CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Vyacheslav Shalevich
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Paola Borboni



Date et Lieu de naissance : 1er janvier 1900 (Golese, Italie)
Date et Lieu de décès : 9 avril 1995 (Bodio Lomnago, Italie)
Nom Réel : Paolina Borboni

ACTRICE
Image
1942 L’homme à femmes (le sorelle Materassi) de Ferdinando Maria Poggioli avec Emma Gramatica
Image
1943 Le voyage de monsieur Perrichon (il viaggio del signor Perrichon) de Paolo Moffa avec Antonio Gandusio
Image
1950 Pour l’amour du ciel (e più facile che un cammelo…) de Luigi Zampa avec Jean Gabin & Antonella Lualdi
Image
1980 La cage aux folles II – de Edouard Molinaro avec Michel Serraultn Ugo Tognazzi & Marcel Bozzuffi

Fille d’un imprésario de chanteurs lyriques, Paola Borboni est née le 1er janvier 1900 dans la petite commune italienne de Golese, devenue depuis 1943 un quartier de la ville de Parme. Elle grandit dans une famille férue de culture et entourée d’artistes. Elle étudie le théâtre à l’Académie d’Art Dramatique de Milan et fait ses débuts sur scène à seulement seize ans dans la troupe de Alfredo de Sanctis avec la pièce «Dio della vendetta» où elle remplace au pied-levé une actrice malade.

Deux ans plus tard, Paola Borboni est une comédienne célèbre quand elle intègre la compagnie Wronowska-Calo, puis, en 1922, celle de Armando Falconi. En 1925, son esprit audacieux et exubérant choque l’Italie quand elle apparaît à moitié nue sur scène dans «Alga marina» de Carlo Veneziani. À la fin des années vingt, elle rencontre Luigi Pirandello, et tombe sous son charme. Désormais elle va se consacrer en priorité au répertoire du dramaturge et en devenir l’une des plus grandes interprète du XXème siècle. Après la Seconde Guerre Mondiale, Paola Borboni joue les textes d’autres grands auteurs, parmi lesquels: «Les sorcières de Salem» (1955) de Arthur Miller dans une mise en scène de Luchino Visconti à Rome; «La bonne âme du Se-Tchouan» (1958) de Bertolt Brecht, mis en scène de Giorgio Strehler à Milan; «Ciao Rudy» (1966) une comédie musicale, musique de Armando Trovajoli et livret de Pietro Garinei, Sandro Giovannini et Luigi Magni, avec Marcello Mastroianni; «La profession de Madame Warren» (1970) de George Bernard Shaw; «Tartuffe» (1980) de Molière; «Trois coquettes sur un divan» (1981/83) de Romeo de Baggis en tournée. En 1993, elle va jouer triomphalement pendant deux saisons, «Le bonnet du fou» de Pirandello, sa dernière pièce.

Pour le cinéma, Paola Borboni commence à tourner dès 1917, dans le film «Jacopo Ortis» de Giuseppe Sterni. Elle apparaît encore dans six films pendant la période du cinéma muet et s’en éloigne assez rapidement jugeant cet Art peu valorisant pour une femme qui n’aime que déclamer les beaux textes. En 1936, elle revient à l’écran dans «Vivre» de Guido Brignone avec le ténor Tito Schipa. Dès lors, la Diva des planches ne va cesser de travailler pour le cinéma jusqu’à ses 90 ans. Elle tourne ses meilleurs films après la guerre, parmi lesquels: «Onze heures sonnaient» (1951) de Giuseppe De Santis avec Raf Vallone, «Vacances romaines» (1953) de William Wyler avec Gregory Peck, «Mam’zelle Nitouche» (1953) de Yves Allégret avec Fernandel, «Les inutiles» (1953) de Federico Fellini avec Franco Interlenghi, «Le bossu de Rome» (1960) de Carlo Lizzani avec Gérard Blain ou «Miracle à l’italienne» (1970) de et avec Nino Manfredi. À partir de la fin des années cinquante, Paola Borboni travaille également pour la télévison ; on la voit, entre autres, dans les feuilletons «Il romanzo di un maestro» (1959) de Mario Landi et «Sotto il placido Don» (1974) de Vittorio Cottafavi.

