CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Paco Martínez Soria
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Olivier Hussenot



Date et Lieu de naissance : 10 août 1913 (Paris, France)►
Date et Lieu de décès : 25 août 1978 (Boulogne-Billancourt, France)►
Nom Réel : Olivier Marie André Hussenot-Desenonges

ACTEUR
Image
1949 La Marie du port – de Marcel Carné avec Jean Gabin, Nicole Courcel, Louis Seigner & Robert Vattier
Image
1951 Monsieur Fabre – de Henri Diamant-Berger avec Pierre Fresnay, Elina Labourdette & Paul Bonifas
Image
1964 Merveilleuse Angélique – de Bernard Borderie avec Michèle Mercier, Claude Giraud & Jean Rochefort
Image
1973 Un nuage entre les dents – de Marco Pico avec Philippe Noiret, Pierre Richard & Claude Piéplu

Olivier Hussenot voit le jour à Paris, le 10 septembre 1913. Attiré très tôt par le théâtre, il rejoint, au début des années 1930, la troupe des Comédiens Routiers, issue du mouvement scout. Il y côtoie notamment Hubert Gignoux, un des futurs promoteurs de la décentralisation théâtrale, et y apprend, en plus de la comédie, l’art du mime, l’improvisation ou le maniement des marionnettes. Puis c’est la rencontre avec Jean-Pierre Grenier et la création, en 1946, d’une troupe théâtrale qui fera date, la Compagnie Grenier-Hussenot, qui monte, jusqu’en 1957, des pièces souvent ambitieuses, mises en scène par Jean-Pierre Grenier. C’est ainsi que la compagnie inscrit à son répertoire des spectacles comme «Orion le tueur» (1946) de Maurice Fombeure, «Liliom» (1947) de Ferenc Molnar, «L’escalier» (1948) de Yves Farge, ou encore la pièce de Peter Ustinov, «L’amour des quatre colonels». C’est dans cette troupe que des comédiens comme Rosy Varte ou Jean Rochefort ou des artistes comme les Frères Jacques se font connaître. La carrière théâtrale de Olivier Hussenot ne se limite pas à sa compagnie; on le voit aussi dans «La nuit des rois» (1961) de Shakespeare, mise en scène par Jean Le Poulain, dans «Les femmes savantes» (1962), dans une mise en scène de Jean Meyer ou encore «La mouette» (1967), de Tchekhov.

C’est en 1948 qu’il débute au cinéma. Il donne à ses personnages cette bonhomie souriante et cette épaisseur humaine qui les rendent aussitôt attachants. Olivier Hussenot ne force jamais le trait et c’est à petites touches que, peu à peu, il brosse le portrait des gens simples, et parfois compliqués, qu’il personnifie à l’écran avec un naturel qui est le summum de l’art du comédien. Ces gens, ce sont d’abord des policiers. Olivier Hussenot a souvent incarné, en effet, des commissaires de police: dans «Trois télégrammes» (1950) de Henri Decoin, «Caroline chérie» (1950) de Richard Pottier, «La belle image» (1950) de Claude Heymann ou encore dans «Dans l’eau qui fait des bulles» (1960) de Maurice Delbez. Quant aux inspecteurs, qu’on songe au «Rideau rouge» (1951) de André Barsacq ou à «Nina» (1958) de Jean Boyer ou encore au brave inspecteur Lagrume de «Maigret tend un piège» (1957) de Jean Delannoy, avec Jean Gabin. Ce sont aussi, et surtout, des gens ordinaires, comme le chauffeur de «Rendez-vous à Grenade» (1951) de Richard Pottier, le magasinier de «La meilleure part» (1955) de Yves Allégret, ou encore le valet de «Milord l’Arsouille» (1955) de André Haguet.

Olivier Hussenot a parfois des rôles plus consistants: ainsi, dans la troisième section des «Histoires extraordinaires» (1949) de Jean Faurez, d’après Edgar Poe, il incarne un faux bon vivant qui trucide à coups de crosse son richissime voisin, il est aussi le soldat «Tranche-Montagne», dans «Fanfan la Tulipe» (1951) de Christian-Jaque ou le patron de la péniche «La Vierge du Rhin» qui, dans le film du même nom de Gilles Grangier (1953), engage, sur l’insistance de sa fille, un mécanicien (Jean Gabin) qui cache un lourd passé. Dans «Je suis un sentimental» (1955) de John Berry, il est condamné à mort pour le meurtre de sa femme, qu’il n’a pas commis, et il est encore le mari faible, mais lucide, d’une Jane Marken décidée, coûte que coûte, à marier ses filles dans le «Pot-Bouille» (1957) de Julien Duvivier. À la télévision, on le voit dans des séries, comme «L’abonné de la ligne U» (1964), «Le bonheur conjugal» (1965) de Jacqueline Audry, d’après André Maurois, ou «Joseph Balsamo» (1973), d’après Dumas, où il incarne Jean-Jacques Rousseau. Olivier Hussenot décède le 25 août 1978 à Boulogne-Billancourt.

