avec Militza, devenue Hélène Vallier, et Marina, tandis qu’Olga filmera une représentation (1966).

La décennie suivante, Odile Versois travaille un peu pour la télévision. Côté cinéma elle accompagne Valentine Tessier, la merveilleuse «Églantine» (1971) de Jean-Claude Brialy. Puis elle tourne un film austro-allemand «Stationschef Fallmerayer» (1975) d’après Joseph Roth. En 1977, elle apparaît dans son dernier rôle au cinéma, celui de la femme d’un gendarme retraité dans «Le crabe-tambour» (1977) de Pierre Schoendoerffer. Enfin avec ses sœurs elle écrit un livre de mémoire: «Babouchka» (1979). Odile Versois décède des suites d’un cancer, le 23 juin 1980 à Neuilly-sur-Seine. Elle est enterrée au cimetière orthodoxe russe de Sainte-Geneviève-des-bois, également en région parisienne.

© Caroline HANOTTE

copyright
1947Les dernières vacances – de Roger Leenhardt avec Pierre Dux
1948Fantômas contre Fantômas – de Robert Vernay avec Yves Deniaud
1949La mariée ne peut attendre ( la sposa non pùo attendere ) de Gianni Franciolini avec Gino Cervi
Paolo et Francesca ( Paolo e Francesca / la storia di Francesca da Rimini ) de Raffaello Matarazzo avec Andrea Checchi
Orage d’été – de Jean Gehret avec Antoine Balpêtré
CM Désordre – de Jacques Baratier avec Juliette Gréco
    Seulement apparition
1950Les anciens de Saint-Loup – de Georges Lampin avec Bernard Blier
Into the blue / Man in the dinghy – de Herbert Wilcox avec Michael Wilding
Mademoiselle Josette, ma femme – de André Berthomieu avec Fernand Gravey
1951Bel amour / Le calvaire d’une mère – de François Campaux avec Antonio Vilar
Domenica – de Maurice Cloche avec Jean-Pierre Kérien
1952Les crimes de l’amour : Mina de Vanghel – de Maurice Barry & Maurice Clavel avec Alain Cuny
Grand gala – de François Campaux avec Yves Vincent
CM La répétition manquée – de Pierre Neurisse
1953Week-end à quatre / Un jour à ne pas oublier ( a day to remember ) de Ralph Thomas avec Stanley Holloway
1954Evasion ( the young lovers / chance meeting ) de Anthony Asquith avec David Knight
Sophie et le crime – de Pierre Gaspard-Huit avec Peter van Eyck
Deux anglais à Paris / A Paris tous les deux ( to Paris with love ) de Robert Hamer avec Alec Guinness
1955Les insoumises / Quatre veuves ...? Femme d’hier et d’aujourd’hui – de René Gaveau avec Maurice Teynac
1956À tombeau ouvert ( checkpoint ) de Ralph Thomas avec Stanley Baker
1957Pour l’amour d’une reine ( herrscher ohne krone ) de Harald Braun avec O.W. Fischer
1958Passeport pour la honte ( passport to shame / the girl in room 43 / room 43 ) de Gregory Ratoff avec Eddie Constantine
Toi le venin – de Robert Hossein avec Henri Crémieux
1959La dragée haute – de Jean Kerschner avec Michel Piccoli
1960 DO Estoril y sus fiestas – de Juan Manuel de la Chica & Vincente Minaya avec Fernandel
    Seulement apparition
Le trésor des hommes bleus / Caravane pour Zagota ( el secreto de los hombres azules ) de Edmond Agabra avec Lex Barker
1961Le rendez-vous / Le rendez-vous de Noël – de Jean Delannoy avec George Sanders
Cartouche – de Philippe de Broca avec Jean-Paul Belmondo
1962Transit à Saïgon – de Jean Leduc avec Pierre Massimi
À cause, à cause d’une femme – de Michel Deville avec Jacques Charrier
1964Le dernier tiercé – de Richard Pottier avec Jean Richard
1965 CM La pharmacienne – de Jany Holt avec Jany Holt
1966 DO Le désordre à vingt ans – de Jacques Baratier avec Roger Vadim
    Seulement apparition
1967Benjamin / Benjamin ou les mémoires d’un puceau – de Michel Deville avec Pierre Clémenti
1971Églantine – de Jean-Claude Brialy avec Valentine Tessier
1975Stationschef Fallmerayer – de Walter Davy avec Wolfgang Hübsch
1977Le crabe-tambour – de Pierre Schoendoerffer avec Jean Rochefort
    Remerciements à André Siscot (Les Gens du Cinéma), pour les informations d’état-civil.
Fiche créée le 19 avril 2007 | Modifiée le 1 octobre 2014 | Cette fiche a été vue 13123 fois
PREVIOUSJean-Marie Verselle || Odile Versois || Nicole VervilNEXT