CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Aurore Broutin
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Peter Alexander



Date et Lieu de naissance : 30 juin 1926 (Vienne, Autriche)
Date et Lieu de décès : 12 février 2011 (Vienne, Autriche)
Nom Réel : Peter Alexander Ferdinand Maximilian Neumayer

ACTEUR
Image
1955 Amour, danse et mille surprises (liebe, tanz und 1000 schlager) de Paul Martin avec Caterina Valente
Image
1957 Les chansons de l’été (liebe, jazz und übermut) de Erik Ode avec Bibi Johns, Rudolf Platte & Grethe Weiser
Image
1959 Nuits de Tanger (Salem Aleikum) de Géza von Cziffra avec Germaine Damar & Hubert von Meyerinck
Image
1961 Les aventures du comte Bobby (die abenteuer des grafen Bobby) de Géza von Cziffra avec Susi Nicoletti

Fils de Anton Neumayer (1900-1947), employé de banque et de sa femme Bertha (1896-1987), femme au foyer, Peter Alexander voit le jour le 30 juin 1926 à Vienne en Autriche, sous le mandat du Président Michael Hainisch et de son chancelier Rudolf Ramek. Enfant, il a probablement développé son amour pour la chanson dans le magasin de musique de son grand-père paternel à Pilsen. À cinq ans, il chante déjà dans un chœur de garçons. Renvoyé à plusieurs reprises de l’école pour avoir fait le pitre, son père l’envoie dans un internat à Znojmo en Moravie. En 1944, il est recruté pour aller travailler à Wroclaw avant d’être enrôlé dans la Marine. À la fin de la Seconde Guerre Mondiale, il est fait prisonnier par les britanniques et passe plusieurs mois dans des camps où il teste ses talents d’improvisation au cours de soirées théâtrales ou musicales pour distraire ses codétenus.

Libéré, Peter Alexander fait médecine à l’Université de Vienne, des études qu’il abandonne assez rapidement pour se former à l’art dramatique chez Max Reinhardt. Il joue ses premiers rôles au Stadttheater, au Kolosseum et au cabaret Simplicissimus de Vienne. Il fait une figuration dans «L’ange à la trompette» de Karl Hartl en 1948. En 1951, il enregistre son premier album, «Das machen nur die Beine von Dolores», deux ans plus tard, il gagne haut-la-main un concours à Munich avec la chanson «La bella Musika». Entre-temps, il interprète un jeune pianiste dans le film «Mélodie perdue» (1951) avec Elfie Mayerhofer et pousse la chansonnette dans «La reine du chapiteau» (1952) avec Camilla Horn et «Salto mortale» (1953) avec Christine Kaufmann. En 1955, il décroche son premier grand rôle auprès de Caterina Valente dans la comédie musicale «Amour, danse et mille surprises» réalisée par Paul Martin.

Le charisme et la voix d’or de Peter Alexander en font un artiste très demandé aussi bien au cinéma qu’à la télévision, au théâtre et pour des spectacles musicaux. Pour le grand écran, il enchaîne les rôles dans une quarantaine de films musicaux à succès jusqu’à la fin des années soixante, parmi lesquels: «Ça barde» (1957) avec Gunther Philipp, «Münchhausen en Afrique» (1958) avec Anita Gutwell, «L’auberge du Cheval Blanc» (1961) avec Estella Blain, «Nuit de noces» (1962) avec Marika Rökk, «L’école des menteurs» (1963) avec Cornelia Froboess ou «Belles d’un soir» (1965) avec Anita Ekberg. Par la suite, Peter Alexander travaille beaucoup pour le petit écran. Il est souvent invité dans des émissions de variétés, des shows et des séries. Il anime régulièrement ses propres émissions, de 1963 à 1966 pour la chaîne noir et blanc WDR puis de 1969 à 1996 pour la ZDF/ORF. Il est alors le plus grand homme de spectacle de la télévision des pays germanophones. Ses émissions où il chante, présente, imite, amuse son public, bénéficient toujours d’une forte audience; au sommet de sa popularité, il pouvait réunir plus de trente millions de téléspectateurs allemands par soirée.

