CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de André Brulé
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Paulette Goddard



Date et Lieu de naissance : 3 juin 1910 (Whitestone Landing, New York, USA)
Date et Lieu de décès : 23 avril 1990 (Ronco sopra Ascona, Suisse)
Nom Réel : Marion Pauline Levy

ACTRICE
Image
1935 Les temps modernes ( modern times ) de Charles Chaplin avec Charles Chaplin & Chester Conklin
Image
1941 Les naufrageurs des mers du sud (reap the wild wind) de Cecil B. DeMille avec John Wayne & Ray Milland
Image
1946 Le journal d’une femme de chambre (the diary of a chambermaid) de Jean Renoir avec Hurd Hatfield
Image
1949 La vengeance des Borgia (bride of vengeance) de Mitchell Leisen avec John Lund & Macdonald Carey

Fille unique de Joseph Russell Levy et de Alda Mae (née Goddard), La future Paulette Goddard naît Marion Pauline Levy, le 3 juin 1910 dans le quartier résidentiel new-yorkais de Whitestone. Après le divorce de ses parents, elle est élevée par sa mère. Après avoir notamment participé aux spectacles de Florenz Ziegfeld «No Foolin’» (1926) et «Rio Rita» (1927), elle débute à l’écran en 1929. Durant plusieurs années, elle ne dépasse pas le stade de la figuration et des courtes apparitions.

En 1932, Paulette Goddard rencontre Charles Chaplin, dont elle sera l’épouse de 1936 à 1942 et qui en fait sa partenaire dans «Les temps modernes» (1935), dans lequel elle est très remarquée. Elle figure ensuite au générique de «La famille Sans Souci» (1938) et «Coup de théâtre» (1938) et fait partie de la prestigieuse distribution de «Femmes» (1939) de George Cukor. On parle aussi d’elle pour incarner Scarlett O’Hara dans «Autant en emporte le vent» mais c’est finalement Vivien Leigh qui est choisie. Elle travaille pour la première fois à la Paramount dans deux comédies à succès «Le chat et le canari» (1939) et «Le mystère du château maudit», aux côtés de Bob Hope.

Devenue une star de la firme, Paulette Goddard est, par après, l’interprète de, entre autres, «Les tuniques écarlates» (1940), «Les naufrageurs des mers du sud » (1941) et «Les conquérants du nouveau monde» (1947) de Cecil B. DeMille; «Par la porte d’or» (1941) et «La duchesse des bas-fonds» (1945) de Mitchell Leisen; «La boule de cristal» (1942) de Elliott Nugent; «Les anges de miséricorde» (1943) de Mark Sandrich … Elle retrouve en outre Charles Chaplin pour «Le dictateur» (1940), tourne sous la direction de Jean Renoir «Le journal d’une femme de chambre» (1946), scénarisé par son mari de l’époque, Burgess Meredith, d’après l’œuvre d’Octave Mirbeau et, parée de costumes de Cecil Beaton, est la vedette d’«Un mari idéal» (1947) réalisé en Angleterre par Alexander Korda. On peut également relever dans sa filmographie «L’or du ciel» (1940), l’unique long-métrage produit par James Roosevelt, un des fils du président des Etats-Unis. À la fin des années 1940, sa carrière décline et Paulette Goddard connaît par exemple un lourd échec avec «La vengeance des Borgia» (1949) de Mitchell Leisen. Par la suite, l’actrice se perd dans des séries B. Le cinéma britannique, toujours enclin à ouvrir ses portes à des étoiles hollywoodiennes, même pâlissantes, la rappelle pour le thriller «Meurtre sans empreintes» (1954) de Terence Fisher, son avant-dernier film. Elle ne fait en effet plus qu’un ultime retour au Septième Art dans la production italienne «Gli indifferenti» en 1964. Elle travaille aussi de temps à autre pour la télévision et fait quelques incursions au théâtre.

Paulette Goddard n’a de toute façon aucun souci à se faire pour sa situation financière car, au fil des ans, elle finit par se retrouver à la tête d’une fortune considérable, composée d’une magnifique collection de bijoux, de tableaux impressionnistes et de précieuses antiquités. Il faut dire que, depuis son premier mariage avec un industriel en 1927, s’achevant par un divorce et une jolie pension alimentaire, l’actrice a toujours su s’entourer d’hommes célèbres et généreux. Pour terminer, citons son quatrième et dernier époux, l’écrivain Erich-Maria Remarque, dont elle devient la très riche veuve en 1970. Après avoir vaincu un cancer du sein, Paulette Goddard meurt le 23 avril 1990, d’une insuffisance cardiaque.