© Jean-Pascal LHARDY

copyright
1946 CM Un rigolo – de Georges Chaperot avec Jean-Pierre Grenier
1948Les dieux du dimanche – de René Lucot avec Claire Mafféi
1949Le parfum de la dame en noir – de Louis Daquin avec Hélène Perdrière
Histoires extraordinaires – de Jean Faurez avec Suzy Carrier
La Marie du port – de Marcel Carné avec Jean Gabin
La soif des hommes – de Serge de Poligny avec Dany Robin
Miquette et sa mère / Miquette – de Henri-Georges Clouzot avec Louis Jouvet
Le jugement de dieu – de Raymond Bernard avec Andrée Debar
1950Fusillé à l’aube – de André Haguet avec Renée Saint-Cyr
Trois télégrammes – de Henri Decoin avec Henri Crémieux
Caroline Chérie – de Richard Pottier avec Martine Carol
La belle image – de Claude Heymann avec Françoise Christophe
1951Atoll K. ( Utopia / escapade / Robinson Crusoeland ) de Léo Joannon avec Stan Laurel
Monsieur Fabre – de Henri Diamant-Berger avec Pierre Fresnay
Le voyage en Amérique – de Henri Lavorel avec Yvonne Printemps
Rendez-vous à Grenade – de Richard Pottier avec Luis Mariano
Fanfan la Tulipe – de Christian-Jaque avec Gina Lollobrigida
1952Ouvert contre X / L’enquête est ouverte – de Richard Pottier avec Marie Déa
Le rideau rouge / Les rois d’une nuit / Ce soir on joue Macbeth – de André Barsacq avec Michel Simon
Les dents longues – de Daniel Gélin avec Jean Chevrier
Les amours finissent à l’aube – de Henri Calef avec Georges Marchal
La jeune folle – de Yves Allégret avec Henri Vidal
1953La vierge du Rhin – de Gilles Grangier avec Nadia Gray
CM La résurrection de Barnabé – de Jean Faurez avec Martial Rèbe
1954Mam’zelle Nitouche – de Yves Allégret avec Pier Angeli
Après vous, Duchesse – de Robert de Nesle avec Jean Parédès
Obsession – de Jean Delannoy avec Raf Vallone
Boulevard de Paris ( bedevilled ) de Mitchell Leisen avec Anne Baxter
1955Les grandes manœuvres – de René Clair avec Brigitte Bardot
Milord, l’arsouille – de André Haguet avec Jean-Claude Pascal
La meilleure part – de Yves Allégret avec Gérard Philipe
Les hommes en blanc – de Ralph Habib avec Raymond Pellegrin
Je suis un sentimental – de John Berry avec Eddie Constantine
1957Pot-Bouille – de Julien Duvivier avec Anouk Aimée
Maigret tend un piège – de Jean Delannoy avec Annie Girardot
1958Les racines du ciel ( the roots of heaven ) de John Huston avec Errol Flynn
Le train de huit heures quarante-sept – de Jacques Pinoteau avec Jacqueline Maillan
Nina – de Jean Boyer avec Sophie Desmarets
Les amants de demain – de Marcel Blistène avec Edith Piaf
1959Gestapo contre X / Une gueule comme la mienne – de Frédéric Dard avec Claire Maurier
Les scélérats – de Robert Hossein avec Michèle Morgan
1960Dans l’eau qui fait des bulles ! / Le garde-champêtre mène l’enquête – de Maurice Delbez avec Louis de Funès
Crésus – de Jean Giono avec Fernandel
1961Donnez-moi dix hommes désespérés – de Pierre Zimmer avec Pascale Audret
À fleur de peau – de Claude Bernard-Aubert avec Françoise Giret
1962La vendetta – de Jean Chérasse avec Francis Blanche
1963Les durs à cuire / Comment supprimer son prochain sans perdre l’appétit – de Jacques Pinoteau avec Mireille Darc
1964Le coup de grâce – de Jean Cayrol & Claude Durand avec Danielle Darrieux
Duel à Rio Bravo ( sfida a Rio Bravo / dasafío en Río Bravo / duel at Rio Bravo / gunmen of Rio Bravo / Jennie Lees ha una nuova pistola ) de Tulio Demicheli avec Guy Madison
Merveilleuse Angélique – de Bernard Borderie avec Michèle Mercier
CM Elle est a tuer – de Dossia Mage avec Françoise Brion
1965Le dimanche de la vie – de Jean Herman avec Françoise Arnoul
    + scénario
1966Le chien fou – de Eddy Matalon avec Claude Brasseur
1968La puce à l’oreille ( a flea in her ear ) de Jacques Charon avec Rex Harrison
DA Astérix et Cléopâtre – de René Gosciny, Lee Payant & Albert Uderzo
    Seulement voix
1970Macédoine / La femme sandwich – de Jacques Scandelari avec Pierre Brasseur
Ils – de Jean Daniel Simon avec Charles Vanel
L’escadron Volapük – de René Gilson avec Juliet Berto
1972Un meurtre est un meurtre – de Etienne Périer avec Stéphane Audran
Pas folle la guêpe – de Jean Delannoy avec Françoise Rosay
1973Le sourire vertical – de Robert Lapoujade avec Jean-Pierre Mocky
Un nuage entre les dents – de Marco Pico avec Philippe Noiret
Antoine et Sébastien – de Jean-Marie Périer avec François Périer
1974Pourvu qu’on ait l’ivresse – de Renaldo Bassi avec Paul Guers
1977La part du feu – de Etienne Périer avec Claudia Cardinale
CM La mort d’un vieux – de Xavier Pacull
1978 DA Les fabuleuses aventures du légendaire Baron de Munchausen – de Jean Image
    Seulement voix
CM M58, la magnitude du bout du monde – de Jean-Claude Boussard avec Madeleine Ozeray
Fiche créée le 3 août 2011 | Modifiée le 15 juin 2018 | Cette fiche a été vue 5229 fois
PREVIOUSAlfredo Hurtado || Olivier Hussenot || Ruth HusseyNEXT