En septembre 1952, Peter Alexander a épousé Hildegarde Haagen, la mère de ses deux enfants, Susan et Michael. Sa femme décède le 30 mars 2003, sa fille le 8 mars 2009 en Thaïlande dans un accident de voiture. Très affecté par ces deux disparitions successives, l’acteur qui s’était retiré depuis plusieurs années, meurt le 12 février 2011 à l’âge de 84 ans, à Vienne. Tous les trois reposent désormais au cimetière de Grinzing de la capitale autrichienne.

© Pascal DONALD

copyright
1948L’ange à la trompette ( der engel mit der posaune ) de Karl Hartl avec Paula Wessely
    + chansons
1951Mélodie perdue / Mélodies perdues ( verlorene melodie ) de Eduard von Borsody avec Annie Rosar
    + chansons
1952La reine du chapiteau / La reine du cirque ( Königin der arena ) de Rolf Meyer avec Camilla Horn
    + chansons
1953Les fruits les plus doux ( die süßesten früchte ) de Franz Antel avec Eva Bajor
    + chansons
Le saut de la mort / Saut mortel ( salto mortale ) de Victor Tourjansky avec Christine Kaufmann
    + chansons
1954Roses du Sud ( rosen aus dem Süden ) de Franz Antel avec Maria Holst
    Seulement chansons
L’été et les amours ( verliebte leute / verliebter sommer ) de Franz Antel avec Hannelore Bollmann
    + chansons
Toi seule ( du bist die richtige ) de Erich Engel & Josef von Báky avec Curd Jürgens
    Seulement chansons
Nous irons à Hambourg ( die große starparade : grosse star-parade ) de Paul Martin avec Renate Holm
    Seulement apparition & chansons
DO Hit parade ( schlagerparade ) de Erik Ode avec Bully Buhlan
    Seulement apparition
1955Amour, danse et mille surprises ( liebe, tanz und 1000 schlager ) de Paul Martin avec Caterina Valente
    + chansons
Bonjour Kathryn – de Karl Anton avec Helen Vita
    + chansons
Ein mann muß nicht immer schön sein – de Hans Quest avec Inge Meysel
    + chansons
1956Cerises dans le jardin du voisin ( kirschen in Nachbars garten ) de Erich Engels avec Paul Henckels
    + chansons
Musikparade – de Géza von Cziffra avec Else Reval
    + chansons
Dites-le en musique ( quiéreme con música / sag es mit musik ) de Ignacio F. Iquino avec Guadalupe Muñoz Sampedro
    + chansons
1957Ça barde ( das haut hin ) de Géza von Cziffra avec Grethe Weiser
    + chansons
Les chansons de l’été ( liebe, jazz und übermut ) de Erik Ode avec Bibi Johns
    + chansons
Le charme de Dolores / Les jolies jambes de Dolorès ( die beine von Dolores ) de Géza von Cziffra avec Germaine Damar
    + chansons
1958Münchhausen en Afrique ( Münchhausen in Afrika ) de Werner Jacobs avec Anita Gutwell
    + chansons
La joyeuse débandade ( wehe, wenn sie losgelassen ) de Géza von Cziffra avec Lucie Englisch
    + chansons
Soucis de millionnaire ( so ein millionär hat’s schwer ) de Géza von Cziffa avec Brigitte Mira
    + chansons
Coup sur coup ( schlag aud schlag ) de Géza von Cziffra avec Ingrid Andree
    + chansons
1959Peter décroche la timbale / Pierre décroche la timbale ( Peter schießt den vogel ab ) de Géza von Cziffra avec Maria Sebaldt
    + chansons
Je ne suis pas Casanova ( ich bin kein Casanova ) de Géza von Cziffra avec Gerlinde Locker
    + chansons
Nuits de Tanger ( Salem Aleikum / mein ganzes leben ist musik ) de Géza von Cziffra avec Hubert von Meyerinck
    + chansons
1960N’épouse pas une idiote ( ich zähle täglich meine sorgen ) de Paul Martin avec Ingeborg Schöner
    + chansons
Kriminaltango – de Géza von Cziffra avec Vivi Bach
    + chansons
L’auberge du Cheval Blanc ( im weißen rößl ) de Werner Jacobs avec Estella Blain
    + chansons
1961Les aventures du comte Bobby ( die abenteuer des grafen Bobby ) de Géza von Cziffra avec Susi Nicoletti
    + chansons
Saison à Salzbourg ( saison in Salzburg ) de Franz Josef Gottlieb avec Waltraut Haas
    + chansons
La chauve-souris ( die fledermaus ) de Géza von Cziffra avec Marianne Koch
    + chansons
1962La douceur de vivre du comte Bobby ( das süße leben des grafen Bobby ) de Géza von Cziffra avec Oskar Sima
    + chansons
Nuit de noces ( hochzeitsnacht im paradies ) de Paul Martin avec Marika Rökk
    + chansons
La veuve joyeuse ( die lustige witwe ) de Werner Jacobs avec Geneviève Cluny
    + chansons
1963Les premières folies du soldat Schwejk / L’âge ingrât de Schwejk ( Schwejk’s flegeljahre ) de Wolfgang Liebeneiner avec Lotte Ledl
    + chansons
L’école des menteurs ( der musterknabe ) de Werner Jacobs avec Cornelia Froboess
    + chansons
Charleys tante – de Géza von Cziffra avec Helli Servi
1964Ma fiancée est une chipeuse ( Hilfe, meine braut klaut ) de Werner Jacobs avec Cornelia Froboess
    + chansons
Au lit, mesdemoiselles ! ( ...und sowas muss um acht ins bett ) de Werner Jacobs avec Lotte Lang
    + chansons
1965Le comte Bobby, la terreur de l’Ouest ( graf Bobby, der schrecken des wilden westens ) de Paul Martin avec Olga Schoberová
    + chansons
Belles d’un soir / Parade d’amour ( das liebeskarussell ) de Alfred Weidenmann, Rolf Thiele & Axel von Ambesser avec Anita Ekberg
    + chansons
1966Go, go play-boy / Bel Ami 2000 ( Bel Ami 2000 oder wie verführt man einen playboy ? / 100 ragazze per un playboy ) de Michael Pfleghar avec Antonella Lualdi
1968Ces diables de collégiens ( die lümmel von der ersten bank, 2. Teil : Zum teufel mit der penne ) de Werner Jacobs avec Sabine Bethmann
1969Hourra!!! L’école est en feu ( die lümmel von der ersten bank IV. Teil : Hurra, die schule brennt ) de Werner Jacobs avec Ruth Stephan
    + chansons
1972Nous irons en vacances ( hauptsache ferien ) de Peter Weck avec Christiane Hörbiger
AUTRES PRIX :
      
