CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Laurette Luez
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Paul Guers



Date et Lieu de naissance : 19 décembre 1927 (Tours, France)
Date et Lieu de décès : 27 novembre 2016 (Montsoreau, France)
Nom Réel : Paul Jacques Dutron

ACTEUR
Image
1957 Fumée blonde – de Robert Vernay avec Darry Cowl, Sophie Desmarets, Suzet Maïs & Suzanne Dehelly
Image
1959 Gestapo contre X – de Frédéric Dard avec Claire Maurier, Jacques Duby & Olivier Hussenot
Image
1964 La fugue (la fuga) de Paolo Spinola avec Anouk Aimée, Giovanna Ralli & Enrico Maria Salerno
Image
1972 Le feu aux lèvres – de Pierre Kalfon avec Olga Georges-Picot, Bernard Verley & Karin Petersen

De son vrai nom Paul Dutron, Paul Guers est né le 19 décembre 1927 à Tours. Destiné à une carrière de chirurgien, il commence des études de médecine qu’il interrompt pour débuter sur scène. En 1948, il quitte sa région natale pour Paris où il se consacre au théâtre. Après son service militaire, il suit les cours du Conservatoire de Paris, dès 1950, et intègre la Compagnie Renaud-Barrault qui se produit au Théâtre des Célestins. Le prix d’excellence du Conservatoire lui vaut d’être engagé à la Comédie Française en 1953. Il en devient pensionnaire jusqu’en novembre 1956. À cette époque, il épouse Rolande Ségur qui donne naissance à Olivia Dutron, future interprète-fétiche des films de Max Pécas.

Au cinéma, Paul Guers débute dans «Les chiffonniers d’Emmaüs» (1954) de Robert Darène avec André Reybaz dans le rôle de l’Abbé Pierre. En 1958, il se joint au groupe d’anciens résistants dans «Marie Octobre» de Julien Duvivier avec Danielle Darrieux dans le rôle-titre. Jeune premier au physique avantageux, il compose le frère de Alexandra Stewart dans «L’eau à la bouche» (1959) de Jacques Doniol-Valcroze, également avec Françoise Brion qui devient sa seconde épouse. Il est ensuite ambassadeur français en Autriche dans «La belle et l’empereur» (1959) avec Romy Schneider, séducteur cynique qui s’éprend de Marie Laforêt dans «La fille aux yeux d’or» (1960) de Jean-Gabriel Albicocco ou collègue de travail qui initie Claude Mann aux plaisirs du jeu dans «La Baie des anges» (1962) de Jacques Demy. Il tourne aussi en Italie, notamment dans «Kali Yug, la déesse de la vengeance» et «Le mystère du temple hindou» (1963) de Mario Camerini. Sur les scènes parisiennes, il connaît un parcours brillant où il est le partenaire de Jeanne Moreau dans «La chatte sur un toit brûlant» (1956), Edwige Feuillère dans «Lucy Crown» (1958), Marie Bell dans «Phèdre» (1959) ou Renée Saint-Cyr dans «Gigi» (1965). En 1967, sur le tournage «Delphine» de Eric Le Hung, il rencontre Karin Petersen qui devient sa troisième épouse. Elle est la mère de son fils Laurent et mettra fin à ses jours en 1982.

Dans les années soixante-dix, Paul Guers se consacre exclusivement au théâtre en province au Théâtre des Célestins à Lyon dirigé par Jean Meyer mais aussi dans le cadre des tournées Herbert-Karzenty ou des Tréteaux de France de Jean Danet. Au cinéma, il apparaît dans des films érotiques ou des films d’auteurs. À la télévision, il incarne le père de Mehdi El Glaoui dans «Le jeune Fabre» (1972) de Cécile Aubry et connaît un grand succès avec la saga familiale «Les Eygletière» (1977) d’après Henri Troyat. À partir des années quatre-vingt, il exerce avec parcimonie son métier. Sur scène, il est distribué dans la pièce «Un grand avocat» (1983) sous la direction de Robert Hossein avec Roger Hanin. Sur le petit écran, il est le partenaire de Françoise Fabian dans «La veuve rouge» (1982) de Edouard Molinaro, participe à «La Mafia» (1986), série italienne avec Michele Placido ou à la saga estivale «Les yeux d’Hélène» (1994) avec Mireille Darc. Sur le grand écran, il obtient des seconds rôles dans «Notre histoire» (1984) de Bertrand Blier, «Trois places pour le 26» (1988) de Jacques Demy ou «Le parfum d’Yvonne» (1993) de Patrice Leconte puis cesse peu à peu ses activités professionnelles. Marié à l’écrivaine Marie-Josèphe Legros, le couple connaît un destin tragique: le 28 novembre 2016, ils sont retrouvés morts à leur domicile de Montsoreau dans le Maine-et-Loire. Atteint d’un cancer, le décès de Paul Guers serait naturel tandis que son épouse aurait mis fin à ses jours selon les éléments de l’enquête des gendarmes.

