CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Rita Jolivet
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Pedro Larrañaga



Date et Lieu de naissance : 27 avril 1887 (Avilés, Espagne)
Date et Lieu de décès : 23 novembre 1944 (Séville, Espagne)
Nom Réel : Pedro Larrañaga Ruiz-Gómez

ACTEUR
Image
1927 Rosa de Madrid – de Eusebio Fernández Ardavín avec Conchita Dorado & Conchita Montenegro
Image
1929 Zalacaín el aventurero – de Francisco Camacho avec María Luz Callejo, Amelia Muñoz & Pío Baroja
Image
1938 ¡No quiero… No quiero! – de Francisco Elías avec Miguel del Castillo, José Baviera & Fred Galiana
Image
1943 Rosas de otoño – de Eduardo Morera & Juan de Orduña avec María Fernanda Ladrón de Guevara

Pedro Larrañaga Ruiz-Gómez naît le 27 avril 1887 à Avilés, ville portuaire des Asturies. Son père, Carlos Larrañaga Onzalo, ingénieur basque originaire de Motrico (orthographié désormais Mutriku), arrivé dans la région pour des travaux de canalisation de la ria et d’assainissement de zones marécageuses, s’était marié avec une fille du pays et fixé en ces lieux où il réalisera également des projets immobiliers dont une maison désormais d’accueil de personnes âgées.

Devenu adulte, Pedro Larrañaga, jeune homme de bonne famille, sportif accompli, ne se voit pas suivre les traces de son ingénieur de père et se plait dans les milieux artistiques. À la trentaine il devient le protagoniste des huit films muets. «Sortilegio» (1927) est réalisé par Agustín de Figueroa, également journaliste et dramaturge, avec dans la distribution Conchita Montenegro que l’acteur retrouve dans «Rosa de Madrid» (1927) avec Conchita Dorado en vedette, une adaptation de la pièce de Luis Fernández Ardavín mise en scène par le frère de l’auteur, Eusebio Fernández Ardavin. Dans «El conde de maravillas» (1926) avec également Carmen Toledo et la célèbre chanteuse Consuelo Portela dite «Chelito» jouant la Tirana, Pedro Larrañaga est le chevalier d’Harmental dans l’adaptation du roman d’Alexandre Dumas tournée par José Buchs, jeune cinéaste espagnol dont c’est déjà le trentième film. Nous citerons également «Zalacain el aventurero» (1930) de Francisco Camacho, d’après le roman de Pío Baroja. Et nous n’oublierons pas le réalisateur aragonais Florián Rey et «El pilluelo de Madrid» (1927) avec dans le rôle-titre de petit garnement madrilène, le jeune Alfredo Hurtado déjà «Lazarillo de Tormes» l’année précédente; le film d’espionnage et de guerre, «Águilas de acero o los misterios de Tánger» (1927) tourné au Maroc et avec notamment la participation de l’aviation espagnole; et enfin le drame «La aldea maldita» (1930) qu’il coproduit avec Florián Rey qui en refera une version sonore en 1942.

Pedro Larrañaga joue également un officier de la Légion dans une production allemande tourné au Maroc, «Flucht in die Fremdenlegion», de l’acteur et réalisateur autrichien Louis Ralph avec Curt Siodmak comme coscénariste et Hans Stüwe, dans le rôle du héros, jeune ingénieur allemand devenu légionnaire. Le film sortira dans de nombreux pays dont l’Allemagne, l’Autriche et la Hongrie dès 1929 mais ne sera programmé à Madrid qu’en janvier 1931 sous le titre «El legionario 67-82», le privant de toute chance de triompher en salle alors que le parlant est déjà bien installé. Par la suite Pedro Larrañaga ne fait que de brèves apparitions dans deux films, sévères critiques de la bourgeoisie, inspirés des pièces de Jacinto Benavente: «No quiero, no quiero» tourné à Barcelone pendant la Guerre Civile par Francisco Elías, mais jamais vraiment distribué en salle; et «Rosas de otoño» (1943) de Juan de Orduña, avec la propre épouse de l’acteur, María Fernanda Ladrón de Guevara, en tête d’affiche.

Directeur artistique de la compagnie théâtrale de sa femme dont il a eu un fils Carlos Larrañaga en 1937, Pedro Larrañaga décède brutalement à 57 ans, d’une possible faiblesse coronarienne aggravée par une angine de poitrine, dans le train qui le ramenait de Madrid à Séville, le 23 décembre 1944. Sa vocation artistique se transmettra à une partie de ses petits enfants connus sous les noms de Kako Larrañaga, Amparo Larrañaga et Luis Merlo.

© Caroline HANOTTE

copyright
1926El conde de Maravillas – de José Buchs avec Carmen de Toledo
1927Sortilegio – de Agustín de Figueroa avec Conchita Montenegro
Rosa de Madrid – de Eusebio Fernández Ardavín avec Conchita Dorado
El pilluelo de Madrid – de Florián Rey avec Elisa Ruiz Romero
Águilas de acero o los misterios de Tánger – de Florián Rey avec Elita Panquer
1929Le légionnaire 67.82 ( flucht in die fremdenlegion / die flucht ) de Louis Ralph avec Hans Stüwe
Zalacaín el aventurero – de Francisco Camacho avec María Luz Callejo
Le village maudit ( la aldea maldita ) de Florián Rey avec Amelia Muñoz
    + production
1938¡ No quiero… No quiero ! – de Francisco Elías avec Miguel del Castillo
1943Rosas de otoño – de Eduardo Morera & Juan de Orduña avec María Fernanda Ladrón de Guevara
Fiche créée le 28 septembre 2016 | Modifiée le 28 septembre 2016 | Cette fiche a été vue 692 fois
PREVIOUSCarlos Larrañaga || Pedro Larrañaga || José Ramón LarrazNEXT