En 1972, à soixante-douze ans, Paola Borboni se marie pour la première fois avec le poète et acteur Bruno Vila, plus jeune de quarante ans. Le 28 juin 1978, un tragique accident de voiture, tue son époux et la laisse lourdement handicapée, obligée à se déplacer avec des béquilles. L’actrice meurt le 9 avril 1995, à Bodio Lomnago en Lombardie, près de la frontière Suisse. Elle est inhumée dans le caveau familial au cimetière de la Villetta de Parme auprès de ses sœurs Anna (1901/82) et Elena (1904/84).

© Pascal DONALD

copyright
1917Jacopo Ortis – de Giuseppe Sterni avec Vittorio Brombara
1918Il furto del sentimento – de Giuseppe Guarino avec Ovidio Gaveglio
1919Le baiser d’un roi ( il bacio di un re ) de Giuseppe Guarino avec Franz Sala
1920Les griffes d’acier ( gli artigli d’acciaio ) de Giuseppe Guarino avec Ethel Joyce
Le prince idiot ( il principe idiota ) de Eugenio Perego avec Lamberto Picasso
Symphonie pastorale ( sinfonia pastorale ) de Giuseppe Sterni avec Renato Visca
L’heure de la mort ( l’ora della morte ) de Giuseppe Sterni avec Giuseppe Sterni
1936L’accident / Vivre ( vivere ) de Guido Brignone avec Tito Schipa
L’uomo che sorride – de Mario Mattoli avec Vittorio De Sica
Lo smemorato – de Gennaro Righelli avec Angelo Musco
1937J’ai perdu mon mari ( ho perduto mio marito ) de Enrico Guazzoni avec Enrico Viarisio
Nina non far la stupida – de Nunzio Malasomma avec Nino Besozzi
1939Ricchezza senza domani – de Ferdinando Maria Poggioli avec Claudio Gora
1940Il sogno di tutti – de Oreste Biancoli & Ladislao Kish avec Eduardo De Filippo
1941La vita torna – de Pier Luigi Faraldo avec Tullio Carminati
1942Jour de noces ( giorno di nozze ) de Raffaello Matarazzo avec Armando Falconi
Il nemico – de Guglielmo Giannini avec Luigi Pavese
Il birichino di papà – de Raffaello Matarazzo avec Carlo Campanini
L’homme à femmes ( le sorelle Materassi ) de Ferdinando Maria Poggioli avec Massimo Serato
L’avventura di Annabella – de Leo Menardi avec Maurizio d’Ancora
1943La locandiera – de Luigi Chiarini avec Osvaldo Valenti
Le voyage de monsieur Perrichon ( il viaggio del signor Perrichon ) de Paolo Moffa avec Antonio Gandusio
Una piccola moglie – de Giorgio Bianchi avec Fosco Giachetti
Quartieri alti – de Mario Soldati avec Massimo Serato
La freccia nel fianco – de Alberto Lattuada avec Leonardo Cortese
Non canto più – de Riccardo Freda avec Enzo Fiermonte
1944Finalmente sì – de Ladislao Kish avec Enzo Fiermonte
Il ventesimo duca – de Lucio De Caro avec Roberto Villa
1945La resa di Titì – de Giorgio Bianchi avec Rossano Brazzi
1946Le modelle di via Margutta – de Giuseppe Maria Scotese avec Claudio Gora
1949Cavalcata d’eroi – de Mario Costa avec Camillo Pilotto
1950Pour l’amour du ciel ( e più facile che un cammelo… ) de Luigi Zampa avec Jean Gabin
Chanson du printemps / La séductrice ( canzone di primavera ) de Mario Costa avec Leonardo Cortese
1951Ultimo perdono – de Renato Polselli avec John Kitzmiller
Onze heures sonnaient ( Roma ore uncidi ) de Giuseppe De Santis avec Raf Vallone
1952Dans les faubourgs de la ville ( ai margini della metropoli ) de Carlo Lizzani avec Giulietta Masina
Condamnez-le ! ( condannatelo ! ) de Luigi Capuano avec Nerio Bernardi
La città canora – de Mario Costa avec Giovanni Grasso
Lulù – de Fernando Cerchio avec Jacques Sernas
1953Il bacio dell’aurora / François il contrabandiere – de Gianfranco Parolini avec Peter Trent
Les inutiles / Les Vitelloni ( i Vitelloni / Vitelloni ) de Federico Fellini avec Franco Interlenghi