© Olivier SINQSOUS

copyright
1954Les chiffonniers d’Emmaüs – de Robert Darène avec Dany Carrel
La tour de Nesle – de Abel Gance avec Silvana Pampanini
1955Sophie et le crime – de Pierre Gaspard-Huit avec Marina Vlady
1955Si Paris nous était conté – de Sacha Guitry avec Lana Marconi
1956Les collégiennes – de André Hunebelle avec Gaby Morlay
1957Les violents – de Henri Calef avec Françoise Fabian
Fumée blonde – de Robert Vernay avec Sophie Desmarets
Sous la terreur ( a tale of two cities ) de Ralph Thomas avec Dirk Bogarde
1958Parisien malgré lui ( Totò a Parigi / Totò innamorato ) de Camillo Mastrocinque avec Sylva Koscina
Marie-Octobre – de Julien Duvivier avec Danielle Darrieux
1959J’irai cracher sur vos tombes – de Michel Gast avec Antonella Lualdi
La belle et l’empereur / La belle menteuse ( die schöne lügnerin ) de Axel von Ambesser avec Romy Schneider
L’eau à la bouche – de Jacques Doniol-Valcroze avec Bernadette Lafont
Le sergent X – de Bernard Borderie avec Noëlle Adam
Gestapo contre X / Une gueule comme la mienne – de Frédéric Dard avec Claire Maurier
Le bourreau attendra ( fuga desesperada ) de Robert Vernay & José Antonio de la Loma avec Maruja Bustos
1960Au voleur ! / L’affaire Nabob ( affäre Nabob ) de Ralph Habib avec Perette Pradier
Le Sahara brûle – de Michel Gast avec Jean Servais
La mort a les yeux bleus / Mourir d’amour – de Dany Fog avec Nadia Gray
La fille aux yeux d’or – de Jean-Gabriel Albicocco avec Marie Laforêt
1961Les parisiennes – de Marc Allégret, Claude Barma, Michel Boisrond & Jacques Poitrenaud avec Françoise Arnoul
    Segment « Françoise » de Claude Barma
Le crime ne paie pas – de Gérard Oury avec Annie Girardot
    Segment « L’affaire Fenayrou »
1962Quatre femmes pour un héros ( homenaje al la hora de la siesta ) de Leopoldo Torre Nilsson avec Alida Valli
La baie des anges – de Jacques Demy avec Jeanne Moreau
La femme des autres / La rapatriée ( la rimpatriata ) de Damiano Damiani avec Letícia Román
1963Kali Yug, le mystère du temple hindou ( il mistero del tempio indiano ) de Mario Camerini avec Senta Berger
Kali Yug, déesse de la vengeance ( Kali Yug, la dea della vendetta ) de Mario Camerini avec Lex Barker
Le bluffeur – de Sergio Gobbi avec Pascale Roberts
Amore mio – de Raffaello Matarazzo avec Eleonora Brown
1964Le cocu magnifique ( il magnifico cornuto ) de Antonio Pietrangeli avec Claudia Cardinale
La fugue ( la fuga ) de Paolo Spinola avec Anouk Aimée
La traite des blanches / Frustrations – de Georges Combret avec Magali Noël
1966La malédiction de Belphégor – de Georges Combret avec Annette Poivre
1967Un épais manteau de sang – de José Bénazéraf avec Valérie Lagrange
Delphine – de Eric Le Hung avec Maurice Ronet
1968Flash love / Libertés sexuelles / un soir, une nuit / Un soir… un rêve – de Max Kalifa avec Geneviève Grad
1969Une femme libre / Une fille libre – de Claude Pierson avec Roger Hanin
1972Le feu aux lèvres – de Pierre Kalfon avec Olga Georges-Picot
1974Pourvu qu’on ait l’ivresse – de Rinaldo Bassi avec Denyse Roland
Les noces de porcelaine – de Roger Coggio avec Mylène Demongeot
1975Blondy ( germicide / vortex ) de Sergio Gobbi avec Bibi Andersson
1978Les demoiselles de Wilko ( panny z Wilka ) de Andrzej Wajda avec Christine Pascal
1980La mer couleur de larmes – de Serge de Sienne avec Jacques Castelot
1984Notre histoire – de Bertrand Blier avec Alain Delon
1988Trois places pour le 26 – de Jacques Demy avec Yves Montand
1993Le parfum d’Yvonne – de Patrice Leconte avec Jean-Pierre Marielle
L’affaire / La dernière carte ( the case ) de Sergio Gobbi avec F. Murray Abraham
Fiche créée le 30 novembre 2016 | Modifiée le 18 décembre 2016 | Cette fiche a été vue 886 fois
PREVIOUSTonino Guerra || Paul Guers || Louba GuertchikoffNEXT