© Marlène PILAETE

copyright
1929Le signe sur la porte ( the locked door ) de George Fitzmaurice avec Rod La Roque
CM Laurel et Hardy en wagon-lit ( Berth Marks ) de Lewis R. Foster avec Stan Laurel
1931Les carrefours de la ville ( city streets ) de Rouben Mamoulian avec Paul Lukas
The girl habit – de Edward F. Cline avec Charles Ruggles
Pénitencier de femmes ( ladies of the big house ) de Marion Gering avec Gene Raymond
1932The mouthpiece – de James Flood & Elliott Nugent avec Warren William
Les sans soucis ( pack up your troubles ) de Raymond McCarey & George Marshall avec Oliver Hardy
Le roi de l’arène / Le kid d’Espagne ( the kid from Spain ) de Leo McCarey avec Eddie Cantor
    + chansons
CM Show business – de Jules White avec ZaSu Pitts
CM Young ironsides – de James Parrott avec Charley Chase
CM Girl grief – de James Parrott avec Muriel Evans
1933Les faubourgs de New York / La ville aux mille péchés ( the bowery ) de Raoul Walsh avec Wallace Beery
Roman scandals – de Frank Tuttle avec Edward Arnold
CM Hollywood on parade No. B-1 – de ? avec Claudette Colbert
    Seulement apparition
CM Hollywood on parade No. B-5 – de Louis Lewyn avec Cecil B. DeMille
    Seulement apparition
1934Le gosse aux millions ( kid millions ) de Roy Del Ruth avec George Murphy
1935Les temps modernes ( modern times ) de Charles Chaplin avec Charles Chaplin
1936La bohémienne ( the bohemian girl ) de James W. Horne & Charles Rogers avec Stan Laurel
1938La famille Sans Souci ( the young in heart ) de Richard Wallace avec Douglas Fairbanks Jr.
Coup de théâtre ( dramatic school ) de Robert B. Sinclair avec Luise Rainer
1939Femmes ( the women ) de George Cukor avec Joan Crawford
Le chat et le canari / Le mystère de la maison Norman ( the cat and the canary ) de Elliott Nugent avec Bob Hope
1940Le mystère du château maudit ( the ghost breakers ) de George Marshall avec Anthony Quinn
Le dictateur ( the great dictator ) de Charles Chaplin avec Jack Oakie
Les tuniques écarlates ( North West Mountain police / the scarlet riders / the Northwest Mounted police ) de Cecil B. DeMille avec Gary Cooper
Swing romance ( second chorus ) de H.C. Potter avec Fred Astaire
    + chansons
L’or du ciel ( pot o’gold / Jimmy steps out / the golden hour ) de George Marshall avec James Stewart
    + chansons
CM Screen snapshots series 19, No. 9: Sports in Hollywood – de Ralph Staub avec Ken Murray
    Seulement apparition
1941Par la porte d’or ( hold back the dawn / the golden door / memo to a movie director ) de Mitchell Leisen avec Charles Boyer
Rien que la vérité ( nothing but the truth ) de Elliott Nugent avec Bob Hope
Espionne aux enchères ( the lady has plans ) de Sidney Lanfield avec Ray Milland
Les naufrageurs des mers du sud ( reap the wild wind ) de Cecil B. DeMille avec John Wayne
    + chansons
1942La fille de la forêt / Cœurs en flammes ( the forest rangers ) de George Marshall avec Fred MacMurray
La boule de cristal ( the crystal ball ) de Elliott Nugent avec William Bendix
Au pays du rythme ( star spangled rhythm ) de George Marshall avec Bing Crosby
    Seulement apparition & chansons
1943Les anges de miséricorde ( so proudly we hail ! ) de Mark Sandrich avec Claudette Colbert
L’amour cherche un toit ( standing room only ) de Sidney Lanfield avec Edward Arnold
1944I love a soldier – de Mark Sandrich avec Sonny Tufts
1945La taverne de la folie ( Duffy’s tavern ) de Hal Walker avec Alan Ladd
    Seulement apparition
La duchesse des bas-fonds ( Kitty ) de Mitchell Leisen avec Ray Milland
1946Le journal d’une femme de chambre ( the diary of a chambermaid ) de Jean Renoir avec Hurd Hatfield
    + production
Ma femme le capitaine ( suddenly, it’s spring ) de Mitchell Leisen avec Macdonald Carey
1947Hollywood en folie ( variety girl ) de George Marshall avec Glenn Tryon
    Seulement apparition
Les conquérants du nouveau monde ( unconquered ) de Cecil B. DeMille avec Boris Karloff
Un mari idéal ( an ideal husband ) de Alexander Korda avec Michael Wilding
1948La folle enquête / Sur notre joyeux chemin ( on our merry way / a miracle can happen ) de King Vidor & Leslie Fenton avec Henry Fonda
La proie du hasard ( hazard ) de George Marshall avec Fred Clark
CM Screen snapshots : Smiles and styles – de Ralph Staub avec Andy Clyde
    Seulement apparition
CM A yank come back – de Colin Dean avec Burgess Meredith
    Seulement apparition
1949La vengeance des Borgia ( bride of vengeance / a mask for Lucretia ) de Mitchell Leisen avec John Lund
Anna Lucasta – de Irving Rapper avec John Ireland
Le bandit général ( the torch / bandit general / del adio nace el amor ) de Emilio Fernández avec Gilbert Roland
    + production
1952Les mille et une filles de Bagdad ( babes in Bagdad / muchachas de Bagdad ) de Edgar G. Ulmer & Jerónimo Muhura avec John Boles
Investigations criminelles / Brigade du vice ( vice squad / the girl in room seventeen ) de Arnold Laven avec Edward G. Robinson
1953Les péchés de Jezabel ( sins of Jezebel ) de Reginald Le Borg avec George Nader
Paris model / Nude at midnight – de Alfred E. Green avec Leif Erickson
La charge des lanciers ( charge of the lancers ) de William Castle avec Jean-Pierre Aumont
CM Screen snapshots: Spike Jones in Hollywood – de Ralph Staub avec Mickey Rooney
    Seulement apparition
1954Meurtre sans empreintes ( the unholy four / a stranger come home ) de Terence Fisher avec William Sylvester
1963Le journal d’un femme de chambre – de Luis Buñuel avec Jeanne Moreau
    Seulement productrice exécutive
1964Désirs pervers / Les deux rivales / Les indifférents ( gli indifferenti ) de Francesco Maselli avec Rod Steiger
Fiche créée le 26 juillet 2010 | Modifiée le 20 mars 2015 | Cette fiche a été vue 4565 fois
PREVIOUSJean-Luc Godard || Paulette Goddard || Danielle GodetNEXT