Siamo ricchi e poveri – de Siro Marcellini avec Giacomo Rondinella
Les hommes sont des fripouilles ! ( gli uomini, che mascalzoni ! ) de Glauco Pellegrini avec Walter Chiari
Jalousie ( gelosia ) de Pietro Germi avec Marisa Belli
Vacances romaines ( roman holiday ) de William Wyler avec Gregory Peck
Il bacio dell’aurora / François il contrabandiere – de Gianfranco Parolini avec Roberto Mauri
Amours d’une moitié de siècle ( amori di mezzo secolo ) de Pietro Germi, Mario Chiari, Glauco Pellegrini, Antonio Pietrangeli & Roberto Rossellini avec Carlo Ninchi
    Segment « L’amore romantico » de Glauco Pellegrini
Maman, pardonne-moi ! ( Mamma, perdonami ! ) de Giuseppe Vari avec Lia Amanda
L’amour au collège ( terza liceo ) de Luciano Emmer avec Turi Pandolfini
Mam’zelle Nitouche – de Yves Allégret avec Fernandel
L’affaire Maurizius – de Julien Duvivier avec Anton Walbrook
1954D’Artagnan, chevalier de la reine ( i cavalieri della regina ) de Mauro Bolognini avec Sebastian Cabot
À toi… toujours ( casta diva ) de Carmine Gallone avec Maurice Ronet
1955Rouge et noir ( rosso e nero ) de Domenico Paolella avec Renato Rascel
La meilleure part – de Yves Allégret avec Gérard Philipe
1956Mi permette, babbo ? – de Mario Bonnard avec Alberto Sordi
1960Le bossu de Rome ( il gobbo ) de Carlo Lizzani avec Gérard Blain
1961Traqués par la Gestapo ( l’oro di Roma ) de Carlo Lizzani avec Anna Maria Ferrero
1965La ragazzola – de Giuseppe Orlandini avec Giuliano Gemma
Les complexés ( i complessi ) de Dino Risi, Luigi Fillipo D’Amico & Franco Rossi avec Mario Brega
    Segment « Il complesso della schiava nubiana » de Franco Rossi
Menace à l’Italienne ( menage all’italiana ) de Franco Indovina avec Ugo Tognazzi
Une vierge pour le prince ( una vergine per il principe ) de Pasquale Festa Campanile avec Vittorio Gassman
1966La bande à César ( the biggest bundle of them all ) de Ken Annakin avec Edward G. Robinson
1967Arabella ( ragazza del Charleston ) de Mauro Bolognini avec James Fox
1969Quand les femmes avaient une queue ( quando le donne avevano la coda ) de Pasquale Festa Campanile avec Senta Berger
Le juge / Le juge Roy Bean – de Jean Girault avec Pierre Perret
1970Le belve – de Giovanni Grimaldi avec Lando Buzzanca
Miracle à l’italienne ( per grazia ricevuta ) de Nino Manfredi avec Lionel Stander
1973Sexe fou ( sessomato ) de Dino Risi avec Giancarlo Giannini
Paolo Barca, maestro elementare, praticamente nudista – de Flavio Mogherini avec Renato Pozzetto
1974Bello come un arcangelo – de Alfredo Giannetti avec Orazio Orlando
1976Nerone – de Mario Castellacci & Pier Francesco Pintigore avec Paolo Stoppa
1979L’albero della maldicenza – de Giacinto Bonacquisti avec Marc Porel
1980La cage aux folles II – de Edouard Molinaro avec Michel Serrault
La dame aux camélias ( la storia vera della signora delle camelie / la dama delle camelie ) de Mauro Bolognini avec Isabelle Huppert
1982Più bello di così si muore – de Pasquale Festa Campanile avec Vittorio Caprioli
Yes, Giorgio – de Franklin J. Schaffner avec Luciano Pavarotti
Cicciabomba – de Umberto Lenzi avec Anita Ekberg
1983Occhio, malocchio, prezzemolo e finocchio – de Sergio Martino avec Johnny Dorelli
1989Blue dolphin : L’avventura continua… – de Giorgio Moser avec Tara Freeman
Fiche créée le 22 janvier 2012 | Modifiée le 14 décembre 2016 | Cette fiche a été vue 2465 fois
PREVIOUSJosé Luis Borau || Paola Borboni || Cornell BorchersNEXT