    Bambi aux Prix Bambi, Allemagne ( 1970 )

    Caméra de l’Audience aux Prix Caméra d’Or, Allemagne ( 1970 )

    Bambi aux Prix Bambi, Allemagne ( 1971 )

    Bambi aux Prix Bambi, Allemagne ( 1972 )

    Bambi aux Prix Bambi, Allemagne ( 1973 )

    Bambi aux Prix Bambi, Allemagne ( 1974 )

    Bambi aux Prix Bambi, Allemagne ( 1977 )

    Bambi aux Prix Bambi, Allemagne ( 1978 )

    Caméra de l’Audience aux Prix Caméra d’Or, Allemagne ( 1980 )

    Caméra de l’Audience aux Prix Caméra d’Or, Allemagne ( 1984 )

    Bambi aux Prix Bambi, Allemagne ( 1987 )

    Bambi aux Prix Bambi, Allemagne ( 1990 )

    Romy de Platine au Gala Romy, Autriche ( 1993 )

    Bambi pour l’ensemble de sa carrière aux Prix Bambi, Allemagne ( 1996 )
Fiche créée le 14 février 2011 | Modifiée le 18 février 2015 | Cette fiche a été vue 3846 fois
PREVIOUSGeorg Alexander || Peter Alexander || Ross AlexanderNEXT