CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Christopher Plummer
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Paul Buissonneau



Date et Lieu de naissance : 24 décembre 1926 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 30 novembre 2014 (Montréal, Québec, Canada)
Nom Réel : Paul Georges Buissonneau

ACTEUR
Image
1965 YUL 871 – de Jacques Godbout avec Charles Denner, Andrée Lachapelle, Francine Landry & Jean Duceppe
Image
1967 C’est pas la faute à Jacques Cartier – de Georges Dufaux & Clément Perron avec Jacques Desrosiers
Image
1996 J’en suis ! – de Claude Fournier avec Roy Dupuis, Patrick Huard, Charlotte Laurier & Arielle Dombasle
Image
2005 Les Etats-Unis d’Albert – de André Forcier avec Eric Bruneau, Emilie Dequenne, Andréa Ferréol & Roy Dupuis

Né en 1926 dans la capitale française, Paul Buissonneau débute sa carrière comme chanteur au sein des Compagnons de la Chansons lorsque le grand conflit mondial a tiré ses dernières salves. Demeurant au sein de ce groupe jusqu’en 1950, il vient s’installer à Montréal, pour suivre la femme dont il était tombé amoureux, et depuis, fait partie de l’histoire intégrale de la vie culturelle canadienne.

Travaillant parallèlement comme fonctionnaire municipal et vendeur de disques, Paul Buissonneau est approché par le surintendant général des parcs de la ville pour mettre sur pied une troupe de comédiens amateurs, se déplaçant de parc en parc, afin d’amuser les tout-petits, l’été. La troupe de la «Roulotte» est née. Buissonneau joue et met en scène de nombreuses pièces où se joignent notamment Yvon Deschamps, Claude Léveillée, Mireille Lachance, Jean-Louis Millette, Jean Perreault et François Barbeau. Quelques années plus tard, il participe aussi à la fondation du Théâtre du Quat’Sous (1955) où il produit ses premiers succès: «Orion le tueur» (1956) de Jean-Pierre Grenier et Maurice Fombeure et «La tour Eiffel qui tue» (1957) de Guillaume Hanoteau. La troupe a finalement un statut professionnel et a pignon sur la rue des Pins, remplaçant là une synagogue et où Paul Buissonneau est le directeur artistique. Il valorise tout d’abord les pièces légères et fantaisistes avant de faire place au théâtre contemporain. En 1968, il est le metteur en scène du mythique l’«Osstidcho» (où l’on retrouvait Yvon Deschamps, Robert Charlebois et Louise Forestier) puis de nombreuses créations québécoises de André Brassard, Normand Chaurette, Michel Tremblay, Michel Garneau et René-Daniel Dubois.

Le talent comique et ses mises en scène réussies finissent par lui ouvrir les portes de Radio-Canada qui lui offre de diriger quelques scènes d’opéra et surtout de créer et d’interpréter le fabuleux clown Picolo de l’émission «La Boîte à surprises» (1954-74). Mi-Harlequin, mi- Pierrot, il est rejoint par les personnages de Michel le Magicien (Michel Cailloux), Pantalon (Yves Massicotte), le Docteur (Guy L’Écuyer), Colombine (Christine Olivier) et le Capitaine (Ronald France et Albert Millaire) au grand bonheur des tout-petits. S’il délaisse la direction artistique du «Quat’sous» en 1984 tout comme son emploi à la Ville de Montréal, après avoir bien implanté le programmes des Maisons de la culture, il n’en continue néanmoins à être présent sur scène comme au cinéma. On le voit dans des petits rôles notamment dans « La guêpe» (1986) de Gilles Carle, «J’en suis!» (1996) de Claude Fournier où il tint un rôle de metteur en scène «La conciergerie» (1997) de Michel Poulette interprétant un homme ayant assassiné sa femme pour vivre en concubinage avec sa sœur.

Il continue ses collaborations avec la scène, produisant un formidable « Les Chaises » de Ionesco au Théâtre-du-Rideau-Vert en 2000 ou organisant ses fausses funérailles en 2012. Paul Buissonneau qui a publié ses mémoires en 1991, voit sa carrière jalonnée de prix honorifiques: l’Ordre du Canada en 2009, les prix Victor-Morin en 1975 et Denise-Pelletier en 2001, sans compter le titre de Citoyen d’Honneur de la Ville de Montréal en 2014. Mariée la comédienne Françoise Charbonneau, il est par la suite le conjoint de Monik Barbeau qu’il a épousé lors du tournage du documentaire «Un p’tit dernier pour la route». Paul Buissonneau s’est éteint des suites d’une longue maladie à l’âge de 87 ans, le 20 novembre 2014.

© Alexandre CARLE

copyright
1965YUL 871 / Montréal flight 871 – de Jacques Godbout avec Charles Denner
1966 CM Dimensions – de Bernard Longpré avec Louise Latraverse
1967C’est pas la faute à Jacques Cartier – de Georges Dufaux & Clément Perron avec Jacques Desrosiers
1968Tendre et sensuelle Valérie / Valérie – de Denis Héroux avec Danielle Ouimet
Les deux amours de Caroline ( waiting for Caroline ) de Ron Kelly avec Alexandra Stewart
1969Deux filles perverties / Deux femmes en or – de Claude Fournier avec Monique Mercure
1974La pomme, la queue...et les pépins! – de Claude Fournier avec Han Masson
CM Les «troubbes» de Johnny – de Jacques Godbout avec Dorothy Berryman
1985Sonia – de Paule Baillargeon avec Lothaire Bluteau
1986La guêpe – de Gilles Carle avec Chloé Sainte-Marie
1988Les modernes ( the moderns ) de Alan Rudolph avec Linda Fiorentino
1990Nénette – de André Mélançon avec Andrée Pelletier
1996J’en suis ! – de Claude Fournier avec Arielle Dombasle
1997La conciergerie – de Michel Poulette avec Macha Grenon
1998 CM Evasion – de Philippe Roberge avec Mario Saint-Amand
1999 CM Le p’tit Varius – de Alain Jacques avec Lysane Gendron
2005Les Etats-Unis d’Albert – de André Forcier avec Emilie Dequenne
Fiche créée le 1 décembre 2014 | Modifiée le 6 décembre 2014 | Cette fiche a été vue 1684 fois
PREVIOUSAldo Bufi Landi || Paul Buissonneau || Luis BuñuelNEXT